Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusJulia Martínez-Ariño, Urban Secul...

Comptes rendus

Julia Martínez-Ariño, Urban Secularism. Negotiating Religious Diversity in Europe

New York, Routledge, 2021, 154 p.
Victor Albert Blanco
p. 266-268
Référence(s) :

Julia Martínez-Ariño, Urban Secularism. Negotiating Religious Diversity in Europe, New York, Routledge, 2021, 154 p.

Texte intégral

1Urban Secularism. Negotiating Religious Diversity in Europe est la première monographie de la sociologue Julia Martínez-Ariño (université de Groningen, Pays-Bas). Ce livre est le résultat d’une recherche qualitative conduite dans trois villes françaises, mais s’inscrit aussi dans le prolongement d’un travail autour de la gouvernance de la pluralité religieuse à l’échelle locale, sur laquelle l’autrice a coordonné un ouvrage collectif (Julia Martínez-Ariño (ed.), Governing Religious Diversity in Cities. Critical Perspectives, London, Routledge, 2020). L’intitulé annonce le sujet et la problématique traités dans le livre, de même qu’il informe sur la perspective adoptée en plaçant la focale d’analyse à l’échelle locale et en prenant l’urbain comme l’espace privilégié de la négociation et de la formulation des politiques publiques de gestion du religieux.

2L’ouvrage se nourrit de données empiriques recueillies au cours d’entretiens semi-directifs avec une palette variée d’acteurs politiques, religieux et associatifs, ainsi que d’une approche ethnographique permise par l’observation de plusieurs événements et réunions publiques. La consultation de documents officiels et d’autres supports, comme des articles de presse, complète ces deux démarches. Les données ont été collectées dans trois villes françaises : Rennes, Bordeaux et Toulouse, définies par l’autrice comme des agglomérations urbaines de taille « moyenne ». Le choix de ces terrains représente sans doute l’un des principaux atouts du livre. Il constitue en effet un fondement épistémologique original, en permettant d’aller au-delà de l’analyse des dispositifs nationaux, souvent mis au centre des recherches sur la gouvernance du religieux. De plus, il permet également de dépasser la focale des grandes villes françaises et européennes vers des communes qui, bien que parfois éloignées de l’intérêt des chercheurs, ont une importance majeure dans la structure urbaine et démographique de nos sociétés.

3On peut s’interroger sur le fait que la recherche soit circonscrite au contexte français alors que le titre vise explicitement l’Europe. Bien qu’on puisse voir là une forme de dissonance, ce choix traduit la volonté et la réussite de Martínez-Ariño de monter en généralité à partir de ses résultats. L’ouvrage détaille en effet les spécificités du contexte français, mais la robustesse du cadre théorique et de l’analyse qui y est menée permet de construire le propos central qui guide le texte. C’est ainsi que l’autrice défend la nécessité de mener une analyse multiniveau qui, sans renoncer à l’impact des cadres nationaux, les nuance au profit d’une observation attentive des imbrications d’échelles.

4Dans cette perspective, Urban Secularism constitue à la fois un prolongement et un renouveau de l’abondante littérature sur le régime français de laïcité. Rédigé en anglais, il permet de viser un public au-delà du cadre francophone et d’enrichir ainsi les débats entamés dans le sillage d’auteurs comme Jean Baubérot, John W. Bowen, Joan W. Scott ou Valérie Amiraux. À l’aune d’une sociologie constructiviste des religions, telle que proposée par James B. Beckford, le regard sur les trois villes étudiées nous amène à une opération réflexive sur le travail de construction des catégories sociales, politiques et religieuses. Cela permet de constater, par exemple, que bien que la laïcité constitue une ressource symbolique omniprésente dans le discours public français, elle n’en demeure pas moins un objet de dispute politique, différemment interprété et utilisé par les acteurs en présence. Il en est de même à propos de la notion de religion et de ses définitions. Les données empiriques de Martínez-Ariño montrent ainsi que ces définitions sont le résultat d’un travail de construction par les acteurs, façonné à la fois par les rapports sociaux et politiques qui traversent la société française contemporaine ainsi que par le poids discursif de l’histoire nationale et locale. Ce travail de définition du « religieux », et notamment de sa relation avec le « séculier », permet alors de dessiner l’acceptabilité des manifestations religieuses à l’échelle locale, structurée autour de la distinction qui est faite dans le contexte français entre le « culte » et la « culture ».

5L’ouvrage analyse ainsi ce travail de construction et le démêle finement par la présentation d’un riche matériel empirique, au cours de cinq chapitres. Les différentes parties du livre opèrent un effort réussi de description et de classification des politiques en matière religieuse déployées dans les trois villes, ainsi qu’une présentation des acteurs y participant (chapitres 1 et 2). Le troisième chapitre est consacré à ce que l’autrice identifie comme « les mythes urbains » autour de la diversité, et s’appuie sur les concepts proposés par Alexander-Kenneth Nagel, notamment la notion de « vivre ensemble » qui façonne les discours et les politiques de gestion de la pluralité religieuse à l’échelle locale. L’intérêt de l’étude de ces « mythes » repose sur le fait qu’ils n’ont pas qu’une dimension discursive ; ils impactent la manière dont les manifestations et les acteurs religieux sont traités par les pouvoirs publics et la société. Par ailleurs, si le « vivre ensemble » – de même que les concepts qui y sont opposés, comme le « communautarisme » – constitue une catégorie centrale des politiques urbaines, il n’est lu ici qu’en interaction et en relation avec les notions de laïcité, de culte/culture ou avec la définition même du religieux. Dans cette perspective, le chapitre 4 montre comment l’ensemble de ces catégories, mobilisées par les acteurs sociaux, participent de la définition de la « normalité » religieuse. Enfin, le cinquième et dernier chapitre souligne que le local n’est pas seulement un récepteur des politiques et des discours produits à l’échelle nationale (ou internationale), mais qu’il produit aussi des connaissances et des modèles de gestion du religieux. L’autrice y développe l’idée, défendue au long du livre, de l’imbrication et du dynamisme des échelles. Julia Martínez-Ariño plaide ainsi pour un dépassement des cadres nationaux dans l’analyse de la gouvernance du religieux dans le monde contemporain. Il ne s’agit pas de considérer le local comme le producteur de modèles propres et détachés de toute influence, mais de comprendre les transferts d’idées, de notions ou de « bonnes » pratiques entre différents niveaux.

6L’analyse fine et étayée proposée dans Urban Secularism ouvre de nouvelles perspectives de recherche dans un domaine où la littérature est pourtant abondante. L’un des aspects peu analysés dans le livre (mise à part une brève mention dans le chapitre 3) et qui pourrait nourrir de futures lignes de recherche, est la relation entre la « politique de la ville » et la religion. En effet, la question des quartiers « populaires », « sensibles » ou « prioritaires » est un dossier désormais central dans l’agenda politique français. Les chevauchements d'échelles dans les politiques publiques menées sont d’ailleurs rendus visibles par la signature de « contrats » entre le gouvernement central et les collectivités territoriales. Quelle est la place du religieux dans ces dispositifs d’intervention dans des quartiers relevant d’une « géographie d’exception » ? Martínez-Ariño propose quelques pistes à ce propos, qui mériteraient d’être approfondies au croisement de la littérature des sciences sociales du religieux et des études urbaines.

7Par ailleurs, si l’un des objectifs d’Urban Secularism est de mettre les « villes moyennes » au cœur de l’analyse, il pointe aussi la nécessité de s’intéresser à d’autres configurations urbaines et territoriales. Dans le chapitre 5, l’autrice mentionne brièvement les actions à propos du religieux et de la laïcité menées par le réseau des maires des petites villes. Cela invite sans doute à poursuivre des recherches qualitatives et approfondies dans ces communes, mais également dans des villages et des territoires ruraux. Si l’urbanisation de la société européenne contemporaine est un fait presque irréfutable, la baisse de population ou le « déclin » de certains territoires ruraux ou industriels n’en demeure pas moins un sujet d’actualité sociale, politique et scientifique. On pourrait ainsi interroger les particularités de la gouvernance du religieux dans les territoires traversés par ces reconfigurations.

8Enfin, la temporalité constitue la principale limite du livre, difficulté toutefois inhérente à la vitesse des changements politiques, et même institutionnels, qui s’opèrent dans le champ étudié. Un exemple : l’Observatoire de la laïcité, l’un des dispositifs largement mentionnés dans l’ouvrage qui ont été centraux au cours de la dernière décennie dans la gouvernance du religieux en France, n’existe déjà plus aujourd’hui par décision du gouvernement sous le mandat présidentiel d’Emmanuel Macron. On peut encore mentionner la toute nouvelle loi dite « contre le séparatisme », adoptée en 2021 et visant à lutter contre « les radicalismes » par l’imposition de nouveaux dispositifs de surveillance du religieux. Par ailleurs, depuis 2017, le paysage politique français est en constante mutation, notamment au niveau local, où les élections municipales de 2020 ont donné lieu à des changements importants (par exemple, la mairie de Bordeaux, quoique fief historique de la droite, a été conquise par la gauche). L’impact de toutes ces évolutions sur la gestion du religieux reste donc à étudier dans le but de poursuivre les enseignements et les éléments de discussion fournis par Urban Secularism.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victor Albert Blanco, « Julia Martínez-Ariño, Urban Secularism. Negotiating Religious Diversity in Europe », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 266-268.

Référence électronique

Victor Albert Blanco, « Julia Martínez-Ariño, Urban Secularism. Negotiating Religious Diversity in Europe », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68806 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68806

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search