Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusStéphane Tison, Dominique Avon, B...

Comptes rendus

Stéphane Tison, Dominique Avon, Brigitte Waché, Frédéric Le Moigne (dir.), Le cardinal Grente. 1872-1959. Homme de lettres et prince de l’Église

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 254 p.
Alexandra Delattre
p. 306-308
Référence(s) :

Stéphane Tison, Dominique Avon, Brigitte Waché, Frédéric Le Moigne (dir.), Le cardinal Grente. 1872-1959. Homme de lettres et prince de l’Église, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 254 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage, rassemblant douze contributions sur la vie et l’œuvre de l’évêque du Mans, propose une lecture à plusieurs voix du fonds Georges Grente. Nommé en 1918 à la tête du diocèse du Mans, archevêque à titre personnel en 1943, cardinal en 1953, Georges Grente (1872-1959) est élu à l’Académie française en 1936 au fauteuil de Pierre de Nolhac. Comme l’annonce le titre, le livre est structuré par cette carrière en partie double. La première partie est consacrée à la carrière académicienne et la seconde à celle épiscopale – une troisième, à la description du fonds. Docteur en lettres, Georges Grente soutint ses thèses en Sorbonne sur le poète Jean Bertaut, évêque de Séez, et sur Jacques Davy Du Perron, l’évêque d’Évreux et le futur archevêque de Sens qui prononça l’oraison funèbre de Ronsard. Le livre nous présente un personnage quelque peu anachronique d’évêque lettré et s’interroge sur la représentativité d’une telle figure.

2La carrière de Georges Grente, sans être particulièrement originale, illustre en creux les évolutions de l’épiscopat. Le décentrage qu’opère l’ouvrage en choisissant d’étudier un évêque qui n’est ni un personnage politique de premier plan ni un dissident, mais le garant d’une tradition qui commence à tomber en désuétude, laisse à nu les mécanismes politiques et les jeux de pouvoir.

3L’élection à l’Académie française présentée par Brigitte Waché est à cet égard exemplaire. Le cas Grente jette un éclairage direct sur les mécanismes de l’élection, purement politiques dans son cas puisque l’œuvre, qualifiée « d’écriture de confirmation » par Frédéric Gugelot (p. 23), ne peut emporter les suffrages. Sa position à la fois centrale par sa qualité d’évêque et en retrait par l’indigence souvent soulignée de son œuvre permet de composer une histoire oblique de l’Académie française. On notera à ce propos le souci méritoire de caractériser l’œuvre de Grente. Ce type d’écrit constitue souvent un point aveugle de l’histoire culturelle dont l’importance n’est pourtant pas à négliger.

4Un des grands mérites du livre est de s’interroger sur l’épineuse question de la coloration politique de l’Académie française pendant l’entre-deux-guerres et sous l’Occupation. On notera à ce sujet l’article que Corinne Bonafoux consacre au trop souvent négligé Henry Bordeaux. La question de l’Action française est de même traitée par Brigitte Waché qui dialogue in absentia avec Jacques Prévotat à l’occasion de son article sur les relations de Grente avec le cardinal Dubois. C’est donc d’abord au sein d’un réseau d’influence que Grente trouve sa place, et sa carrière épiscopale ne semble pas démentir cette hypothèse, comme l’annonçait Dominique Avon en introduction : « l’histoire individuelle d’un responsable religieux, quelles que fussent ses orientations, est instructive pour mieux appréhender la vie d’une communauté dans ses différentes dimensions » (p. 16).

5Le volume invite donc tout naturellement à la réflexion sur la représentation des hommes d’Église au sein de l’Académie française, intégrant des articles de synthèse (Philippe Rocher) ou s’intéressant à d’autres confessions (Céline Borello). De nombreuses analyses font allusion à l’enjeu de la succession de Bremond et s’interrogent sur la spécialisation des fauteuils, notamment les fauteuils 36/37 traditionnellement occupés par des ecclésiastiques. L’évêque lettré, ancien professeur de rhétorique, peut être considéré comme le témoin attardé d’un monde ancien qui voyait en l’alliance de l’Église et des Lettres une concordance heureuse des lieux de pouvoir. Yvon Tranvouez note le caractère anachronique de cette incarnation de la « France aimable », de même que Frédéric Le Moigne souligne les réticences du nonce Maglione face à cet évêque d’Ancien Régime (p. 186).

6Toutefois, l’ouvrage ne renonce pas à sa part de psychologie. Il se fait le relais de la préciosité de celui que ses contemporains surnommaient « Georgette Pétensoie ». On décèle également l’orgueil immense de l’homme dans l’article de Frédéric Lunel sur ce fondateur d’une Académie du Maine qui offrit un gisant à son effigie à la cathédrale de son diocèse. Sans aucun doute, la forme chorale de l’enquête collective offre un portrait plus nuancé à un personnage qui aurait facilement pu verser dans la caricature. Frédéric Le Moigne propose d’ailleurs, à l’issue de son article sur les aléas de la carrière ecclésiastique de Grente, d’ « historiciser » le phénomène de la rumeur (p. 196). Les déconvenues de Grente sont pleines d’enseignements, elles éclairent par le dessous le fonctionnement des institutions.

7En définitive, l’anachronisme du personnage lui autorise quelques succès. Car les « défauts » de Grente lui assurent également des réussites diplomatiques. L’ouvrage consacre de belles pages à ses missions au « Levant » en 1819 dans le contexte du redécoupage du Proche Orient (Stéphane Tison) et en 1926 à l’occasion du congrès eucharistique de Chicago (Frédéric Le Moigne). Malgré quelques échecs, ce dernier en fait un stratège habile avec un « sens inné » « des relations et des réseaux » (p. 194). Le livre se conclut, de façon éloquente, sur l’amitié entre Grente et Pacelli (Christian Sorrel).

8Si on ne peut éviter au lecteur de tirer des conclusions de la composition du livre, la force de l’ouvrage provient pourtant de la lecture croisée des archives que nous présente Brigitte Waché. L’exercice de la biographie à plusieurs mains favorise la diversité des points de vue et autorise le désaccord (on lit avec plaisir l’échange entre Frédéric Gugelot et Yvon Tranvouez). Ce choix méthodologique aboutit à un portrait subtil du personnage dans son époque. La grande réussite de l’ouvrage réside dans ce caractère dialogique ; il ne se présente pas comme une étude exhaustive mais invite à poursuivre les recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Delattre, « Stéphane Tison, Dominique Avon, Brigitte Waché, Frédéric Le Moigne (dir.), Le cardinal Grente. 1872-1959. Homme de lettres et prince de l’Église », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 306-308.

Référence électronique

Alexandra Delattre, « Stéphane Tison, Dominique Avon, Brigitte Waché, Frédéric Le Moigne (dir.), Le cardinal Grente. 1872-1959. Homme de lettres et prince de l’Église », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/69041 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.69041

Haut de page

Auteur

Alexandra Delattre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search