Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusSylvio Hermann De Francesc...

Comptes rendus

Sylvio Hermann De Franceschi, Daniel-Odon Hurel, Brigitte Tambrun (dir.), Affamés volontaires. Les monothéismes et le jeûne

Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2020, 444 p.
Claude Langlois
p. 194-195
Référence(s) :

Sylvio Hermann De Franceschi, Daniel-Odon Hurel, Brigitte Tambrun (dir.), Affamés volontaires. Les monothéismes et le jeûne, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2020, 444 p.

Texte intégral

1Le Centre d’études des religions du livre, nom ancien de l’actuel Laboratoire d’études sur les monothéismes (LEM, EPHE) a publié plusieurs volumes thématiques sur la controverse religieuse (1995), la conversion (1997), les entrées en matière (1998) aux éditions du Cerf dans leur collection « Patrimoines » ; et en 2002, encore, mais dans la collection « Bibliothèque de l’École Pratique des Hautes Études, Sciences religieuses » chez Brepols, sur la notion d’« apocryphité ». Moins de vingt ans plus tard c’est autour du jeûne que les membres du laboratoire et quelques proches ont été appelés à mobiliser leur compétence. L’introduction part d’un double constat : la disparition de ces pratiques ascétiques dans les sociétés religieuses (y compris monastiques) et l’introduction d’usages séculiers du jeûne à divers titres, notamment le bien-être personnel. Mais ce serait minimiser le poids grandissant pris, dans ces mêmes sociétés, en France particulièrement, par des traditions juives, comme le jeûne du Kippour, et surtout par le Ramadan, dont la pratique est parfois contagieuse dans les collèges. Par contagion, les catholiques sont appelés à une réévaluation individuelle et collective des pratiques de jeûne qui retrouvent quelque visibilité en temps de carême.

2Ce collectif regroupe vingt et une études présentées autour de cinq approches thématiques – origines, traditions, modèles, exégèses, morales – qui définissent tout autant des modalités d’approches conjointes que des parcours singuliers. Les objets étudiés montrent mieux les compétences mobilisées : judaïsme (2), islam (4), christianisme (13), sans parler du néo-platonisme (1) et du manichéisme (1). Pour le christianisme, en dehors des premiers siècles, il s’agit avant tout de la latinité. La période moderne (xvie-xviiie siècles) fait l’objet encore de six communications, mais la contemporaine (xixe-xxie), d’une seule. C’est dire l’importance attribuée aux siècles patristiques comme à la période médiévale. La majorité des études relève de l’érudition franche et joyeuse marquée tout à la fois par le choix de sujets pointus, la place accordée aux notes – il serait aisé d’établir un palmarès des plus hauts marchepieds – et plus encore par la volonté de mettre en avant les langues des études proposées, même si quelques-uns osent traduire d’abord et manifestent une volonté d’introduire des éléments de vulgarisation pédagogique. À titre d’exemple, Pierre Lory (p. 143-154) sur l’islam sunnite et Pascale Bermon sur la pratique du jeûne (xiiie-xive) d’après les sources dominicaines (p. 337-366). Dans une perspective quasi ludique, on peut ajouter une mise en bouche réussie de Michel-Yves Perrin (p. 367-379), spécialiste de l’antiquité tardive et plus précisément du christianisme latin, sur la querelle du chocolat (fin xvie-fin xviiie).

3Le très grand intérêt de ce collectif réside donc dans les comparaisons que le lecteur attentif peut faire selon les temps, les lieux ou les religions prises en charge. La place des écritures de référence est essentielle, qu’il s’agisse de l’article sans concession de Hocine Benkheira sur le jeûne dans l’islam (p. 43-61) ou de la quête inlassable dans l’exégèse biblique médiévale de Gilbert Dahan (p. 275-294). La variété des exemples pris dans le christianisme montre la tension constante entre régulation normative et discours de légitimation ou, dit autrement, entre visées ascétiques et perspectives eschatologiques. Une lecture attentive montre aussi l’importance des contextes économiques (faible accès à la nourriture carnée), et aussi de l’attention aux évènements : tel nouveau pogrom (Blois, 1171) entraînant de nouvelles célébrations pénitentiaires dans les communautés juives locales (p. 137-138).

4Il reste toutefois des questions sans réponse. Le présent des sociétés de consommation et d’abondance suscite des modalités multiples de jeûne ou d’abstinence, pour le bien-être des individus ou pour appuyer des combats collectifs, n’être pas dépendants des produits carnés ou sauver la planète. Qu’il y ait eu une certaine concomitance entre l’abandon des pratiques dans le catholicisme occidental et l’apparition de pratiques séculières similaires est évident. Mais il serait bon de suivre aussi les modalités du déclin des pratiques alimentaires, y compris de l’abstinence, sur des terrains aussi divers que la communion eucharistique, les obligations liturgiques notamment du carême, et les pratiques monastiques. Dans un tel contexte, jusqu’à quand une pratique anciennement reconnue légitime comme l’inédie (nourriture par la seule eucharistie) reste-t-elle crédible quand elle s’applique à une personne supposée avoir vécu ainsi pendant les cinquante dernières années de sa vie (Marthe Robin, 1902-1981) ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Langlois, « Sylvio Hermann De Franceschi, Daniel-Odon Hurel, Brigitte Tambrun (dir.), Affamés volontaires. Les monothéismes et le jeûne », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 194-195.

Référence électronique

Claude Langlois, « Sylvio Hermann De Franceschi, Daniel-Odon Hurel, Brigitte Tambrun (dir.), Affamés volontaires. Les monothéismes et le jeûne », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68424

Haut de page

Auteur

Claude Langlois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search