Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusYvon Tranvouez, L’ivresse et le v...

Comptes rendus

Yvon Tranvouez, L’ivresse et le vertige. Vatican II, le moment 68 et la crise catholique (1960-1980)

Paris, Desclée de Brouwer, 2021, 360 p.
Claude Langlois
p. 311-312
Référence(s) :

Yvon Tranvouez, L’ivresse et le vertige. Vatican II, le moment 68 et la crise catholique (1960-1980), Paris, Desclée de Brouwer, 2021, 360 p.

Texte intégral

1Ce recueil bien venu d’une douzaine d’articles permet d’apporter, sur l’application immédiate de Vatican II et surtout sur la crise catholique autour de 1968, un éclairage aigu, qui commence par une approche historiographique de cette dernière dont l’auteur campe les principaux protagonistes, Denis Pelletier, Danièle Hervieu-Léger et Guillaume Cuchet (p. 12-17). Tranvouez rappelle ensuite sa position singulière : avoir été jeune, contemporain et acteur des évènements, et surtout durant ces dix dernières années, être devenu un historien attentif à prendre ses distances avec eux pour en mieux restituer la singularité.

2Né en 1950, comme il le rappelle lui-même, ce Brestois, élevé dans un collège catholique, vient étudier à Paris de 1967 à 1973, bénéficiant du double observatoire des classes prépa du lycée Henri IV et de la formation d’historien en Sorbonne. De plus, il suit le tout nouveau cycle C (initiation théologique pour laïcs) de l’Institut catholique de Paris. Lecteur de Témoignage chrétien depuis sa terminale, il passe au comité de rédaction de La Lettre, « mensuel catholique d’extrême gauche » de 1971 à 1973. « Progressivement, explique-t-il, je suis devenu gauchiste sans cesser d’être catholique », se ralliant au mot d’ordre de Camilo Torrès, prêtre colombien tué dans le maquis en 1966 : « Le devoir de tout catholique c’est d’être révolutionnaire, et le devoir de tout révolutionnaire, c’est de faire la révolution » (p. 17-19). Ajoutons qu’Yvon Tranvouez consacra plus de temps de sa jeunesse à militer qu’à gérer une carrière universitaire qui de toute façon s’est fermée durablement à sa génération autour de 1975, après le grand appel d’air de la décennie précédente.

3Ce va-et-vient entre histoire et mémoire a aussi été rendu possible par une immédiate pratique de la conservation d’une littérature grise, par principe évanescente, qui lui permet de relire plus aisément, à un demi-siècle de distance, diverses manifestations de la crise. De ce fait, l’intérêt de ce recueil tient à l’entremêlement volontaire d’approches nationales et d’autres régionales qui peuvent cadrer plus large que la seule Bretagne. Relèvent de cette perspective plus restreinte le rapport du clergé aux sciences humaines (chapitre 1), la fin des petits séminaires (chapitre 2), le rôle des laïcs (chapitre 4), la crise catholique elle-même (chapitre 5), encore le départ des prêtres qui en résulte (chapitre 12). D’autres chapitres esquissent des enquêtes nationales, ainsi l’usage des lieux de culte (chapitre 3), le glissement vers la gauche des militants catholiques (chapitre 6), les liturgies sauvages (chapitre 7) et les théologies extrêmes (chapitre 8).

4Yvon Tranvouez accorde une grande attention à deux personnalités marquantes de cette époque. D’abord Dom Bernard Besret, dont l’expérience de Boquen, abbaye cistercienne pour laquelle il fut le prieur de 1964 à 1969, est l’exemple même de la nationalisation d’un site effervescent à l’exemple du Larzac qui, plus longuement, de 1971 à 1981, cristallise des luttes multiples de toutes les gauches. Toutefois, même si l’auteur évoque Boquen in situ, notamment dans les liturges sauvages, il retient surtout un épisode de jeunesse d’une vie tumultueuse, la présence de Dom Besret à Rome pendant le concile Vatican II, lorsque le jeune cistercien se convertit soudain à la ligne conciliaire et parvient à faire aboutir plusieurs de ses expertises sur l’unicité de la vie religieuse, à l’encontre de moines, de Solesmes notamment, qui voulaient que la vie contemplative soit reconnue comme telle. Combats marginaux mais non dénués d’intérêt qui permettent aussi de mieux comprendre le rôle de certains monastères dans la dérive intégriste.

5Toutefois, c’est quand il présente la personnalité de Michel de Certeau au regard des attentes de l’extrême gauche catholique que l’auteur déploie plus largement son talent. Sous le titre de « clairvoyance de Michel de Certeau », Yvon Tranvouez, qui a aussi un peu fréquenté dans sa jeunesse le médiatique jésuite parisien, réunit des entrées volontairement contradictoires – marginalité, intermittence, centralité, difficulté – pour d’abord montrer le décalage d’une pensée toujours réflexive, peu utilisable pour des militants qui demandent avant tout aux intellectuels d’être organiques, c’est-à-dire de légitimer leurs propres engagements, alors que Certeau commençait toujours en faisant un pas de côté. Mais cet article va au-delà de l’illustration évidente d’un tel antagonisme, il pourrait même servir de pédagogie à la lecture du jésuite médiatique d’après 1968 par un historien qui a su déceler les raisons plus intrinsèques d’une difficulté réelle à intégrer une pensée complexe. Tranvouez est, après bien d’autres, le témoin d’une vivacité d’esprit qui faisait que, comme tout bon joueur d’échecs, son interlocuteur avait toujours un coup d’avance. Il tente surtout d’en montrer la raison : son attention au langage montrait souvent avec bonheur ce qu’une saisie immédiate de l’évènement pouvait avoir d’éclairant. D’aveuglant aussi, comme en produirait une trop vive lumière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Langlois, « Yvon Tranvouez, L’ivresse et le vertige. Vatican II, le moment 68 et la crise catholique (1960-1980) », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 311-312.

Référence électronique

Claude Langlois, « Yvon Tranvouez, L’ivresse et le vertige. Vatican II, le moment 68 et la crise catholique (1960-1980) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/69066 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.69066

Haut de page

Auteur

Claude Langlois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search