Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusDominique Laperle, Faire projet d...

Comptes rendus

Dominique Laperle, Faire projet d’un héritage. La réception du Concile Vatican II chez les religieuses de l’archidiocèse de Montréal (1961-1988)

Laval, Presses de l’Université Laval, 2020, 272 p.
Daniel-Odon Hurel
p. 251-252
Référence(s) :

Dominique Laperle, Faire projet d’un héritage. La réception du Concile Vatican II chez les religieuses de l’archidiocèse de Montréal (1961-1988), Laval, Presses de l’Université Laval, 2020, 272 p.

Texte intégral

1L’histoire du concile Vatican II et de sa réception a fait l’objet de plusieurs approches individuelles et collectives ces dernières années. Pour autant, il était sans doute nécessaire de se concentrer sur la question féminine, au regard même de la place des femmes, spécifiquement des religieuses, dans l’histoire de l’Église des années 1950-1970. L’étude proposée ici, certes régionale (l’archidiocèse de Montréal), a donc à la fois une valeur informative et une valeur méthodologique ; la bibliographie qui clôt le volume y contribue.

2Si la question de la réception du concile n’est pas une thématique émergente dans l’historiographie, la question des femmes au sein et autour de celui-ci est centrale dans la mesure où, au départ, il s’agit d’une affaire essentiellement masculine et cléricale. Comme le rappelle l’auteur, sur les 2 400 participants recensés pour toute la durée du concile, 23 seulement sont des femmes. Cette forte disparité de genre invite à analyser à la fois l’expérience des femmes au sein de l’Église et le processus par lequel ces femmes prennent connaissance de l’évènement conciliaire puis l’intègrent. Pour nourrir cette double approche historique et sociologique, l’auteur utilise différentes sources qui émanent de congrégations féminines de vie apostolique, échantillons précis au cadre hiérarchique bien défini. Le fait de se concentrer sur des communautés religieuses apostoliques enseignantes permet de prendre en compte leur rapport à la société environnante. L’auteur a ainsi retenu quatre congrégations représentatives en particulier : la Congrégation Notre-Dame, les Sœurs de Sainte-Croix, les Sœurs de Sainte-Anne et les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. À celles-ci, s’ajoutent plus accessoirement dans l’enquête deux communautés enseignantes, la Présentation de Marie et les Dames du Sacré-Cœur, ainsi que les Filles de Saint-Joseph et quelques autres communautés de sœurs apostoliques.

3L’auteur invite à se demander : comment mesurer les expériences de réforme entre les années 1960 et les années 1980 dans un contexte de baisse spectaculaire des entrées, de reconfiguration des apostolats, de refonte des constitutions (aggiornamento) et de nombreux départs ? Tous ces facteurs entrent en ligne de compte lorsqu’il s’agit d’analyser les modalités d’appropriation du concile par les religieuses. Pour répondre à cette interrogation, l’auteur propose de s’appuyer sur des sources précises au cours de cinq chapitres. L’analyse de « l’horizon d’attente » des religieuses est conduite à partir du questionnaire que leur envoie le cardinal et archevêque de Montréal, Paul-Émile Léger, en 1961, lors de la phase préparatoire du concile. L’ensemble de ces analyses témoigne d’une tension entre une forme de continuité de la vision de la vocation religieuse et du recrutement – malgré de fortes interrogations, signe du poids de l’héritage –, et la formation de ces religieuses, souvent entrées en religion avant les années conciliaires. Parallèlement et, d’une certaine façon, un peu paradoxalement, il se dégage une volonté de combler un retard de plusieurs siècles en termes de formation, qu’il s’agisse de son approfondissement, de sa diversification ou de sa personnalisation. D’autres aspirations concernent la présentation de la vie chrétienne, l’utilisation de la langue vernaculaire pour les sacrements, la présence des fidèles et l’intelligibilité de la liturgie. Les religieuses souhaitent une meilleure accessibilité aux médias, la simplification de l’habit religieux et la possibilité de prendre des vacances. Cet horizon d’attente, dans les quelques années qui précèdent Vatican II, est donc très ouvert au regard du concile, en particulier dans deux domaines essentiels à la vie religieuse : la vie des congrégations face aux changements sociétaux d’une part, le sens de la consécration religieuse d’autre part.

4Les revues dédiées aux communautés religieuses servent de sources pour saisir quels sont les aspects du concile les plus retenus. Ces périodiques catholiques (Donum Dei, Vie des communautés religieuses) laissent peu de place à l’expression féminine, leurs principaux responsables étant des hommes, souvent proche du magistère. Il en va un peu différemment des lettres circulaires des supérieures générales de la Congrégation Notre-Dame, dans lesquelles le concile et sa réception sont très présents. De ces éléments, se dégage un souci d’adaptation et d’aggiornamento de la vie religieuse et de la liturgie, avec un va-et-vient entre relecture des origines et compréhension des bouleversements de la société. Cette réflexion se prolonge jusqu’au début des années 1980, en prenant appui sur les textes conciliaires.

5Les deux chapitres suivants sont consacrés à l’accueil et à l’interprétation du concile. Tout d’abord, à l’occasion du congrès organisé à Montréal en 1968 autour des religieuses dans la cité, véritable temps féminin de spiritualité et de réception conciliaire définissant une inscription des religieuses dans le monde transformé, mais au prix de tensions et de difficultés, avec de très nombreux départs liés soit à une évolution jugée trop lente, soit au contraire au refus d’une évolution inéluctable. En ce sens, le chapitre consacré à la révision des constitutions, traduction institutionnelle et juridique des processus de rénovation religieuse, ne fait que prolonger la réflexion sur la réception du concile. Cette entreprise est abordée avec un grand engouement par des religieuses qui, jusqu’aux années 1960, vivent avec des constitutions héritées du xixe siècle et le plus souvent rédigées par des hommes : redécouverte du charisme, inscription dans les textes bibliques et évangéliques, vocabulaire renouvelé, écrits inspirants plutôt que strictement normatifs.

6Un dernier chapitre revient sur la question de la périodisation de la réception de Vatican II dans les communautés religieuses. Ce processus de réception commence avant même la publication des documents officiels, parce qu’il s’inscrit lui-même dans une dynamique de rénovation vécue dès les années 1950 : phase exploratoire, puis phase qualifiée d’euphorique de 1963 à 1968, avant une troisième phase, celle de la mise en œuvre « soucieuse » jusque dans les années 1980.

7Par bien des aspects, cet ouvrage spécifique complète ou illustre le volume collectif dirigé par Christian Sorrel, Le Concile Vatican II et le monde des religieux (LARHRA, 2019). Il témoigne d’une véritable dynamique historiographique autour de l’histoire des réguliers à l’époque contemporaine, un enjeu majeur pour les années à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel-Odon Hurel, « Dominique Laperle, Faire projet d’un héritage. La réception du Concile Vatican II chez les religieuses de l’archidiocèse de Montréal (1961-1988) », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 251-252.

Référence électronique

Daniel-Odon Hurel, « Dominique Laperle, Faire projet d’un héritage. La réception du Concile Vatican II chez les religieuses de l’archidiocèse de Montréal (1961-1988) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68688 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68688

Haut de page

Auteur

Daniel-Odon Hurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search