Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusGrégory Delaplace, Les intelligen...

Comptes rendus

Grégory Delaplace, Les intelligences particulières. Enquête dans les maisons hantées

Bruxelles, Vues de l’Esprit, 2021, 256 p.
Christophe Pons
p. 196-199
Référence(s) :

Grégory Delaplace, Les intelligences particulières. Enquête dans les maisons hantées, Vues de l’Esprit, Bruxelles, 2021, 256 p.

Texte intégral

1Il y a eu des moments historiques où des oscillations entre des registres divers d’intelligibilité ont été fort intenses, puis se sont soldées par un rendez-vous manqué. Voici un livre intelligent qui s’arrête sur l’un d’eux et qui questionne, de manière différente, ce qu’il y aurait peut-être à comprendre à propos des histoires de fantômes. Et bien davantage puisque les fantômes ne sont pas ici seuls en cause ; avec eux, des maisons qui se comportent comme si elles étaient dotées d’agentivité, des lieux qui paraissent respirer ou laisser voir ce qui fut mais n’est plus, également des pensées qui circulent en trouvant de manière autonome leurs opportunités de partage, peut-être enfin quelques OVNIs. Un programme en apparence donc vaste mais dans lequel Grégory Delaplace s’engage à partir de ce qu’il connaît et appréhende le mieux : les épreuves de l’invisible. Ôtons tout de suite un doute. Cet ouvrage n’est pas un nouveau recueil de croyances improbables, encore moins une démonstration positive ou fonctionnaliste des aberrations qui ont la vie dure. Il présente deux options de lecture, non antinomiques l’une de l’autre.

2D’abord un versant ludique, puisqu’il regorge tout de même d’histoires de fantômes, et trouvera donc sur ce front un public qui l’appréciera pour cela. Il rassemble trois enquêtes, conduites dans l’Angleterre de l’entre-deux-guerres, sur des lieux dits hantés. Habilement narrées, celles-ci entraînent le lecteur pas à pas dans des investigations quasiment policières, menées par un très jeune homme d’une vingtaine d’années, Donald James West, qui fut missionné par la société londonienne des sciences psychiques pour enquêter sur des plaintes d’apparitions de fantômes. Il y a donc dans ce livre un héros, ce tout jeune garçon, dont jusqu’au bout on ne saura pas totalement s’il croit ou non aux fantômes. Mais en tous les cas, il ne semble pas les redouter et, dans la pleine continuité des personnages sortis de la plume de Conan Doyle, Donald West incarne un parfait Sherlock Holmes, sceptique à souhait, dont on découvre avec appétit les curieuses investigations de terrain, les très officiels rapports établis pour ladite société psychique qui l’emploie, et aussi les agacements et réflexions plus personnels que lui prête Grégory Delaplace en essayant d’approcher ce que fut ce moment historique. Le héros et les intrigues sont en outre situés dans leurs temps et leurs régions. Il s’agit d’affaires qui prennent place en Europe du Nord, à une époque où le spiritisme est intense, où le mythe fondateur des sœurs Fox d’Amérique va bon train, au sein de milieux traditionnellement protestants mais qui sont traversés par de grandes transformations, et qui gardent cependant quelque chose de ce rapport singulier que les mondes nordiques ont entretenu de longue date avec les défunts.

3Mais à côté de cette histoire, culturelle et ludique, le livre développe aussi une autre réflexion, davantage épistémologique, dont le fil conducteur est d’essayer de saisir quel fut le montage intellectuel par lequel ces enquêtes ont été envisagées et conduites d’une part, puis quels furent d’autre part les modes singuliers d’entendement qu’elles tentèrent d’établir, en questionnant pourquoi ou en quoi elles n’y parvinrent pas. Voyons plutôt.

4Donald West est missionné par la société psychique afin de répondre à une pénurie de matériaux d’enquête de qualité sur les cas de « hantise » par fantômes. Ces plaintes seraient très nombreuses, de plus en plus fréquemment rapportées, mais trop souvent sous formes parcellaires, par ouï-dire quasi anecdotiques. Pour la société psychique, il devient alors absolument nécessaire d’obtenir des enquêtes systématiques de première main qui puissent permettre d’établir, au travers d’une véritable mise à l’épreuve, que ces évènements considérés comme non-ordinaires sont effectivement vrais. Cependant, si Donald West souscrit scrupuleusement à la demande d’enquêtes rigoureuses qui lui est faite, il ne répond pas explicitement à la démonstration qui en est attendue. Dans son parcours d’investigation, Donald West passe manifestement par plusieurs étapes ; d’abord à la recherche de preuves, il paraît s’en écarter peu à peu pour réfléchir à la manière dont ces phénoménologies pourraient être saisies et circonscrites au point, peut-être, d’identifier leur registre d’entendement. Or, c’est ce souci-là qui intéresse le plus Grégory Delaplace ; l’ouvrage présente dès lors une autre dynamique en observant comment fut pensée la possibilité d’une pluralité des modalités d’expérience. Comment ces évènements procèdent-ils ? Comment parviennent-ils à être collectivement partagés ? Peut-on circonscrire quelques critères distinctifs qui permettraient de les saisir dans leurs spécificités ? Peut-on isoler des formes différentes d’intelligibilité auxquelles renverraient leurs occurrences ? Voilà le type de questionnements qui anime Donald West, et après lui Grégory Delaplace qui déplace dès lors le regard ; la question de l’extraordinaire bifurque vers celle d’une épistémologie des expériences particulières.

5Donald West comprend que, de toute évidence, les histoires de fantômes convoquent des narrations et des phénoménologies différentes. La première enquête donne le ton. Une certaine Mme Butt se plaint d’un fantôme installé chez elle. Nous sommes à la fin de la seconde guerre mondiale mais les traces de l’importun remontent à plus loin. Donald West consigne avec scepticisme les propos de la vieille dame mais les complète ensuite de divers autres témoignages portant sur le même intriguant. La seconde enquête, d’une dizaine d’années plus ancienne, rapporte le cas d’un esprit frappeur – poltergeist – qui effraie là encore plusieurs membres d’une même famille qui résident dans les lieux. Et la troisième, contemporaine de la seconde, est une histoire de « phénomènes spontanés » qui surviennent dans un dancing déclaré hanté : Donald West s’agace des convictions des témoins mais renouvelle aussi ses pistes de réflexion. De manière générale, aucun de ces plaignants n’est satisfait par l’enquêteur ; faisant le constat de phénomènes non explicables autrement que par la reconnaissance d’une agentivité invisible, qu’ils nomment fantôme ou esprit, ils auraient souhaité que le jeune enquêteur, en tant que représentant officiel de la très sérieuse société de recherche psychique, valide leurs raisonnements.

6Or, West ne s’y résout pas, ce qui aiguise d’autant la curiosité de Grégory Delaplace. Dans ses enquêtes, il établit qu’il y a des particularités singulières partagées qui caractérisent les évènements ; notamment celles de l’incomplétude. Les expériences de fantômes se dérobent « à une perception entière et coordonnée » (p. 58). Il y a des formes diverses de manques sur les plans de la perception, des contradictions et des discordances qui font basculer hors d’une « grammaire de vraisemblance » (p. 45) et qui bousculent les registres de l’entendement. L’investigation se porte donc en premier lieu sur les argumentations convoquées ; les plaignants sont conduits à soutenir, contre des critères intuitifs d’entendement qu’ils partagent avec n’importe qui d’autre, qu’il y a bien là un extraordinaire qui est advenu. Car leurs récits mettent effectivement en exergue une absence d’affirmations délirantes, dont pour le coup il aurait été aisé de montrer les défaillances de rationalité. Le problème est qu’ils sont plutôt sensés et pointent d’eux-mêmes les mises à l’épreuve de rationalité : s’il s’était agi d’une agentivité normale il se serait passé ceci ou cela, or ce n’est précisément pas ce qui est arrivé… Les témoins n’ont de cesse, en somme, de repérer et de pointer des problèmes d’entendement qui les conduisent au constat de faits négatifs, qui se définissent en priorité par ce qu’ils ne sont pas : il ne s’agit pas des phénomènes physiques qu’ils sont supposés être ; malgré les apparences, ils échappent aux lois de causalité. Ainsi des objets qui chutent sans raison, des lumières qui apparaissent sans lanternes… L’inquiétude repose sur cet assemblage de critères qui ne collent pas entre eux, qui présentent des failles et incohérences. Donald West prend acte de ces arguments qui font de ces phénomènes des expériences d’incomplétude.

7La question suivante qui obsède chacun, plaignants et enquêteur, est celle de l’agentivité. Mais si les premiers sont persuadés que l’enquêteur validera leur conviction sur le fait qu’il ne peut s’agir que d’une agentivité non humaine, ce dernier demeure curieusement mesuré. Il admet avec eux qu’il y a là « un problème de qualification » qui sème le doute sur ce que l’on sait de la manière dont le monde est fait ; qu’il y a des intentions ou des régimes d’existences récalcitrants, des forces surnuméraires dont on ne soupçonnait pas la présence et dont on ne connaît pas encore précisément les intentions ou le régime d’existence ; enfin que tout ceci « exige de penser différemment » (p. 59). Voilà ce qu’admet Donald West, mais pas davantage. Et c’est précisément ce « pas davantage » qui fait de lui un personnage inattendu pour l’époque et lui confère toute l’attention que Grégory Delaplace lui accorde. Dans la perspective d’une théorie générale de la connaissance à la John Dewey, Donald West s’est efforcé de spécifier et de qualifier un type d’enquêtes et de raisonnements auxquels des personnes recourent pour dire des expériences d’une intelligence particulière.

8Les sociétés psychiques s’étaient distinguées très tôt, dès le xixe siècle, des sociétés spirites et spiritualistes. Pour ces dernières, la vérité des existences surnaturelles d’esprits invisibles agentifs ne faisait aucun doute ; en cela elles assumaient pleinement leur dimension croyante en la survie d’entités spirituelles. Les sociétés psychiques, en revanche, étaient animées d’une épistémologie quelque peu différente, théoriquement tout au moins. En effet, leur ambition était tournée vers un projet résolument scientiste qui consistait à prouver la réalité objective d’agentivités surnuméraires qui, malgré leur invisibilité, généraient bel et bien des faits palpables et incompréhensibles. Au fond, pour les psychiques, les fantômes n’étaient pas un critère aussi saillant que pour les spirites ; tout au moins tel était leur discours. La recherche psychique ne devait « prendre appui sur aucune explication particulière des phénomènes étudiés, ni postuler l’existence d’un monde différent de celui que décrivent les sciences naturelles » (p. 102). Ce qui leur importait beaucoup plus était de prouver la véracité de « phénomènes incomplets » pourtant bien réels et partagés. Les sociétés psychiques, telles des « spiritualistes sans les esprits » (p. 103), se sont donc évertuées à tenter de valider sur un mode absolument positiviste toutes sortes de phénoménologies qui relevaient de registres complètement autres, et surtout résolument non positifs : des objets flottants dans les airs non soumis aux lois physiques, des évènements sans effets comme des bruits fracassants qui n’accompagnent ou ne proviennent d’aucun choc, ou à l’inverse des conséquences sans causes telles que des matérialités bousculées sans aucun agent visible à la source… À la lecture, on pressent que Donald West avait sans doute saisi assez tôt que cette démarche était d’emblée vouée à l’échec, puisqu’elle consistait à tenter de prouver l’existence de quelque chose dont le mode d’être était précisément d’échapper aux critères des preuves recherchées… À suivre Donald West au plus près, comme nous engage à le faire Gregory Delaplace, le lecteur se laisse aller volontiers à cette interprétation. Il est probable que le jeune enquêteur se soit confronté à cette contradiction puisqu’il fut systématiquement attentif aux nécessités requises pour pouvoir produire l’administration positive de la preuve attendue, mais qu’il fut arrêté de manière récurrente par l’impossibilité de pouvoir le faire. Puisque de toute façon il sera toujours impossible de valider positivement qu’un objet puisse flotter dans les airs – cela à la rigueur pourra être constaté si ça arrive, mais non pas démontré – c’est seulement dans le recueil des narrations d’expériences vécues que l’incomplétude pourra être saisie. En somme, Donald West quitta les preuves et se mit à regarder ailleurs.

9Ce vers quoi le jeune homme dirige alors son enquête déplaît aux témoins, comme à la société psychique qui l’emploie, car il établit qu’il s’agit d’une illusion ou autosuggestion collective, alors bien sûr que les uns et les autres n’attendaient que la preuve – y compris les psychiques qui, malgré leur discours, étaient fort proches des spirites et spiritualistes. Et c’est là, peut-être, qu’eut lieu le rendez-vous manqué. Grégory Delaplace intervient à ce stade pour seulement souligner d’un doigt le raisonnement que Donald West aurait pu établir. Car si le constat d’illusion, de suggestion et d’hallucination collective achève de clore l’enquête en classant le dossier parmi les croyances, Donald West se fascine cependant pour cette « économie singulière des influences » (p. 173) qui fait qu’il y a là « une intelligence particulière des lieux » (p. 162), une intelligence que les témoins ont seulement lorsqu’ils sont les uns avec les autres. Ce « curieux jeu d’influences » (p. 176) déploie une autre phénoménologie dont les témoins font bel et bien l’expérience, celle par laquelle « ensemble ils ne voient pas la même chose que tout seuls » (p. 185), celle « en vertu de laquelle des êtres en bonne intelligence peuvent développer une intelligence commune de la situation » (p. 189). Mais tout en pointant cette « faculté à s’ajuster mutuellement » (p. 190) et en étant à la lisière de comprendre qu’on peut ainsi produire quelque chose qui ne pourrait advenir lorsqu’on est seul, West s’interrompt et ne retient in fine que le principe des psychologies abusées, celui des influences troublant la perception, « comme si, autrement dit, l’intelligence collective se résumait, en la matière, en la prise de pouvoir d’un esprit fort sur des esprits plus faibles que lui » (p. 185).

10Pourquoi s’intéresser à ces matériaux d’archives ? Leur ancienneté confère-t-elle une plus-value d’heuristicité par rapport à des documents plus contemporains ? Car le type d’enquêtes mené par Donald West n’a jamais disparu. Diverses sociétés continuent aujourd’hui ces mêmes investigations, tournant encore autour des mêmes contradictions positivistes. Certes, une part des milieux spirites et spiritualistes s’en est écartée pour s’arrimer plus fidèlement au registre religieux de la foi ; mais la tentation scientiste de la mise à l’épreuve n’est jamais loin. Sans surprise, les protagonistes concernés sont le plus souvent issus de formations scientifiques « dures », plus rarement de sciences humaines et sociales. Cependant, dans ce champ-là aussi, certaines études contemporaines sont parfois quelque peu héritières de ce défi de la mise à l’épreuve, continuant à faire l’hypothèse de faits positifs dans les expériences psychiques, et ce sans souscrire à l’idée d’une existence positive des fantômes ou esprits : l’expérience serait donc une réalité positive, pas ce à quoi elle renverrait ; ainsi lorsqu’on s’efforce de saisir comment des illusions (y compris collectives) procèdent de phénoménologies objectives pouvant être observées selon des dispositifs expérimentaux. Par exemple, en s’appuyant sur les neurosciences, ces approches parviennent à la démonstration de corrélations neuronales qui prouvent les dires d’un médium quand il affirme entendre ou voir ce qui n’est ni audible ni visible, mais dont la réalité objective est validée par les schémas neuronaux activés. De telles recherches, très en vogue aujourd’hui, auraient sans doute fasciné Donald West. Mais que lui auraient-elles appris de plus qu’il ne savait déjà ? Ne l’auraient-elles pas simplement un peu plus confirmé dans le principe d’autosuggestion et de psychologies abusives qui l’ont conduit à laisser de côté la piste des accordages mutuels et des intelligences particulières ? C’est sans doute au regard de cette réflexivité contemporaine que ce livre, sur les archives des enquêtes de Donald West, trouve aussi son heuristicité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Pons, « Grégory Delaplace, Les intelligences particulières. Enquête dans les maisons hantées », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 196-199.

Référence électronique

Christophe Pons, « Grégory Delaplace, Les intelligences particulières. Enquête dans les maisons hantées », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68448 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68448

Haut de page

Auteur

Christophe Pons

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search