Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusJean Dubray (éd.), Abbé Grégoire ...

Comptes rendus

Jean Dubray (éd.), Abbé Grégoire : Lettres de voyage (1792-1809)

Paris, Classiques Garnier, 2021, 210 p.
Yvon Tranvouez
p. 202-203
Référence(s) :

Jean Dubray (ed.), Abbé Grégoire : Lettres de voyage (1792-1809), Paris, Classiques Garnier, 2021, 210 p.

Texte intégral

1Jean Dubray estime, au risque de fâcher, qu’il n’y a sur l’abbé Grégoire aucune « biographie digne de ce nom » (p. 13). Expliquant cette carence par les trop nombreuses lacunes documentaires qui subsistent encore, il s’emploie à « exhumer toutes les sources disponibles, disséminées en divers lieux » afin, précise-t-il, qu’une étude sérieuse puisse enfin advenir sans « précipitation brouillonne » ni « informations incomplètes » (p. 163). Après les quatre volumes consacrés à la correspondance de l’évêque constitutionnel de Blois avec son clergé (voir ASSR 180, 188, 192 et 196), voici donc, éditées avec le concours de Pierre E. Richard, 68 lettres acquises en 2014 dans une vente aux enchères. 62 sont de Grégoire et adressées à Marie-Anne Dubois, sa fidèle gouvernante ; les autres de celle-ci, dont on ne connaissait jusque-là aucun écrit.

2Les sept premiers documents de cet ensemble sont des lettres isolées antérieures à 1802. La première, du 11 décembre 1792, est adressée de Chambéry, où Grégoire était en mission avec trois autres députés de la Convention pour organiser le tout nouveau département du Mont Blanc : il s’y dit très remonté contre les Feuillants du cru, alors qu’à la capitale il avait déjà pris ses distances avec le Club des Jacobins parce que, comme il l’expliquera dans ses mémoires, « il n’était plus possible d’y opiner autrement que la faction parisienne. Indigné de cette oppression, je demandai dérisoirement que désormais fût affichée à la porte l’opinion qu’on serait obligé d’avoir » (cité par Jean Dubray, p. 23). La septième est du 14 septembre 1801, un mois après que le Concordat avec Rome, signé en juillet, a été ratifié par le pape. Écrite à Saint-Lambert-des-Bois, tout près des « ruines » de Port-Royal auxquelles Grégoire venait de consacrer une étude, elle transpire l’amertume du prélat qui s’était tant investi depuis 1790 pour faire vivre et survivre l’Église constitutionnelle : « Vous savez quels sacrifices de temps, d’argent et de repos j’ai faits pour les affaires qui étaient communes à tous. Heureusement, je vais sortir de cette tourmente, certain d’être plus heureux dans ma retraite, après avoir éprouvé tant d’injustice et d’ingratitude, que ceux qui en seraient les auteurs. » La signature est sans illusion : « Grégoire, Évêque de Blois et bientôt Évêque tout court » (p. 34-35).

3Mais l’essentiel du corpus est formé par quatre séries de missives échangées à l’occasion de voyages effectués sous le Consulat et l’Empire. Membre du Sénat conservateur depuis décembre 1801, et effectivement déchargé de toute fonction ecclésiastique après le Concordat puisqu’il n’est pas retenu pour faire partie du nouveau corps épiscopal, Grégoire a désormais plus de loisirs pour se consacrer à ses travaux, et assez de vacances pour se permettre quelques voyages d’étude. On le suit ici en Angleterre de juin à août 1802, curieux des progrès techniques, des innovations sociales et de la diversité religieuse ; aux Pays-Bas d’avril à juin 1803, sur les traces du jansénisme et séduit par le patrimoine local ; en Allemagne de juin à septembre 1805, où l’attirent les sciences et les arts ; en Lorraine enfin, sa terre natale, en août et septembre 1809. Partout il est bien reçu et multiplie les contacts avec les gens qui comptent, mais il se borne à les nommer. Comme l’explique l’éditeur de ces lettres, « l’échange d’impressions, le récit des rencontres individuelles, la description des découvertes de toute nature, la teneur des entretiens avec les savants étrangers, ont tendance, dans les courriers de Grégoire, à tourner court au profit de détails pittoresques portant sur les mœurs des pays traversés, les particularités et coutumes locales, les recettes culinaires ou les spécificités climatiques… plus susceptibles de piquer la curiosité de sa correspondante » (p. 16). Jean Dubray s’en désole et s’efforce dans de longues notes érudites d’identifier et de présenter, autant que faire se peut, ces passants épistolaires. Un triple index (noms de personnes, noms de lieux, thèmes) facilite la consultation.

4On se prend pourtant à penser, au fil de la lecture, que ce sont précisément les banalités relatives à la vie quotidienne qui font tout l’intérêt de ces lettres. Grégoire a tant écrit et sur tant de sujets que l’homme disparaît souvent derrière le penseur. Ici, on a des nouvelles de sa santé (fût-ce un simple rhume) ; on le voit attentif aux soucis du ménage (Madame Dubois ne s’entend guère avec les domestiques, dont elle change souvent) ; prenant des nouvelles de ses animaux de compagnie (elle lui répond que le chien se fait mal au déménagement effectué pendant le voyage anglais mais que la chatte est pleine : « À votre retour vous la trouverez en famille », p. 54) ; du jardin et des fruits (elle le rassure : « Je vous ai fait 81 pots de confiture de groseilles et 24 de cerises. Elles sont très bonnes », p. 60) ; très ému de revoir les lieux de son enfance lorraine… Ce Grégoire intime et ordinaire n’importe-t-il pas autant que les éclairages fournis incidemment sur des personnages qui lui sont proches, qu’il s’agisse de l’abbé Degola, son compagnon de voyage en Europe, ou de l’abbé Wardt, son secrétaire ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvon Tranvouez, « Jean Dubray (éd.), Abbé Grégoire : Lettres de voyage (1792-1809) », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 202-203.

Référence électronique

Yvon Tranvouez, « Jean Dubray (éd.), Abbé Grégoire : Lettres de voyage (1792-1809) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68463 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68463

Haut de page

Auteur

Yvon Tranvouez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search