Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusMathias Dreyfuss, Aux sources jui...

Comptes rendus

Mathias Dreyfuss, Aux sources juives de l’histoire de France

Paris, CNRS Éditions, 2021, 414 p.
Vincent Vilmain
p. 200-202
Référence(s) :

Mathias Dreyfuss, Aux sources juives de l’histoire de France, Paris, CNRS Éditions, 2021, 414 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Mathias Dreyfuss est issu de sa thèse soutenue à l’EHESS en 2017. Il interroge à la fois la façon dont les fonds d’archives français ont intégré les sources anciennes des différentes communautés juives ayant peuplé le territoire, mais également la façon dont les historiens – et les historiens juifs en particulier – ont, à partir de ces sources, participé à la mise en place du « régime moderne d’historicité », pour reprendre les termes de François Hartog. L’intégration des juifs au roman national se fait ainsi au prix de quelques distorsions que l’auteur étudie savamment et dont certaines auraient pu relancer l’interrogation posée par Moshe Rosman : How Jewish is Jewish History ?

2Mathias Dreyfuss inscrit donc son travail à la fois dans le domaine de l’archivistique et dans celui de l’historiographie juive à l’époque contemporaine, suivant en cela les travaux de Yerushalmi ou de Myers, tout en se limitant à un cadre strictement hexagonal dans la mesure où il questionne la fabrication des archives en lien avec la juridiction française. À ce titre, il souligne l’importance du tournant révolutionnaire considéré ici à la fois dans le cadre juridique nouveau assigné aux juifs et en matière de conservation d’archives. Deux éléments lui apparaissent déterminants : d’une part, la loi du 7 messidor an II, d’autre part, l’absence d’obligation – contrairement aux institutions catholiques et à l’image des protestants – pour les communautés juives de remettre leurs archives entre les mains de l’État. Ainsi, à la dissémination des archives médiévales concernant les juifs dans les fonds anciens de la monarchie – dans les archives nationales aussi bien que départementales – que Mathias Dreyfuss présente dans son premier chapitre, s’ajoute la dispersion des archives modernes. À ce propos, dans son sixième chapitre, l’auteur expose le cas des archives de la communauté messine dispersées dans les cinquante ans qui ont suivi la Révolution avant que, trop tardivement, rabbins et érudits ne s’efforcent d’y remédier. Il propose également de nombreux autres exemples choisis dans les différentes communautés juives de l’époque moderne installées en France : pinkassim (registres des délibérations communautaires) des juifs contadins dispersés dans des collections privées ou vendus à l’université de Columbia, mohelbücher (registres de circoncision) et autres documents emportés par Zosa Szajkowski en 1940. Seule exception : la communauté bordelaise dont un pinkas tardif et un répertoire des décisions longtemps conservé dans la communauté sont désormais déposés aux Archives départementales de la Gironde.

3À la difficulté de disposer du matériel nécessaire à la production d’un récit historique s’ajoute la question fondamentalement épistémologique de l’objet : construit-on une histoire des juifs de France ou des juifs en France, ou encore écrit-on une Histoire de France éclairée par ses marges ? Mathias Dreyfuss revient sur le concours de l’académie de Metz entre 1785 et 1787 mais c’est plutôt celui de l’Académie royale des inscriptions et des belles lettres en 1821, moins célèbre, qui apparaît déterminant dans la manière d’écrire l’histoire des communautés juives en France. Ce concours appelle à examiner « l’état des juifs en France, en Espagne et en Italie depuis le commencement du 5e siècle de l’ère vulgaire jusqu’à la fin du 16e siècle, sous les divers rapports du droit civil, du commerce et de la littérature ». Lancé par Silvestre de Sacy qui, en 1816, avait affirmé s’opposer aux droits civils complets pour les israélites, il est remporté par Capefigue, un chartiste qui en tire un ouvrage publié en 1833 dans lequel il expose les difficultés rencontrées pour rassembler les sources nécessaires, dispersées dans de multiples fonds – dispersion que Mathias Dreyfuss expose ensuite avec érudition.

4Un autre candidat, le seul juif à participer au concours, Israël Bédarride, tira de ses travaux un ouvrage paru en 1859, résultat d’un appel des Archives israélites – une des deux principales revues juives à l’époque, lancée en 1853 et dont l’intention implicite était de produire une « Histoire israélite des Israélites ». La publication de ce livre symbolisait alors l’intégration des juifs de France à la nation française autant qu’à l’habitus historiographique. En 1851 déjà, Achille Edmond Halphen avait publié un Recueil de législation israélite dont les intentions participaient des projets manifestés par la génération précédente, celle de Léon Halevy ou Joseph Salvador, qui voyaient dans la Révolution française une césure messianique et souhaitaient s’inscrire pleinement dans la civilisation française qui en était issue. Ainsi apparaissait une première historiographie juive française qui, de Bédarride et Cahen jusqu’à Lambert en passant par Darmesteter, cherchait à la fois à montrer que les sources de la France contemporaine n’étaient pas uniquement chrétiennes et à construire une forme d’unité du judaïsme français. En cela, leurs préoccupations étaient bien éloignées de celles de Louis Francia de Beaufleury qui avait publié en 1799 une Histoire de l’établissement des Juifs de Bordeaux à Bayonne depuis 1550, et appelait à produire des histoires disjointes de chacune des nations juives sur le sol français.

5À partir des années 1830, donc, une forme de fièvre historique saisit les élites juives françaises, qui consultent et rassemblent les documents des différents fonds d’archives et s’efforcent de rassembler de nouveaux matériaux à partir d’éléments dispersés. Ils participent ainsi au recensement et au reclassement au sein de la Bibliothèque impériale des quelque 1 300 manuscrits hébraïques issus du trésor des chartes, fruit des confiscations opérées lors des différentes expulsions des juifs du royaume de France dans les derniers siècles du Moyen Âge. Ils œuvrent à la collecte des sources épigraphiques impulsée sous Napoléon III en 1856 par une circulaire qui appelait à recenser, outre les inscriptions en latin, en français ou dans d’autres langues, les inscriptions hébraïques. Ils témoignent également de la passion archéologique du siècle et mettent en valeur de nombreuses trouvailles, comme celle du cimetière médiéval juif de la rue Pierre Sarrazin à Paris. Ici, le premier versement en archéologie juive à un musée français intervient en 1846 à Narbonne. Les décennies suivantes enregistrent plusieurs entrées, notamment au musée de Cluny et au musée des Antiquités nationales à Saint-Germain-en-Laye.

6De la même manière, les travaux des historiens participent à la dé-ghettoïsation de la littérature juive médiévale, ainsi que le confirme Ernest Renan en 1877 dans son Histoire littéraire de la France. L’exemple le plus frappant est sans doute le travail produit par Arsène Darmesteter sur le manuscrit hébreu 302 de la Bibliothèque nationale en 1872. Ce manuscrit est un exemple de Le’azim du xiiie siècle, comprenant la transcription en hébreu de termes de langue d’oïl. Rédigé en Champagne, comprenant de nombreux mots d’usage quotidien et non uniquement un vocabulaire religieux ou poétique, il offre un témoignage unique sur l’état de la langue française à cette époque. L’analyse de Darmesteter, prolongée ensuite par les travaux de Lambert et Blandin, ne confirmait pas seulement l’attachement des juifs à la France, mais montrait aussi l’apport crucial que les sources juives pouvaient apporter à l’édification de l’Histoire nationale. Elle faisait néanmoins fi du fait que cet ouvrage était alors uniquement destiné aux élèves des yeshivot.

7Avec le lancement de la Société des études juives en 1880 et de sa revue, la volonté de fouiller les dépôts d’archives locales et d’aller à la recherche de sources autres que religieuses et littéraires se poursuit et s’amplifie. C’est ainsi qu’Isidore Loeb met en valeur les livres de compte d’Heliot de Vesoul conservés aux Archives départementales de la Côte d’Or, rare exemple de ce type de source au xive siècle, utile à l’histoire régionale du comté de Bourgogne comme à celle des juifs. D’autres travaux s’intéressent aux affaires judiciaires, aux sources notariées, aux libri debitorum, ou encore aux registres de taille. Étudiant celui de Paris à la fin du xiiie siècle, Isidore Loeb conclut encore à la grande intégration des juifs de la ville, que ce soit à travers le choix de leurs noms et prénoms ou celui des métiers qu’ils exercent.

8Ces archives n’étant pas spécifiquement juives, elles posent le problème du regard extérieur posé sur la communauté et de la pertinence d’une histoire des juifs construite via leur contenu. Cependant, hors sources religieuses et littéraires, la documentation manque pour l’époque médiévale. Les historiens soucieux de travailler à une histoire sociale des juifs doivent donc se tourner vers l’époque moderne. Or, comme indiqué plus haut, les principales sources Memorbücher et Pinkassim sont mal conservées en France et les lacunes suscitent beaucoup de frustrations.

9Le travail passionnant de Mathias Dreyfuss est d’un double intérêt. Tout d’abord, sur le plan de l’archivistique il montre à quel point, la conservation et le classement des archives, véritable « art de la gouvernance », préconstruisent une trame invisible de l’histoire. Alors que les érudits juifs en prennent conscience au xixe siècle, il aurait été intéressant de voir comment les institutions juives françaises de droit privé, et notamment l’Alliance israélite universelle fondée en 1860, mettent en application la conservation de leurs archives. Ensuite, sur le plan de l’historiographie, Mathias Dreyfuss confirme que l’histoire juive en France n’a jamais cessé d’être engagée dans le présent. Non que les travaux recensés s’apparentent à des falsifications, mais parce que leurs conclusions sont souvent guidées par le projet politique du franco-judaïsme. En outre, le choix des sources, souvent destiné à montrer l’intégration des communautés juives en France, est déterminant pour le ton donné aux travaux, comme le relevait Myers à propos de Graetz et de Dubnov. Le premier privilégiait les Memorbücher, qui mettaient en valeur l’unité et la continuité de l’histoire juive tout en insistant sur la précarité de la vie en diaspora. En portant son regard davantage sur les Pinkassim, le second mettait en valeur l’autonomie des communautés juives et leur capacité de résistance aux assauts extérieurs. D’où l’intérêt de poursuivre ce travail en adoptant une échelle comparative européenne mettant en valeur à la fois les différentes politiques de conservation des archives juives de la part des États européens et les projets historico-politiques des communautés juives nationales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Vilmain, « Mathias Dreyfuss, Aux sources juives de l’histoire de France », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 200-202.

Référence électronique

Vincent Vilmain, « Mathias Dreyfuss, Aux sources juives de l’histoire de France », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68456 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68456

Haut de page

Auteur

Vincent Vilmain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search