Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusMagali Della Sudda, Les nouvelles...

Comptes rendus

Magali Della Sudda, Les nouvelles femmes de droite

Marseille, Hors d’atteinte, coll. « Faits et idées », 2022, 320 p.
Céline Béraud
p. 199-200
Référence(s) :

Magali Della Sudda, Les nouvelles femmes de droite, Marseille, Hors d’atteinte, coll. « Faits et idées », 2022, 320 p.

Texte intégral

1L’ouvrage est issu des travaux présentés par Magali Della Sudda lors de sa belle soutenance d’habilitation à diriger des recherches en juillet 2020. Il constitue la partie la plus novatrice de son mémoire inédit, en partie remaniée et actualisée.

2La thèse de la politiste est que la mobilisation contre le mariage pour tous et plus largement contre les politiques d’égalité de genre mises en œuvre par la majorité socialiste (2012-2017) a favorisé, en France, l’appropriation de la cause des femmes par la droite au sens large du terme – des partis politiques aux formations nationalistes en marge de la politique institutionnelle – et la visibilité inédite des femmes qui s’y sont engagées. À cette première structure d’opportunité s’en ajoute, selon l’autrice, une autre de nature structurelle : la crise écologique qui, « parce qu’elle pose la question de la nature, confère une légitimité nouvelle à des argumentaires naturalistes ou essentialistes disqualifiés par la plupart des mouvements féministes » (p. 42). La cause des femmes s’en trouve donc reformulée.

3Se revendiquant d’une démarche compréhensive, Magali Della Sudda a pris au sérieux, au cours de l’enquête qu’elle a menée entre 2014 et 2020 (parfois en menant entretiens et observations, parfois par une enquête en ligne seulement), ces collectifs et les femmes qui s’y investissent, collectifs qu’elle s’attache dans l’ouvrage à cartographier. Elle lève ainsi le voile sur ce qui a longtemps été en France un angle mort de la recherche – contrairement aux États-Unis où une abondante littérature scientifique, volontiers mobilisée par l’autrice, traite de la question. En choisissant cet objet, Magali Della Sudda renoue avec la perspective qui était celle de sa thèse consacrée à la Ligue patriotique des Françaises (1902-1933) et à l'Unione fra le donne cattoliche d'Italia (1909-1919) : l’étude des formes de l’activité politique conservatrice menée par des femmes. L’héritage des ligues nationalistes et catholiques de la Belle Époque, s’il est soigneusement occulté à l’exception des Caryatides, n’en est pas moins repérable chez certains des groupes étudiés dans l’ouvrage.

4Le chapitre 1 est dédié aux « effets inattendus de la Manif pour tous ». Plusieurs ont déjà été étudiés, la mobilisation ayant suscité de très nombreux travaux. Magali Della Sudda s’intéresse, et c’est là l’originalité de sa perspective, à la manière dont « l’identité collective “femme” est […] investie par différents groupes pour fustiger la politique du gouvernement et s’opposer aux féministes qui l’ont initiée ou la soutiennent » (p. 66).

5Le chapitre 2, qui traite tout particulièrement des Caryatides dont l’appellation « opère une synthèse entre le catholicisme intégriste, la nation et l’héritage européen » (p. 70), est consacré à l’affirmation d’un « nationalisme féminin » (2013-2021). Dans le suivant, Magali Della Sudda montre comment ce nationalisme féminin, qui se déploie à partir de 2012 au sein du Front National, s’appuie sur « une patrimonialisation de la laïcité et son usage contre l’islam » (p. 107), en amalgamant violences sexistes et immigration extra-européenne. Elle décrit ainsi l’émergence d’un « fémonationalisme » en France.

6Le chapitre 4 étudie deux collectifs de la mouvance des Identitaires qui, en rejoignant les cortèges de la Manif pour tous, se rapprochent des droites catholiques et conservatrices : le « webzine » Belle et Rebelle et Némésis. Cette mouvance oscille entre une ligne conservatrice et une autre que l’autrice qualifie de libertarienne, oscillation dont la place accordée à la sexualité féminine est révélatrice.

7C’est d’un autre groupe, celui des Antigones qualifié de « creuset des droites féminines », qui émerge au printemps 2013, dont il est question dans le chapitre 5. Enfin, le dernier chapitre traite du « féminisme intégral » qualifié également d’ « écoféminisme conservateur », auquel la revue Limites offre une tribune. Il y est question de figures moins confidentielles que dans les chapitres précédents, comme Marianne Durano, Madeleine Bazin de Jessey ou encore Thérèse Hargot, qui ont suscité la curiosité des médias généralistes.

8Ces différents collectifs ont pour point commun d’emprunter au référentiel égalitaire tout en s’attachant à défendre une féminité traditionnelle – ce qui participe d’un projet de genre « restitutionniste ». Ces emprunts se produisent alors qu’un renouvellement générationnel des femmes de droite a lieu, les jeunes étant plus diplômées et présentant un taux d’activité sur le marché du travail supérieur à celui de leurs aînées. Leur répertoire d’action est varié : manifestations et autres performances collectives spectaculaires, veillées, conférences et ateliers durant lesquels le témoignage personnel est valorisé, mobilisations de claviers qui, à droite comme ailleurs, ont reconfiguré les activités militantes. En interne, cette nébuleuse militante est travaillée par plusieurs axes de tension : revendication ou non d’un féminisme, place donnée à l’écologie, type d’inscription dans le catholicisme, rapports à l’islam.

9Quel impact ont pu avoir ces collectifs, pour certains éphémères et regroupant tous des effectifs très restreints ? Comme le montre l’autrice, leur mobilisation a participé d’une reformulation de la condamnation de la pilule contraceptive en adoptant un cadrage scientifique et écologique. Elles ont en outre également contribué à un relatif désenclavement de la cause dite « pro-vie » en reformulant, là aussi, leur argumentaire désormais basé sur la santé des femmes et leur bien-être.

10Ces groupes et leurs mobilisations viennent brouiller les frontières avec d’autres formes de militantisme ancrées à gauche. Si rien n’est dit sur les tensions auxquelles cela peut conduire, Magali Della Sudda met en évidence que c’est leur désapprobation de l’avortement qui constitue pour ces femmes de droite le positionnement le plus distinctif, point d’achoppement des rapprochements militants possibles au sein de l’espace de la cause des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Béraud, « Magali Della Sudda, Les nouvelles femmes de droite », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 199-200.

Référence électronique

Céline Béraud, « Magali Della Sudda, Les nouvelles femmes de droite », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68454 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68454

Haut de page

Auteur

Céline Béraud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search