Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusAurore Schwab, L’émergence de la ...

Comptes rendus

Aurore Schwab, L’émergence de la norme internationale sur le « crime d’honneur ». Une analyse du discours onusien dans la perspective de l’histoire des religions

Berne, Peter Lang, 2021, 315 p.
Valentine Zuber
p. 302-303
Référence(s) :

Aurore Schwab, L’émergence de la norme internationale sur le « crime d’honneur ». Une analyse du discours onusien dans la perspective de l’histoire des religions, Berne, Peter Lang, 2021, 315 p.

Texte intégral

1C’est à une analyse des évolutions du politique, ici à dimension internationale, que se consacre l’ouvrage dense, et passionnant à plus d’un titre, d’Aurore Schwab. À travers une étude de cas, celle du traitement du crime d’honneur par les instances de l’ONU, elle nous offre une analyse extrêmement documentée de la production et de la transformation de la norme globale en matière de droits de l’Homme effectuée au sein de ses instances, et ce depuis leur création. En s’intéressant au cas de la progressive qualification juridique au niveau international du crime d’honneur tel qu’il se pratique dans certaines régions du monde, en particulier au Pakistan, l’autrice s’attache à décrire et à interpréter les mécanismes et la philosophie sous-jacente mise en œuvre à travers la production juridique de la plus importante institution multilatérale.

2L’ouvrage, fruit de la réécriture d’une thèse en histoire des religions soutenue à l’Université de Genève, se compose de deux grandes parties, selon un plan doublement chronologique qui balaie la plus grande partie de l’histoire de l’ONU depuis la seconde guerre mondiale jusque dans les années 2000. La première partie, après une mise au point méthodologique et taxinomique, présente les différentes étapes de la genèse et de la production de la norme vis-à-vis des crimes d’honneur au cours du second xxe siècle. L’intérêt de cette instance pour les atteintes physiques, y compris mortelles, faites aux femmes dans certaines régions du monde s’est certes avéré précoce, puisqu’il a débuté avec l’institutionnalisation du premier organisme onusien consacré à la défense du droit des femmes au sein du Conseil économique et social (ECOSOC) au début des années 1950. Il faudra cependant attendre plusieurs décennies avant que l’organisme international ne prenne véritablement en charge d’un point de vue juridique certaines de ces atteintes les plus graves aux droits des femmes et, en particulier, les crimes d’honneur. La qualification tardive retenue dans les années 1980, ne donnera d’ailleurs lieu à un traitement normatif qu’à la fin des années 1990 après qu’une affaire particulièrement médiatisée aura rendu cette élaboration nécessaire. Elle se concrétisera par deux résolutions condamnant fermement le crime d’honneur en 2000 et en 2002.

3La deuxième partie montre comment une telle norme a pu se constituer à travers une étude précise et documentée des conditions de la production juridique au sein des instances multilatérales. Elle détaille ainsi les différents niveaux et agents responsables de ce processus de construction de la norme qui, à partir des concepts premiers des droits de l’Homme comme l’honneur et la dignité, ont contribué à en étendre le sens par une dissémination de leurs effets et de leurs domaines d’application. Cette partie, au-delà de la seule description du cas particulier auquel elle s’attache, a le mérite de proposer une analyse détaillée et argumentée du processus de décision au sein des différentes instances du système international, qui éclaire l’histoire proprement institutionnelle de ce dernier.

4Elle montre ainsi combien la qualification de cette pratique a pu évoluer en même temps qu’elle a été progressivement mieux prise en charge dans les mécanismes internationaux. Elle se transforme en effet au cours du temps, alors que se diffuse parallèlement dans le milieu des études en relations internationales l’assertion d’un « retour du religieux » sur la scène mondiale. Dénoncé d’abord comme une pratique culturelle de type tribale, le crime d’honneur se voit ensuite qualifié de véritable crime rituel dont la nature serait essentiellement religieuse. Ce qui se joue dans cette évolution de la qualification et dans la condamnation du crime d’honneur, tel qu’il est encore pratiqué de nos jours, montre enfin que c’est encore et toujours en référence à un religieux de type occidental, comme étalon indépassable du religieux, que la norme internationale continue de se construire. Structurée par une lecture toujours influencée par le modèle monothéiste dans sa version libérale, une certaine compréhension culturellement marquée des droits humains continuerait ainsi de se perpétuer au sein de l’instance à vocation pourtant universelle qu’est l’ONU.

5C’est dans une longue et roborative conclusion que Schwab applique à son objet, de manière particulièrement convaincante, la méthode critique employée en histoire des religions. Elle affirme ainsi que la transformation graduelle des qualifications accolées au crime d’honneur (de coutume traditionnelle à crime de nature religieuse) au cours du temps et sa prise en charge du point de vue normatif ont pu avoir un effet majeur dans la coloration idéologique des instruments de contrôle et de répression de ces pratiques. Le choix de la justification religieuse plutôt que traditionnelle du crime d’honneur devient alors un argument supplémentaire pour pouvoir procéder à une condamnation unanime de ces pratiques jugées contraires aux attendus de liberté, de dignité et de justice contenus dans les textes internationaux des droits de l’Homme. Dans le même temps, la construction de la norme implique désormais un choix assumé par les différentes autorités et instances onusiennes en matière de légitimité de certaines pratiques religieuses par rapport à d’autres. Ce choix de type philosophique ouvre alors la possibilité d’une restriction de droits fondamentaux en la matière. En aboutissant à une partition entre la définition d’un bon et d’un mauvais usage du religieux, la garantie d’une pleine et totale liberté religieuse offerte aux individus et aux groupes s’en trouve désormais précisément limitée, selon des critères que certains peuvent considérer comme culturellement situés et donc éminemment subjectifs.

6Il en ressort que la réinterprétation de la tradition et sa transformation-modernisation selon des critères allogènes progressivement légitimés comme norme internationale, montre que l’universalité des droits de l’Homme n’échappe pas à la continuation d’une idéologie particulière, ici, sans conteste largement influencée par celle du progrès, pluri-centenaire en Occident. L’idéologie onusienne se fonderait donc encore et toujours sur l’articulation et la concurrence entre une pensée évolutionniste d’origine occidentale et une perception essentialiste des cultures que les instances internationales ont de plus en plus de mal à assumer voire à défendre. En découle, selon l’autrice, l’élaboration d’une sorte de mythologie onusienne qui universaliserait, en la transformant en norme juridique, une conception de la religion de type essentiellement occidental et de forme originellement chrétienne. Et en insistant sur cette incontournable matrice libérale faisant de la religion un ressort relevant essentiellement du domaine privé, en privilégiant la piété plutôt que l’orthodoxie de la pratique religieuse dans son appréciation, en légitimant enfin plutôt les religions qui adhèrent dans leurs principes premiers à ceux des droits humains, les instances normatives de l’ONU continueraient donc de s’appuyer sur une conception du religieux essentiellement issue de la matrice chrétienne et occidentale.

7La mise en lumière convaincante de cette évolution générée par la production normative onusienne vis-à-vis du religieux ne peut manquer de continuer à alimenter la controverse toujours réactivée sur la réalité théorique de l’universalisme autoproclamé des droits de l’Homme. Les discours contestataires y trouvent un réservoir d’arguments dont ne manquent pas de s’emparer certains États à autodéfinition religieuse ou certains dignitaires religieux aux discours radicaux à résonances transnationales.

8Au-delà de ces apports particulièrement paradoxaux qui bousculent une histoire des droits de l’Homme contemporains trop souvent paresseusement hagiographique, en tout cas à forte tonalité morale, l’originalité de l’analyse d’Aurore Schwab est enfin de proposer une relecture globale du fonctionnement de l’ONU, comme toute institution porteuse de sens. Elle l’esquisse de manière prometteuse en proposant une analyse de l’institution avec les concepts issus de la sociologie des religions. Elle dresse in fine un portrait original de cette instance politico-juridique en l’assimilant à une vaste organisation de type « Église », avec ses rites, ses regroupements, sa doxa, ses pratiques de régulation du dogme et des pratiques au regard des textes internationaux faisant alors fonction de véritables mythes fondateurs (tels que la Charte des Nations Unies ou la Déclaration universelle des droits de l’Homme…).

9Il en ressort que dans la configuration mondiale actuelle, le modèle de fonctionnement que nous décrit l’autrice semble devoir pourtant inlassablement réactiver la division imaginaire, quoique multiséculaire, entre Orient et Occident, tradition et modernité. Ce n’est pas le moindre des paradoxes de l’histoire contemporaine des droits de l’Homme que de continuer finalement à perpétrer la conflictualité culturelle dans le monde qu’ils étaient censés devoir pacifier et unifier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentine Zuber, « Aurore Schwab, L’émergence de la norme internationale sur le « crime d’honneur ». Une analyse du discours onusien dans la perspective de l’histoire des religions », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 302-303.

Référence électronique

Valentine Zuber, « Aurore Schwab, L’émergence de la norme internationale sur le « crime d’honneur ». Une analyse du discours onusien dans la perspective de l’histoire des religions », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/69013 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.69013

Haut de page

Auteur

Valentine Zuber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search