Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusCharles H. Parker, Global Calvini...

Comptes rendus

Charles H. Parker, Global Calvinism. Conversion and Commerce in the Dutch Empire, 1600-1800

New Haven/ London, Yale University Press, 2022, 390 p.
Willem Frijhoff
p. 282-284
Référence(s) :

Charles H. Parker, Global Calvinism. Conversion and Commerce in the Dutch Empire, 1600-1800, New Haven/ London, Yale University Press, 2022, 390 p.

Texte intégral

1Bien que cette étude globale tourne autour du rôle du calvinisme néerlandais dans le monde de l’époque moderne, son auteur s’est fait connaître quinze ans auparavant par une approche novatrice et aussi globale du catholicisme dans le Siècle d’Or néerlandais (Faith on the Margins: Catholics and Catholicism in the Dutch Golden Age, Harvard University Press, 2008). Celle-ci l’a utilement aidé à ne pas surestimer – comme c’est souvent le cas auprès d’auteurs non-Néerlandais – le poids du calvinisme en Hollande et à prêter suffisamment d’attention aux concurrents, en particulier les catholiques, alors toujours au moins un tiers de la population du pays. Cette étude faisait suite à un premier travail sur le rôle de la charité dans la société marquée par la Réforme en Hollande (The Reformation of Community: Social Welfare and Calvinist Charity in Holland, 1572-1620, Cambridge University Press, 1998). Le présent travail s’inscrit par ailleurs dans la montée des approches globales, transnationales et connectées dans l’histoire socioculturelle, par exemple l’étude d’Owen Stanwood, The Global Refuge: Huguenots in an Age of Empire (Oxford University Press, 2020) qui couvre l’ensemble des territoires dans le monde où des huguenots se sont établis après la révocation de l’édit de Nantes, ou encore le recueil collectif Globalization and the Rise of Mass Education sous la direction de David Mitch et de Gabriele Cappelli (Palgrave Macmillan, 2019). Toutes ces études se signalent par une grande attention portée au long terme et à une diffusion large des phénomènes étudiés. Parker fait en outre preuve d’une excellente connaissance de l’histoire des Provinces-Unies, même si l’on souhaiterait parfois un peu plus de renvois à la littérature historique récente de ce pays. On reconnaît bien dans son travail l’influence de son maître James Tracy auquel ce livre est dédicacé.

2Le terme « Dutch Empire » n’est pas une référence historique au sens propre. Il renvoie ici à l’état accompli de l’expansion coloniale néerlandaise, surtout dans le cadre des deux plus grandes compagnies de commerce, la Compagnie des Indes Orientales (1602) et la Compagnie des Indes Occidentales (1621) qui avaient quasiment le monopole sur le monde colonial. Elles ont connu des sorts différents, la dernière ayant eu bien moins de succès que la première. Par ailleurs, quelques territoires colonisés à l’étranger ont échappé à l’emprise de ces compagnies, soit totalement (comme la Compagnie du Nord ou les comptoirs de la Direction du Commerce avec l’Orient) soit après un certain temps. Ainsi le Brésil, où les Hollandais avaient commencé à éradiquer le catholicisme portugais dès leur arrivée en 1630, à grand renfort de politique confessionnelle et de pasteurs réformés motivés, a-t-il dû être abandonné dès 1654. Formose (l’actuel Taïwan) connut le même sort en 1662, et la Nouvelle Hollande (New York et États environnants) en 1664/1674. De surcroît, à Formose, les missionnaires réformés présents furent cruellement exécutés. En revanche, les colonies du Cap de Bonne Espérance (1652-1795) et de l’île de Ceylan (1640/1656-1796) ont été marquées par une présence active et durable de l’Église réformée néerlandaise, soutenue par les deux Compagnies. L’établissement des Hollandais sur l’île de Deshima dans la baie de Nagasaki, qui jusqu’en plein xixe siècle leur donnait des droits commerciaux exclusifs sur l’Empire japonais, restait cependant dépourvu de toute autorisation d’activités religieuses.

3Il ne faut donc pas comprendre cet empire comme un territoire uni sous une direction unique et collégiale, animée par une volonté politique claire. En fait, le facteur qui unissait le travail des dirigeants, en particulier les gouverneurs et les conseils politiques présents dans chacune des colonies sous la haute responsabilité des Compagnies à Amsterdam, était avant tout l’intérêt du commerce au sens large, même si à l’époque moderne la religion était indissociablement liée à toute forme d’organisation sociale. L’auteur a donc eu raison d’organiser son livre comme une « connected history » autour de la liaison entre religion et commerce, en mettant l’accent plus particulièrement sur les efforts de conversion assez divers accomplis dans ce cadre, même si ces efforts n’offraient pas partout la même force. Ils étaient nettement plus importants dans les territoires de colonisation intensive où les Hollandais et Zélandais entendaient s’établir à demeure (en particulier les îles de l’Inde et les Moluques, autrement dit l’actuelle Indonésie, le Brésil, la Nouvelle Hollande, Ceylan, Formose, Le Cap, le Surinam et territoires voisins, les îles sous le vent dans l’Atlantique, et des territoires marqués par l’économie esclavagiste sur la côte africaine tels qu’Elmina et Luanda) que dans les comptoirs de moindre intérêt tout au long des routes commerciales dans l’ensemble des continents. Par ailleurs, l’influence de l’Église réformée ne fut pas non plus partout la même. Dans différents territoires, elle butait sur la présence persistante de religieux catholiques appartenant à des ordres établis et actifs, en particulier les jésuites, et les autorités civiles de leur côté avaient tendance à protéger les juifs séfarades comme des intermédiaires indispensables dans les mouvements économiques mondiaux.

4Charles Parker a organisé son livre en sept parties. L’introduction définit les notions de base : le calvinisme européen historique, l’expansion européenne et la « connected history », ainsi que les deux objectifs de l’ouvrage : montrer la persistance des efforts confessionnels calvinistes dans l’Empire néerlandais, et mettre en évidence l’importance des contacts avec les sociétés indigènes (« natives » ou « traditionnelles ») pour la prise de conscience des Européens de leur propre histoire religieuse et intellectuelle. C’est surtout ce second objectif qui caractérise l’étude et en fait un travail original où sociétés et continents se rencontrent et se confrontent. Il limite en même temps la portée de son champ d’application, car il est difficilement applicable à des populations et territoires d’ampleur réduite. L’accent majeur dans ce livre tombe donc sur des communautés d’une taille consistante, surtout en Asie, en particulier dans les Indes.

5Après un premier chapitre qui pose la thématique globale dans l’histoire de la République des Provinces-Unies (mais munie d’une carte géographique très peu satisfaisante), cinq autres chapitres se penchent successivement sur la place et le rôle de l’Église dans la société coloniale (en bonne partie fondée sur les publications de Grotius) ; les mesures liées à la politique des conversions (y compris l’éducation scolaire et les séminaires fondés à Ceylan pour former des pasteurs et enseignants) qui se heurtaient à l’hindouisme ou à l’islam, voire au catholicisme déjà établis ; la politique linguistique pour ajuster le langage et le salut ; l’approche d’identité et différence dans la République et les missions ; le « calvinisme global » et le « paganisme » (souvent assimilé à l’idolâtrie), le rôle de plus en plus central des missions et du discours sur le paganisme dans le calvinisme néerlandais du xviie siècle (en particulier avec Balthasar Bekker et, un peu plus tard, Adrien Reland) ; enfin, en conclusion, l’héritage profondément confessionnel de ce calvinisme global. Ce livre riche en nouvelles perspectives et informations peu courantes se clôt par un survol des ouvrages sur les missions et le paganisme traités par les contemporains et s’enrichit d’une abondante bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Willem Frijhoff, « Charles H. Parker, Global Calvinism. Conversion and Commerce in the Dutch Empire, 1600-1800 », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 282-284.

Référence électronique

Willem Frijhoff, « Charles H. Parker, Global Calvinism. Conversion and Commerce in the Dutch Empire, 1600-1800 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68904 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68904

Haut de page

Auteur

Willem Frijhoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search