Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusSean L. Field, Sainteté de cour. ...

Comptes rendus

Sean L. Field, Sainteté de cour. Les Capétiens et leurs saintes femmes

Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « En temps et lieux », 2022 [2019], 340 p.
Bénédicte Sère
p. 212-213
Référence(s) :

Sean L. Field, Sainteté de cour. Les Capétiens et leurs saintes femmes, traduit de l’anglais par J. Dalarun, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « En temps et lieux », 2022 [2019], 340 p.

Texte intégral

1À la croisée des gender studies, de l’histoire du mysticisme et de l’histoire politique des Capétiens, le livre se situe également à la confluence des mondes de la médiévistique américaine et de la médiévistique française. Conçu au cours d’une série de séminaires à l’EHESS au printemps 2016, sur l’invitation de Sylvain Piron, il a d’abord été publié en anglais sous le titre Courting Sanctity. Holy Women and the Capetians (2019, Cornell University Press) puis traduit ici par Jacques Dalarun, trois ans après. Il est donc le produit, en un sens, de la pensée française actuelle en histoire politique et en sciences sociales du religieux. Il doit beaucoup aux travaux de Jacques Dalarun, Xavier Hélary, Sylvain Piron, Alain Boureau, André Vauchez, Damien Boquet et Nicole Bériou. Il s’inscrit également dans la grande tradition des travaux d’histoire politique à l’américaine comme ceux d’Elizabeth Brown sur les Capétiens et de l’histoire du mysticisme à l’école de Robert Lerner, dont l’auteur est un des meilleurs disciples, sans oublier de pointer les affinités intellectuelles avec Renate Blumenfeld-Kosinski, Cecilia Gaposchkin et William Chester Jordan.

2Le livre entend écrire une histoire des relations entre la cour capétienne et la sainteté féminine de Louis IX à Philippe Le Bel. En six chapitres, il s’agit de montrer la courbe chronologique d’une fascination et d’une méfiance. « Au commencement » (Première partie), c’est-à-dire sous le règne de Louis IX, deux femmes construisent la sacralité des Capétiens : Isabelle de France (chapitre 1) et Douceline de Digne (chapitre 2). Leur sainteté est la preuve vivante de l’approbation dont jouissent les Capétiens de la part du Très-Haut. L’une, Isabelle de France, princesse et sœur du roi, s’engage dans une vie de perfection, d’affinité franciscaine, sans jamais prononcer les vœux d’une moniale. Princesse béguine, elle ouvre de nouvelles voies de sainteté, inédites jusqu’alors et, partant, dérangeantes. La renommée d’Isabelle atteint son apogée en 1260, mais son aura de sainteté commence à s’effacer dans les narrations et les sources postérieures. Son refus et son indépendance ont refroidi la hiérarchie (pape et Frères mineurs) au point que tout horizon d’une quelconque canonisation ait d’emblée été écarté. Douceline de Digne, de son côté, devient la « commère » (commater) de Charles d’Anjou. Comme Isabelle, elle adopte le mode de vie d’une béguine, d’inspiration franciscaine. Son autorité spirituelle et ses mérites rayonnent à la cour des Capétiens au début des années 1260, par le biais de Charles et Béatrice d’Anjou. Mais les funestes prophéties qu’elle prononce à la fin du règne du roi de Sicile s’avèrent alors ambiguës pour le pouvoir. Mettre en garde le puissant contre le danger de déplaire à Dieu attente à la sacralité de la majesté, sans que rien, pour l’heure, ne soit véritablement mis en place pour faire taire la sainte.

3Vient alors « L’ère du soupçon » (Deuxième partie), sous le règne de Philippe III le Hardi (1270-1285). Les années 1276-1278 voient la flambée d’une crise multiforme : échec militaire, accusations de péchés à la cour, trahisons, meurtres, condamnations d’Étienne Tempier, ambiance d’intrigues et de rumeurs. Une femme prend la parole publique : Élisabeth de Spalbeek (chapitre 3), mystique et prophétesse. En dénonçant les péchés du roi, elle risque d’induire que la colère divine s’abat sur la lignée capétienne. Mieux vaut l’autocensure pour être à l’abri de sanctions. Or, en ces années-là, ceux qui visent à attaquer le roi insistent précisément sur la réputation de la sainte femme de Spalbeek. Il s’agit alors pour les thuriféraires stipendiés de la monarchie française de réécrire l’histoire en présentant sous un nouveau jour cette histoire des relations entre les saintes femmes et la cour capétienne. C’est le chapitre 4 : « Écrire les saintes femmes. 1282-1285 ». La construction discursive de ces écrits répond aux besoins de légitimité et de sacralité de la dynastie, concomitants à l’enquête préparatoire pour la canonisation de Louis IX. Ainsi, Charles d’Anjou commande la Vie d’Isabelle à Agnès d’Harcourt ; Guillaume de Nangis réinterprète le rôle joué par Elisabeth de Spalbeek pour magnifier la dynastie ; Salimbene de Adam rédige le premier exposé exhaustif sur la sainteté de Douceline. Le but est clair : introduire la sainteté féminine dans la fabrique textuelle de la sainteté capétienne.

4Pourtant, sous Philippe le Bel, « le délicat édifice de la sainteté féminine gravitant autour de la cour royale allait à son tour s’effondrer » (p. 180). C’est la troisième partie. La mystique Paupertas de Metz (chapitre 5) n’est pas seulement disqualifiée pour avoir prophétisé contre le pouvoir et mis en garde le roi contre ses propres projets politiques et guerriers auxquels Dieu ne viendrait pas en aide, elle est également taxée d’inspiration diabolique. Surtout, son arrestation marque un durcissement dans l’attitude envers les saintes femmes qui gravitent autour de la cour capétienne. Les procès de Marguerite Porète, dont l’auteur est un spécialiste, et de Margueronne de Bellevillette achèvent de sceller l’effondrement d’une alliance entre cour royale et sainteté féminine. « Dans la première décennie du xive siècle, l’espace s’était refermé et seul le roi était désormais autorisé à parler au nom de Dieu » (p. 261). L’exécution de Marguerite Porète vient couronner les efforts pour réduire au silence les saintes femmes, de plus en plus dépeintes comme des ennemies du Christ et de son représentant en France, le roi capétien. Un épilogue s’imposait, dont on connaît les jalons, de la condamnation des béguines en 1311-1312 au concile de Vienne jusqu’à Jeanne d’Arc.

5On le voit, l’ouvrage, élégamment traduit par Jacques Dalarun, restitue à merveille la double polarité qui doit autant aux études américaines qu’aux travaux français. Entre construction du politique par le sacré et étude des représentations féminines marquées par le couple mysticisme/sainteté, il montre à quel point les confluences historiographiques, dans les années 2020, conduisent au meilleur d’une production scientifique en constant renouvellement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Sère, « Sean L. Field, Sainteté de cour. Les Capétiens et leurs saintes femmes », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 212-213.

Référence électronique

Bénédicte Sère, « Sean L. Field, Sainteté de cour. Les Capétiens et leurs saintes femmes », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68494

Haut de page

Auteur

Bénédicte Sère

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search