Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusVincent Flauraud, Stéphane Gomis ...

Comptes rendus

Vincent Flauraud, Stéphane Gomis (dir.), Les nouveaux territoires diocésains de l’époque médiévale à nos jours

Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2021, 287 p.
Alain Rauwel
p. 213-214
Référence(s) :

Vincent Flauraud, Stéphane Gomis (dir.), Les nouveaux territoires diocésains de l’époque médiévale à nos jours, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2021, 287 p.

Texte intégral

1Les commémorations ont parfois du bon : pour marquer le septième centenaire de l’érection du diocèse de Saint-Flour, l’un des dix-sept nouveaux diocèses du Midi voulus par Jean XXII, a été organisé en 2017 un colloque dont le volume clermontois donne à lire les actes, présentés sous forme d’une série de contributions bien agencées et remarquablement synthétisées dans une conclusion aussi ferme que nuancée. La question de la territorialité diocésaine y est reprise dans un cadre plus large qu’au colloque de Blois en 1997, à la fois par l’amplitude chronologique des études et par leur propos comparatiste, qui amène notamment des analyses croisées bienvenues entre France et Italie. On ne sera pas étonné de voir paraître en 2021 une telle collection de travaux sur les aménagements de la carte diocésaine, la labilité de cette carte à haute époque étant devenue une doxa, au moins en médiévistique. L’intérêt de la publication sanfloraine est de donner une grande place, à côté des réalités auvergnates, fort bien traitées, aux projets longs à aboutir, aux échecs et à leurs motivations, mettant en question le grand récit d’une rationalisation périodiquement ravivée de l’appareil de gestion du catholicisme romain, « pour le seul bien des âmes ».

2Les dossiers médiévaux et modernes indiquent à suffisance combien les ambitions politiques, au sens large, constituent la plupart du temps l’explication majeure des évolutions territoriales. Dans le récit de facture très classique qu’elle propose pour la concession du titre épiscopal à Cortone en 1325, Céline Pérol montre que c’est la reprise de l’affrontement entre parti papal et parti impérial au temps de Louis de Bavière qui rend compte de cette promotion. Il en va de même à Nancy où, après l’étrange installation d’une « primatiale » à l’époque ducale, la monarchie française devenue maîtresse de la Lorraine impose juste avant la Révolution un éclatement du vénérable diocèse de Toul au profit d’une capitale régionale en pleine croissance. Des temps révolutionnaires il est d’ailleurs beaucoup question dans l’ouvrage, en toute logique tant la restructuration des années 1790, puis celle de 1801, se présentèrent comme une remise à plat absolument inédite, qu’on les analyse globalement ou localement, ici à l’exemple de Meaux.

3Le poids de la départementalisation se lit tout au long de l’histoire contemporaine de la France et fait une partie de son originalité, même si on voit à l’occasion la classe politique italienne aspirer aussi à faire correspondre la liste des provinces et celle des diocèses. Selon une excellente remarque de Samuel Gicquel, la fréquentation obligatoire des grands séminaires, en brassant de jeunes lévites issus de différents « pays », renforçait autant l’appartenance départementale que l’inscription diocésaine. De même, en étudiant la création des nouveaux diocèses de la banlieue parisienne en 1966, Bénédicte Toucheboeuf indique-t-elle rapidement que l’un des projets de découpage se fondait sur les considérations de sociologie pastorale du chanoine Boulard, mais qu’il fut finalement écarté au profit d’une stricte fidélité aux limites des nouveaux départements franciliens. Un mot du vieux cardinal Feltin montre à quel point l’idéal bonapartiste des « préfets violets » avait été intégré par le corps épiscopal, bien au-delà de la Séparation, l’archevêque souhaitant affermir son pouvoir de métropolitain sur la nouvelle province « comme celui du préfet de Paris ». Comme le rappellent les éditeurs du volume, la tendance au mimétisme étatique a conduit jusqu’à la réforme de 2002, remodelant des provinces ecclésiastiques souvent millénaires pour les faire correspondre exactement à la carte des régions de programme, quelques années à peine avant la destruction de ces dernières au profit de pseudo-Länder à la française !

4Rien de comparable en Italie, où l’extrême densité des civitates tardo-antiques explique un semis diocésain très abondant, au point de faire de bourgades des capitales diocésaines qui, de ce côté-ci des Alpes, eussent été au mieux, même sous l’Ancien Régime, des archidiaconés. D’où un nécessaire aggiornamento, dont Vincent Flauraud donne un utile profil historique sur près de deux siècles, depuis la première charrette de micro-diocèses méridionaux en 1818 jusqu’à la volonté du pape Bergoglio de continuer la réduction, même si c’est par la méthode adoucie des unions in persona episcopi. En France comme en Italie, les mutations diocésaines ne peuvent être exclusivement territoriales. Elles supposent une manipulation des marqueurs identitaires, à commencer par l’hagiographie (comme le montre Fernand Peloux pour le Midi médiéval) ou la liturgie – ce dernier aspect n’est pas traité pour lui-même, mais il serait facile par exemple d’analyser les réticences du clergé lyonnais aux divers rabotages de la primatie des Gaules à l’aune de l’attachement au rit spécifique de l’Église de Lyon.

5On note cependant qu’il n’est jamais question, au fil de toutes ces grandes manœuvres, de remettre vraiment en cause la territorialité de la pratique religieuse et de son encadrement. À Paris, juste après Vatican II, on avait sérieusement songé à faire évoluer les cadres canoniques, par exemple en créant une conférence épiscopale de région (comme il en existe en Italie) ou en incardinant le clergé à l’échelle provinciale et non dans tel diocèse particulier. Les réticences d’appareil eurent raison de ces projets avortés, que le particularisme autoritariste du système lustigérien, en vigueur sous plusieurs mitres pendant quatre décennies, acheva d’enterrer. Et on n’entend guère, aujourd’hui, de propositions de dépassement du dispositif diocésain classique. Sans doute est-ce là que se vérifient à plein les remarques de Danièle Hervieu-Léger sur ce qu’elle nomme « l’impérialité » du système catholique, définitivement rétif aux déterritorialisations de la modernité avancée. Vincent Flauraud ne dit pas autre chose lorsqu’il suggère une « fin de cycle » pour le cadre diocésain. Avec d’autres, cet ouvrage vient donc à son heure : celle de l’inventaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rauwel, « Vincent Flauraud, Stéphane Gomis (dir.), Les nouveaux territoires diocésains de l’époque médiévale à nos jours », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 213-214.

Référence électronique

Alain Rauwel, « Vincent Flauraud, Stéphane Gomis (dir.), Les nouveaux territoires diocésains de l’époque médiévale à nos jours », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68501 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68501

Haut de page

Auteur

Alain Rauwel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search