Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusDanielle Ross, Tatar Empire: Kaza...

Comptes rendus

Danielle Ross, Tatar Empire: Kazan’s Muslims and the Making of Imperial Russia

Bloomington, Indiana University Press, 2020, 267 p.
Stéphane Dudoignon
p. 286-288
Référence(s) :

Danielle Ross, Tatar Empire: Kazan’s Muslims and the Making of Imperial Russia, Bloomington, Indiana University Press, 2020, 267 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Danielle Ross s’inscrit dans le renouveau continu dont bénéficie, depuis une trentaine d’années, l’histoire de l’islam dans l’Empire russe. Deux grandes particularités le distinguent des études qui l’ont précédé depuis un quart de siècle sur le corps des oulémas et ses interactions avec l’État russe. L’une est la diversité des sources primaires sollicitées, écrites en plusieurs langues et incluant des correspondances privées, manuscrites pour certaines. La seconde est le choix par l’autrice d’une profondeur chronologique inhabituelle : son étude, en effet, remonte aux soulèvements que connaissent le bassin de la Volga et l’Oural méridional entre le milieu du xviie siècle et celui du xviiie siècle.

2Ces choix de méthode, documentaire et chronologique, permettent à Danielle Ross de proposer une sociologie historique innovante des personnels religieux de l’islam dans l’Empire russe, tout au long de son expansion territoriale en direction, en particulier, de l’Oural et de l’Asie centrale. Ils débouchent sur une périodisation neuve, souvent très fine, de l’interrelation entre autorités russes et religieux musulmans. Centrée sur ces derniers, elle s’appuie notamment sur l’évolution de leur rapport à l’espace et de leur « conscience géographique ».

3L’objet de l’étude est, en fait, un mouvement de colonisation territoriale des suds de la chaîne de l’Oural par des communautés d’agriculteurs venues de la Moyenne Volga, en particulier de la région de Kazan (les kazanskie tatary des sources russes), mouvement qui s’étend sur la moyenne durée, des années 1680 aux années 1910. Ces populations sont encadrées par des lignages multigénérationnels de savants de l’islam que relient entre eux la fréquentation des mêmes madrasas et des mêmes hôtelleries soufies, le mécénat des mêmes grandes familles de philanthropes ainsi que de nombreuses alliances matrimoniales. Ce qui distingue ces lignages sacrés de savants religieux et de gardiens de tombeaux est leur rôle d’ « avant-garde de l’expansion coloniale russe » dans l’espace liminal, par excellence, que constitue l’Oural méridional des xviie-xxe siècles, et la manière dont ils cherchent à transplanter leur vision particulière de l’identité communautaire aux populations souvent nomades, notamment bachkires et kazakhes, auxquelles ils imposent fréquemment un voisinage conflictuel.

4En centrant son attention sur les activités de ce groupe au statut bien particulier, sur une frontière singulièrement dynamique de l’Empire russe, Danielle Ross poursuit trois buts : 1) comprendre comment une société musulmane spécifique a répondu à la domination russe, au changement socio-économique puis aux réformes et aux modernisations du long xixe siècle ; 2) reconstituer un certain nombre de continuités historiques de moyenne durée, en matière de leadership confessionnel des musulmans de Russie et, plus largement, de l’Empire russe ; 3) démêler l’écheveau des interrelations personnelles et clientélaires entre une multitude de juristes, de guides soufis, de négociants, manufacturiers, bureaucrates, enseignants, rebelles et révolutionnaires – avec un intérêt appuyé pour la projection des conflits internes d’un réseau professionnel d’oulémas tatars, originaires de Kazan, sur un espace beaucoup plus vaste.

5En arrière-plan de cette approche : la prise en compte des différentes manières dont l’establishment confessionnel tatar de Kazan, et ses ramifications dans l’Oural, ont pu contribuer à l’élaboration des savoirs orientalistes de la fin de la période impériale et du début de l’ère soviétique. D’abord, comme communauté colonisée elle-même protagoniste de la colonisation, tout en étant de plus en plus en butte à la méfiance des autorités impériales. Ensuite, du fait du rôle que certains lettrés musulmans de la fin du xixe siècle et du premier tiers du xxe ont joué dans la promotion de l’idée d’une modernisation originale, antidatant en quelque sorte l’émergence de l’ordre soviétique. D’aucuns ont proposé un récit historique propre, popularisé dès les années 1920 par le roman historique, dans lequel la bourgeoisie tatare et le mouvement réformiste jadid du tournant du xxe siècle font interface entre « tradition » et « modernité ». Ce récit est à l’origine de la notion d’Aufklärung (rus. prosvetitel’stvo) musulman, développée pendant les décennies de guerre froide et reprise à leur compte par les historiens occidentaux.

6Le contre-récit proposé dans le présent ouvrage – c’est l’une de ses originalités – suggère que le processus de réforme associé à l’accès à la modernité remonte, dans la région considérée, à une époque très antérieure au mouvement jadid. Danielle Ross le date du début du xviiie siècle et insiste sur l’importance, dans ce renouveau, de la production et de la distribution en masse de textes religieux, alors favorisée par la baisse du prix du papier et la diffusion concomitante de l’imprimerie en caractères arabes. Ces deux facteurs ont ainsi contribué au développement de l’instruction, tout en favorisant diverses expressions, anciennes et nouvelles, de la religiosité islamique.

7L’ouvrage évoque également les multiples factions constitutives du réseau des oulémas de Kazan au xviiie siècle. Les querelles incessantes autour de l’Assemblée spirituelle d’Orenbourg, inaugurée en 1789, ont longtemps limité la capacité du gouvernement impérial à l’utiliser comme l’instrument de contrôle qu’elle était censée être. Le cœur de l’étude est consacré au réseau dit de Machkara, nom d’un village de la région de Malmyzh, sur la Viatka, dont les notabilités dirigent au xixe siècle un nombre important de mosquées et de madrasas parmi les plus influentes de la Moyenne Volga et de l’Oural méridional. Dans le sillage des travaux de l’historien Allen J. Frank, l’autrice mentionne ainsi le rôle de deux figures, Shihab al-Din Marjani et son élève Husayn Fayzkhan, dans l’élaboration d’un récit historique novateur, contestant une historiographie locale plus ancienne centrée sur l’islamisation.

8Un chapitre spécifique est dévolu au rôle de la contre-élite constituée, au tournant du xxe siècle, par les jeunes savants situés aux marges du réseau de Machkara dans l’instrumentation de la réforme de la jurisprudence, de la théologie littéraliste puis du nationalisme ethnique pour conquérir le leadership de la communauté. Dans un autre chapitre, Danielle Ross décrit la manière dont le retentissant procès de la madrasa d’Izh-Bubi, en 1911-1912, mit en lumière les incompatibilités croissantes entre les projets tatar et russe d’impérialisme culturel en direction de l’Asie centrale. L’ouvrage s’achève sur une présentation des projets politiques et de construction nationale de l’intelligentsia musulmane tatare de Kazan après la révolution de février 1917. Ceux-ci sont présentés comme une continuation des expériences passées de cette intelligentsia, intermédiaire d’Empire sur la frontière russe de l’Asie centrale et héraut autoproclamé d’une modernité musulmane.

9L’ouvrage est d’une lecture très attrayante, constitué de chapitres brefs clairement rédigés et, malgré l’usage d’une translittération savante (pas toujours très cohérente, du reste), le livre reste accessible à un public non spécialisé. Toujours centré sur des figures précises et leurs interactions dans la durée (maître/disciple, mécène/client, religieux musulman/administrateur russe…), le récit chronologique est contextualisé avec soin et propose l’identification de quantité de charnières historiques convaincantes. L’autrice réussit l’exploit de proposer, à travers l’étude sur trois siècles d’un petit nombre de réseaux d’oulémas interconnectés, une synthèse historique de grande ampleur sur le fait impérial vu sous un angle particulier : celui d’une communauté colonisée elle-même agente du processus de colonisation, à travers des phases historiques très différentes sur une moyenne durée, ici très productive en termes heuristiques.

10Les réserves que l’on peut formuler à propos d’un livre ainsi maîtrisé de bout en bout sont peu nombreuses. Elles ne tiennent pas à la qualité de l’érudition de l’autrice, dont on admire au contraire la maîtrise d’une grande diversité de sources, encore rare chez les historiens des sociétés modernes et contemporaines d’Eurasie centrale. Elles ne sont pas davantage à imputer à la focale du « réseau de Machkara », tant celle-ci s’avère fructueuse en termes de sociologie historique du groupe de statut des oulémas dans l’Empire russe et les débuts de l’URSS. Nos principales réserves viennent en fait de la grande réticence que montre Danielle Ross à s’emparer de la réforme islamique comme objet d’étude à part entière, objet historique complexe s’il en est, mais dont le traitement aurait permis de souligner certaines continuités historiques, spécialement avec la période soviétique.

11Seconde réserve : Danielle Ross semble négliger toute une recherche locale et internationale menée dans les années 1980-2000, suspecte de rétro-projeter sur l’histoire du long xixe siècle le progressisme tatar des années 1920-1930. Cette négligence amène l’autrice, sous couvert d’innovation historique, à enfoncer un certain nombre de portes ouvertes. Il en va ainsi, entre autres, de la complexité des clivages internes de l’islam, non seulement en Russie mais aussi dans l’Eurasie centrale des xixe et xxe siècles ; de l’extrême diversité locale des conflictualités internes à la société musulmane ; de l’emboîtement décisif de luttes de factions (firqa) dans le conflit entre « Anciens » et « Modernes », qadim-jadid, caractéristique des années qui suivent la révolution de 1905.

12De fait, la recherche historique mise en œuvre à la fin de la période soviétique aurait pu fournir à l’autrice des pistes de comparaison utiles avec d’autres colonisations musulmanes de territoires de l’Empire, comme celle des célèbres « Boukhares » (bukharlïq) de Sibérie – intermédiaires privilégiés de l’Empire russe dans ses relations avec l’Extrême-Orient jusqu’au début du xixe siècle – qu’a étudiés l’historien ouzbek Hamid Ziyaev dans les années 1970-1990. Certains de ces travaux auraient pu éclairer des connexions internationales et, par exemple, le rôle des Azhariens de retour du Caire dans le développement du clivage générationnel si caractéristique du début du xxe siècle en islam de Russie et dans l’essor de courants salafistes au sein de la mouvance réformiste de cette période.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Dudoignon, « Danielle Ross, Tatar Empire: Kazan’s Muslims and the Making of Imperial Russia », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 286-288.

Référence électronique

Stéphane Dudoignon, « Danielle Ross, Tatar Empire: Kazan’s Muslims and the Making of Imperial Russia », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68941 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68941

Haut de page

Auteur

Stéphane Dudoignon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search