Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusJulie Piront, Adriana Sénard (dir...

Comptes rendus

Julie Piront, Adriana Sénard (dir.), Bâtir pour Dieu : l’œuvre des religieux et religieuses architectes (xviie-xviiie siècles)

Lyon, LARHRA, coll. « Chrétiens et Sociétés », Documents et Mémoires n° 38, 2020, 169 p.
Daniel-Odon Hurel
p. 285
Référence(s) :

Julie Piront, Adriana Sénard (dir.), Bâtir pour Dieu : l’œuvre des religieux et religieuses architectes (xviie-xviiie siècles), Lyon, LARHRA, coll. « Chrétiens et Sociétés », Documents et Mémoires n° 38, 2020, 169 p.

Texte intégral

1On le sait, le renouveau régulier dans le cadre de la réforme catholique, aux xvie et xviie siècles, suscite à la fois des réformes et la création de nouvelles familles religieuses. Dans les deux cas, la dimension architecturale est essentielle. Intégrant des monastères d’héritage médiéval, passablement transformés par l’évolution des usages monastiques à la fin du Moyen Âge et parfois par les troubles du xvie siècle, moines et moniales « réformés » réinvestissent les bâtiments comme ils réinvestissent la tradition monastique. De ce fait, il découle un grand nombre de travaux qui vont de la restauration provisoire à la reconstruction, en passant par la restructuration de l’espace de vie monastique. Quant aux créations régulières, elles font face à diverses difficultés parmi lesquelles, notamment en milieu urbain, la densité d’occupation, l’insertion architecturale et la nécessité d’acquérir des lots souvent en partie bâtis. Dans chaque cas, l’intervention des hommes de l’art, ingénieurs ou architectes, est une nécessité. Le volume fait donc le point sur cette question en se concentrant sur les religieuses et les religieux acteurs de ce renouveau architectural. Envisager conjointement les femmes et les hommes témoigne du renouveau historiographique qui caractérise depuis une trentaine d’années l’histoire des réguliers à l’époque moderne, y compris dans ce domaine. L’introduction fait d’ailleurs le point sur l’état de l’art et les différentes contributions révèlent ce décalage entre la connaissance de certains architectes hommes, que l’on peut citer – le jésuite Martellange, les bénédictins Plouvier et Duchesne ou encore l’oratorien Trestournel –, et le traitement « global » de la question des religieuses architectes, essentiellement à partir de deux exemples révélateurs, les Annonciades et les bénédictines de la Paix Notre-Dame. Si certains architectes sont reconnus au sein de leur congrégation, et même à l’extérieur lorsqu’ils travaillent pour d’autres institutions religieuses, les femmes, elles, sont condamnées par la clôture, sauf exception, à tenter d’exercer leur art dans leur monastère. Elles ne peuvent visiter d’autres chantiers, ni se former auprès d’hommes de l’art, ni accéder à des bibliothèques spécialisées, mais leurs éventuelles et réelles initiatives sont le plus souvent soumises à un double contrôle : celui des techniciens d’une part, séculiers ou membres d’autres familles religieuses, celui des supérieurs masculins d’autre part. Complétant très utilement ce volume, un cas paroissial parisien est étudié, montrant le rôle des marguilliers parfois spécialistes au sein des conseils de fabrique, révélant aussi des modes de décisions collectives qui renvoient jusqu’à un certain point au cas des réguliers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel-Odon Hurel, « Julie Piront, Adriana Sénard (dir.), Bâtir pour Dieu : l’œuvre des religieux et religieuses architectes (xviie-xviiie siècles) », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 285.

Référence électronique

Daniel-Odon Hurel, « Julie Piront, Adriana Sénard (dir.), Bâtir pour Dieu : l’œuvre des religieux et religieuses architectes (xviie-xviiie siècles) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68919 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68919

Haut de page

Auteur

Daniel-Odon Hurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search