Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusPhilippe Roy-Lysencourt, Recueil ...

Comptes rendus

Philippe Roy-Lysencourt, Recueil de documents du Coetus Internationalis Patrum pour servir à l’histoire du concile Vatican II

Strasbourg, Institut d’Étude du Christianisme, 2019, 1 630 p.
Yvon Tranvouez
p. 291-292
Référence(s) :

Philippe Roy-Lysencourt, Recueil de documents du Coetus Internationalis Patrum pour servir à l’histoire du concile Vatican II, Strasbourg, Institut d’Étude du Christianisme, 2019, 1 630 p.

Texte intégral

1Opposés au tour inattendu que prit Vatican II dès sa première session en 1962, un certain nombre de prélats décidèrent de se regrouper afin de défendre la tradition de l’Église face à des projets réformateurs qui leur semblaient lui être infidèles. D’abord liés de manière informelle, ils s’organisèrent progressivement en groupe d’opposition. Après quelques réunions à l’abbaye de Solesmes début 1964, le Coetus Internationalis Patrum (CIP) se constitua officiellement et, profitant d’ailleurs des inquiétudes de Paul VI, passa à l’offensive. Incapable de renverser la ligne de la majorité conciliaire, il réussit pourtant à imposer certains compromis et surtout à manifester l’absence du consensus recherché par celle-ci : Vatican II n’a pas fait « l’unanimité morale » (p. 23).

2Après avoir consacré en 2011 une thèse monumentale (8 tomes, 2 331 p.) à ce lobby conciliaire, Philippe Roy-Lysencourt propose ici un précieux recueil rassemblant les principaux éléments du dossier et d’autres qui le prolongent puisque, si le CIP ne survécut guère à Vatican II, certains de ses leaders, à commencer par Mgr Lefebvre, furent en première ligne dans les controverses qui suivirent. L’ensemble est distribué en huit parties, les sept premières suivant les sessions et intersessions et la dernière regroupant les documents relatifs à la période postconciliaire. Cela commence significativement par une note de 1962 rédigée par dom Nau, moine de Solesmes, pour son abbé, dom Prou, sur l’ambiguïté du mot « pastoral », et finit par le prologue du testament spirituel de Mgr Lefebvre (1990). Le tout est servi par une brève introduction très efficace, une chronologie récapitulative, un index onomastique, mais on regrette qu’il n’y ait pas de courtes notices biographiques des principaux personnages, signalant au moins leurs dates de naissance et de décès et leur fonction au moment du concile.

3L’auteur a choisi de donner les textes dans leur langue originale, suivie de la traduction en français quand il en est besoin. Mais en multipliant les pages, cette option prive le lecteur d’autres documents qui auraient été aussi voire plus utiles que des précisions érudites. On est frustré, ici ou là (par exemple, p. 563), de voir évoquée une suite dont on ne saura rien (en l’occurrence, la réflexion de dom Frénaud sur le schéma relatif aux religieux). Plus largement, la réduction documentaire semble quelque peu téléologique. La période conciliaire met en évidence les grandes figures de cette opposition : évêques ou supérieurs religieux, comme Lefebvre, Castro Mayer, Proença Sigaud, Carli, Prou, mais aussi leurs collaborateurs, notamment Berto auprès de Lefebvre et Frénaud auprès de Prou. Or le CIP est une « nébuleuse aux contours imprécis » (p. 24) et traversée de dissensions qui s’accusent après le concile, notamment entre Prou, qui accepte les textes de Vatican II pour autant qu’ils soient appliqués à la lettre, et Lefebvre, qui rejette plusieurs, parmi les plus importants, des documents conciliaires. Or tout se passe ici comme si l’auteur faisait de Lefebvre l’héritier légitime du CIP : il suffit de consulter l’index pour voir à quel point Prou passe, si j’ose dire, à la trappe dans la dernière partie. On aurait aimé en savoir plus sur ce courant qui a contribué au CIP sans aller ensuite jusqu’au schisme.

4Au-delà du détail des points de désaccord et des arguments développés, les pièces relatives à la période conciliaire mettent bien en évidence le point de vue et l’état d’esprit de la minorité, qu’on voit par exemple se réjouir de ce que le camp d’en face a appelé la « semaine noire » de novembre 1964, marquée notamment par l’opposition de Paul VI au vote précipité de la déclaration sur la liberté religieuse, privant ainsi la majorité de la force symbolique qu’aurait eue un tel vote juste cent ans après le Syllabus. On voit poindre aussi la querelle de la religion populaire. Au peuple imaginaire de « l’Église des pauvres », l’abbé Berto oppose le peuple réel des paroissiens ordinaires, stigmatisés par la majorité. « On leur fera bien voir – ironise-t-il – qu’ils sont de mauvais chrétiens qui prient beaucoup trop la Sainte Vierge, et qui ne devraient même pas la prier du tout, attendu qu’ils sont des ignorants et que c’est si compliqué de dire un Ave Maria correctement que le mieux qu’ils ont à faire c’est de s’en passer. Il faut dire l’Ave Maria bibliquement, exégétiquement, figurativement, typologiquement, ecclésiologiquement » (p. 201).

5C’est également sur ce que Philippe Levillain nommait « la mécanique politique » de Vatican II que ce livre est éclairant. Rôle des experts, des conférences en ville (le CIP a les siennes le mardi soir), poids des médias, pétitions, suppliques au pape, batailles sur le règlement et son application, importance de la formulation (positive ou négative) des questions soumises au vote, etc. : la minorité joue le jeu parlementaire qui est objectivement celui du concile. Avec quelle efficacité ? Selon l’auteur, les amendements que le CIP a réussi à faire passer ont favorisé « une interprétation minimaliste des préceptes du concile » dès lors que « certains textes de Vatican II sont des documents de compromis qu’il est possible d’interpréter diversement » (p. 10). Sans doute, mais on sait que cette ambiguïté a favorisé également ceux qui voulaient dépasser le concile par la gauche et qui ont argué que l’imprécision des textes justifiait l’invocation de leur esprit. En tout cas, efficace ou pas, cette bataille a eu, dans la forme, des côtés pittoresques. On sait qu’initialement la Sainte Vierge avait un schéma à part, le De Beata Maria Virgine. Par esprit œcuménique, la majorité voulait la diluer dans la constitution sur l’Église. Le vote à ce sujet a lieu le 29 octobre 1963 et il y a plus de 2 000 votants. Se précipitant place Saint-Pierre en fin de matinée pour savoir le résultat, l’abbé Berto rencontre l’évêque de Monaco, qui lui dit : « La Sainte Vierge est battue par 38 voix » (p. 330).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvon Tranvouez, « Philippe Roy-Lysencourt, Recueil de documents du Coetus Internationalis Patrum pour servir à l’histoire du concile Vatican II », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 291-292.

Référence électronique

Yvon Tranvouez, « Philippe Roy-Lysencourt, Recueil de documents du Coetus Internationalis Patrum pour servir à l’histoire du concile Vatican II », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68953 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68953

Haut de page

Auteur

Yvon Tranvouez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search