Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusIsmail Ferhat, Des discrimination...

Comptes rendus

Ismail Ferhat, Des discriminations sous-estimées ? Les musulmans en France

La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2020, 86 p.
Chantal Saint-Blancat
p. 211-212
Référence(s) :

Ismail Ferhat, Des discriminations sous-estimées ? Les musulmans en France, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2020, 86 p.

Texte intégral

1Au premier abord, le format court de cet ouvrage et le titre pourraient évoquer un essai à caractère polémique. Mais il n’en est rien. Il s’agit d’une boîte à outils – nom de la collection où il est publié – fort efficace, dénuée de complaisance et dotée d’une bibliographie exemplaire, précise, très pointue aussi bien en matière d’ouvrages français que de publications étrangères. Il ne manque rien pour un lecteur attentif qui voudrait vérifier les sources et les analyses développées dans ce volume.

2L’auteur s’appuie sur l’enquête IFOP pour la DILCRAH (Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT) et la Fondation Jean-Jaurès, « État des lieux des discriminations et des agressions envers les musulmans de France », réalisée du 26 août au 18 septembre 2019 auprès de 1007 personnes. Grâce à ces données, Ismail Ferhat cherche à examiner l’évolution du ressenti des musulmanes et musulmans depuis trente ans. Il soulève ainsi plusieurs interrogations. L’une concerne les instruments et les méthodes utilisés jusqu’ici en sciences sociales pour aborder ce thème. Il montre qu’il est temps de dépasser un certain nombre de paradigmes : le critère ethnique, celui de l’intégration socio-économique, la discrimination raciale et xénophobe nourrie de l’héritage colonial, le racisme différentialiste. Il souligne, à travers les résultats de l’enquête, une particularité discriminatoire difficile à évacuer dans sa spécificité au regard du vécu des acteurs concernés : non seulement les musulmans français de naissance déclarent avoir subi du racisme plus souvent que les musulmans d’origine étrangère (p. 33), mais ce sont les classes moyennes musulmanes, dites « intégrées », qui souffrent le plus des processus discriminatoires, bien que l’expérience des classes populaires risque d’être sous-estimée (p. 40-41).

3La donnée la plus déstabilisante reste toutefois les déclarations des musulmans interrogés sur les violences et les discriminations subies en lien avec leur religion (16 %, contre 1 % de la population française dans son ensemble). « La race ici compte moins que la religion » (p. 48) ; un ressenti crucial par rapport à toutes les politiques d’intégration et d’égalité avancées par l’État. Dans la deuxième partie, l’auteur interroge cette spécificité sous les prismes du genre, de la sécularisation de la société et des rapports avec les services publics. Les femmes, en particulier celles qui sont voilées, sont en première ligne et la religiosité des musulmans, surtout ceux dont la pratique est visible, semble mal tolérée. Les services publics sont identifiés comme lieux de discrimination, ce qui entache sévèrement les promesses universalistes et égalitaires qui y sont associées. Sont cités les forces de l’ordre, mais aussi l’administration publique, le système éducatif ainsi que le monde médical et hospitalier, points qui gagneraient à être davantage qualifiés.

4L’enquête a donc le mérite de mettre au clair les discriminations ressenties – bilan et héritage, rappelons-le, de trente ans de rapports dégradés entre l’État, la société et ses musulmans – et de souligner sans équivoque que la religion peut en être la cause de premier plan. En quelques pages, l’auteur avance une série de propositions pour inverser la vapeur : mesurer et recenser dans le temps le phénomène, l’affirmation de l’incompatibilité de l’islam avec les valeurs françaises étant passée de 26 % en 2013 à 61 % en 2019 (l’auteur ne sous-estime pas le poids du contexte international dans cette évolution) ; former et informer concrètement les opérateurs des services publics (eu égard aux observations faites récemment dans le domaine des violences à l’égard des femmes et des mineurs) ; enfin, « accepter » la religiosité des musulmans, en particulier des plus jeunes (données confirmées par les récentes enquêtes sur les lycéens). Ce dernier point, le plus délicat, mériterait d’être affronté de manière plus élaborée (voir la réticence de Frédéric Potier dans la préface).

5Sans véritable interaction sociale et respect réciproque, sans une vraie reconnaissance de l’altérité, on n’obtient pas de résultats ; face au radicalisme musulman, les jeunes doivent grandir dans un contexte favorable au débat, même conflictuel, au rapprochement et au dialogue entre les différentes religions ; mais ils doivent aussi, musulmans croyants ou non, citoyens athées ou agnostiques, réfléchir ensemble à un concept de laïcité qui mériterait autant de réflexion paradigmatique et de pratique quotidienne que cette analyse des discriminations encore aujourd’hui subies par les musulmans de France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Saint-Blancat, « Ismail Ferhat, Des discriminations sous-estimées ? Les musulmans en France », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 211-212.

Référence électronique

Chantal Saint-Blancat, « Ismail Ferhat, Des discriminations sous-estimées ? Les musulmans en France », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68491 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68491

Haut de page

Auteur

Chantal Saint-Blancat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search