Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusSonja Kmec, Robert Philippart, An...

Comptes rendus

Sonja Kmec, Robert Philippart, Antoinette Reuter (dir.), Ewige Ruhe? Grabkulturen in Luxemburg und den Nachbarregionen / Concession à perpétuité ? Cultures funéraires au Luxembourg et dans les régions voisines

Luxembourg, Capybarabooks, 2019, 352 p.
François Gauthier
p. 247-249
Référence(s) :

Sonja Kmec, Robert Philippart, Antoinette Reuter (dir.), Ewige Ruhe? Grabkulturen in Luxemburg und den Nachbarregionen / Concession à perpétuité ? Cultures funéraires au Luxembourg et dans les régions voisines, Luxembourg, Capybarabooks, 2019, 352 p.

Texte intégral

1C’est un ouvrage magnifique que celui-ci. Enrichi de nombreuses illustrations et photographies reproduites en couleur, doté d’une mise en page élégante, il devrait interpeler tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin au thème de la mort dans les sociétés occidentales du Moyen Âge jusqu’à aujourd’hui. Comme l’écrivent joliment les directrices et le directeur de cet ouvrage, Sonja Kmec, Antoinette Reuter et Robert Philippart : « La mort nous concerne tous. Elle constitue un processus biologique universel et, en même temps, un fait éminemment social. Les rites, les symboles et les objets qui entourent la mort et la commémoration des défunts nous renseignent sur les pratiques culturelles et religieuses, les hiérarchies sociales et les relations de pouvoir, les normes et valeurs, enregistrant les ruptures et les continuités au fil du temps. » (p. 9)

2L’ouvrage, désormais disponible en ligne en libre accès, invite à réfléchir sur la matérialité de la mort, et des tombes en particulier. Il est le fruit d’un important projet de recherche mené au Luxembourg et dans ses régions voisines, qui a mobilisé une variété impressionnante d’approches, y compris des méthodes inédites liées aux nouvelles technologies. L’ouvrage qui en résulte permet de saisir les importantes transformations qui ont affecté le traitement des corps depuis le XIXe siècle, d’en apprécier les phases et les moments charnières. Il en est ainsi de l’importance du Kulturkampf dans ce petit pays à majorité catholique qui présente de nombreuses ressemblances avec la Suisse. Ainsi la crémation est-elle apparue dans la seconde moitié du XIXe siècle comme l’apanage des libres-penseurs et d’une approche « non-religieuse » de la mort. Comme ailleurs en Europe de l’Ouest, le Luxembourg est sujet à une explosion des pratiques d’incinération depuis les années 1970, ainsi qu’à de nouvelles demandes issues des communautés d’immigration, notamment musulmanes, sans oublier les nouvelles pratiques telles que l’inhumation en nature. Toutes ces transformations ont un impact sur la gestion et l’aménagement des cimetières, dont la vocation à être des lieux de « repos éternel » est soumise à des changements qui remettent cette éternité en question. D’ailleurs, les concessions à perpétuité ne le sont plus depuis près d’un siècle et demi pour la très grande majorité des catégories sociales, ce qui soulève des questions relatives à la mémoire qu’exacerbe la déterritorialisation produite par la crémation plutôt que l’inhumation.

3L’ouvrage est composé de quarante-neuf courts chapitres en français et en allemand, à parts à peu près égales, ainsi que de quatre chapitres en anglais, répartis en cinq parties. La première et la plus fournie concerne l’art funéraire et traite de l’aspect matériel des tombeaux et des cimetières. Elle permet de rendre compte des emprunts et des influences esthétiques, ainsi que des catégorisations sociales reproduites dans les cimetières, dont la classe, la religion ou la communauté d’appartenance (par exemple russe). Comme le dit le titre de la contribution de Christiane Bis-Worch, cette section questionne ce que les tombes (leur construction, leurs symboles, leur contenu en matière d’offrande, la disposition des corps, etc.) peuvent nous « raconter ». L’histoire de l’évolution des croix sur les monuments funéraires de 1580 à 1900 racontée par Norbert Quintus, par exemple, est passionnante. Notons aussi l’article d’Andy Clayden, en anglais cette fois, sur les deux cimetières militaires de la seconde guerre mondiale à Luxemburg-Hamm, l’un américain, l’autre allemand. Comment, en effet, représenter la victoire et la défaite ? Tandis que l’entrée du cimetière américain est vaste et aérée, celle du cimetière allemand est étroite et sombre, située au bout d’un sentier boisé. En somme, le cimetière américain donne une impression d’ouverture sur l’horizon, tandis que le cimetière allemand est plus sombre et bordé. Un bel exercice d’interprétation des rapports entre le symbolisme, l’espace, la matière et la nature.

4La deuxième partie est consacrée à l’iconographie de la mort et présente les pratiques de commémoration que sont les souvenirs mortuaires et la photographie funéraire, ainsi que la mort et les funérailles comme sujet pictural et cinématographique. Le chapitre de Roxane Kostigoff nous fait plonger dans la thématique extrêmement émouvante des photographies et des portraits d’enfants défunts, une pratique courante au début du XXe siècle. Dans ces cas, la mise en scène et le rituel sont d’une grande importance, et l’autrice soulève comment le langage et l’art religieux y sont très présents. Les enfants, souvent des nourrissons, apparaissent habillés et entourés de linge blanc, tantôt dans des poses rigides, yeux ouverts, tantôt comme s’ils dormaient. Cette mise à distance par la représentation, rangée dans les albums familiaux, avait pour effet de conserver la place de l’enfant décédé dans la lignée, et de faire vivre sa présence. Cette pratique a disparu à partir des années 1950, au seuil de la révolution culturelle des années 1960, suite à un changement majeur dans les représentations liées à la mort, et à plus forte raison infantile. Si la mort fait encore partie de la vie quotidienne au début du XXe siècle, les photographies d’enfants défunts sont désormais perçues comme macabres, et leur mort comme un échec. On assiste à cette époque à une transformation des rituels funéraires, qui se raccourcissent et se simplifient significativement.

5La troisième partie, qui aurait en fait pu être annexée à la deuxième, déplace la focale sur l’appropriation littéraire du sujet mortuaire. Daniela Lieb (deux textes), Anne-Marie Millim et Jean Ehret se penchent sur les sémantiques religieuses dans les textes littéraires, notamment la poésie, et tout particulièrement celle qui orne les pierres tombales et les monuments aux morts.

6Sous le titre « Foi et Loi », la quatrième partie, plus substantielle, tend à montrer l’imbrication des dimensions religieuses et juridiques du XVIIIe siècle à nos jours. Robert L. Philippart et Andrée Margue s’intéressent respectivement aux pratiques testamentaires des possédants et des prêtres, démontrant le lien entre les fonctions sociales, le type de funérailles et les modalités de transmission. Christoph De Spiegeleer traite de la fonction symbolique du cimetière durant le XIXe siècle en Belgique et son Kulturkampf. Cette fois, ce sont le politique et le religieux qui se trouvent inextricablement liés, au gré des mouvements d’empire et des oppositions entre autorités civiles et religieuses (catholiques), tandis que se fait sentir une pression grandissante pour la sécularisation de la gestion des cimetières. Dans une deuxième contribution, Robert L. Philippart étend la comparaison aux protestants du Luxembourg, très minoritaires mais en progression au cours du XIXe siècle, notamment du fait de l’installation de populations protestantes venues d’Allemagne, œuvrant dans le commerce et l’industrie, mais aussi comme militaires, artisans et ouvriers. À cette époque, les appartenances religieuses (ou non) sont déterminantes et les cimetières épousent les divisions communautaires : ils témoignent du fait que les appartenances ne sont pas encore individualisées mais bien héritées et communautaires. Notons encore le texte d’Elsa Pirenne sur les sépultures musulmanes, un sujet tout aussi brûlant qu’essentiel aujourd’hui. Tandis que les premières générations d’immigrants arrivés dans les années 1960 et 1970 préconisaient le rapatriement des cadavres pour inhumation dans le pays d’origine, la tendance est au « carré musulman » dans les cimetières, selon des modalités dont l’autrice nous donne un excellent résumé. Une bonne référence au-delà du cas Luxembourgeois. Sonja Kmec, enfin, nous offre un texte aussi court qu’informatif sur les cimetières forestiers, c’est-à-dire, la pratique d’établir des tombes dans les bois. Bien que légalement possible depuis 1804, cette pratique est restée marginale jusqu’à récemment, et elle est désormais en forte croissance. Elle trouve son inspiration dans les pays baltiques et germanophones, même s’il n’est permis d’enterrer que des cendres et non des cadavres au Luxembourg.

7La cinquième et dernière section traite de la mobilité… post-mortem ! De l’appartenance contestée du corps de Johann, Graf de Luxembourg et Roi de Bohème au XIVe siècle, la section passe à la question du lieu de sépulture comme révélateur de l’attachement au Luxembourg, à travers une contribution de Fréderic Mertz. Cette question de l’appartenance est reprise par Aline Schiltz, qui se penche sur le cas précis de la migration portugaise. Comme de nombreux immigrés, « le corps est ici, le cœur est là-bas ». Au vu des complexités du « marché du transport de cadavres » au Luxembourg, sur lesquelles nous informe William Lindsay Simpson, ceux qui souhaitent être inhumés « au pays », c’est-à-dire au Portugal, doivent faire le trajet « avant qu’il ne soit trop tard » (p. 319). Le dilemme est bien réel, et engage des décisions aux nombreuses conséquences. Si le pourcentage des Portugais désireux d’être inhumés au Luxembourg est en hausse (38,4 %), 22,1 % d’entre eux souhaitent encore être inhumés au Portugal (22,1 %), les autres (39,5 %) se déclarant indécis.

8Dans l’ensemble, l’ouvrage offre un panorama d’une grande diversité et d’une grande richesse. La bibliographie complète, située en fin de volume, sera particulièrement précieuse pour les chercheurs. Ce n’est ainsi pas seulement le portrait d’une géographie frontière entre les mondes germaniques et latins, catholiques et protestants, que nous offre le volume, mais également un voyage à travers le temps qui témoigne bien du fait que l’impression d’éternité des pierres tombales et des monuments funéraires cache des transformations et des influences sans cesse renouvelées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Gauthier, « Sonja Kmec, Robert Philippart, Antoinette Reuter (dir.), Ewige Ruhe? Grabkulturen in Luxemburg und den Nachbarregionen / Concession à perpétuité ? Cultures funéraires au Luxembourg et dans les régions voisines », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 247-249.

Référence électronique

François Gauthier, « Sonja Kmec, Robert Philippart, Antoinette Reuter (dir.), Ewige Ruhe? Grabkulturen in Luxemburg und den Nachbarregionen / Concession à perpétuité ? Cultures funéraires au Luxembourg et dans les régions voisines », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68658

Haut de page

Auteur

François Gauthier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search