Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusKaren M. Johnson-Weiner, The Live...

Comptes rendus

Karen M. Johnson-Weiner, The Lives of Amish Women

Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2020, 301 p.
Jean-Louis Ormières
p. 236-238
Référence(s) :

Karen M. Johnson-Weiner, The Lives of Amish Women, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2020, 301 p.

Texte intégral

1Fruit d’un travail qui s’est déroulé sur plus de trente ans, cet ouvrage dresse un portrait sinon exhaustif du moins très complet, et sans doute actuellement le plus abouti, des femmes amish (et le pluriel ici s’impose tout particulièrement, tant est grande la diversité des manières de vivre de ces femmes en dépit d’une religion commune). Immergée dans les communautés amish, grâce à l’observation participante à laquelle elle a eu recours, Karen M. Johnson-Weiner a par ailleurs effectué de nombreux entretiens et alimenté des relations épistolaires avec plusieurs de ces femmes avec lesquelles elle a partagé une certaine intimité.

2Rappelant brièvement les origines anabaptistes de la religion amish, une religion pacifiste, non-prosélyte mais étonnamment prolifique (plus de 370 000 membres aujourd’hui), fondée sur la pratique du baptême à l’âge adulte, l’objection de conscience et par-dessus tout le refus de toute modernité, principes qui ont valu à ses adeptes d’être violemment persécutés, Karen M. Johnson-Weiner souligne dès ce chapitre introductif le rôle actif joué par les femmes dans la résistance des amish à la répression, dans un premier temps au cours de l’émigration et de l’installation de ces communautés outre-Atlantique en Pennsylvanie, puis dans plusieurs autres États américains.

3Si la religion demeure jusqu’à ce jour le ciment indéfectible de toutes les communautés amish (américaines et canadiennes), le temps et les rapports avec le monde environnant n’ont pas été sans effets sur ces communautés et en particulier sur le genre féminin et sur le mode de vie des femmes.

4Qu’elles soient jeunes filles, épouses, célibataires ou veuves, la vie que mènent les femmes amish diffère selon le type de communauté à laquelle elles appartiennent. Dans les communautés agraires ayant conservé le mode de vie traditionnel et ayant limité l’accès à l’usage de techniques nouvelles, les femmes ont leurs propres tâches mais hommes et femmes s’entraident. Il en va différemment au sein des communautés qui ne refusent pas les innovations technologiques et dont les membres créent leur propre entreprise. Tout en continuant à suivre, aux côtés de son époux, les règles de vie de la communauté (Ordnung), la femme, en faisant commerce de ses produits, acquiert une certaine autonomie. D’autres communautés engagées plus avant dans leurs relations avec l’extérieur ont permis à leurs membres d’accepter un emploi salarié dans des entreprises non-amish, altérant pour partie les relations entre la femme et l’homme et entre les générations.

5Ces différences ne modifient guère fondamentalement la position des femmes ni au sein de la communauté, ni dans le foyer. L’accès aux fonctions d’évêque ou de ministre demeure réservé aux hommes. Se conformant à la Bible, la femme est soumise à l’homme qui reste le chef de famille. Symbolisés par la coiffe traditionnelle qu’elle porte en permanence, cette soumission et le patriarcat qui en découle sont néanmoins considérés comme « soft » par l’auteur qui souligne l’entraide au sein du couple et le respect de l’homme envers son épouse.

6Mari et femme contribuent l’un et l’autre d’une part à l’éducation des enfants qui doivent obéissance à leurs parents et d’autre part à l’affirmation des différences de genre concernant la tenue vestimentaire, les jeux, etc. À l’issue du cycle scolaire (classe de 4ème), les jeunes filles adolescentes se voient confier des tâches les préparant à devenir mères et à tenir la maison. Seules les communautés progressistes acceptent que les jeunes filles soient salariées à l’extérieur. À la fin de l’adolescence, plus de 85 % des filles et garçons seront baptisés, les récalcitrants étant bannis de la communauté. Pour se marier, la femme doit attendre qu’un homme officialise sa demande. Les mariages ne sont cependant jamais arrangés et dans nombre de communautés la recherche du partenaire est tenue secrète. Une fois mariée, la femme se voit confier un rôle égal à celui de l’homme au sein de l’église Amish, elle est en mesure notamment de donner son avis sur le choix de l’évêque, ou du ministre. Soumise à son mari à tous les niveaux, la femme ne se considère pas néanmoins comme étant assujettie ou servile. Tout en continuant à respecter la place et le rôle qui leur sont attribués au sein de la famille et de la communauté, qu’il s’agisse de la construction d’une nouvelle ferme, de l’abattage d’un animal (porc, vache) ou de toute autre tâche où s’exerce la division sexuelle du travail, les femmes, notamment dans les communautés « progressistes » qui sont le plus en relation avec le monde extérieur, s’autonomisent peu à peu. Travaillant à l’extérieur, comme enseignantes, infirmières, ou tout autre travail salarié, elles prennent quelque distance avec la communauté et leurs coreligionnaires.

7Dans ses entretiens, Karen M. Johnson-Weiner a tenté, non sans mal, de parler de sujets intimes concernant en particulier la sexualité. Il semble rare, voire inenvisageable que ces questions soient abordées dans les communautés agraires traditionnelles, mais elles commencent à l’être (ainsi que la menstruation et la procréation) dans les communautés progressistes. De même, mais comme dans toute autre société, l’abus sexuel reste tabou. Quant à l’homosexualité, considérée comme un péché, elle est impossible à vivre sans encourir l’exclusion définitive de la communauté.

8Les six chapitres que nous venons de résumer à grands traits font état de la grande diversité de la condition féminine selon les communautés ; le septième et avant-dernier chapitre, qui aborde les lectures auxquelles les femmes s’adonnent, illustre plus encore cette diversité. Les trois publications (magazines) qui font ici l’objet d’une analyse approfondie ont une audience variable selon le degré d’ancrage des communautés dans le mode de vie traditionnel. The Little Red Hen News, qui a la préférence des femmes vivant au sein des communautés agraires, encourage ces dernières à perpétuer les traditions face aux tentations extérieures. Ladies’ Journal a les faveurs des communautés que l’autrice qualifie d’ « entrepreneuriales », moins traditionalistes du fait de leurs relations avec le monde du business, quand bien même il se situerait à la maison. Sans remettre en cause la nécessité d’une soumission de la femme à l’homme, à l’instar des autres magazines, Keepers at home met néanmoins l’accent sur la capacité de la femme à faire ses propres choix.

9Dans son dernier chapitre, Karen M. Johnson-Weiner rappelle qu’en passant d’un mode de vie agraire à la petite entreprise ou au travail salarié, les communautés amish n’ont pas seulement modifié la nature de leur relation avec la société « mainstream ». Il s’en est également suivi une relative altération des relations entre hommes et femmes et entre parents et enfants au sein de ces communautés. L’autrice considère qu’être une femme amish sera de plus en plus problématique à mesure que les relations avec le monde extérieur seront plus étroites et conduiront sans doute inévitablement à l’adoption de nouvelles technologies.

10On peut regretter que l’approche historique n’ait pas été plus approfondie. Mais cela eût été sans aucun doute un autre livre. Avec l’observation participante sans laquelle la richesse de ses informations sur les femmes Amish eût été bien moindre, Karen M. Johnson-Weiner nous livre ici un travail que l’on ne peut que recommander aux chercheurs, en particulier aux sociologues, mais aussi aux simples lecteurs, tant cet ouvrage agrémenté de plusieurs photographies et qui témoigne par ailleurs d’une véritable empathie pour son sujet est d’une lecture agréable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Ormières, « Karen M. Johnson-Weiner, The Lives of Amish Women », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 236-238.

Référence électronique

Jean-Louis Ormières, « Karen M. Johnson-Weiner, The Lives of Amish Women », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68601 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68601

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Ormières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search