Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusVéronica Thiéry-Riboulot, Laïcité...

Comptes rendus

Véronica Thiéry-Riboulot, Laïcité : histoire d’un mot

Paris, Honoré Champion, coll. « Linguistique historique », 2022, 606 p.
Jean Baubérot
p. 305-306
Référence(s) :

Véronica Thiéry-Riboulot, Laïcité : histoire d’un mot, Paris, Honoré Champion, coll. « Linguistique historique », 2022, 606 p.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat en Langue française soutenue à Sorbonne Université, cet ouvrage vise, par une démarche de « sémantique historique », à retracer la préhistoire et l’histoire du mot laïcité qui est devenu un des « mots piégés de la politique » française, et dont l’usage constitue un important enjeu social.

2L’autrice s’en prend à l’idée reçue selon laquelle le mot même de laïcité serait « un mot catholique » et, en conséquence, « la laïcité […] un sous-produit du catholicisme ». Elle remonte, dans une première partie (« Avant laïque ») aux termes grecs laos puis laïcos et au terme latin laicus. Ces vocables ont surtout en commun le fait de nommer « un groupe d’individus seulement caractérisés pour leur appartenance à ce groupe à défaut d’être de ceux qui se distinguent ». Ce sont des personnes sans particularité. Dans un contexte catholique, ces trois mots désignent la « masse des fidèles […] qui se situe au plus bas degré de [la] hiérarchie ». Laicus évolue vers la forme médiévale lai, mot utilisé par les clercs pour « désigner les individus situés au plus bas de l’échelle sociale et politique et soumis au clergé ». Mais alors que l’adjectif anglais lay se maintient jusqu’à la période contemporaine, en France, le mot lai disparaît presque complètement du lexique.

3En revanche, au xvie siècle, indique Thiéry-Riboulot au début de sa deuxième partie (« La forme savante laïque »), le terme laïque, chez Calvin et d’autres auteurs protestants, constitue une reprise savante du mot latin laicus, dans un mouvement de « retournement de valeur » qu’elle compare à « la négritude de Senghor et Césaire ». Ce processus se poursuit avec les auteurs des Lumières et si la forme savante laïque « demeure régulièrement associée par antithèse à un nom qui désigne un membre du clergé », elle s’éloigne « sémantiquement du champ de l’Église » et acquiert, à l’opposé de son doublet populaire lai, « des connotations très mélioratives ».

4Après avoir analysé l’emploi des termes public, civique, civil, séculier (et l’anglais secularism), comme vocables plus ou moins synonymes de laïque, l’autrice montre, après Mayyada Kheir, que ce dernier mot s’est « installé dans les débats législatifs, à propos de l’enseignement, à partir de 1844 ». Il commence donc à se trouver utilisé « dans le champ politique, non plus pour renvoyer à ce qui n’est pas ecclésiastique mais pour qualifier ce qui s’est affranchi de l’Église ». Ce terme devient alors « emblématique d’un ensemble de valeurs et de représentations » et son emploi se répand hors de la sphère ecclésiale. Mais rien n’est simple car si la liberté constitue une valeur associée à laïque (la formule « œuvre de libération laïque » est courante sous la Troisième République), dans le champ de l’enseignement, libre peut, « selon les locuteurs, être synonyme de laïque » ou « synonyme de privé par opposition à public », et alors être « antonyme de laïque ». Constat important dans une perspective de sociologie historique, où la « guerre des deux France » se marque par un conflit des libertés. Il n’en reste pas moins que laïque revêt désormais deux significations : un « sens ecclésiastique » et un « sens politique ». Ce sens politique, qui se construit progressivement depuis le xvie siècle, a « servi de base au dérivé laïcité. »

5Dans une troisième partie (« Les néologismes laïcisme et laïcité »), Thiéry-Riboulot se demande pourquoi la forme laïcisme n’a pas prévalu sur celle de laïcité. Après tout, on parle bien de japonisme pour désigner l’influence de l’art japonais sur les peintres occidentaux à la fin du xixe siècle. Les emplois de laïcisme, de 1795 à 1830, peuvent être rattachés à l’abbé Grégoire, qui désigne par-là « l’usurpation » par « des laïcs » de fonctions réservées à des ecclésiastiques. En Angleterre, indique le Littré, le laïcisme est le « nom d’une doctrine » qui reconnaît « aux laïques le droit de gouverner l’Église. » J’ajouterai qu’il est de même du terme laicization et cela explique, en bonne part, la difficulté d’utiliser, en anglais, des termes de la famille sémantique du mot laïcité. L’invention de ce mot supposait à la fois une culture catholique dominante et l’événement structurant de la Révolution française.

6Après 1830, quand son usage se répand, laïcisme est souvent « associé aux champs lexicaux de la faute, de l’irreligion », etc., ainsi qu’« aux champs lexicaux de la polémique, de l’affrontement, du pouvoir et de l’invasion ». Ceci indiqué, le terme est polysémique et il peut signifier, par exemple, la « sécularisation complète de l’enseignement » ou son « in[ter]confessionnalité », la « séparation de la science et de Dieu. » Laïcisme apparaît comme « un concurrent de laïcité » et l’analyse de différents quotidiens permet de déterminer les fréquences d’apparition de chaque terme. Progressivement, laïcisme devient, néanmoins, plus « partisan » et se trouve « surtout employé dans les milieux conservateurs et catholiques », alors que « laïcité est le mot de républicains ».

7L’autrice se focalise toujours sur le conflit des « deux France ». Il aurait été intéressant, cependant, de compléter cet examen en portant attention au conflit interne entre partisans de la laïcité. Au tournant du xixe et du xxe siècle, des expressions comme laïciser la Laïque (l’école laïque) ou laïcité intégrale mettent en cause la laïcité ferryste, jugée trop accommodante. Certains voudraient instaurer le monopole de l’enseignement, que combat Clemenceau, y voyant une « tyrannie » de « l’État laïque ». Ce dissensus, que l’on retrouve dans la fabrication de la loi de séparation des Églises et de l’État d’une autre manière (Clemenceau étant, cette fois, du côté des intransigeants, versus Briand et Jaurès), reste le point aveugle de maintes histoires de la laïcité.

8La quatrième et dernière partie (« Laïcité dans la France laïcisée ») va jusqu’à la fin des années 1980. L’autrice étudie « les dérivés en -is- de laïque : laïciser, laïcisation et laïcisateur ». Laïcisation, notamment, est, selon le fonds Google Books, plus employé que laïcité entre 1880 et 1905, indiquant une « dynamique », un « mouvement » qui correspond à ce que je décrypte, pour ma part, comme l’instauration, durant cette période, d’un second seuil de laïcisation. Ensuite, la prédominance du mot laïcité connote son établissement, même si le terme conserve une signification sociale axiologique, suscitant soit « l’enthousiasme », soit le « rejet ». Cependant, à partir de 1945, « loin des envolées lyriques de la Troisième République, dont les débatteurs des deux camps parlaient morale, science, progrès, éducation et liberté, pour le commun des locuteurs de la Quatrième République, le problème de la laïcité s’est rabougri au seul motif des subventionnements publics à l’école libre. » La laïcité étant inscrite dans la Constitution, l’usage social du terme se réduit à ce qui reste conflictuel. Il en est de même, pour l’essentiel, après l’avènement de la Cinquième République, marquée par la loi Debré (1959) et, en 1984, par l’échec d’une réunification souple des deux écoles par le projet Savary : alors, « les laïques perdent définitivement la guerre scolaire ».

9L’après 1984 montre un « front laïque disloqué » où « ceux qui parlent de laïcité cherchent à surmonter le conflit scolaire en ouvrant le champ de leur réflexion à l’ensemble de la société française ». Une formule devient fréquente, notamment chez les sociologues, celle de laïcité à la française, induisant un comparatisme avec d’autres pays. Mais, avec l’affaire des foulards des collégiennes de Creil (1989), c’est une expression engagée dont le fonds Google Books permet d’évaluer « une hausse spectaculaire de la fréquence » des années 1980 aux années 2010 : laïcité de combat. Selon Thiéry-Riboulot, historiquement, les partisans de la laïcité évoquaient leur combat laïque, et les adversaires de celle-ci une laïcité de combat. Désormais certains militants laïques prennent à leur compte, de façon méliorative, cette dernière expression. À propos de l’affaire de Creil, le mot laïcité est d’ailleurs utilisé « d’une manière dérogatoire à toutes celles dont les usagers de la langue peuvent alors, selon leur âge, conserver la mémoire : la guerre des deux France, la Libération, la question scolaire, la laïcité humaniste ». C’est une nouvelle donne abordée dans un autre ouvrage à paraître de l’autrice.

10Puissent ces indications des principaux thèmes de ce livre donner une idée de son importance : il s’agit, on l’aura compris, d’une étude savante, fouillée, effectuée à partir d’une documentation considérable, et donc particulièrement bienvenue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baubérot, « Véronica Thiéry-Riboulot, Laïcité : histoire d’un mot », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 305-306.

Référence électronique

Jean Baubérot, « Véronica Thiéry-Riboulot, Laïcité : histoire d’un mot », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/69033 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.69033

Haut de page

Auteur

Jean Baubérot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search