Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusStefania Palmisano, Nicola Pannof...

Comptes rendus

Stefania Palmisano, Nicola Pannofino, Contemporary Spiritualities. Enchanted Worlds of Nature, Wellbeing and Mystery in Italy

London, Routledge, 2020, 180 p.
Guillaume Silhol
p. 280-282
Référence(s) :

Stefania Palmisano, Nicola Pannofino, Contemporary Spiritualities. Enchanted Worlds of Nature, Wellbeing and Mystery in Italy, London, Routledge, 2020, 180 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage coécrit par deux sociologues de l’Université de Turin et de l’Université du Val d’Aoste s’appuie sur des enquêtes ethnographiques menées au sein de « nouveaux mouvements religieux » dans l’Italie contemporaine. Il synthétise plusieurs années de travaux empiriques collectifs sur ce que recouvre le terme de « spiritualité », à partir de cas d’étude diversifiés éclairant des mouvances souvent méconnues hors d’Italie.

2La première partie de l’ouvrage présente les étapes d’une approche attentive aux concepts et à la généalogie chrétienne du vocable de la Spiritualitas – qui recouvre un champ lexical passé de la théologie à la contre-culture – ainsi qu’à l’hétérogénéité des mouvements regroupés sous cette dénomination. La perspective adoptée n’est ni celle de la « religion diffuse » proposée par le sociologue romain Roberto Cipriani, ni celle d’une cartographie encyclopédique des nouvelles religions comme dans les publications de l’équipe de Massimo Introvigne. Dès le premier chapitre, les deux auteurs situent leur démarche dans le champ d’études sur le New Age et les formes religieuses dites alternatives, en prenant leurs distances avec les approches dissociant radicalement « religion » et « spiritualité » (Linda Woodhead, Paul Heelas) comme avec celles centrées sur la religion vécue (Nancy Ammerman), afin de penser, derrière l’opposition conceptuelle des deux termes, un continuum configurationnel. En effet, leur usage de concepts de Norbert Elias (configuration et interdépendance) constitue un apport original vis-à-vis d’emprunts habituels à d’autres auteurs canoniques en sociologie des nouveaux mouvements religieux, de Max Weber à Georg Simmel. Il s’agit moins de représenter une nébuleuse que des mouvements et des individus aux traditions, aux répertoires, aux intérêts et aux pratiques hétérogènes, mais concurrents et insérés dans de mêmes jeux. Concernant les cas d’études italiens, les auteurs insistent préalablement sur les effets instituants et parfois paradoxaux du catholicisme dans la péninsule, dans la première partie de l’ouvrage ainsi que dans le quatrième chapitre de la deuxième partie. L’Église catholique constitue un repoussoir hiérarchique dans les discours portés par certains groupes, mais le catholicisme, décrit par les deux auteurs comme « prototype » de certaines pratiques et mouvances, reste encore une puissante instance socialisatrice et un point de référence ambivalent.

3La deuxième partie du livre propose d’appliquer ces éléments théoriques à différentes enquêtes de terrain. Trois métarécits, chaque fois illustrés par trois exemples de terrain ethnographique, regroupent les mouvements religieux présentant un « air de famille ». Les auteurs abordent ainsi divers groupes désignés par le métarécit de sacralisation de la nature (« Arcadie »), dans le quatrième chapitre. Il s’agit de mouvements prônant le réenchantement de la nature, aussi bien des éco-villages issus de groupes de néo-ruraux que des communautés de matrice néo-païenne ou néo-chamanique. Du point de vue des pratiques et des recrutements, cela implique aussi bien des formations élitistes, comme le Clan du Grand Ours, issu d’un festival néo-arthurien aux prises avec une institutionnalisation culturelle qui provoque des scissions, que d’autres plus prosélytes et peu formalisées en doctrine, comme les associations enseignant le « bain de forêt ». D’autres formes se situent entre ces deux pôles, à l’image d’une fondation éco-indigéniste piémontaise néo-celtique qui ambitionne de mener des actions de plaidoyer à l’ONU. Proche de ce métarécit mais distinct par des formes symboliques explicitement individualisées, la « quête héroïque » centrée sur le soi désigne des groupes plus intéressés par l’association du bien-être et de formes socialement valorisées de spiritualité, abordés dans le cinquième chapitre. S’y retrouvent tant des pratiques thérapeutiques alternatives que des techniques de méditation sécularisées et des circuits de tourisme spirituel. Parmi les cas étudiés, le mouvement des Tentes rouges, par exemple, associe à la fois une critique féministe radicale du patriarcat, des pratiques et motifs issus du chamanisme et du reiki, et une symbolique positive pour contrer des stigmates associés à la menstruation. Si ce mouvement fondé aux États-Unis comptait près de 500 adhérentes en Italie vers 2008, les auteurs soulignent qu’on y retrouve aussi les particularités du contexte national, notamment à travers une réinterprétation subversive et féministe de certaines figures saintes du catholicisme italien. Enfin, dans le sixième chapitre, le métarécit identifié est un récit de valorisation du mystère, qui regroupe des phénomènes variés allant de cercles ésotériques intéressés par l’occultisme à des groupes proches de l’esthétique gothique et du vampirisme, jusqu’à des sciences alternatives. Les structures de formation et d’application de savoirs réservés se traduisent par des conceptions assez diverses de l’exclusivité, allant d’éléments « touristiques » à d’autres fondés sur l’opposition à une culture catholique perçue comme dominante. Les aspects entrepreneuriaux y sont particulièrement soulignés, qu’il s’agisse d’un festival ésotérique implanté dans une banlieue de Turin ou, cas particulièrement médiatisé, de Damanhur, centre expérimental néo-païen fondé en 1978 et devenu une fédération de petites communautés. Ces différents cas rappellent que l’on a affaire non à une absence d’autorité religieuse dans les trajectoires et les pratiques d’individus, mais à une relativisation de ces autorités liée à leur forte concurrence, comme le montrent les travaux de Matthew Wood sur le New Age en Angleterre.

4Le septième chapitre conclusif revient sur deux grands types de stratégies de ces groupes en poursuivant l’analyse configurationnelle : une stratégie d’innovations se légitimant par le rappel de traditions, et une stratégie de contestations explicites d’une culture dominante, mais parfois associées à un activisme en direction des institutions publiques, notamment de la vie associative ou politique locale. Les tensions liées à ces objectifs contradictoires se manifestent dans les sollicitations de nouveaux adhérents. Tout en soulignant que l’ouvrage se concentre sur des « virtuoses » plutôt que sur des réceptions ordinaires, les auteurs insistent sur le caractère évolutif de ce paysage des spiritualités alternatives en Italie comme ailleurs. À ce titre, l’un des mérites de ce travail comparatif est de contrer dans le discours analytique l’image d’objets « exotiques », une représentation dont Véronique Altglas a montré les liens avec la circulation globalisée de certaines ressources religieuses et avec une construction historiquement située de l’individualisme religieux. Il manque toutefois certains éléments de clarification quant aux matériaux d’enquête et quelques points d’explication.

5D’une part, les cas d’étude sont presque tous concentrés dans le Val d’Aoste, le Piémont, la Lombardie et l’Émilie-Romagne, soit le Nord-Ouest et la tranche septentrionale du Centre de la péninsule. Dans ces zones, qui sont réputées parmi les plus sécularisées de l’Italie, la prégnance du catholicisme – dont les auteurs font un facteur explicatif des traits de ces groupes « complémentaires » avec la tradition plutôt qu’anti-institutionnels – n’est peut-être pas aussi marquante que dans d’autres régions comme le Latium, la Vénétie, la Campanie ou d’autres parties du Mezzogiorno. À défaut d’enquêter dans toute la péninsule, quelques précisions géographiques supplémentaires auraient pu servir l’ambition de synthèse de l’ouvrage. D’autre part, sans contester l’intérêt d’enquêtes qualitatives locales dont on aimerait lire plus d’éléments, certains arguments tendent à s’appuyer sur le « discours maison ». Certaines figures et trajectoires d’entrepreneurs religieux, comme les participants du Festival Esoterica piémontais dans le sixième chapitre, sont bien détaillées, mais les propriétés sociales des acteurs, en termes de revenus et de statuts, tendent à être reléguées au second plan de l’analyse au profit des aspects déjà objectivés des structures des groupes. Enfin, le tableau de la configuration éliassienne élargie de ces groupes aux intérêts dissemblables, sous les catégories analytiques des trois métarécits, invite à discuter l’un des partis pris des auteurs, qu’ils admettent dans une note du troisième chapitre : la mise à l’écart des facteurs politiques dans la sociologie des spiritualités contemporaines. Cette option de circonscription de l’objet peut sembler contradictoire avec certains éléments empiriques, tels que les tensions et les négociations répétées avec des autorités municipales, par exemple dans le tourisme ésotérique autour de la ville de Turin. Sans plaquer les spécificités de la trajectoire et des controverses politiques sur la catégorie « secte », dont Étienne Ollion a fait la sociogenèse en France, les enjeux institutionnels du gouvernement public du religieux mériteraient, dans un travail ultérieur, une exploration. Il serait en effet intéressant d’en savoir plus sur les rapports différenciés de ces acteurs à l’État italien, aux pouvoirs régionaux et locaux, ainsi qu’aux dispositifs légaux de reconnaissance des organisations religieuses, et non seulement sur leurs rapports à une culture religieuse mainstream.

6Malgré ces limites, l’ouvrage reste une vraie contribution, documentée et comparative, à la sociologie des « spiritualités », non comme appendices des objets canoniques, mais comme pratiques relevant de certains groupes sociaux, qui montrent des relations de pouvoir, des conflits d’autorité, des requalifications de symboles et de formes culturelles. L’ouvrage conduit sur ces objets « désexotisés » un questionnement sociologique, nourri de références à la fois généralistes et issues du champ d’études, et il présente à un lectorat non nécessairement familier de l’Italie des analyses qui peuvent compléter celles de cas situés dans d’autres contextes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Silhol, « Stefania Palmisano, Nicola Pannofino, Contemporary Spiritualities. Enchanted Worlds of Nature, Wellbeing and Mystery in Italy », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 280-282.

Référence électronique

Guillaume Silhol, « Stefania Palmisano, Nicola Pannofino, Contemporary Spiritualities. Enchanted Worlds of Nature, Wellbeing and Mystery in Italy », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68898 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68898

Haut de page

Auteur

Guillaume Silhol

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search