Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusMatteo Luigi Napolitano, “...

Comptes rendus

Matteo Luigi Napolitano, “La Santa Sede tra Slovacchia e Cecoslovacchia”

Nuova storia contemporanea, 3, 2021, p. 187-229.
Michel Ostenc
p. 276-278
Référence(s) :

Matteo Luigi Napolitano, “La Santa Sede tra Slovacchia e Cecoslovacchia”, Nuova storia contemporanea, 3, 2021, p. 187-229.

Texte intégral

1Dans la Tchécoslovaquie née des traités de paix mettant fin à la Grande guerre, le parti populiste slovaque de l’abbé Hlinka exploite le mécontentement qui suit la crise économique mondiale de 1929 et se transforme peu à peu en parti fasciste lié à l’Allemagne hitlérienne. Mgr Jozef Tiso, qui succède à Hlinka en 1938, obtient après les accords de Munich (septembre 1938) l’autonomie interne de la Slovaquie au sein de la Tchécoslovaquie. La terreur instaurée par la « Garde Hlinka », une milice du régime, contraint les électeurs slovaques à voter à 90 % pour la liste unique proposée par la Diète de Bratislava (décembre 1938). Menacée par les revendications hongroises, la Slovaquie doit accepter l’arbitrage germano-italien des accords du Belvédère à Vienne (2 novembre 1938), qui l’ampute de ses cantons méridionaux. Le gouvernement tchécoslovaque de Prague ayant révoqué quatre ministres slovaques qu’il considérait comme une menace pour l’unité du pays (9 mars 1939), Hitler convoque Mgr Tiso à Berlin (13 mars), le prélat acceptant de placer la Slovaquie sous la « protection » allemande. Pendant que la Wehrmacht occupe la Bohême et la Moravie, la Diète de Bratislava proclame l’indépendance de la Slovaquie (14 mars 1939). Président du Conseil (29 octobre 1939), Tiso craint la nazification de son pays, mais il voit dans l’amitié allemande une garantie nationale pour la Slovaquie. En fait, dans la Slovaquie indépendante est créé un Conseil d’État qui supplante la Diète et se met aux ordres du gouvernement pro-nazi de Vojtech Tuka. La Slovaquie participe à l’invasion de la Pologne et adhère au pacte tripartite (Italie, Allemagne, Japon), ce qui entraîne sa participation à la guerre contre l’URSS déclenchée en juin 1941 et son adhésion au pacte anti-Komintern (21 novembre 1941). Le 12 décembre 1941, elle déclare la guerre aux États-Unis et à la Grande-Bretagne.

2L’attitude des prélats slovaques, à commencer par celle de Mgr Tiso, ne peut que susciter les inquiétudes du Saint-Siège. L’auteur du présent ouvrage s’intéresse en particulier au rôle joué par l’évêque de Spisska, Mgr Vojtassak, au sein du Conseil d’État slovaque. Le démembrement de la Pologne avait permis à l’évêché de Spisska, situé au pied des Monts Tatras, de récupérer une vingtaine de paroisses qui lui avaient été enlevées au profit de Cracovie au terme de la Constitution apostolique Vixdum Poloniae Unitas (28 octobre 1925) ; il en demande alors l’administration définitive. Le nonce apostolique à Berlin Orsenigo, chargé des diocèses polonais depuis le démembrement du pays, se trouve placé devant un dilemme. Refuser la demande de Vojtassak l’exposerait au reproche des évêques slovaques d’être guidé par des considérations politiques désormais dépassées ; l’accepter ne manquerait pas de mécontenter les Polonais. Le Saint-Siège en est informé au moment où il est préoccupé par l’engagement des ecclésiastiques dans des postes comportant de graves responsabilités politiques et morales (7 août 1940). Il a déjà manifesté son inquiétude lors de l’élection de Mgr Tiso (12 novembre 1939) à la présidence de la République slovaque (P. Slepcan, R. Letz, Una voce in difesa. Episcopato slovacco e diplomazia pontificia contro lo sterminio nazista, Città del Vaticano, Libreria del Vaticano, 2009).

3La requête de l’évêque Vojtassak pose un problème au Saint-Siège qui n’entend pas reconnaître l’anéantissement de la Pologne et maintient au Vatican un ambassadeur de son gouvernement en exil à Londres. Son renouvellement en octobre 1941 avec l’appui de l’ambassadeur slovaque auprès du Saint-Siège lui donne un caractère éminemment politique. D’ailleurs, les rapports du délégué apostolique en Slovaquie Burzio sont sans équivoque au sujet des opinions de l’évêque de Spisska. Les historiens s’interrogent aujourd’hui sur la compromission d’éminents ecclésiastiques slovaques dans la déportation et l’extermination des juifs perpétrées par les nazis (J. A. Mikus, The Three Slovak Bishops: Their Struggle for God and Slovakia until their Condemnation by the Communists in 1951, Catholic Federation of America, 1954, p. 23). La Diète n’a joué aucun rôle dans le régime totalitaire slovaque ; mais il n’en est pas de même pour le Conseil d’État composé de six membres nommés par le président de la République Mgr Tiso, les dix autres étant désignés par le Parti Populaire Slovaque, parti unique contrôlé par Tiso et par le chef du gouvernement pro-nazi Tuka. Or le Conseil d’État sera le principal organe législatif de l’État slovaque et il soutiendra les décisions du gouvernement, avalisant notamment le « Code juif » de 1941. Le 12 mars 1942, les évêques slovaques demandent que les juifs puissent rester dans leur pays ; mais leur déportation vers Auschwitz et Birkenau commence le 25 mars sans que Vojtassak démissionne pour autant du Conseil d’État dont il est le vice-président. Il est vrai que l’évêque de Spisska est en partie victime des fausses promesses du gouvernement Tuka de ne pas déporter les juifs baptisés ; mais la « Sélection des Juifs pour l’exil » adoptée le 20 mars 1942 par le Conseil d’État reste l’un des chapitres les plus obscurs de l’histoire slovaque, notamment au sujet de l’attitude des prélats de l’Église catholique. Le ministre de l’Intérieur slovaque Mach déclare alors que les autorités ecclésiastiques étaient d’accord avec le plan gouvernemental de déportation des juifs ; mais cette affirmation reste contestable. En revanche, le rapport du nonce apostolique Burzio informe le Saint-Siège de ces événements tragiques. Le gouvernement slovaque paye à l’Allemagne 500 marks par juif déporté et ces dépenses sont inscrites au budget de l’État sous la rubrique « Indemnités pour frais de transport ».

4La « question juive » sera encore à l’ordre du jour du Conseil d’État slovaque le 3 février 1943. Mgr Vojtassak se dit satisfait des conditions d’existence des juifs dans les camps de concentration slovaques, tout en signant la circulaire des évêques en leur faveur (8 mars 1943). Le Saint-Siège autorise la présence de l’évêque de Spisska dans le second Conseil d’État slovaque installé à la suite à la loi du 8 juillet 1943. Un autre ecclésiastique, le prêtre Jan Ferencik, dirigeait une section locale du Parti Populaire Slovaque. Il affirmait que la Slovaquie devait son indépendance au Christ, ce qui lui valut d’être reconnu comme « prélat de sa Sainteté », un titre qui lui est retiré en juin 1941 à la suite d’un article où il fait l’éloge d’Hitler. Un soulèvement national slovaque, le 29 août 1944, ne sera réduit qu’en octobre par l’armée allemande ; mais les troupes soviétiques sont alors déjà entrées dans le pays et une nouvelle page de l’histoire slovaque s’ouvre.

5À l’automne 1945, le sous-secrétaire d’État aux Affaires Étrangères de la République de Tchécoslovaquie Vladimir Clementis demande au Saint-Siège la destitution de quatre évêques slovaques. Cette démarche est renouvelée pendant l’été 1946, mais elle ne concerne plus que le seul évêque Vojtassak. Tiso est condamné à mort par le tribunal du peuple de Bratislava et pendu en 1947 ; Vojtassak aurait certainement subi une lourde condamnation en 1948 si son procès n’avait pas été renvoyé sine die. Il s’est fait le complice d’un régime slovaque pro-nazi qui se vantait d’être « le plus antisémite du monde » et il a partagé avec lui la responsabilité de décisions particulièrement graves en matière de déportation des juifs slovaques ; mais le régime communiste qui s’installe alors en Tchécoslovaquie lui impose un véritable « calvaire » qui conduira après sa mort à l’ouverture de son procès en béatification. Il n’est pas surprenant que cet événement ait suscité les protestations justement indignées de la communauté juive internationale (A. Webb, The Longman Companion to Central and Eastern Europe since 1919, Londres/New York, Longman, 2002, p. 119). Nul doute que l’ouverture des archives vaticanes du pontificat de Pie XII permettra d’en savoir bientôt davantage sur l’attitude du Saint-Siège face à ces tragiques événements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ostenc, « Matteo Luigi Napolitano, “La Santa Sede tra Slovacchia e Cecoslovacchia” », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 276-278.

Référence électronique

Michel Ostenc, « Matteo Luigi Napolitano, “La Santa Sede tra Slovacchia e Cecoslovacchia” », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68883 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68883

Haut de page

Auteur

Michel Ostenc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search