Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusSylvain Piron, Christine l’Admira...

Comptes rendus

Sylvain Piron, Christine l’Admirable. Vie, chants et merveilles

Bruxelles, Vues de l’esprit, 2021, 204 p.
Bénédicte Sère
p. 284-285
Référence(s) :

Sylvain Piron, Christine l’Admirable. Vie, chants et merveilles, précédé de Thomas de Cantimpré, Vie de Christine l’Admirable, éditée et traduite du latin en collaboration avec A. le Huërou, Bruxelles, Vues de l’esprit, 2021, 204 p.

Texte intégral

1Christine appartient à la mouvance de ces « saintes femmes » dites aussi mulieres religiosae (« femmes menant une vie religieuse ») qui ont peuplé, entre autres, les contrées wallonnes et brabançonnes. Bien étudiées de nos jours, les saintes femmes et autres béguines ont usé de vie mystique et de phénomènes extraordinaires pour s’émanciper de la tutelle masculine et cléricale et parvenir à une forme de liberté sociale. Christine, active entre 1180 et 1220 dans le diocèse de Liège, est dite « Admirable » (mirabilis, digne de merveilleux), car les manifestations de sa vie spirituelle ont à ce point impressionné, voire effrayé ses contemporains que sa légende, massivement orale, circule encore après sa mort. Comme Jacques de Vitry avait rédigé la Vie de Marie d’Oignies, Thomas de Cantimpré, dominicain, rédige, quelque vingt ans plus tard, la Vie de Christine l’Admirable conservée en dix-sept manuscrits et fondée sur une enquête serrée de témoins, dont trois de première main (Juette de Looz, l’abbé Thomas de Saint-Trond, la moniale Béatrice). Comme nous l’avait enseigné d’abord Herbert Grundmann, puis Caroline Bynum, et comme vient de le reformuler Damien Boquet en 2020, la nouvelle sainteté féminine utilise le corps pour revendiquer son autonomie : jeûnes, anorexies eucharistiques, extases, mortifications, blessures miraculeuses, pénitences démesurées et autres prodiges corporels. Ces saintes sont toutes excessives. Christine, au dire de son éditeur, l’est exceptionnellement. Elle serait « la femme la plus libre qu’ait connue le Moyen Âge » (p. 12). L’époque moderne s’en est saisie pour lui octroyer un large rayonnement. Sa Vie est éditée dans les Acta sanctorum des jésuites d’Anvers. Ses reliques font l’objet d’un renouveau dévotionnel. Huysmans la cite dans son recueil De tout (1902). Mieux, Nick Cave lui dédie une chanson, Christina the Astonishing, en 1992, fondée sur le texte authentique d’Alban Butler, prêtre catholique anglais de Saint-Omer, dit Lives of the Saints, adaptation des Acta sanctorum publiée dans les années 1750 et rééditée dans l’entre-deux-guerres par le jésuite anglais Herbert Thurston. Récemment, Barbara Newman, la grande historienne américaine des religieuses mystiques, a repris le dossier pour faire de Christine une mystique atteinte de démence pathologique et d’hystérie. C’est cette interprétation par la psychanalyse que refuse Sylvain Piron et dont il entend ici renouveler les fondements historiques, en livrant également le texte en édition critique et sa traduction.

2On le sait, Sylvain Piron excelle à poser des hypothèses d’interprétation historique, quels que soient les sujets. Il est souvent audacieux, toujours rigoureux, jamais timoré. Le pari qu’il fait ici est celui de se détourner des analyses psychiatriques pour s’ouvrir aux sciences anthropologiques. Par sa belle culture de médiéviste mais aussi son ouverture d’esprit à tout ce qui n’est ni historique ni médiéval strictement, il peut oser les parallèles, au risque de la surinterprétation. Christine a choisi la pauvreté radicale, la nourriture la plus abjecte, l’humiliation extrême : en ce sens, elle « est l’équivalent féminin le plus proche de François d’Assise » (p. 95). Une science infuse, en théologie et en exégèse, commune dans les Vies de saintes, lui est accordée par révélation et expérience extatique, autant de sources de soupçons pour les lettrés du temps. Surtout, Christine se fait accompagnatrice des morts dans leur « voyage de l’âme dans l’au-delà », une femme psychopompe au xiiie siècle. Sylvain Piron recourt alors aux théories du célèbre Raymond Moody, qui dès les années 1975 avait consigné 150 témoignages de mort imminente (NDE, Near Death Experience) et autres phénomènes de décorporation (out-of-body). Christine peut plonger sa jambe dans le feu ou descendre dans les tombeaux, elle peut se rompre les veines ou traverser les fleuves par lévitation, saigner abondamment sans avoir de trace de lésion sur le corps. Ce qui unifie l’ensemble de ses comportements excentriques, selon Sylvain Piron, c’est leur rapport « chamanique » au monde, trace de culture pré-chrétienne et persistance de rites ancestraux. Le livre de Sylvain Piron, bien plus largement que la seule historiographie médiévistique, s’inscrit dans toute cette mouvance des publications récentes autour des liens avec le monde invisible (par exemple, Marie de Hennezel, Vivre avec le monde invisible, 2021). En mettant l’incrédulité voltairienne ou kantienne entre parenthèses (epochè), la raison raisonnante est ainsi destituée de ses privilèges pour élargir l’horizon infini des interprétations. Invisible et surnaturel reprennent leurs droits et s’invitent dans la réflexion. Telle est l’audacieuse proposition que lance ici le médiéviste Sylvain Piron par-delà le cloisonnement des disciplines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Sère, « Sylvain Piron, Christine l’Admirable. Vie, chants et merveilles », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 284-285.

Référence électronique

Bénédicte Sère, « Sylvain Piron, Christine l’Admirable. Vie, chants et merveilles », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68913 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68913

Haut de page

Auteur

Bénédicte Sère

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search