Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusRémi Mathieu, Le taoïsme

Comptes rendus

Rémi Mathieu, Le taoïsme

Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 2019, 128 p.
Mira Niculescu
p. 271-272
Référence(s) :

Rémi Mathieu, Le taoïsme, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 2019, 128 p.

Texte intégral

1Alors que le taoïsme, popularisé par l’orientalisme européen puis par la contre-culture des années 1960, fait couler beaucoup d’encre dans la littérature populaire et scientifique occidentale depuis plus d’un siècle, il aura fallu attendre 2019 pour que la collection « Que sais-je ? » des Presses Universitaires de France lui consacre un volume. L’une des explications de ce décalage vient peut-être de l’ampleur de la tâche : comment décrire un phénomène si complexe et multiforme, transmué et hybridisé au fil des siècles, en à peine une centaine de pages ?

2Cette présentation du « taoïsme » sous la plume du sinologue Rémi Mathieu n’est pourtant pas le premier précis didactique visant à éclairer les grandes lignes de ce courant de pensée chinois à l’adresse des Occidentaux. D’autres ouvrages introductifs parus il y a une dizaine d’années, comme celui des spécialistes Vincent Goossaert et Caroline Gyss chez Gallimard (Le taoïsme. La révélation continue, 2010), ou celui de Marc Halévy aux éditions Eyrolles (Le taoïsme, 2009), se sont employés à synthétiser ce phénomène philosophique, sociohistorique, religieux et spirituel.

3La présente publication vient poursuivre cette démarche, tentant de mieux élucider les racines d’un courant à la fois si familier – à travers des notions comme Yijing, le livre des transformations, yin yang, la complémentarité des opposés, ou encore le concept de wu wei, non-agir – et pourtant, comme le souligne l’auteur, si mal compris.

4Le but de Rémi Mathieu est explicite : porter à la connaissance du lecteur occidental les « éléments fondateurs du taoïsme » essentiels à une « vision lucide » d’un courant très à la mode mais dont les racines sont souvent ignorées. Pour cela, l’auteur articule son ouvrage en trois parties thématiques décrivant successivement les pères fondateurs, les doctrines et pratiques de base du taoïsme, et son évolution sociohistorique jusqu’à nos jours.

5En spécialiste de la question, Rémi Mathieu entend souligner la difficulté de la tâche de synthèse en accentuant la complexité du phénomène qu’il décrit. Il opte pour une définition sociohistorique plutôt que philologique du taoïsme, qu’il décrit non seulement comme une philosophie ayant évolué en religion et en croyance populaire, mais aussi comme un ensemble de courants de pensées multiples. « Le taoïsme n’existe pas en tant que tel » rappelle-t-il, on rencontre « seulement des formes de taoïsme. »

6Cela implique un travail non seulement descriptif mais aussi critique du phénomène, soulignant notamment, pour utiliser des termes wébériens, une forme de « routinisation » opérée à travers l’« entrée en religion » du taoïsme, voire de folklorisation.

7Un tel travail de simplification n’est pas aisé pour un vrai spécialiste, et sans doute certains titres de parties, comme « spéculations et pratiques hygiénistes » auraient gagné à être simplifiés à l’égard du lecteur non averti. Mais le pari de la communication dans la synthèse est gagné. Dans ce court ouvrage clair et bien construit, Rémi Mathieu réussit le tour de force d’offrir au grand public des clés de compréhension fines du taoïsme en synthétisant au possible l’histoire et les concepts d’un monde dont il est spécialiste, sans en sacrifier la complexité, ce qui fait de cet ouvrage non seulement une bonne ressource pour le lecteur néophyte curieux, mais aussi un outil utile pour les étudiants et les universitaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mira Niculescu, « Rémi Mathieu, Le taoïsme », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 271-272.

Référence électronique

Mira Niculescu, « Rémi Mathieu, Le taoïsme », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68824 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68824

Haut de page

Auteur

Mira Niculescu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search