Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusDanièle Hervieu-Léger, Jean-Louis...

Comptes rendus

Danièle Hervieu-Léger, Jean-Louis Schlegel, Vers l’implosion ? Entretiens sur le présent et l’avenir du catholicisme

Paris, Éditions du Seuil, 2022, 392 p.
Étienne Fouilloux
p. 232-234
Référence(s) :

Danièle Hervieu-Léger, Jean-Louis Schlegel, Vers l’implosion ? Entretiens sur le présent et l’avenir du catholicisme, Paris, Éditions du Seuil, 2022, 392 p.

Texte intégral

1« Ce livre n’a pas été écrit pour “désespérer Billancourt” », note Jean-Louis Schlegel dans la conclusion de ses entretiens avec Danièle Hervieu-Léger. La précision n’est pas superflue, car le diagnostic que portent les deux sociologues sur « le présent et l’avenir du catholicisme » est bien sombre. Certes, nombre de limites et de corrections à la sévérité de ce bilan sont fournies chemin faisant. L’analyse porte principalement sur le catholicisme français et, par extension, sur le catholicisme des pays industriels développés d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord : les deux auteurs ne se prononcent pas sur l’avenir du catholicisme en Afrique ou en Asie, bien qu’ils se montrent sceptiques sur le renfort que ces jeunes chrétientés peuvent apporter aux chrétientés vieillissantes. Certes Schlegel se fait fréquemment « l’avocat du diable », de l’Église catholique en l’occurrence, avec des arguments souvent présentés à sa décharge. Certes Hervieu-Léger nuance-t-elle souvent la radicalité de ses propos et se montre-t-elle prudente sur un avenir qui reste ouvert, bien qu’elle en récuse certaines projections.

2La double crise qui a frappé de plein fouet le catholicisme occidental, celle du Covid-19 et celle de la pédophilie au sein du clergé, ne la conduisent cependant pas à modifier ses positions antérieures, bien au contraire. Ces crises lui paraissent confirmer et l’exculturation du catholicisme dans les sociétés occidentales et l’éclatement de ce qui en reste sous les modes privilégiés du pèlerin à la foi itinérante et du converti ancré sur ses nouvelles certitudes. Construit sur l’exemple français, cet argumentaire vaudrait aussi pour des pays où l’effondrement catholique est notoire, comme le Québec ou l’Irlande. Mais quid du catholicisme italien, dont le cas n’est pas abordé ? Si les mêmes processus d’effritement y sont à l’œuvre, l’ « exculturation » en est bien moins évidente comme le prouve la place réservée à l’actualité catholique dans la grande presse, bien plus importante qu’en France où elle est réduite à la portion congrue.

3Les deux crises récentes, la seconde surtout, permettent à Hervieu-Léger de souligner que la menace ne vient plus seulement de la société ambiante, mais de l’ébranlement du dispositif catholique lui-même, ce qu’elle appelle le « système clérical-impérial » fondé sur le prêtre comme dispensateur exclusif des biens du salut à travers les sacrements et sur une volonté « impériale » de quadrillage territorial et d’imposition des mêmes normes à l’ensemble de la planète. La démographie cléricale en berne ne permettant plus un tel quadrillage dans les pays occidentaux et les normes n’y étant guère respectées par les fidèles eux-mêmes, comme le montre la généralisation parmi eux de la contraception « artificielle », le maillage ecclésial présente des trous de plus en plus importants, non seulement dans les campagnes, mais dans les banlieues et les quartiers populaires des grandes villes. L’entretien évoque ainsi l’échec de la mission ouvrière, sans signaler la recharge populaire apportée par les diverses vagues d’immigration, qui ne bénéficient pas au seul protestantisme évangélique. Quant à la crise des délits sexuels et des abus spirituels commis par des prêtres, religieux et permanents laïcs, elle touche le système en son cœur, car elle pointe la contradiction entre les normes que l’Église continue, sans beaucoup de succès, d’imposer à ses fidèles, et leur viol par un nombre important de ses ministres sans qu’elle ait réagi de manière appropriée. Déprécié socialement de longue date, le statut du prêtre se trouve ainsi attaqué moralement et spirituellement, sans perdre pour autant les pouvoirs que lui confère un régime d’exception.

4Seule une réforme radicale pourrait sauver le système, selon nos sociologues, c’est-à-dire une réforme qui, prenant acte de la condition diasporique du catholicisme dans les sociétés occidentales, rendrait aux croyants et à leurs communautés une pleine autonomie de choix religieux ; et une réforme qui viendrait à bout du cléricalisme, c’est-à-dire du pouvoir sacralisé de clercs masculins. Hervieu-Léger et Schlegel conviennent que le concile Vatican II a bien tenté la première, mais qu’il l’a laissée à mi-chemin : sa déclaration sur la liberté religieuse, si décriée dans les milieux traditionalistes car difficile à concilier avec les condamnations pontificales du xixe siècle, se prononce pour une liberté juridique permettant aux croyants de vivre leur foi sans contrainte extérieure ; elle continue de leur refuser la liberté de conscience qui leur donnerait pleine autonomie sur la décision de croire ou de ne pas croire, seule position acceptable par le sujet en situation postchrétienne. Dans les textes de Vatican II et dans leur application restrictive par les pontifes successifs, l’autonomie des réalités terrestres est plus souvent proclamée que pratiquée. Le système que Hervieu-Léger appelle « impérial » reste un intégralisme qui ne veut rien laisser échapper de la vie humaine.

5Quant au statut du prêtre, le concile n’y a guère touché. Nos deux auteurs saluent les multiples critiques du pape François contre le « cléricalisme », tout en remarquant qu’elles s’en prennent plus à des modes de fonctionnement réformables qu’à l’existence même d’un corps de permanents masculins, préservés de l’impureté imputée à la femme, et intermédiaires obligés entre le fidèle et son Dieu. Comme l’a écrit Hervieu-Léger dans une tribune du Monde en réaction au rapport Sauvé (20 octobre 2021), une véritable réforme sur ce point passe par la suppression pure et simple d’un tel statut jugé exorbitant. Mais Rome peut-elle casser la branche sur laquelle elle est assise ? Le pape Jean-Paul II a répondu nettement par la négative, sur l’ordination des femmes. Et les modestes velléités « pastorales » de François pour desserrer ce carcan ne font qu’en souligner la rigidité. Le saupoudrage de laïcs, hommes et femmes, dans les structures ecclésiales aux différents niveaux et la focalisation actuelle sur la synodalité ne suffisent pas à convaincre nos deux sociologues, car ils ne modifient pas la constitution foncièrement inégalitaire de l’Église.

6Danièle Hervieu-Léger et Jean-Louis Schlegel estiment le système romain irréformable par en haut. Comment voient-ils donc l’avenir du catholicisme en France et dans les pays occidentaux ? Une restauration à partir du milieu privilégié des « tradis » ou des « observants », riche en vocations sacerdotales, ne leur paraît pas réaliste. Ils pointent plutôt le risque de « gentrification », voire de penchant sectaire au sens sociologique du terme, d’une Église réduite aux milieux aisés des centres urbains et séduite par des propositions contre-culturelles. Ils ne font pas plus crédit aux « communautés nouvelles » des années 1970, vite vieillies par les scandales, ni aux brigades de prêtres à l’ancienne, type Communauté Saint-Martin, lancées à l’assaut des périphéries urbaines. Avec les précautions qu’impose le métier de sociologue, ils voient plutôt le catholicisme minoritaire du futur comme un archipel ou une diaspora de communautés d’esprit très différent, voire opposées et mal reliées entre elles par des évêques dépassés, d’où le terme d’implosion qui est suggéré plutôt que celui d’éclatement, déjà acté. Hervieu-Léger signale quelques-unes des opportunités que présente déjà ce paysage contrasté : l’hospitalité monastique, telle qu’elle se pratique à Taizé ou dans certaines abbayes, la sociabilité des hauts lieux de pèlerinage ou celle de quelques grandes manifestations ponctuelles sur le modèle de Journées mondiales de la jeunesse. La liste n’est pas exhaustive.

7Nul doute que ce livre alerte et incisif, dépourvu d’appareil scientifique mais lesté par une vaste information, intéressera au-delà du cercle des spécialistes et de la sphère ecclésiale. Il prête le flanc à une double critique. Celle, prévisible, des catholiques « ostensibles » comme des catholiques d’ouverture, qui trouveront le constat bien pessimiste et produiront, a contrario, les multiples exemples d’une vitalité catholique maintenue, au risque d’un dialogue de sourds avec les deux sociologues qui ne prétendent pas fournir un panorama complet de la diversité catholique mais la mise en évidence des tendances lourdes de son évolution. Celle aussi de tous ceux, spécialistes ou non de sciences humaines, qui peuvent se demander quel est le statut d’un tel ouvrage. Où les deux auteurs placent-ils le curseur entre la démarche sociologique, pourvue d’un nécessaire recul conceptuel, et des convictions personnelles sous-jacentes qui affleurent au fil des échanges ? Livre délibérément engagé, le fruit des entretiens de Danièle Hervieu-Léger avec Jean-Louis Schlegel est un mixte parfois difficile à démêler entre des analyses qui se veulent objectives et une critique serrée du système catholique dont la part de subjectivité ne saurait être niée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Fouilloux, « Danièle Hervieu-Léger, Jean-Louis Schlegel, Vers l’implosion ? Entretiens sur le présent et l’avenir du catholicisme », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 232-234.

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Danièle Hervieu-Léger, Jean-Louis Schlegel, Vers l’implosion ? Entretiens sur le présent et l’avenir du catholicisme », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68589 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68589

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search