Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusJames L. Heft, Jan E. Stets (ed.)...

Comptes rendus

James L. Heft, Jan E. Stets (ed.), Empty Churches. Non-Affiliation in America

New York, Oxford University Press, 2021, 352 p.
Jean-Louis Ormières
p. 230-232
Référence(s) :

James L. Heft, Jan E. Stets (ed.), Empty Churches. Non-Affiliation in America, New York, Oxford University Press, 2021, 352 p.

Texte intégral

1Préfacée par l’évêque de San Diego, cette importante étude interdisciplinaire codirigée par un théologien (James L. Heft) et un sociologue (Jan E. Stets) tente d’appréhender le phénomène de désaffiliation religieuse qui, après avoir affecté les pays européens, se manifeste aujourd’hui aux États-Unis, plus ou moins épargnés sur ce point jusque-là.

2Les contributions, qui s’appuient sur de nombreuses données statistiques et des enquêtes approfondies, sont regroupées en quatre parties. Il s’agit dans un premier temps de cerner et de préciser l’identité de ces désaffiliés. Certes, ceux que l’on a pris habitude outre-Atlantique de nommer les « nones », pour la plupart blancs, issus de milieux aisés et ayant un niveau d’éducation élevé, s’identifient eux-mêmes comme athées ou agnostiques. Néanmoins, le tableau de ce groupe qui ne cesse de croître est plus complexe qu’il n’y paraît. Comme le montre Nancy Ammerman (chap. 2), les non-affiliés se recrutent également parmi des populations d’immigrants (Chinois, Japonais ou autres) plus ou moins défavorisés pour lesquels le mode d’affiliation religieuse américain ne correspond pas ou correspond peu à ce qu’il est dans leur pays d’origine. Les « nones » peuvent aussi être des personnes qui croient mais ne sont affiliées à aucun culte (« believing without belonging »). Soulignant les divers sens de la sécularisation, Joseph O. Baker (chap. 3) conclut en effet que plus de 60 % d’entre eux affirment croire en Dieu. Quoi qu’il en soit, le processus de sécularisation progressive qui touche l’Amérique concerne en premier lieu les milieux catholiques (entre 1974 et 2012, la proportion de messalisants est ainsi passée de 47 % à 24 %). À l’encontre des catholiques conservateurs, Carol A. MacGregor et Ashlyn Haycook semblent rejoindre les catholiques libéraux persuadés que si l’Église acceptait de revoir sa position sur la contraception, l’homosexualité et l’ordination des femmes, la situation actuelle pourrait s’inverser. La quatrième cohorte, celle des baby-boomers (peu étudiée malgré son importance) à laquelle s’intéressent Vern Bengtson, Gabrielle Gonzales, Camille Endacott et Samantha Copping Kang, concerne donc des personnes âgées, voire en fin de vie, qu’elles soient affiliées ou non-affiliées (près des deux tiers). En dépit de la grande diversité qui caractérise cette cohorte, les entretiens (peu nombreux néanmoins) laissent entrevoir un continuum certain entre croyance et non croyance, qu’il s’agisse de seniors religieux ou non religieux.

3La seconde partie s’attache à comprendre la progression de la non-affiliation en mettant l’accent sur les jeunes qui sont les plus concernés par la sécularisation. Selon les psychologues Sam A. Hardy et Gregory S. Longo, la génération actuelle des adolescents s’éloigne de la religion car nombre d’entre eux, refusant de vivre en accord avec les prescriptions et les interdits religieux, éprouvent le sentiment de ne pas être bien acceptés dans leur communauté religieuse. Cet éloignement est susceptible de se poursuivre compte tenu du contexte : allongement de la période entre l’adolescence et l’âge adulte, déclin des mariages et hausse des divorces, progression des mariages interconfessionnels. Autant de changements pouvant freiner une reprise des affiliations.

4Retraçant l’histoire des rapports entre le courant évangélique et la droite chrétienne, William V. Trollinger observe et déplore que l’ancrage de ce courant dans la droite conservatrice contribue à la sécularisation de la société américaine. À l’inverse, Matthew S. Hedstrom, qui s’intéresse à l’autre bord politique, conteste l’idée selon laquelle le libéralisme religieux et le cosmopolitisme sont un facteur aggravant de la non-affiliation. La désaffiliation est avant tout, entre autres, le fait des abus sexuels dans l’Église catholique, de l’homophobie et du racisme persistant au sein du protestantisme évangélique.

5Dans la troisième partie, deux articles explorent quelques-unes des conséquences de cette désaffiliation. Étudiant ses effets sur l’engagement politique et civique, le politologue David E. Campbell constate que ce dernier diffère selon que la personne est « non-religionist » ou « secularist » affirmée. Plus nombreux au sein du parti démocrate que les « non-religionist », plus tentés par le vote républicain, les « secularist » témoignent d’un engagement civique plus conséquent. Bernard G. Prusak s’interroge sur les effets de la non-affiliation religieuse sur les objections de conscience, profondément inscrites dans l’histoire américaine. Si l’on peut souscrire au point de vue de George Washington affirmant en son temps que « la moralité peut être maintenue sans religion », il semblerait néanmoins que les progrès de la désaffiliation ne soient pas exempts de menace pour les objections de conscience. L'appel à la conscience est aujourd'hui beaucoup moins puissant qu'il ne l'était lorsque Dieu entrait en scène. L’argumentation de Bernard G. Prusak tient en deux parties. La première passe en revue les moments et les textes clés de l'histoire de l'objection de conscience aux États-Unis ; la seconde partie est consacrée au statut de l'objection de conscience dans la pensée contemporaine. Le chapitre se termine par quelques réflexions adressées aux responsables religieux sur la meilleure façon de protéger la clause de conscience, ou du moins de ne pas lui nuire, si la non-affiliation religieuse devenait la norme.

6Considérant la désaffiliation comme un défi pour la pérennité de la religion, les contributions de la dernière partie de l’ouvrage se veulent résolument optimistes. Le résultat des entretiens menés par Elizabeth K. Cahill auprès de plusieurs leaders de communautés religieuses (rabbins, prêtres, leaders évangéliques) du sud du pays lui laisse entrevoir quelques lueurs d’espoir à ce sujet. Tout en reconnaissant l’indéniable progression de la désaffiliation, ces leaders font en effet valoir que ceux qui s’éloignent de leur communauté d’origine conservent néanmoins une spiritualité qui ne demande qu’à être entretenue, tant le besoin de transcendance perdure chez la plupart des désaffiliés. Engagée dans une association qui entend promouvoir l’amélioration des pratiques et le développement des ressources humaines de l'Église catholique aux États-Unis, y compris une plus grande incorporation de l'expertise des laïcs, Kerry A. Robinson rejoint l’optimisme de sa collègue. Même si les jeunes sont de plus en plus nombreux à s’éloigner de l’Église, ils continuent de se poser des questions sur le sens de l’existence, le pardon, le mal ou encore l’amélioration de soi. Autant d’interrogations auxquelles les religions peuvent offrir des réponses. Un meilleur accueil de l’institution, s’appuyant sur un clergé mieux formé, ainsi que la reconnaissance du rôle des parents et du milieu familial devraient permettre d’éviter que cet éloignement ne devienne définitif.

7Dans la contribution conclusive de l’ouvrage, James L. Heft remarque que, contrairement à ce qui avait été avancé il y a plusieurs années et comme l’ont souligné plusieurs chercheurs tels que José Casanova, le processus de sécularisation n’a pas fait disparaître la religion. Reste qu’aux États-Unis comme dans la plupart des pays occidentaux, les jeunes sont de plus en plus nombreux à déserter les lieux de culte. Conséquence de la puissante culture séculaire et marchande, la marginalisation de la pratique religieuse privée, admet James L. Heft, augure un profond changement d’époque. Dès lors, le soutien d’une croyance et d’une pratique religieuses susceptibles de conduire à de nouvelles formes d’intériorisation et de pratique communautaire aura besoin de familles religieuses fortes dans lesquelles la foi est partagée, de paroisses dynamiques, d'un enseignement religieux solide et de mentors pour accompagner les fidèles dans les inévitables hauts et bas d'une vie de foi vécue dans un monde devenu séculier.

8Dans l’ensemble, plusieurs de ces communications ne désespèrent pas de l’avenir de la religion. La désaffiliation ne semblerait pas, aux yeux de la plupart, inéluctable. Certes, une forme de chrétienté s’achève, mais des solutions existent pour enrayer ce mouvement de désaffiliation qui affecte aujourd’hui l’Amérique du Nord. Fondée sur une communauté de foi plus forte mais plus réduite, une nouvelle incarnation de la foi chrétienne continuera, concluent les auteurs non sans optimisme, à célébrer les grands mystères.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Ormières, « James L. Heft, Jan E. Stets (ed.), Empty Churches. Non-Affiliation in America », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 230-232.

Référence électronique

Jean-Louis Ormières, « James L. Heft, Jan E. Stets (ed.), Empty Churches. Non-Affiliation in America », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 26 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/assr/68578 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68578

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Ormières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search