Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusKathleen McPhillips, Naomi Golden...

Comptes rendus

Kathleen McPhillips, Naomi Goldenberg (eds), The End of Religion. Feminist Reappraisals of the State

New York, Routledge, 2020, 244 p.
Yann Schmitt
p. 272-273
Référence(s) :

Kathleen McPhillips, Naomi Goldenberg (eds), The End of Religion. Feminist Reappraisals of the State, New York, Routledge, 2020, 244 p.

Texte intégral

1Ce recueil de onze articles vise à développer la théorie de Naomi Goldenberg sur les institutions religieuses contemporaines comme États vestigiaux ou résiduels. On trouve initialement cette théorie dans son article “Theorizing Religions as Vestigial States in Relation to Gender and Law” (2013) et dans différentes publications postérieures. Selon les théories classiques de la sécularisation, les États modernes ont conquis leur souveraineté en s’imposant aux religions qui se sont à la fois trouvées soumises au contrôle étatique et renvoyées à une sphère privée non politique. Or, la thèse reprise dans les articles s’oppose à ce récit de la sécularisation en montrant comment les États accordent une relative souveraineté aux religions, en particulier pour le contrôle des femmes et des personnes LGBT+, ce qui intègre les religions dans une politique patriarcale et aussi bien souvent néocoloniale. Une des préoccupations à l’arrière-plan de cette théorie est l’illusion du recours aux institutions et associations religieuses pour la protection des femmes. Plus théoriquement, les travaux du volume visent à déconstruire les notions d’État et de religion, bien que cela reste souvent assez programmatique, sauf dans le texte d’ouverture de Naomi Goldenberg et dans celui d’Elizabeth A. Pritchard.

2Les articles illustrent comment la souveraineté des États modernes et la fameuse réclamation du monopole de la violence légitime par ceux-ci ne sont pas à comprendre comme exclusives de toute délégation de pouvoir sur les vies des femmes, voire ne sont qu’une continuation du patriarcat sous une nouvelle forme. La thèse montre sa force dans l’article de Barbara Greenberg sur le rôle de l’Église catholique dans l’éducation des populations autochtones du Canada. Les femmes autochtones étaient systématiquement dénigrées et privées de toute valeur tandis que les enfants subissaient la violence des pensionnats catholiques de rééducation, tout ceci se produisant dans la continuité de la colonisation étatique. De même, Kathleen McPhillips montre comment, en Australie, le comportement des femmes musulmanes est particulièrement contrôlé avec la bénédiction de l’État. Sukhwant Dhaliwal explique aussi qu’au Royaume-Uni, l’alliance du New Labour avec des organisations religieuses se fait au détriment des droits des femmes, soumises à des associations réactionnaires et machistes sans régulation de l’État devenant de plus en plus néolibéral. De son côté, Peggy Schmeiser étudie précisément comment le droit canadien essentialise la religion et lui donne un poids parfois plus important que les droits fondamentaux des personnes, ce qui pénalise particulièrement les femmes autochtones.

3Dans le volume, la thématique décoloniale croise régulièrement les questions féministes. Par un retour sur l’histoire coloniale mexicaine et par une description des évolutions récentes de Ciudad Juarez, Larisa Garrett montre comment États, entreprises, cartels et groupes religieux sont liés à divers degrés dans les violences infligées aux femmes, dont la vague de féminicides dans cette ville est l’exemple flagrant. Toujours en insistant sur le plan économique, Andrew Pump examine comment les changements de discours sur le capitalisme ont permis à l’Église catholique de conserver son pouvoir et sa souveraineté résiduelle. En abandonnant une trop radicale critique du capitalisme propre à la doctrine sociale de l’Église, celle de Jean-Paul II et de Benoit XVI a réorienté son pouvoir sur la sexualité des femmes et des personnes LGBT+ au nom d’un soi-disant excès dans le développement des droits humains, tout en fermant les yeux sur les conséquences du néolibéralisme.

4Les représentations et les discours font ainsi l’objet de plusieurs déconstructions. Se plaçant sous le patronage de Jacques Derrida, Geraldine Finn étudie la cérémonie d’enterrement de Jean-Paul II qui s’est déroulée en présence de centaines de dirigeants mondiaux quasiment tous masculins. Le texte est une caricature de maniérisme derridéen soi-disant critique. Le style est pompeux (« Well, Q.E.D. Quod erat demonstrandum. The end/s of religion is/are indeed the end/s of Man/man/men (not woman/women): Man/man = every-man = men = not women/woman », p. 190) et les analyses oscillent entre évidences à propos de l’oubli des femmes repérable dans de nombreux textes religieux ou philosophiques et rapprochements confus voire plutôt hasardeux comme celui entre l’enterrement de Jean-Paul II et les attentats du 11 septembre 2001, afin de montrer comment deux « gestes religieux » ont pu être organisés pour produire le maximum d’effets (p. 188)… Un peu plus abouti, le texte de Yvonne Sherwood s’interroge sur la possibilité d’une représentation du peuple et de son pouvoir indépendamment d’une iconographie machiste. De manière bien plus rigoureuse et stimulante, Stacie Swain examine quant à elle les discours de la campagne libérale et de l’investiture de Justin Trudeau pour montrer que, par-delà les appels à l’inclusion, les Autochtones sont renvoyés à une différence simplement religieuse ou spirituelle qui dépolitise leur situation et prolonge la colonisation européenne.

5Comme souvent dans un recueil d’articles, le propos est répétitif puisque, hormis dans l’article de Pritchard, la thèse initiale sur les religions comme États résiduels est peu discutée et simplement utilisée et illustrée. Si l’objectif avait été de fournir une confirmation empirique de l’hypothèse, cette démarche aurait été la bienvenue, mais les textes restent souvent assez généraux, malgré quelques articles prenant le soin d’exposer comment ce qui semble être une séparation ou une tutelle étatique des religions est en réalité une forme de délégation de pouvoir au détriment principalement des femmes. L’hypothèse mériterait donc un examen au plus près des pratiques et des cas particuliers, et, en tant que lecteur français, nous aimerions la voir un jour testée à propos des politiques républicaines françaises relatives au culte musulman ou catholique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Schmitt, « Kathleen McPhillips, Naomi Goldenberg (eds), The End of Religion. Feminist Reappraisals of the State », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 272-273.

Référence électronique

Yann Schmitt, « Kathleen McPhillips, Naomi Goldenberg (eds), The End of Religion. Feminist Reappraisals of the State », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 26 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/assr/68831 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68831

Haut de page

Auteur

Yann Schmitt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search