Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusDominique Lerch (dir.), Marcel Lé...

Comptes rendus

Dominique Lerch (dir.), Marcel Légaut. Historique du groupe Légaut (1925-1962)

Mirmande, Association Culturelle Marcel Légaut, 2021, 138 p.
Yvon Tranvouez
p. 259-261
Référence(s) :

Dominique Lerch (dir.), Marcel Légaut. Historique du groupe Légaut (1925-1962), Mirmande, Association Culturelle Marcel Légaut, 2021, 138 p.

Texte intégral

1Avec le présent ouvrage, l’association culturelle qui s’emploie à garder sa mémoire et à faire connaître son œuvre édite un témoignage, enregistré en 1962, dans lequel Marcel Légaut (1900-1990) entendait faire une mise au point, en interne, sur l’histoire du groupe qu’il avait fondé et dont deux anciens membres (Gérard Soulages d’une part, Clément Rosset de l’autre) venaient de livrer des versions qui lui semblaient infidèles à la réalité. Malgré quelques coquilles et problèmes de mise en page, on ne peut que se réjouir de la publication de ce document antérieur de près de dix ans aux deux grands livres qui vaudront à un Marcel Légaut septuagénaire le succès inattendu que l’on sait dans le contexte de la crise catholique postconciliaire (Introduction à l’intelligence du passé et de l’avenir du christianisme, 1970, et L’homme à la recherche de son humanité, 1971). L’intérêt de ces propos tenus en 1962 tient à ce que leur auteur, se disant déjà au seuil de la vieillesse, livre ses souvenirs sans filtre, avec une étonnante précision et un constant esprit critique qui le porte d’ailleurs à souligner plus volontiers les échecs que les succès. Le texte, fort bien introduit, conclu et annoté par Dominique Lerch, est enrichi de nombreuses illustrations et pourvu in fine d’un index des noms, d’une précieuse chronologie et enfin d’une brève mais très utile postface dans laquelle Étienne Fouilloux synthétise et contextualise l’aventure du groupe Légaut.

2Au point de départ, au lendemain de 1914-1918, trois jeunes mousquetaires de la rue d’Ulm (Marcel Légaut et Paul Dubreuil, mathématiciens, Jacques Perret, littéraire) et le quatrième qui n’est pas normalien (le slavisant Antoine Martel), partagent le désir d’une vie religieuse intense et la mettent d’abord en pratique par une prière quotidienne assidue. Auprès d’eux, les conseillant sans les diriger, le père Portal, lazariste, pionnier du rapprochement des Églises chrétiennes et suspect de modernisme, qui a été démis de ses fonctions de supérieur du séminaire de sa congrégation en 1908 et accompagne depuis lors de jeunes intellectuels catholiques, notamment du « groupe tala » de l’École normale supérieure. Il leur représente que leur culture religieuse doit être à la hauteur de leur culture professionnelle. Méditations bibliques et études historiques (Duchesne, Bremond : du solide mais du sulfureux) s’ajoutent alors aux offices. Légaut précise qu’à la différence des Équipes sociales par exemple, ou de ce qu’avait été le Sillon, « c’était un groupe de type monastique, c’est-à-dire très religieux, tout orienté vers la vie intérieure, beaucoup plus que vers une action extérieure, sociale ou politique » (p. 59).

3Passé l’enthousiasme des premiers temps, et surtout après la mort de Portal en 1926, ce groupe informel, qui agrège des nouveaux venus inégalement impliqués, doit s’organiser pour durer, trouver un lieu (qui change plusieurs fois) où mettre en œuvre une forme de vie commune, s’accommoder des évolutions de chacun, faire face aux événements. L’utopie communautaire, dont le cercle s’élargit autour d’un noyau de cohabitants, fonctionne à peu près jusqu’au début des années 1930, tant que tous sont jeunes et célibataires. Les difficultés commencent quand certains se marient et s’éloignent plus ou moins (Dubreuil, Perret) ou disparaissent prématurément (Martel meurt en 1931). Autour d’un Légaut qui en est désormais la seule figure « historique », l’expérience perd en profondeur ce qu’elle gagne en surface à travers des sessions estivales en Auvergne (à Chadefaud et à Scourdois) qui touchent un nouveau public venu de l’enseignement primaire ou primaire supérieur, non sans faire une réelle concurrence à l’influence institutionnelle de la Paroisse universitaire. S’ouvrant aux jeunes filles, aux femmes, aux familles, et se passant d’aumônier, le groupe Légaut affiche une liberté qui détonne à l’heure où l’Action catholique, spécialisée ou non, ne conçoit le laïcat qu’encadré par le clergé et non mixte. Les critiques qui se multiplient mettent le fondateur sur la défensive, quand lui-même traverse une crise personnelle qui le fait douter de l’avenir.

4Les cartes sont rebattues lors de la seconde guerre mondiale. Légaut se marie, abandonne l’enseignement et reprend une exploitation agricole, les Granges, à Lesches-en-Diois, dans la Drôme (Dominique Lerch précise que la propriété est achetée grâce à l’argent de la famille de la femme de Légaut : Émile Poulat me disait qu’il fallait toujours, en histoire religieuse, là où les témoins évitent le sujet ou invoquent la Providence, se demander d’où vient l’argent). Après 1945, Les Granges devient progressivement un lieu de rencontre où le groupe Légaut se reconstitue, non sans une inflexion significative : les « topos » intellectuels des années 1930 font place à des échanges sur le vécu, et la réflexion proprement religieuse à l’approfondissement humain. Mais la vie spirituelle reste le principe de cette évolution et la raison d’être d’un groupe dont le fondateur conclut qu’il est « absolument en contradiction » (p. 108) avec le modèle de l’Action catholique, modèle dominant au moment où il fait cette mise au point. À rapprocher de son jugement sur les deux sorties de guerre : « Après la guerre 14-18, il y a eu une renaissance religieuse tout à fait particulière, tout à fait exceptionnelle, comme je n’en ai pas vu depuis. Après la guerre de 40, il n’y a pas eu de renaissance religieuse. Il y a eu peut-être une meilleure organisation de l’action religieuse, mais je vous dirais que, dans la mesure où on organise l’action religieuse, l’action devient de moins en moins religieuse et de plus en plus fatalement politique ou sociale. De telle sorte qu’il y a eu par certains côtés un progrès, mais c’est un progrès qui se solde par un lourd déficit au point de vue proprement spirituel » (p. 106).

5Une dernière chose : même si ce n’est qu’à un moment de l’histoire du groupe Légaut, le début, on trouvera dans ce récit de quoi méditer sur le rôle des Ulmiens dans le milieu intellectuel du catholicisme français, une extraordinaire inventivité mais aussi un étonnant renouvellement, où ce n’est pas à l’échelle d’une génération mais simplement de quelques promotions que les jeunes entendent se distinguer des anciens. À la fin des années 1920, Marrou et Borne se paient gentiment la tête de Légaut, qui est à peine plus âgé qu’eux (p. 65). Mais en 1962 Légaut ne croit plus à la fécondité catholique de la rue d’Ulm : « Vous verrez la descente verticale » (p. 107). Quinze ans plus tard, les jeunes de l’édition française de la revue Communio démentiront ce pronostic.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvon Tranvouez, « Dominique Lerch (dir.), Marcel Légaut. Historique du groupe Légaut (1925-1962) », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 259-261.

Référence électronique

Yvon Tranvouez, « Dominique Lerch (dir.), Marcel Légaut. Historique du groupe Légaut (1925-1962) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68761 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68761

Haut de page

Auteur

Yvon Tranvouez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search