Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusEntre l’anthropologie et ...

Comptes rendus

Entre l’anthropologie et l’histoire

Marcello Massenzio
p. 189-198
Référence(s) :

De Martino Ernesto, Mort et pleurs rituels. De la lamentation funèbre antique à la plainte de Marie, traduit et annoté sous la direction de M. Massenzio, traduit de l’italien par A. Bellio et J. Nicolas, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « EHESS-Translations », 2022 [1958], 384 p.

Texte intégral

1Il me semble approprié de partir du titre du livre pour révéler la démarche De Martino et la spécificité de son parcours de recherche. Sa première partie (Mort et pleurs rituels) se réfère au rapport entre la mort humaine, en tant qu’événement naturel, et le rite de la plainte funèbre qui vise à lui conférer un sens culturel. Le lien qui rend les pôles de ce rapport réciproquement nécessaires y est d’abord analysé sur le plan théorique, puis en relation à des contextes culturels concrets : là réside le cœur de cette enquête. L’auteur se propose de remonter à l’origine de l’exigence humaine consistant à refuser la mort dans sa gratuité et, en même temps, à procurer au défunt la seconde mort, appartenant à l’ordre de la culture, en recourant justement à des pratiques rituelles. On trouve des traces plus ou moins importantes de cette exigence dans toutes les civilisations humaines : celle-ci appartient donc à l’ordre des « universaux ». D’autre part, chaque civilisation a une manière particulière – conditionnée au plan historique – de concevoir et de traduire en action le processus de dépassement culturel de la mort humaine. La dialectique entre le plan anthropologique et la dimension des variables historiques qui traverse tout le livre en constitue le signe distinctif.

2Ernesto De Martino étend son enquête aux civilisations antiques de la Méditerranée, à l’intérieur desquelles le rite de la plainte funèbre joue un rôle d’une importance primordiale ; en tant qu’historien des religions, il veut d’abord pénétrer profondément le langage du rite, dans lequel se sédimentent des savoirs remontant à une tradition plurimillénaire. Le caractère particulier du rite réside dans l’action ; celle-ci est tissée de gestes stylisés, chargés de valeurs symboliques articulées sur des plans multiples qui se recoupent, en donnant beaucoup d’épaisseur au langage rituel qui s’en remet au corps, à ses mouvements obéissant à des codes expressifs rigoureux. Il est très utile, à cet égard, de consulter l’« Atlas illustré des pleurs », partie de l’ouvrage sur laquelle je reviendrai ensuite et dont fait partie la série de splendides silhouettes égyptiennes qui composent, dans leur ensemble, le plus riche répertoire d’actes rituels typiques de la plainte funèbre (fig. 12-32).

3De Martino a mis l’accent sur l’impossibilité de parvenir à la compréhension du langage du rite seulement à travers les descriptions fournies par des tiers. L’observation directe du rite en action est aussi nécessaire : c’est dans cette perspective que prend tout son sens l’enquête ethnographique qu’il a menée en Lucanie, en plusieurs étapes, entre 1950 et 1956. L’anthropologue a pu vérifier sur le terrain que l’institution préchrétienne des pleurs rituels était encore présente et fonctionnelle, même si elle avait régressé à l’état de « survivance » des grandes constructions symboliques liées à la mort qui étaient en usage dans les civilisations antiques de la Méditerranée (son analyse couvre l’Égypte, la Grèce, la Mésopotamie, Rome et Israël). Bien que devenus « vestige », les pleurs rituels observés en Lucanie avaient gardé le pouvoir de conférer du sens à la mort physique. Un des points forts du livre est la nouveauté de son approche méthodologique de la dimension du rite : si l’observation directe y joue un rôle fondamental, le bagage de connaissances philosophiques, psychologiques et d’histoire des religions qui permet à De Martino de dépasser le niveau de l’évidence immédiate est tout aussi important. C’est justement le patrimoine théorique qui a alimenté l’enquête ethnographique menée en Lucanie : dans l’« Atlas illustré des pleurs », on trouve un ensemble d’images saisissantes qui font partie du matériel assemblé (fig. 1-6).

4Les observations que nous venons de faire concernent le versant anthropologique du livre. La seconde partie du titre (De la plainte funèbre antique aux pleurs de Marie) renvoie au versant historique de la recherche : il s’agit, plus exactement, d’histoire culturelle. Dans cette perspective, De Martino se concentre d’abord sur le processus déclenché à l’intérieur de la civilisation occidentale par le conflit entre le « paganisme » et le christianisme devenu religion dominante, un conflit entre deux conceptions opposées de la mort humaine, entre deux modalités différentes d’envisager son rachat culturel. Le christianisme combat les pleurs rituels, qu’il juge tout à fait incompatibles avec la conception de la mort fondée par Jésus, parce qu’ils impliquent la réalité de fait de la mort humaine, alors que dans la perspective chrétienne, nous dit De Martino, la mort serait une apparence, rien d’autre que le long sommeil dont le défunt se réveillerait au moment du Jugement dernier. Par conséquent, la mort perdrait la valeur dramatique produite par la reconnaissance de son irréversibilité : elle ne devrait pas provoquer les déchirements et les crises profondes constituant l’arrière-plan de la plainte funèbre.

5Cette opposition idéologique suscite la polémique virulente des Pères de l’Église et donne lieu à des actions répressives très violentes, qui ne parviennent pourtant pas à abattre les fondements de l’institution antique des pleurs rituels. L’âpre conflit cède la place à la recherche de médiations, de syncrétismes : de là, la tentative d’inscrire les pleurs rituels dans une perspective chrétienne. Dans cette optique, le résultat le plus notable est la création de l’image de la Vierge en pleurs, de la Mater dolorosa assistant à la mort du Fils : la représentation de la Vierge évanouie, qui fait partie de la Complainte napolitaine (1492-1497) sculptée par Guido Mazzoni à Naples, nous en offre un exemple remarquable (p. 44, fig. X).

6J’avancerai une autre considération pour souligner la portée historique de ce livre. De Martino s’interroge sur la « limite d’actualité de la religion » (De Martino, 2002 : 70) impliquant l’abandon de l’horizon mythico-rituel de la civilisation occidentale moderne. C’est justement dans cette perspective qui exclut la possibilité de faire appel au plan surhumain, que s’inscrit la réflexion, absolument actuelle, autour de l’élaboration d’un modèle de « deuxième mort » décliné sur le mode laïque : son principe directeur repose sur le devoir éthique des survivants à commémorer le défunt, en cultivant sa mémoire et en menant à terme ses œuvres laissées inachevées.

  • 1 Ci-après, nous citerons le titre sous sa forme abrégée.

7L’analyse de son titre permet ainsi d’illustrer l’architecture de ce livre, qui se situe au point de contact de l’anthropologie et de l’histoire. À ce sujet, il me semble opportun de situer Mort et pleurs rituels1 dans l’œuvre de De Martino, désormais assez connue en France grâce à un nombre remarquable de traductions : je me limite à signaler La Fin du monde. Essai sur les apocalypses culturelles (2016). Mort et pleurs rituels a été publié en 1958 : dix années séparent ce livre du texte-clé Le Monde magique, récemment retraduit en français, qui a marqué un tournant au sein des études humanistes en Italie. Ces dix années, parsemées de nombreuses expéditions ethnographiques dans l’Italie du Sud, sont également caractérisées par une remarquable activité spéculative : la rencontre de ces deux plans de recherche – l’ethnographique et le philosophique – constitue le sceau de la production anthropologique démartinienne.

8Les enquêtes sur le terrain, inspirées par les « Observations sur le folklore » d’Antonio Gramsci (1991), examinent les aspects de la religiosité populaire à caractère magique, évaluée dans le cadre de l’histoire religieuse du sud de l’Italie : le point culminant est représenté par La Terre du remords paru en 1961, traduit en français en 1966. La composante ethnographique joue un rôle remarquable dans l’architecture de Mort et pleurs rituels, mais l’auteur l’a enfermée dans des limites bien définies, afin de ne pas laisser dans l’ombre les autres composantes de son livre : historiques, psychologiques et philosophiques.

9À ce propos, je voudrais donner un bref aperçu de la spéculation philosophique à l’intérieur de laquelle De Martino élabore sa théorie de la religion et de la magie, qu’il appréhende comme des produits culturels d’une importance capitale. Afin de pouvoir comprendre la fonction que De Martino attribue aussi bien à la religion qu’à la magie, il faut éclairer au préalable le concept de présence humaine dans le monde, qui doit être mis en rapport, de façon critique, avec la notion de Dasein, « d’être là » dans le monde, formulée par Martin Heidegger (1986 : 31-32). Selon De Martino, la présence humaine existe dans la mesure où elle est capable de s’opposer au monde, de jeter le monde devant elle. Cette présence est considérée comme le « bien suprême » en tant que fondement de l’existence de la culture ; mais elle est, dans son essence, précaire, car elle court le péril de se disperser dans le monde ou, à l’inverse, d’être envahie par le monde. Cela arrive à l’occasion d’événements troublants, extraordinaires : dans ces situations, la présence risque d’être anéantie.

10La prise de conscience de ce danger mortel est à l’origine de l’exigence humaine quant au fait de sauver la présence, de la consolider, en l’empêchant de se dissoudre dans le néant. Et c’est justement là que réside, selon De Martino, le propre aussi bien de la religion que de la magie : les institutions magico-religieuses ont pour objectif de permettre le dépassement de la crise de la présence, en garantissant ainsi « l’être-là dans le monde » et « l’être-là du monde » :

De cette manière la religion aide à vivre, non pas au sens générique et banal de l’expression, mais au sens profond qui sauve et qui maintient la base existentielle de la vie humaine, c’est-à-dire la présence. (De Martino, 1953-1954 : 12)

11Or, Mort et pleurs rituels gravite autour du problème de la crise du deuil, laquelle se configure comme un aspect particulier de la crise de la présence.

Crise du deuil et crise de la présence

12La crise du deuil se manifeste à un moment fort risqué pour l’homme, qui est forcé de prendre acte de son impuissance lorsqu’il doit faire face à la mort. Le décès d’une personne appartenant au cercle familial génère un état de crise chez les survivants parce qu’il signale de la manière la plus crue l’irruption d’une discontinuité radicale entre le passé et le présent : l’ordre familial et social s’est brisé et la tâche – ardue et à l’issue incertaine – s’impose pour ceux qui restent de le reconstituer à nouveau. À cela s’ajoute que la mort humaine, considérée de manière abstraite, possède et libère sa force dévastatrice, dans la mesure où elle affirme la suprématie de la nature sur la culture au sein même de la culture : en ce sens – affirme De Martino –, elle se configure comme un « scandale » mettant à nu l’insignifiance de la présence humaine, qui risque donc de se dissoudre. C’est dans un tel contexte que plonge ses racines la crise du deuil, laquelle se manifeste de deux manières opposées et complémentaires : le sujet en deuil (que l’on nous accorde cette simplification) s’absente de la réalité en s’immobilisant dans une sorte de rigidité cadavérique ; ou bien le sujet s’abandonne à un tourbillon de gestes paroxystiques incontrôlés, destructeurs et – surtout – autodestructeurs. C’est la tendance inconsciente à vouloir mourir avec le mort qui affleure dans les deux cas : le rite intervient pour arrêter ce glissement des vivants dans les territoires de la mort. De quelle manière se présente-t-il ?

13Le rituel centré sur la lamentation funèbre n’efface pas cette crise, mais il l’accueille en lui et, en même temps, il l’élabore pour consentir son écoulement. Lorsque l’on analyse les expressions gestuelles et verbales des sujets en deuil dont chaque détail est codifié, on comprend que l’essence du rite réside dans la mimèsis, c’est-à-dire dans l’imitation créatrice des comportements aliénés tels que l’hébétude stuporeuse, l’évanouissement, l’agitation frénétique ; au moyen de cette mimèsis rituelle, les réactions extrêmes, qui rendent irréversible la crise de la présence, sont reprises et soumises à une discipline culturelle : tout cela implique l’intervention modératrice du symbolisme mythico-rituel auquel on doit la sublimation du deuil, et donc la mise à distance des pulsions extrêmes qui s’emparent du sujet en deuil.

14Un exemple clarificateur : l’explosion sauvage d’actes autodestructeurs, qui évoquent la pulsion de mort, est traduite en gestes stéréotypés, comme se frapper la poitrine (plangere pectora) ou le front, qui surviennent pour toutes les occasions de mort. C’est le signe que le planctus rituel exprime la souffrance dans des formes impersonnelles, créées dans l’horizon du mythe, qui se situe au-delà de la dimension de l’histoire. Cela sous-entend que le défunt n’est pas perçu dans son objectivité crue, laquelle peut avoir des effets terribles pour la présence, mais à travers le filtre de représentations mythiques ; ces dernières impliquent l’identification du défunt à l’image du « mort surhumain » (un dieu, un héros, un ancêtre…), lequel a été l’objet, dans le temps du mythe, d’une série de procédures symboliques qui lui ont conféré un statut culturel.

15L’ensemble de ces pratiques forme un modèle qui doit être répété rituellement dans son intégrité à l’occasion de chaque mort concrète, laquelle est, par conséquent, soustraite à la réalité historique, c’est-à-dire déshistoricisée. À cette occasion, je me limite à signaler que la théorie de la déshistoricisation religieuse constitue la contribution la plus importante d’Ernesto De Martino à l’histoire des religions et, plus généralement, à la pensée contemporaine (Massenzio, 1999 : 44-48).

16Dans les anciennes civilisations de la Méditerranée, les pleurs rituels constituent le pivot du traitement réservé au « mort surhumain », dont le modèle le plus célèbre est fourni par les lamentations entonnées pour la mort d’Osiris, lesquelles doivent être destinées à chaque mort « réel », qui est donc identifié au dieu. Dans le mythe, la crise du deuil a été dépassée grâce à l’invention et à la mise en œuvre d’une certaine procédure rituelle ; le même résultat est obtenu dans la dimension profane, à condition de suivre la même pratique. Le mythe, par l’intermédiaire du rite, se superpose au devenir historique ; il le voile, le dissimule, à l’instar du masque qui se superpose au visage, en le cachant. Ajoutons que cette déshistoricisation religieuse a un caractère temporaire : une fois que le moment critique a été surmonté, le masque est enlevé : hors de la métaphore, le temps historique revient avec ses travaux et ses jours.

De la parole à l’image : « lAtlas illustré des pleurs »

17Le moment est venu de concentrer notre attention sur l’« Atlas illustré des pleurs », la dernière partie du livre qui ouvre des parcours de recherche nouveaux et fascinants : il ne s’agit pas, en effet, d’un simple appendice au texte, mais d’une partie intégrante et novatrice de celui-ci.

18L« Atlas » se prête à être considéré comme une sorte de guide du parcours suivi par De Martino : l’expérience ethnographique en Lucanie le conduit à élargir le domaine de recherche des survivances folkloriques présentes dans l’espace méditerranéen ; ensuite, l’auteur ressent le besoin impérieux de remonter le temps afin d’étendre l’analyse historico-religieuse aux anciennes civilisations agraires de la Méditerranée, dans lesquelles les pleurs rituels ont connu leur période de plus grande splendeur.

19L’« Atlas » contient un répertoire des gestes et, plus largement, des techniques corporelles servant à l’expression stylisée du pathos. Il ne s’agit pas d’un recueil statique, mais d’un répertoire conçu dans le but de stimuler l’étude des migrations culturelles. L’analyse historique montre que le langage gestuel du pathétique a circulé dans l’espace méditerranéen, en abattant les barrières spatio-temporelles et idéologiques. Georges Didi-Huberman a souligné l’importance des mouvements passe-frontières analysés par De Martino dans son livre Ninfa dolorosa. Essai sur la mémoire d’un geste : l’historien de l’art analyse avec lucidité les raisons qui font de Mort et pleurs rituels un ouvrage-clé dans le domaine de l’anthropologie historique :

Il [De Martino] a vu chez les paysannes qui se lamentaient dans le Sud italien des gestes équivalant à ceux des Égyptiennes pleurant leur pharaon défunt ou des Grecques anciennes autour des héros morts au combat. Il a, autant que Warburg, réfléchi aux survivances – conflictuelles, il va sans dire – du paganisme dans la religion chrétienne. (Didi-Huberman, 2019 : 197-198)

20Je me limite à fournir ici, à titre purement indicatif, quelques données tirées de l’« Atlas » : les images 1a et 51 ont en commun le thème fondamental du discours au mort (la première montre une phase de la plainte funèbre observée à Castelsaraceno, en Lucanie ; la seconde montre une scène de lamentation représentée sur un loutrophore attique). La technique du synchronisme du groupe des pleureuses est documentée aussi bien dans le domaine ethnographique (fig. 6f), que dans la Grèce antique sur une amphore attique de style géométrique (fig. 49), ainsi que dans une série d’images très suggestives remontant à l’Égypte ancienne (fig. 28-32). Le phénomène de l’infiltration des modules expressifs des pleurs rituels païens dans les scènes de la crucifixion et de la déposition mérite une réflexion à part : le détail magnifique représentant le désespoir des anges dans la scène de La Déposition de croix peinte par Giotto à Padoue dans la chapelle des Scrovegni (fig. 62a) en est l’exemple le plus saisissant.

21Le matériel folklorique possède une lumière qui irradie sur les autres parties de l’« Atlas ». De Martino a affirmé que l’observation directe lui a permis de prendre conscience de l’état psychique de la pleureuse en action : celle-ci, en vertu de la répétition obsédante de modules rythmiques, tombe dans une sorte de transe, de concentration rêveuse qui lui permet de se mettre en communication avec le défunt (fig. 5e et 6b). La pleureuse est la seule qui soit capable de pacifier le mort, de lui indiquer la direction à prendre pour atteindre son nouveau siège et de l’inviter à ne pas revenir comme un fantôme inquiétant.

22Il faut en général établir entre l’« Atlas illustré des pleurs » et la section théorique du livre une relation d’interdépendance impliquant des allers-retours continuels de l’un à l’autre ; cela permet de laisser affleurer la dialectique entre l’ordre rituel et le fond obscur d’où il émerge : c’est justement cette dialectique qui constitue la caractéristique non seulement de l’« Atlas », mais du livre tout entier. La célèbre image de la pleureuse du cimetière Pisticci (fig. 2) rend palpable la phase de l’explosion paroxystique rituellement disciplinée, sur laquelle flotte l’ombre de la violence aveugle, qui constitue son arrière-plan.

23Je voudrais consacrer quelques mots, pour conclure, au rapport entre L’Atlas Mnémosyne d’Aby Warburg et l’« Atlas illustré des pleurs », en limitant l’analyse au problème du lien entre le paganisme et le christianisme. Warburg se concentre sur la réapparition des formules antiques du pathos dans le contexte de l’art de la Renaissance (Warburg, 2012 : 54-59) : il utilise le terme Pathosformel « pour désigner un motif figuré que la Renaissance emprunte à l’Antiquité en tant que forme superlative de l’expression des passions » (Recht, 2012 : 20) que l’Église avait essayé de réprimer. La traduction en images implique l’exigence d’une maîtrise des manifestations de la vie pulsionnelle, y compris celles de la crise du deuil.

24On a vu que chez De Martino, les pratiques rituelles, à l’instar de l’art, visent à contenir et à discipliner l’explosion émotive qui alimente la crise du deuil. Malgré la polémique chrétienne qui a essayé de miner à la base l’institution des pleurs rituels, on trouve dans l’« Atlas » démartinien des images qui témoignent de l’infiltration des modules expressifs des pleurs rituels païens dans les scènes de la crucifixion et de la déposition ; à part la fresque de la Déposition de Giotto à la chapelle des Scrovegni déjà citée, il faut mentionner les sculptures de Niccolò dell’Arca et de Guido Mazzoni (fig. 63-64) où l’ethos chrétien se retire au profit du modèle païen : le groupe en terre cuite colorée de Niccolò dell’Arca en constitue un exemple éclatant, car les saintes femmes s’abandonnent à des formes de plainte entièrement modelées sur les modules mimiques des pleurs rituels antiques.

25J’ai ajouté à mon introduction d’autres images qui attestent la portée du retour des formules païennes du pathos au sein de l’art chrétien (Massenzio, 2022 : 38-46) ; dans cette perspective, l’œuvre Compianto sul Criso morto qui se trouve dans l’église de Sant’Anna à Naples, porte un témoignage fulgurant (fig. IX-X). Il s’agit d’un groupe en terre cuite polychrome sculpté par Guido Mazzoni vers la fin du xve siècle : le spectateur est frappé, en particulier, par la figure de la Vierge évanouie à terre et, surtout, par celle de Marie Madeleine, montrée, folle de rage, s’élançant sur le corps du Christ ; le détail de ses longs cheveux défaits sur ses épaules est tout à fait admirable.

26En conclusion, l’histoire de la rencontre entre le paganisme et le christianisme – en ce qui concerne la définition culturelle de la mort – présente une alternance de moments différents : le rituel païen tend à s’affaiblir et à disparaître, avant de réapparaître avec une vigueur renouvelée. Des témoignages si éloquents de la vitalité durable de la coutume antique m’ont poussé à mettre en question la thèse de fond de De Martino, concernant le déclin définitif des pleurs rituels que le christianisme aurait supplanté avec sa propre sagesse.

Haut de page

Bibliographie

De Martino Ernesto, 1953-1954, « Fenomenologia religiosa e storicismo assoluto » (Phénoménologie religieuse et historicisme absolu), Studi e materiali di storia delle religioni, 24-25, p. 1-25.

De Martino Ernesto, 1966 [1961], La Terre du remords, traduit de l’italien par C. Poncet, Paris, Gallimard.

De Martino Ernesto, 2002 [1962], Furore Simbolo Valore, Milan, Feltrinelli.

De Martino Ernesto, 2016 [1977], La Fin du monde. Essai sur les apocalypses culturelles, édité et traduit sous la direction de G. Charuty, D. Fabre, M. Massenzio, Paris, Éditions de l’EHESS.

De Martino Ernesto, 2022 [1948], Le Monde magique, traduit de l’italien par G. Charuty, Paris, Bartillat.

Didi-Huberman Georges, 2019, Ninfa dolorosa. Essai sur la mémoire d’un geste, Paris, Gallimard.

Gramsci Antonio, 1991 [1948], « Observations sur le Folklore », cahier 27, in Cahiers de prison, 5, traduit de l’italien par P. Laroche, Paris, Gallimard, p. 335-342.

Heidegger Martin, 1986 [1927], Être et Temps, traduit de l’allemand par F. Vezin, Paris, Gallimard.

Massenzio Marcello, 1999, Sacré et identité ethnique. Frontières et ordre du monde, Paris, Éditions de l’EHESS.

Massenzio Marcello, 2022, « La sagesse cachée des pleurs rituels », in E. De Martino, Mort et pleurs rituels. De la lamentation funèbre à la plainte de Marie, traduit de l’italien et annoté sous la direction de M. Massenzio, traduit de l’italien par A. Bellio et J. Nicolas, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 9-46.

Recht Roland, 2012, « L’Atlas Mnémosyne d’Aby Warburg », in A. Warburg, L’Atlas Mnémosyne, traduit de l’allemand par S. Zibelfarb, Paris, L’Écarquillé, INHA, p. 7-48.

Warburg Aby, 2012 [1924-1929], L’Atlas Mnémosyne, traduit de l’allemand par S. Zibelfarb, Paris, L’Écarquillé, INHA.

Haut de page

Notes

1 Ci-après, nous citerons le titre sous sa forme abrégée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcello Massenzio, « Entre l’anthropologie et l’histoire », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 189-198.

Référence électronique

Marcello Massenzio, « Entre l’anthropologie et l’histoire », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68764 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68764

Haut de page

Auteur

Marcello Massenzio

Président de l’Association internationale « Ernesto De Martino »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search