Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusFabrice Le Corguillé, Ancrages Am...

Comptes rendus

Fabrice Le Corguillé, Ancrages Amérindiens. Autobiographies des Indiens d’Amérique du Nord, XVIIIe-XIXe siècles

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Des Amériques », 2021, 276 p.
Agnès Delahaye
p. 255-256
Référence(s) :

Fabrice Le Corguillé, Ancrages Amérindiens. Autobiographies des Indiens d’Amérique du Nord, XVIIIe-XIXe siècles, Presses Universitaires des Rennes, coll. « Des Amériques », 2021, 276 p.

Texte intégral

1Ancrages Amérindiens est une étude poétique et littéraire de l’écriture autobiographique amérindienne. Elle construit sous un angle fructueux un corpus relativement méconnu, que Fabrice Le Corguillé historicise au fil de son analyse pour en révéler la portée politique et théorique comme le fruit de l’expérience de domination coloniale. Il ne s’agit pas d’un travail d’historien qui détaillerait l’émergence ou le fonctionnement des différents processus (géopolitiques, institutionnels, économiques et militaires) qui ont structuré et rendu possible l’appropriation des territoires amérindiens par les colonisateurs de langue anglaise. Ancrages Amérindiens est l’étude critique d’un corpus de textes autobiographiques rédigés, publiés ou diffusés d’abord en Nouvelle-Angleterre, des années 1760 aux années 1830, ensuite dans le Grand Ouest, le Grand Bassin et le Nord des Grands Lacs dans les années 1880, et enfin les grandes Plaines du Nebraska au tournant du xxe siècle. Les cinq auteurs principaux du corpus sont Mohegan, Péquot, Païute du Nord, Ottawa ou Omaha et ont en commun d’avoir publié des récits personnels ou des histoires de leur peuple à différentes étapes de l’expansion des implantations des colonisateurs européens sur le continent nord-américain. À ce corpus principal s’ajoute une série plus large d’écrits secondaires qui couvrent la même période et regroupent des auteurs aux origines et aux expériences également très diverses.

2Fabrice Le Corguillé nous livre ici un ouvrage original, réfléchi et minutieux, issu de son travail de doctorat en littérature américaine sur l’écriture autobiographique amérindienne et ses liens avec l’identité autochtone aux États-Unis. Il mobilise à la fois une réflexion théorique sur l’écriture de soi comme pratique littéraire et une interrogation sur l’emprise du pouvoir colonisateur sur l’identité et les voix des personnes colonisées. À travers la grille de lecture et l’appareil critique postcolonial, comme l’identité-rhizome et la créolisation d’Édouard Glissant et l’hybridité de Homi Bhabha, l’auteur explore le rôle de l’écriture autobiographique dans la constitution d’une identité amérindienne puissante et multiple, tendue entre la nécessité de se conformer dans et par le langage aux valeurs dominantes du colonisateur européen et celle d’affirmer l’existence d’un je et d’un nous autochtones en résistance à cette violence.

3Une première partie analyse « la poét(h)ique de la relation » à l’œuvre dans les autobiographies sélectionnées, à savoir, l’appropriation et l’adaptation des codes sémiotiques de la culture européenne, comme l’onomastique et l’utilisation non-orthodoxe de la rhétorique chrétienne, pour faire entendre une identité qui survit à la dislocation de la société engendrée par la colonisation – la négation ou la suppression des liens de parenté, des lieux et des rituels par lesquels le je autochtone se racontait et se transmettait. La seconde partie, « Se raconter », explore en détail cette écriture, « en rhizome » et hybride, dont l’auteur démêle les sources comme autant de stratégies d’importation de thèmes, de formes et de styles autochtones – ainsi de la figure toujours renaissante du trickster ou de l’usage des mythes – et de leur adaptation au format imposé de l’autobiographie européenne. Les passages sur la sacralité du langage autochtone et l’esthétique de l’oralité qui lui est associée sont particulièrement lumineux, car on y entend pleinement la force de ces voix qui montent ensuite en puissance politique dans la troisième et dernière partie, « Se recomposer », face à l’imposition accrue de temporalités, de frontières et d’espaces visant explicitement à leur silence et leur disparition. Fabrice Le Corguillé y détaille les stratégies de résistance et de reconstruction qui permettent au je autobiographique amérindien de survivre, de réinventer l’appartenance tribale, ethnique et familiale, et de produire une parole critique qui, par l’écriture et l’éducation, lutte contre l’annihilation inhérente au programme destructeur des colonisateurs.

4Cet ouvrage s’engage clairement contre le paradigme historique et culturel qui condamne la présumée oralité des peuples autochtones à leur relégation dans les marges de la civilisation lettrée. Il fait entendre les voix, les expériences et les stratégies à l’œuvre dans son corpus pour révéler à la fois la prégnance de l’identité autochtone et la richesse complexe de son écriture, à travers un siècle et demi de colonisation britannique puis américaine. L’intérêt premier de ce travail est d’enrichir par ces textes les connaissances du lectorat francophone sur la colonisation américaine et sa résistance autochtone, mais aussi d’accompagner ces lectures d’une grille théorique et politique qui les rend intelligibles comme lieux de rencontre et d’échange entre colonisateurs et colonisés dans l’Amérique du xixe siècle, au cœur des questions et des débats actuels sur l’identité. On regrette cependant que la périodisation de l’étude ne permette pas de rendre compte du renouveau foisonnant de l’histoire et de l’écriture amérindiennes depuis les années 1970, ce qui aurait permis à la fois d’inscrire chaque récit dans des lieux et des contextes de lutte plus précis, et de dépasser la problématique de la victimisation qui assombrit la conclusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Delahaye, « Fabrice Le Corguillé, Ancrages Amérindiens. Autobiographies des Indiens d’Amérique du Nord, XVIIIe-XIXe siècles », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 255-256.

Référence électronique

Agnès Delahaye, « Fabrice Le Corguillé, Ancrages Amérindiens. Autobiographies des Indiens d’Amérique du Nord, XVIIIe-XIXe siècles », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68711 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68711

Haut de page

Auteur

Agnès Delahaye

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search