Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusEmmanuel Mounier, Yves Roullière ...

Comptes rendus

Emmanuel Mounier, Yves Roullière (dir.), Œuvres complètes. Volume I :1922-1932

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 702 p.
Frédéric Gugelot
p. 274-275
Référence(s) :

Emmanuel Mounier, Yves Roullière (dir.), Œuvres complètes. Volume I :1922-1932, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 702 p.

Texte intégral

1Republier Mounier est une entreprise de longue haleine, l’homme, mêlant profondément écriture et action, ayant multiplié les articles, conférences, essais et réflexions. L’urgence du temps justifiait cette écriture de textes de genres variés. Elle expliquait l’engagement dans une revue, Esprit. Mais l’œuvre s’en retrouve éclatée, dispersée.

2Faire paraître une œuvre intégrale produit toujours chez le chercheur une double espérance : celle d’une exhaustivité maximale (ici presque réalisée, puisque nous disposons même des copies des dissertations philosophiques de terminale) et celle d’un appareil critique réalisé sans pesanteur, mais avec efficacité. Le tout est complété par un index analytique, puis un index des noms et des maisons d’éditions et revues. Vous ajoutez une part de chronologie en introduction, et vous obtenez une édition modèle. Si toutes les « petites mains » s’effacent derrière l’œuvre ici présentée, il faut insister sur l’impressionnant travail réalisé, qui de plus ne rend pas inaccessible le texte. Or le but est bien celui-ci, redonner toute son actualité à cette pensée et à ses débouchés en temps de crise.

3L’ordre de publication se veut chronologique. Sept volumes sont prévus. Ce premier tome regroupe les textes de jeunesse, écrits entre 17 et 27 ans, une décennie de tâtonnements, d’interrogations qui débouche sur l’idée phare, la naissance d’une nouvelle revue. Le livre permet de suivre la circulation des idées, les sources inspiratrices d’une pensée en cours d’élaboration mais aussi la volonté progressive, au-delà de l’engagement intellectuel, de nourrir une action pleinement inscrite dans le siècle. Les copies de philosophie, les recensions d’ouvrages permettent de déceler les références nourricières, les assises de la constitution d’une pensée. L’ouvrage n’échappe pas toujours aux risques de rechercher la moindre trace du Mounier pleinement adulte et engagé dans l’aventure d’Esprit et du personnalisme dans les premiers pas du jeune homme ; car évidemment l’objet comporte une part de culte au « grand homme », dans le cas présent, à son discernement, à son influence. Retenons ce dernier terme ; Mounier lui-même a conscience qu’une des formes d’action sur son temps est « l’influence ». Il écrit ainsi en 1931-1932 un texte intitulé « L’action intellectuelle ou de l’influence », où il pose l’exigence pour une « action d’influence » de « discerner, choisir, transfigurer » (p. 337) : « je parle, je me répands, j’agis. Je soulève autour de moi des énergies jusque-là dormantes : je ne les crée pas. Mais n’est-ce pas les créer en quelque manière que de les susciter à l’efficacité qu’elles ne pouvaient atteindre ? » (p. 335). Le jeune homme cherche bien à dégager les différentes facettes du programme de toute une vie.

4Issu d’un milieu chrétien ouvert – il faut noter que les deux parents sont pratiquants – façonné par l’ACJF, qui prône la prise de distances avec tout engagement militant, le jeune Mounier multiplie les lectures et les rencontres, des professeurs (Jacques Chevallier), des directeurs de conscience (le jésuite Auguste Décisier, la pratique des Exercices d’Ignace l’ayant aidé à surmonter une grave dépression). Le jeune homme se forme à l’aune de ces deux rencontres, de leur « aura », et de la « révélation » de la philosophie. Mais il échoue aussi dans bien des voies, tâtonne, obtient l’agrégation mais est déçu par l’université. La lecture de Charles Péguy se révèle aussi un piège. Le double rejet du milieu universitaire, le savoir et l’intelligence ne changent rien à la corruption, au népotisme et à la bassesse de ceux qui ne sont que des hommes, et favorisent la prise de distance. Mounier aurait pu devenir un enseignant chercheur de grande valeur, ses choix l’orientent vers l’engagement direct dans le siècle, et la fondation d’une revue. Ce premier tome s’achève donc sur les prémices de l’aventure d’une publication et d’un mouvement d’inspiration chrétienne. Celui-ci revendique de ne pas lier l’Église à une civilisation particulière, ni à un courant politique (de droite) ni à une classe (bourgeoise). D’autant que redonner au monde une âme rend caduque son exploitation et sa consommation effrénées.

5Le jeune homme y apparaît comme un « moderne » dont la référence littéraire est Péguy, philosophique, Bergson et spirituelle, Thérèse de Lisieux. On cherche désespérément le glorieux xviie siècle catholique qui inspire tant la littérature hagiographique du temps. Cette quête distille la pensée et la formation de Mounier : « Car le chrétien est une âme en perpétuel désir du mieux, possédée sans trêve ni fin de la nostalgie de l’Infiniment Parfait » (« Méditation sur l’égalité d’humeur », p. 532). Il y dégage « une commune manière de poser les problèmes et une même volonté de franchise » (p. 650), la certitude aussi d’un « matérialisme agonisant » dont l’« indigence théorique, technique et humaine » (p. 650) conduit à la faillite de son époque. L’urgence des temps commande l’action. La communication de Font-Romeu de 1932, intitulée « les directions spirituelles du Mouvement “Esprit” », pose les bases, au-delà d’un double refus du marxisme et du fascisme, des conditions d’une action d’inspiration spirituelle renouvelée : « l’esprit mène le monde ». Elle doit aboutir à une « révision des valeurs » (p. 420).

6L’ouvrage permet surtout de se rappeler combien la rencontre avec le mouvement des Davidées, sororité d’institutrices publiques catholiques, passionne le jeune homme. « Dieu fait servir à ses fins les instruments que les hommes machinaient contre lui. De la laïcité sortira peut-être une élite de chrétiens plus éclairés, plus conscients de la vérité » (p. 304). Il y perfectionne sa pensée d’un humanisme chrétien qui exige à la fois un effort de sanctification intérieure, la recherche d’une « harmonie » chrétienne (p. 299), et la constitution d’un mouvement qui mêle une amitié et une mystique. L’amitié spirituelle des Davidées devient une des sources des groupes Esprit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gugelot, « Emmanuel Mounier, Yves Roullière (dir.), Œuvres complètes. Volume I :1922-1932 », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 274-275.

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Emmanuel Mounier, Yves Roullière (dir.), Œuvres complètes. Volume I :1922-1932 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 11 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68854 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68854

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search