Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusAline Schlaepfer, Philippe...

Comptes rendus

Aline Schlaepfer, Philippe Bourmaud, Iyas Hassan (dir.), « Fantômes d’Empire. Persistances et revendications d’ottomanité(s) dans les espaces post-ottomans »

Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 148, 2020, 216 p.
Yohann Chanoir
p. 299-300
Référence(s) :

Aline Schlaepfer, Philippe Bourmaud, Iyas Hassan (dir.), « Fantômes d’Empire. Persistances et revendications d’ottomanité(s) dans les espaces post-ottomans », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 148, 2020, 216 p.

Texte intégral

1L’effondrement de l’Empire ottoman s’est accompagné d’un processus d’épuration des référents sociaux, politiques et culturels de la période impériale. L’indépendance a été l’occasion d’une tabula rasa de l’ordre ancien et de ses valeurs. Il faut toutefois nuancer cette idée d’une dynamique mécanique et inexorable d’éradication. Car on observe dans des champs variés la persistance, la « survivance », pour reprendre un terme d’Aby Warburg, des référents ottomans dans les espaces turcs et arabes après 1918. Les différents auteurs ont donc traqué ces « fantômes d’Empire » avec le souci de comprendre ce qu’ils disent sur les sociétés qui les mobilisent. Plusieurs thématiques innervent ainsi la réflexion des contributeurs : usages sociaux de l’histoire, régimes d’historicité, question des mémoires avec la dialectique amnésie/nostalgie, effets de génération, tandis que d’autres sont en filigrane comme celle de la diplomatie publique.

2La marque du pluriel du mot ottomanité(s) prend tout son sens avec la contribution de M’hamed Oualdi sur la transmission de legs ottomans en Tunisie. Celui-ci, dans une étude inscrite dans la micro-histoire, ne limite toutefois pas son propos à la stratégie patrimoniale d’une famille de notables tunisois dans la seconde moitié du xixe siècle jusqu’aux années 1920. L’auteur montre à la fois la persistance de pratiques provinciales ottomanes mais aussi celle des maisonnées, structure fondamentale de la vie sociale et politique des provinces impériales des temps modernes. Bref, loin d’être une tabula rasa, la conquête coloniale a laissé en place des pratiques juridiques, des réflexes politiques et des relations avec des lignages enracinés dans les grandes métropoles impériales du Caire et d’Istanbul.

3En convoquant la lettre de suicide du premier ministre irakien en 1929, rédigée en turc pour son fils, Aline Schlaepfer s’intéresse, elle, à la force de l’amnésie d’Empire. Car cette dernière est consubstantielle à la monarchie hachémite instituée en 1921, porteuse d’une forte arabité et soucieuse de rappeler les effets délétères du pouvoir ottoman sur les peuples arabes. Pourquoi un haut fonctionnaire de ce régime éprouve-t-il le besoin, in articulo mortis, de rédiger une lettre non en arabe mais en turc ? L’autrice démontre ainsi que face à cette amnésie, même chez des personnes proches du cercle chérifien, se manifestaient des mémoires d’Empire.

4Elizabeth Bishop étudie les fantômes d’Empire à travers la figure d’Ahmed Hulûsi Fuad Tugay, ambassadeur turc au Caire de décembre 1950 à janvier 1954. L’article, très factuel, qui aurait gagné à être plus analytique notamment dans sa dernière partie, entre dans la thématique globale en analysant comment l’ottomanité continue d’être cultivée trente ans après la disparition de l’Empire. Marié à la princesse Nimet, sœur du roi Fouad et petite-fille du khédive d’Égypte Ismaïl Pacha, le diplomate est apparenté à la branche égyptienne de la famille impériale ottomane. Le coup d’État mené par les Officiers libres contre le roi Farouk le place en porte-à-faux vis-à-vis du nouveau pouvoir égyptien. Hostile aux mesures prises contre la dynastie, il n’hésite pas à manifester publiquement son hostilité au régime de Nasser, ce qui lui vaut son expulsion du Caire en 1954. L’autrice étudie alors l’expédition de Suez qui devait aboutir à un changement de régime et à transférer le pouvoir civil à l’ancien prince régent égyptien.

5Iyas Hassan aborde le terrain littéraire en étudiant l’ottomanisme du roman populaire La Sira. La version étudiée de ce roman médiévaliste provient de trois manuscrits différents constitués de centaines de cahiers de conteurs, échelonnés de 1898 à 1949. Les relations de ce livre avec le monde ottoman sont perceptibles à la fois dans la langue et dans les références culturelles mobilisées. La plupart des expressions et des mots turcs employés (81,5 %) ont disparu de l’arabe levantin contemporain. Ils sont au service d’une stratégie narrative permettant de caractériser des personnages. Les termes renvoient à la cour (12 %) ou à l’armée (18 %). Le lexique turc, privilégié sur l’arabe, suggère la recherche d’une charge symbolique par sa prolongation de la « turcité du pouvoir militaire et curial » ottoman en Égypte et en Syrie. Les autres entrées, relatives à la nourriture, au commerce, etc., témoignent également de la résonance du monde ottoman dans le milieu des conteurs populaires. La disparition de ces derniers à partir des années 1960 fige la langue turque et transforme de fait les évocations de l’Empire en fantômes.

6Candice Raymond s’intéresse à l’identité ottomane de Beyrouth. La cité prémoderne (xvie-xviiie siècles) a longtemps été un « non-lieu » des travaux d’histoire urbaine libanais. La volonté libaniste d’inscrire les villes du pays dans une dynamique politique ou civilisationnelle spécifiquement libanaise a conduit les chercheurs à ne traiter les cités littorales que dans leurs relations à la Montagne, berceau de l’identité nationale, matrice du futur État, creuset du Liban moderne. Un changement de paradigme s’effectue à partir des années 1970 et 1980. Les travaux de deux chercheurs libanais, illustrant cet « ottoman turn », sont alors étudiés. Avec des modalités et des intentions diverses, ces derniers replacent l’évolution de l’espace urbain beyrouthin dans le cadre général de l’histoire urbaine des provinces arabes de l’Empire.

7Les deux dernières contributions s’inscrivent dans des champs historiographiques dynamiques : d’une part, l’étude des séries télévisées turques et, d’autre part, la muséo-histoire, discipline développée notamment par Frédéric Rousseau. Intitulé « L’empire entre mémoire et rêve », l’avant-dernier article s’intéresse aux séries audiovisuelles turques mettant en scène l’empire ottoman. L’auteur, Thomas Richard, délaisse l’asséchante problématique du soft power turc dont elles auraient été l’expression pour placer ces œuvres dans un contexte global. Car on ne peut étudier les productions turques hors-sol, sans les inscrire dans le contexte mondial et régional. Le boom de ces séries a été préparé et encouragé par la ferveur autour des telenovelas, format que les producteurs locaux ont repris tant dans la structure narrative que dans la caractérisation des personnages ou le rythme des épisodes. Cette solide mise au point débouche sur une étude de la mise en scène de l’Empire, plus rêvé que remémoré. Thomas Richard montre alors que ce sont souvent des « épisodes-charnières » qui ont la faveur des productions. Dans un dernier temps, l’auteur s’intéresse à la question de la réception de ces séries, en étudiant leur popularité dans les anciens territoires ottomans, se rattachant ainsi explicitement à la problématique liminaire de la revue. En étudiant la série Le Siècle Magnifique, il montre que les 56 pays ou territoires où elle a été diffusée offrent une zone de réception bien plus large que l’ancien Empire. Ce succès démontre la validité de l’analyse précédente : le public local plébiscitant un format sériel familier plutôt qu’un message politique. L’étude du catalogue Netflix souligne aussi que les œuvres turques placent la focale sur les drames familiaux, les mélodrames amoureux, laissant en périphérie l’aspect politique. Ces faits, plus les manifestations de rejet comme en Grèce et en Macédoine, conduisent à nuancer le succès de la politique d’influence télévisuelle d’Ankara. Les séries turques se situent dans une « sorte d’entre-deux », succès des productions historiques mais accueil mitigé du discours politique sur l’Empire qu’elles peuvent véhiculer.

8Dans le dernier article, Juliette Dumas s’intéresse au discours mémoriel proposé par le musée naval d’Istanbul. En mobilisant comme sources les panneaux explicatifs et les expôts, elle dégage deux thématiques structurantes. Le premier axe, une synthèse turco-ottomano-stambouliote, procède par évacuation : les marques d’activité maritimes antérieures à l’arrivée des Turcs sont oubliées, les revers comme celui de Lépante en 1571 sont euphémisés. Le second axe, le discours de la puissance, est ensuite étudié. Celui-ci évoque une puissance dans le temps long, marquée par la variété de ses navires, de ses grands commandants, de ses corsaires et par la force de son artillerie. L’évocation des figures héroïques est complétée par celle des martyrs. Ceux-ci ne sont pas négligeables car ils occupent autant d’espace muséal que la figure d’Atatürk ! Là encore, ils sont au service d’un continuum temporel, associant aussi bien la période ottomane que les temps contemporains (martyrs de Chypre et du tremblement de terre de 1997…). L’autrice achève son propos en évoquant les zones d’ombre de ce discours muséographique : affirmation d’une puissance sans la démontrer ni la contextualiser, tout en évacuant les aspects sociaux et techniques.

9En définitive, ce numéro, appelé à être suivi d'un autre, s’avère stimulant par sa problématique et par les différentes thématiques mobilisées pour mettre en évidence ces « fantômes d’Empire ». L’étude de ces « survivances » permet aussi de balayer de nombreuses idées reçues, comme celle d’une tabula rasa après 1918 ou celle du soft power télévisuel turc. Le propos pourrait aussi porter sur l’existence ou non d’une diplomatie d’influence en matière de production filmique ou audiovisuelle, élargir la réflexion sur la muséo-histoire en s’intéressant à d’autres institutions muséales, interroger la place des villes provinciales dans l’histoire urbaine, analyser les survivances dans le tissu urbain, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yohann Chanoir, « Aline Schlaepfer, Philippe Bourmaud, Iyas Hassan (dir.), « Fantômes d’Empire. Persistances et revendications d’ottomanité(s) dans les espaces post-ottomans » », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 299-300.

Référence électronique

Yohann Chanoir, « Aline Schlaepfer, Philippe Bourmaud, Iyas Hassan (dir.), « Fantômes d’Empire. Persistances et revendications d’ottomanité(s) dans les espaces post-ottomans » », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/68996 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.68996

Haut de page

Auteur

Yohann Chanoir

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search