Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusChristopher Tounsel, Chosen Peopl...

Comptes rendus

Christopher Tounsel, Chosen Peoples. Christianity and Political Imagination in South Sudan

Durham, Duke University Press, 2021, 224 p.
Vincent Vilmain
p. 309-311
Référence(s) :

Christopher Tounsel, Chosen Peoples. Christianity and Political Imagination in South Sudan, Durham, Duke University Press, 2021, 224 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Christopher Tounsel est consacré à la manière dont l’imaginaire politique sud-soudanais (le Sud-Soudan est indépendant depuis 2011) est marqué par le christianisme, pourtant apparu dans la région seulement à la fin du xixe siècle. Pour ce faire il adopte un spectre historique large, de l’évangélisation du Soudan du Sud au xixe siècle à la guerre civile (2013-2018) consécutive à l’indépendance du pays. Il s’intéresse en particulier à la façon dont le christianisme façonne l’identité noire des habitants de la région (par opposition à la population arabo-musulmane du Soudan) et fait émerger la notion de peuple élu de Dieu dans son combat contre l’oppresseur.

2Les premiers missionnaires catholiques – jésuites – s’installent au Sud-Soudan au milieu du xixe siècle à la suite de la création, par Grégoire XVI, du vicariat apostolique pour l’Afrique centrale en 1846. Quant aux protestants, ils arrivent en 1866 par l’intermédiaire de la British and Foreign Bible Society. Leur travail est cependant interrompu pendant près de trente ans en raison des guerres mahdistes qui ensanglantent le Soudan dans les dernières décennies du siècle. Lorsque les Britanniques reprennent le contrôle de la région, ils y facilitent la réimplantation des missions afin d’en faire une zone tampon et d’éviter l’expansion de l’islam. Le travail missionnaire qui y est effectué dans la première moitié du xxe siècle, principalement par les catholiques, la Church Missionnary Society et la United Presbyterian Mission, outre ses dimensions classiques (ethnographier, traduire, séduire), comporte une forte dimension martiale en jouant à la fois sur l’imaginaire de la croisade et le combat contre l’esclavagisme musulman, largement exploité ensuite.

3Alors que le Soudan suit une voie de progressive émancipation de la tutelle britannique avec le gouvernement Al Azhari, premier cabinet uniquement composé de Soudanais, les tensions montent au Sud où les élites souvent chrétiennes voient d’un mauvais œil le tournant arabiste et musulman que prend le pays. C’est dans ce contexte que se produit la mutinerie de l’Equatorial Corps à Torit en 1955. Ce dernier, composé uniquement de soldats chrétiens – environ 900 –, avait été créé par Lord Reginald Wingate dans le cadre du condominium anglo-égyptien sur le Soudan à la fin des années 1910 : une décision audacieuse dans un contexte où le service des armes était jusqu’alors réservé aux musulmans. La mutinerie est déclenchée après un incident impliquant un officier musulman qui aurait insulté un sous-officier noir en le traitant d’esclave. Ce qualificatif, alors couramment employé par les Soudanais musulmans pour dénigrer les populations noires, témoignait de la très lente disparition de l’esclavage dans la région. Celui-ci avait même connu un sursaut dans les années 1860 et 1870 avec les progrès de la navigation sur le Nil et avait été encore largement toléré par la tutelle britannique jusqu’au début du xxe siècle, après la fin des guerres mahdistes. La mutinerie est rapidement matée mais elle débouche ensuite sur la première guerre civile soudanaise, prenant ses sources dans le même creuset : identité chrétienne, refus de l’esclavage et de la domination musulmane.

4La première guerre civile soudanaise renforce considérablement le référent biblique dans le mouvement d’émancipation nationale sud-soudanais. La décision du gouvernement soudanais d’arabiser les programmes scolaires et d’interdire progressivement les missions, définitivement expulsées en 1964 dans le Sud, non seulement amplifie la christianisation mais fournit de nouvelles troupes à la résistance sud-soudanaise. Au début des années 1960, celle-ci se structure militairement et se dote d’organes de propagande comme le Voice of Southern Sudan publié depuis Londres avec le soutien des sociétés missionnaires. En 1967 le Youth Organ Monthly Bulletin de la Sudan African National Union (SANU) publie une reprise des Lamentations où Israël est remplacé par le Sud-Soudan et Babylone par les Arabes. Ce type de parallèle est de plus en plus fréquemment utilisé, donnant au conflit l’allure d’une guerre de religions. Alors que les Arabes sont démonisés, les résistants sud-soudanais se présentent comme le nouvel Israël. Lorsque cesse la première guerre civile en 1972, le référent biblique est clairement enraciné. Pour les réfugiés soudanais, le retour au pays est présenté comme la fin de l’exil à Babylone.

5Les accords signés à Addis Abbeba en 1972 prévoyaient une autonomie pour le Sud-Soudan et la liberté religieuse. En dépit des velléités indépendantistes, les dirigeants de la SANU l’acceptèrent mais de multiples violations, ainsi que la volonté du gouvernement soudanais d’imposer la charia, contribuèrent à relancer le conflit en 1983 avec la création du Sudan People’s Liberation Movement/Army. En dépit des tendances marxisantes du SPLM dans les années 1980, lorsqu’il est soutenu par le régime de Mengistu en Éthiopie, l’influence chrétienne ne décline pas dans les discours nationalistes sud-soudanais et reprend nettement le leadership au début des années 1990. De nouveaux thèmes bibliques sont mobilisés. Le Sud-Soudan est David face au Goliath du Nord, Karthoum est la nouvelle Babylone ; John Garang, désormais leader du mouvement national, est un nouveau Moïse appelé à conduire son peuple en terre promise. Pour encourager les habitants du Sud-Soudan à croire en la victoire finale, les prédicateurs reprennent le chapitre 18 du livre d’Isaïe où Kush – généralement considéré dans les différentes lectures de la Table des peuples comme l’ancêtre des Africains – est présenté comme un peuple redoutable, dont la survenue annonce l’arrivée du Messie.

6En 2005, après 22 ans de guerre civile, un accord de paix est signé entre les belligérants. Il prévoit un gouvernement séparé pour le Sud et le partage des revenus du pétrole pour une période transitoire de six ans, avant un référendum d’autodétermination. Poussant le parallèle jusqu’au bout, John Garang annonce laisser les rênes du pouvoir à son second, Salva Kiir, comme Moïse avait été contraint de le faire au bénéfice de Josué. Rapidement, les tensions montent au Soudan du Sud, autrefois uni contre un ennemi commun mais traditionnellement divisé entre plusieurs groupes ethniques rivaux. Pour cela également les métaphores bibliques sont employées. Les partisans de la paix civile appellent les sud-Soudanais à ne pas de se diviser comme les descendants d’Israël, ou rappellent les injonctions de Paul dans l’Épître aux Galates à faire un dans Jésus en oubliant les identités clivantes. Les plus vindicatifs dénoncent leurs ennemis en les comparant aux pharisiens ou encore à Hérode.

7En conclusion, Christopher Tounsel rappelle que bien souvent l’unité nationale s’effondre avec les indépendances. Le christianisme, outil politique de premier ordre dans le combat contre les leaders arabo-musulmans du Nord, n’a pas pour autant réussi, selon l’auteur, à surpasser l’ethnie comme le souhaitaient de nombreux évangélisateurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Vilmain, « Christopher Tounsel, Chosen Peoples. Christianity and Political Imagination in South Sudan », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 309-311.

Référence électronique

Vincent Vilmain, « Christopher Tounsel, Chosen Peoples. Christianity and Political Imagination in South Sudan », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/69056 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.69056

Haut de page

Auteur

Vincent Vilmain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search