Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusSylvain Guéna, Maritain ou la lib...

Comptes rendus

Sylvain Guéna, Maritain ou la libération des vérités captives

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 322 p.
Yann Schmitt
p. 226-227
Référence(s) :

Sylvain Guéna, Maritain ou la libération des vérités captives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 322 p.

Texte intégral

1Sylvain Guéna, spécialiste de l’œuvre de Jacques Maritain, nous livre un recueil d’articles sur la pensée sociale et politique du philosophe et théologien catholique. Cette pensée peut se résumer selon l’auteur comme la conjonction d’une forme de sensibilité de gauche qui le rend attentif au plus haut point à la pauvreté économique, morale et spirituelle, et de la primauté donnée à la vérité du catholicisme, seul à même de porter la vie spirituelle.

2Les treize chapitres sont une source d’informations précises sur les relations de Maritain, dont celle qui l’a associé à Emmanuel Mounier, et sur les étapes de son parcours : du socialisme à l’association avec Charles Maurras et l’Action Française jusqu’à l’exil américain et à sa fin de vie, devenu veuf de Raïssa, dans un couvent toulousain.

3Le livre est une forme de plaidoyer en faveur de la relecture nécessaire des textes de Maritain sur les enjeux politiques de son temps – la guerre d’Espagne, les totalitarismes, la seconde guerre mondiale ou mai 1968 notamment. L’auteur rappelle avec force la lucidité de Maritain face aux horreurs de son temps. Ainsi, sa lutte contre l’antisémitisme fut constante et profondément pensée. L’auteur n’hésite pas non plus à confier ses analyses (trop sommaires à notre goût) sur notre époque, prolongeant les indications de Maritain qui refusait tout autant le fascisme, le capitalisme contaminant les démocraties libérales et le communisme. Le diagnostic qui préside à ces réflexions est antimoderne, à la suite de la figure tutélaire de Léon Bloy, et religieux puisque le nihilisme moral et spirituel qui est toujours le nôtre, selon l’auteur, demande d’abord et avant tout une conversion des non-croyants et des catholiques eux-mêmes. Cette conversion, et Maritain s’est lui-même converti dans sa jeunesse, serait la condition nécessaire pour que les indignations morales et les révoltes qui ont toute la sympathie de Maritain puissent véritablement conduire à un monde meilleur respectueux de la nature humaine qui consiste fondamentalement à être une créature de Dieu.

4On regrettera qu’une lecture plus précise d’Humanisme intégral (1936), dont l’auteur souligne à raison l’importance, mais de manière souvent allusive, ne soit pas proposée pour consolider le plaidoyer. De même, le thomisme, dont l’importance est considérable dans la réflexion de Maritain, n’est jamais étudié, des expressions comme « bien commun » ou « philosophie de l’être » ne donnant lieu à aucune explication. L’auteur défend l’unité de la vie et de la pensée de Maritain (p. 14) mais semble réticent à expliciter l’arrière-plan philosophico-théologique de son sujet d’étude alors même que la métaphysique thomiste de Maritain indique les fins qui doivent guider les réponses aux pires maux qui touchent l’humanité. De plus, hormis le chapitre premier qui développe le projet d’une politique mondiale incarnant le pluralisme – nulle théocratie donc – et la révolution spirituelle espérée par Maritain, la partie constructrice de la politique maritainienne est seulement esquissée. Car l’auteur s’intéresse avant tout à mettre en valeur l’ouverture d’esprit d’un Maritain proche des révoltés et de celles et ceux qui souffrent, montrant la constance de sa sensibilité quasi-libertaire. Il y avait là matière à une belle réflexion : un thomisme de sensibilité quasi-libertaire est-il possible ?

5Il nous a donc semblé que l’ouvrage souffrait de défauts de construction. En tant que recueil d’articles, les redites inévitables auraient mérité d’être gommées. Certains rapprochements censés insister sur la proximité de Maritain avec les révoltes sont parfois artificiels, comme les chapitres sur l’anarchie et sur George Orwell. Le dernier chapitre sur le mal met en avant la profondeur du questionnement de Maritain. Ce dernier médite douloureusement, à la fin de la seconde guerre mondiale, sur la différence entre les souffrances acceptées par les saints et celles incomprises par leurs victimes et par là scandaleuses pour la conscience morale et pour la foi chrétienne. Mais l’auteur, oubliant Maritain, se disperse en une longue suite de résumés de réflexions théologiques sur le mal.

6Le pari d’un Maritain pertinent pour les crises de notre temps est-il tenu ? Dans le commentaire de « Primauté du spirituel », le texte de Maritain clarifiant sa rupture avec Maurras, on peut lire : « L’Esprit était d’abord celui du Christ, du christianisme et de l’Église catholique – seule Église pleinement universelle, même si la sève divine peut encore partiellement circuler dans les autres Églises chrétiennes, et dans les autres sagesses religieuses non-chrétiennes. La tâche était venue de resituer l’Église dans sa situation d’universalité, au-dessus de toutes les sociétés » (p. 99). La priorité accordée aux défavorisés qui hantait Maritain sera-t-elle mieux prise en compte à l’avenir si le catholicisme devient réellement universel ? En appeler à une telle conversion individuelle et collective n’est-ce pas se rendre impuissant face au présent et à l’avenir ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Schmitt, « Sylvain Guéna, Maritain ou la libération des vérités captives », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 226-227.

Référence électronique

Yann Schmitt, « Sylvain Guéna, Maritain ou la libération des vérités captives », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68561 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68561

Haut de page

Auteur

Yann Schmitt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search