Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusOlivier Rota, Les catholiques ang...

Comptes rendus

Olivier Rota, Les catholiques anglais et la « question juive » (1917-1967) : D’une approche politique à une approche spirituelle

Paris, Éditions du Cerf, 2021, 672 p.
Cornelius Crowley
p. 288-291
Référence(s) :

Olivier Rota, Les catholiques anglais et la « question juive » (1917-1967) : D’une approche politique à une approche spirituelle, Paris, Éditions du Cerf, 2021, 672 p.

Texte intégral

1Chaque mot du titre a été pesé. Il s’agit de sonder les modalités par lesquelles « la question juive » a pu résonner dans l’imaginaire spécifique à un groupe, sur la durée d’un demi-siècle. L’hypothèse formulée est celle d’un changement de plan, avec le passage d’une « approche politique » à une « approche spirituelle ». Olivier Rota conduit son lecteur de 1917 à 1967 : de la Déclaration Balfour et de la révolution d’Octobre à 1967, aux premières années de l’après Vatican II et à l’ajustement pastoral aux changements impulsés par le Concile. Quant à ce qu’il faut entendre par « approche spirituelle », l’aboutissement de cette spiritualisation serait Nostra Aetate, « Déclaration sur les relations de l’Église avec les religions non-chrétiennes », du 28 octobre 1965, notamment son quatrième paragraphe, consacré à « La religion juive ». Émettons l’hypothèse que le lecteur du livre d’Olivier Rota soit invité à relire le paragraphe 4 de Nostra Aetate en y décelant l’ébranlement le plus puissant opéré par le Concile dans la vie et dans l’imaginaire des catholiques, en Angleterre et ailleurs. Un ébranlement autrement plus fondamental que celui provoqué par les innovations liturgiques, immédiatement visibles et audibles, issues du Concile.

2Quant à ce qu’il faut entendre par la « question juive », Olivier Rota fournit les éléments suivants : « La “Question juive” s’insère dans une longue liste de “questions” qui traversent les sociétés européennes du xixe et de la première moitié du xxe siècle, et témoigne de la difficulté pour ces sociétés de s’adapter à l’apparition de nouveaux systèmes de valeurs, sécularisés et concurrentiels du système de valeurs chrétien autrefois dominant » (p. 21). Les interrogations sur la persistance d’un antisémitisme dans les sociétés modernes en Europe sont au cœur de l’introduction (p. 9-72), où la période 1917-1967 est située dans un temps plus long de l’histoire du Royaume-Uni, marquée par la levée des incapacités civiles pesant sur les catholiques, notamment avec le Catholic Emancipation Act (1829). À ce processus fait écho la levée progressive des restrictions entravant la participation des juifs anglais à « la vie politique de la nation à partir de 1858 […] à la faveur d’une extension du régime de tolérance britannique » (p. 26).

3Si Olivier Rota fournit quelques notations qui renvoient à un clair-obscur courant dans l’historiographie des sociétés industrielles modernes, « Les Juifs et les Irlandais d’Angleterre partageaient alors le même sort : ils étaient considérés par les Anglais comme subjectivement étrangers » (p. 45), « la figure du Juif commençait imperceptiblement à remplacer la figure du catholique comme figure repoussoir de l’étranger pendant l’entre-deux-guerres » (p. 122), la comparaison entre deux groupes présumés marginaux n’est pas le cœur de son projet. S’il avoue une difficulté, notant que « Les documents manquent, qui permettent de vraiment mesurer la profondeur de l’antisémitisme populaire » (p. 203), l’intérêt du livre est de mettre cette difficulté en relation avec le constat suivant : « Écrire l’histoire de la relation des catholiques à la “Question juive” revient en grande partie à écrire leur histoire tout court » (p. 66). Et en cohérence avec la notion d’une communion catholique se pensant comme universelle, le lecteur peut induire que ce qui vaut des catholiques anglais vaut pour les catholiques « tout court ».

4Le corrélat de cette validité généralisable de la condition des catholiques anglais est la validité de l’option choisie : une histoire « d’en haut », les positions prises par la hiérarchie catholique faisant autorité pour suivre les évolutions des « catholiques anglais », s’agissant de « la question juive ». Si on peut lire dans l’introduction que « Le Juif est avant tout une figure métonymique au service d’une démonstration plus générale […] dénoncé, non pour ce qu’il est, mais pour ce que l’on estime qu’il représente : l’Argent, la Révolution, la Corruption » (p. 55), l’historien qu’est Olivier Rota est fondé à faire d’une étude portant sur les catholiques anglais, s’appuyant sur une lecture scrupuleuse des discours et des actes en leur situation d’époque, un propos valant pour les catholiques « tout court ».

5Le lecteur entre dans le détail de la vie institutionnelle et intellectuelle du catholicisme anglais sur la période. Avec comme fil conducteur l’impulsion donnée par ses dignitaires que sont les archevêques de Westminster ‒ de Francis Bourne, (1903-1935) à John Heenan (1963-1975) ‒ pour qui l’enjeu primordial est le rayonnement du catholicisme dans un contexte culturellement anglican, vécu comme une terre de mission. La sollicitation par Olivier Rota de la presse catholique étaie le constat que celle-ci pouvait faire écho aux énoncés antisémites relevant de la « figure métonymique » : « À la sortie de la guerre [1918] la presse catholique se situait à la lisière du pacte de tolérance en ce qui concernait les Juifs » (p. 126). Pour les archevêques de Westminster, il s’agissait, prudemment, de consolider le rayonnement du catholicisme anglais en se conformant aux spécificités insulaires de ce « pacte ». Si la diffusion par la presse catholique anglaise de la doctrine sociale de l’Église, à la suite de l’encyclique Quadragesimo Anno (1931), se faisait dans un contexte de crise sociale et de grande peur du bolchevisme athée, l’air du temps était lourd de la circulation d’énoncés antisémites à motivation prétendument sociale, sur fond de défiance vis-à-vis d’une modernité libérale. Est-ce avec de telles compromissions, typiques d’un antisémitisme « politique », que le catholicisme anglais a dû et a su rompre, par l’adoption d’une « approche spirituelle » ?

6On note la présentation des relais institutionnels déployés en Angleterre en vue de la propagation du catholicisme : la CEV (Catholic Evidence Guild), « fondée en 1918 » (p. 216) avec l’appui de Bourne ; Catholic Truth Society, puis la CGI (Catholic Guild of Israel), l’adoption de Saint Paul « comme saint patron de la CGI [s’inscrivant] dans le mouvement de promotion de la “Church Unity Octave” en Angleterre : une semaine de prières consacrées à la réunion de la chrétienté, tenue traditionnellement du 18 (fête de Saint Pierre) au 25 janvier (fête de la conversion de saint Paul) » (p. 257). Quant à l’articulation entre la mission spécifique de la CGI et les prières offertes pour Church Unity ‒ impensable pour les catholiques autrement que comme retour dans le giron catholique des branches séparées ‒ elle ouvre des interrogations abyssales – que faut-il entendre par une « approche spirituelle » de « la question juive » pour le catholicisme ? – qui imprégneront l’air de « l’aula conciliaire » (p. 511) durant les débats qui conduiront à la promulgation de Nostra Aetate en octobre 1965.

7Si le livre est centré sur les résonances de « la question juive » dans l’imaginaire des catholiques anglais, résonne aussi celle d’une conversion de l’Angleterre : « espoir utopique, le thème de la conversion de l’Angleterre au catholicisme a des racines profondes dans l’histoire moderne et contemporaine » (p. 209). Pour le dominicain Bede Jarrett (1881-1934), « l’œuvre de conversion des Juifs [s’entend] comme un élément de cette vaste entreprise de conversion de l’Angleterre » (p. 212). Jarrett est mentionné une première fois par Olivier Rota à propos de son intervention auprès de Bourne en 1919, pour qu’il prenne position sur la situation en Palestine à la suite de la Déclaration Balfour. Bourne se dit « peu disposé » à prendre position sur la question sioniste lors d’une conférence organisée par la Catholic Guild of Israel. Ce que montre le livre d’Olivier Rota, c’est l’impossibilité de s’en tenir à la distinction à laquelle s’accrocheront, en toute bonne foi, les dignitaires catholiques anglais : entre les catégories de « nation » et de « religion », pour une juste appréhension de « la question juive » : « Refusant de considérer les revendications nationales portées par le sionisme [Bourne] confia… que “le judaïsme est une religion et rien d’autre” » (p. 170). Distinction posée en toute bonne foi, mais en toute candeur théologique.

8Ce que montre le livre, c’est que l’appréhension du sionisme par les catholiques, à l’instar de tout ce qui a trait à « une question juive », n’est jamais strictement ou seulement politique. Le télescopage entre « approche politique » et « approche spirituelle », dès lors que par celle-ci on entend une perspective de révélation et de dessein providentiel, constitue l’ultime horizon de l’histoire, pour ces catholiques exemplaires que sont les catholiques anglais. Olivier Rota cite le commentaire publié dans la Civiltà Cattolica, « l’organe officieux du Saint-Siège », lors du premier congrès sioniste à Bâle en 1897 : « 1897 années se sont écoulées depuis que la prédiction de Jésus de Nazareth s’est accomplie, à savoir que Jérusalem serait détruite […] Selon les Saintes Écritures, le peuple juif doit vivre éternellement dispersé et errant parmi les autres nations » (p. 163). À l’aune de l’histoire profane, la durée interroge, étant manifestement fausse. Selon une temporalité christique convenue, elle peut faire dogmatiquement sens.

9Les deux derniers chapitres abordent la période de l’après-1945. Olivier Rota garde comme fil rouge les résonances entre la « question juive » des catholiques et la question que leur pose l’unité entre chrétiens, qu’atteste l’émergence du terme d’œcuménisme : « si le mot “œcuménisme” était encore nouveau dans le langage catholique du début des années 1960, le mot “dialogue” se présentait également à la même période comme une nouveauté dans le champ de la relation judéo-chrétienne. Le contour encore flou de ces deux termes a permis qu’avance une réflexion croisée sur les relations de l’Église aux Juifs, qui se déroula au moment du second Concile du Vatican, au sein de l’aula conciliaire, mais aussi aux échelles nationales » (p. 510). Quant à savoir si la « nouveauté » conduit à la remise en question d’une conviction catholique d’être détenteur d’un dépôt dogmatique garanti par la succession apostolique, l’enjeu fut clairement posé dès 1939 par Israel Mattuck, fondateur et président de la Society of Jews and Christians, créée en 1927 : « Le christianisme peut-il consentir à ce qu’une autre religion, une religion parente, puisse apporter une contribution de valeur à la vie religieuse de la nation ? […] Cela implique une négation de la prétention traditionnelle à l’exclusivité. Cela réclame un sacrifice théologique » (p. 415).

10Oliver Rota citera de nouveau le propos de Mattuck à la dernière page de son livre, preuve que l’enjeu d’un « sacrifice théologique » est au cœur de sa réflexion. Non sur les relations entre juifs et catholiques en Angleterre, plutôt sur « la question juive » et « la question d’Israël » des catholiques. Cette question catholique atteste une cécité et une candeur consubstantielles à un groupe prétendant à un monopole de la vérité dogmatique, se vivant comme point de référence vers lequel tout autre groupe est appelé à se tourner, en vue de la vérité qui lui est destinée. Mattuck reconnaît le prix que comporte « la négation de la prétention traditionnelle à l’exclusivité ». À la première citation du propos, Olivier Rota avait ajouté un commentaire lapidaire : « À ce sacrifice l’Église catholique semblait toutefois la moins préparée ».

11S’y est-elle préparée, à travers les traumatismes et les dialogues de la période 1939-1965 ? Face au défi posé à l’Église de Rome, le catholicisme anglais a-t-il porté lors du Concile une « voix particulière, conditionnée par une longue histoire marquée par la prudence » (p. 511), s’agissant de l’œcuménisme et de « la question juive » ? À travers l’attention portée au rôle du Cardinal Heenan lors des révisions laborieuses qui conduiront à la formulation de Nostra Aetate, Olivier Rota reconnaît au catholicisme anglais un rôle à part. Cela nuance notre propos concernant une typicité du catholicisme anglais par rapport à l’Église catholique en son ensemble.

12La conclusion du livre porte sur l’après-Concile, sur l’encaissement par les fidèles des ébranlements latents dans les formulations, très mesurées, de Nosta Aetate. La réitération par Olivier Rota, à la dernière page du livre, du propos de Mattuck datant de 1939 laisse entendre que l’après-Concile s’ouvre entre 1965 et 1967 et dure encore ; que la résonance d’une « question juive » dans le catholicisme travaille la vie de l’Église, sa doctrine de la révélation, son articulation avec le judaïsme. Avec toujours la possibilité d’un sommeil dogmatique maintenu, contre le « sacrifice théologique » appréhendé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cornelius Crowley, « Olivier Rota, Les catholiques anglais et la « question juive » (1917-1967) : D’une approche politique à une approche spirituelle », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 288-291.

Référence électronique

Cornelius Crowley, « Olivier Rota, Les catholiques anglais et la « question juive » (1917-1967) : D’une approche politique à une approche spirituelle », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68951 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68951

Haut de page

Auteur

Cornelius Crowley

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search