Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusNicholas Fennell, Russian Monks o...

Comptes rendus

Nicholas Fennell, Russian Monks on Mount Athos. The Thousand Year History of St Panteleimon’s

Jordanville/New York, Holy Trinity Publications, 2021, 247 p.
Katerina Seraïdari
p. 209-211
Référence(s) :

Nicholas Fennell, Russian Monks on Mount Athos. The Thousand Year History of St Panteleimon’s, Jordanville/New York, Holy Trinity Publications, 2021, 247 p.

Texte intégral

1Voilà un titre ambitieux qui ne tient pas pour autant toutes ses promesses puisque ce livre couvre une période d’un peu plus de deux siècles. Ceux qui auraient espéré y trouver des éléments sur la présence russe au mont Athos avant le xixe siècle doivent se contenter du premier chapitre (qui fait neuf pages) et d’une page et demie de timeline. De ce point de vue, le titre semble être calqué sur la décision du patriarche de Moscou Kirill et du président russe Poutine de fêter le millénaire de la présence russe sur l’Athos en mai 2016. L’auteur se réfère brièvement à ces célébrations (p. 166-167), tout en rappelant la réticence des communautés monastiques athonites grecques, persuadées que ce monastère était grec jusqu’aux années 1830, à reconnaître l’importance de cette date anniversaire, mais aussi leur volonté d’inviter le président de l’Ukraine pour assister à l’événement – proposition refusée puisque la Russie était déjà en guerre contre ce pays.

2Après l’embrasement de cette guerre meurtrière depuis février 2022, comment ne pas considérer que le fait de s’intéresser à une communauté monastique volontairement coupée du monde amène à examiner les enjeux d’un pouvoir russe d’ordre impérial (jusqu’en 1917), puis totalitaire (jusqu’en 1991) et, enfin, néo-impérial ? Cet ouvrage pourrait donc être lu comme un récit qui permet de passer des préoccupations métaphysiques (apparitions de la Vierge et des saints, don prophétique de certains moines athonites, présence d’icônes miraculeuses et de reliques) aux événements historiques et à la manière dont les crises géopolitiques affectent l’organisation du monde religieux. L’auteur donne clairement la priorité aux manifestations métaphysiques, puisqu’il considère que les questions démographiques et politiques autour du développement spectaculaire du monastère de Saint Panteleimon au xixe et au début du xxe siècle, ainsi que sa relation avec la politique expansionniste russe au Proche-Orient, vont au-delà de ses objectifs (p. 175). Malgré un manque d’intérêt pour ce type de questions et un parti pris pour le côté russe (dans le cas de conflits avec les Grecs), ce texte a le grand mérite de rassembler des données qui sont restées jusqu’ici inaccessibles à un public non-russophone. Ce matériel, souvent hétérogène, est présenté de manière cohérente, selon un ordre chronologique. En effet, la division des chapitres suit la période d’exercice de chaque abbé du monastère depuis le tout début du xixsiècle jusqu’à aujourd’hui.

3Un autre point fort du livre est qu’il ne donne pas une image idéalisée de la vie monastique. Ainsi, il est question de la capacité des pères spirituels d’une communauté monastique (comme Makary Sushkin après son ordination à la prêtrise en 1856) à faire des relations publiques afin d’attirer des bienfaiteurs et de s’assurer leur soutien (p. 48) ; mais aussi des problèmes d’alcoolisme des moines russes (comme en 1895, p. 97) ou, plus récemment, de leur collaboration avec les autorités soviétiques (et même avec le KGB) – ce qui révèle l’existence dans certains cas d’un « monachisme soviétique » (p. 156). Sans oublier l’ambiguïté de la position des moines athonites, parfois amenés à soutenir Hitler pendant la période de l’occupation allemande et à hisser son portrait, le présentant alors comme un sauveur dans la lutte contre les bolcheviques (p. 147). Ce panorama laisse entrevoir le pragmatisme et la complexité des rapports que le monde monastique a pris l’habitude de tisser avec les détenteurs du pouvoir économique et politique.

4Un autre apport important du livre est son rappel du caractère international du Mont Athos, où des Russes, des Bulgares et des Serbes cohabitent avec des Grecs depuis des siècles, malgré les changements de régimes et la guerre froide. Ainsi, en 1962 le monastère de Saint Panteleimon demanda un tracteur au patriarche de Moscou. Le but n’était pas seulement de faciliter le travail agricole des moines russes (vieillissants et peu nombreux), mais aussi de souligner l’importance géopolitique de l’URSS dans cette partie de la Grèce. Ils suivaient l’exemple des Serbes, qui avaient envoyé peu avant un tracteur à Hilandar (le monastère serbe du Mont Athos) – ce qui avait suscité des commentaires dans toute la Grèce du Nord (p. 153). Des éléments de ce type permettent de mesurer l’impact de la guerre froide sur l’organisation de la vie et la cohabitation des différentes communautés monastiques de l’Athos.

5Peu de choses sont connues sur le mode d’existence des moines russes athonites pendant le xxe siècle. En revanche, le conflit entre Grecs et Russes qui prit forme après la guerre de Crimée (1853-1856) et qui exprima les craintes des premiers de perdre leur place traditionnelle sur la Sainte Montagne à cause de leur dépendance économique et politique vis-à-vis du tout-puissant Empire russe, a fait couler beaucoup d’encre. Dans une Macédoine toujours occupée par l’Empire ottoman mais divisée par l’éveil nationaliste des Grecs et des Bulgares (que les Russes, empreints d’une idéologie panslaviste, étaient censés soutenir), il était certainement difficile de faire la part des choses entre rapports de force géopolitiques, calculs économiques et quête du sacré. Selon Nicholas Fennell, la méfiance des Grecs envers les Russes perdure jusqu’aujourd’hui puisque « certains Grecs croient encore que les Athonites russes (…) étaient secrètement officiers de l’Armée impériale et que les caves des édifices monastiques russes de l’Athos cachaient des dépôts d’armes » (p. 67). C’est peut-être pour montrer l’absurdité de ces préjugés que l’auteur s’attarde sur les processions d’icônes, les guérisons miraculeuses et les distributions d’aumônes des moines russes. Dans ce contexte dominé par la ferveur religieuse, un consul russe de Thessalonique, Leontiev (en service entre avril et septembre 1871), décida d’abandonner sa carrière diplomatique pour devenir moine sur l’Athos ; cependant, il n’y resta qu’un an, à cause de la nourriture monastique qui s’avéra indigeste mais aussi de sa maladie (p. 202).

6De ce point de vue, le chapitre 5, sur la guerre de Crimée et la création d’une compagnie de navigation russe en 1856, est le seul qui adopte une approche géopolitique claire. Pour rétablir les échanges commerciaux et étendre son influence au Proche-Orient, quoi de mieux pour l’Empire que de lancer une compagnie maritime prenant en charge le transport des pèlerins russes désireux de visiter le Mont Athos et surtout Jérusalem ? Une fois de plus, profit économique, positionnement dans l’arène géopolitique et pèlerinage dévotionnel se révèlent étroitement liés (p. 57).

7C’est cette compagnie qui inonde progressivement le Mont Athos de pèlerins russes et qui pousse au développement des structures d’accueil du monastère Saint Panteleimon. Le gigantisme de ce dernier ne peut être dissocié de la mise en place de ce projet maritime impérial dont le succès et la rentabilité dépendaient de l’embarquement du plus grand nombre possible de pèlerins. Le Mont Athos fut ainsi impliqué pendant la seconde moitié du xixe siècle dans des enjeux qui le dépassaient – côté terre (le conflit gréco-bulgare en Macédoine) et côté mer (la volonté stratégique de renforcer la présence russe dans la Méditerranée orientale).

8Avec son ouvrage, Nicholas Fennell nous permet de suivre la période faste de cette communauté athonite russe, puis la crise qui la divisa de l’intérieur avec l’hérésie des « onomatolâtres » (adeptes de la divinité du nom même de Dieu) à laquelle le chapitre 10 est dédié, ainsi que sa décadence après 1917 et le changement du régime. Alors que les dernières années furent marquées par des rénovations impressionnantes qui redonnèrent vie à un patrimoine matériel délaissé, comment ne pas voir dans la guerre actuelle entre la Russie et l’Ukraine le signe d’une nouvelle ère de désordre qui affectera aussi la vie monastique des athonites russes et ukrainiens (souvent oubliés car indifférenciés des Russes) ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katerina Seraïdari, « Nicholas Fennell, Russian Monks on Mount Athos. The Thousand Year History of St Panteleimon’s », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 209-211.

Référence électronique

Katerina Seraïdari, « Nicholas Fennell, Russian Monks on Mount Athos. The Thousand Year History of St Panteleimon’s », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68483 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68483

Haut de page

Auteur

Katerina Seraïdari

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search