Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusJosselin Tricou, Des soutanes et ...

Comptes rendus

Josselin Tricou, Des soutanes et des hommes. Enquête sur la masculinité des prêtres catholiques

Paris, Presses universitaires de France, 2021, 465 p.
Danièle Hervieu-Léger
p. 314-316
Référence(s) :

Josselin Tricou, Des soutanes et des hommes. Enquête sur la masculinité des prêtres catholiques, préface d’Éric Fassin, Paris, Presses universitaires de France, 2021, 465 p.

Texte intégral

1Depuis les années 1960, la condition déclinante des prêtres catholiques a régulièrement retenu l’attention des sociologues et des historiens du catholicisme contemporain. L’effondrement des vocations, le vieillissement du corps clérical et l’érosion symbolique, sociale et professionnelle de la figure du « curé » figurent au premier rang des indicateurs mobilisés pour conclure à l’affaissement irrémédiable de cette « civilisation paroissiale » qui fut à la fois la forme princeps de la communalisation catholique depuis le concile de Trente et le soubassement de la matrice catholique de la culture en Europe. Dans ces explorations de la disqualification du régime de pouvoir, d’autorité et d’influence attaché à la personne du prêtre, la question de son célibat n’a évidemment pas été absente. À partir des années 1970, dans le fil de la révolution sexuelle en cours dans la société et au moment où les « départs » de nombreux prêtres et religieux radicalisaient, au sein de l’Église elle-même, les contestations de la « condition séparée » du prêtre, la question de la baisse du rendement symbolique du sacrifice de la sexualité exigé des prêtres a été régulièrement posée. Pour autant, la sexualité des prêtres – non-sujet pour l’institution elle-même, dès lors que la norme est posée – n’a qu’exceptionnellement été prise, en tant que telle, pour objet d’enquête par les sociologues. Ou lorsqu’elle l’a été, c’est le plus souvent à travers des situations « hors norme » (prêtres mariés, prêtres homosexuels) confirmant par contraste la définition sociale et canonique du prêtre comme mâle et comme hétérosexuel abstinent. L’« évidence aveuglante » (p. 27) de la masculinité du prêtre catholique s’est imposée longtemps aux sociologues, comme au reste de la société. Et si des historiens – médiévistes notamment – ont porté attention à la masculinité atypique du prêtre catholique latin assigné par la réforme grégorienne à l’obligation du célibat, ils l’ont fait en la rapportant par défaut à la virilité, en laquelle la masculinité « normâle » est supposée s’exprimer, le célibat du prêtre valant, dans cette perspective, neutralisation virile ou émasculation.

2En proposant de ressaisir la masculinité sacerdotale comme « projet de genre » mis en œuvre dans les pratiques et les lieux que les prêtres investissent dans l’espace mouvant des masculinités occidentales, Josselin Tricou rompt nettement avec toute approche essentialisante de la masculinité. Affichant sa dette à l’égard de la conceptualisation de la pluralité hiérarchisée des masculinités développée par la sociologue australienne Raewyn Connell, il met en œuvre avec brio et inventivité une approche dynamique et historicisée des logiques inséparablement religieuses et politiques qui organisent la construction et la gestion par l’Église romaine de l’idéal sacerdotal qu’elle impose à ses clercs.

3S’attachant précisément à l’entreprise paradoxale qui consiste, pour celle-ci, à affirmer la destination naturelle des hommes mariés à l’hétérosexualité et à la procréation tout en magnifiant la mise à part surnaturelle qui fait échapper les prêtres à cette vocation universelle, Josselin Tricou observe les effets de « bougé » que produit, au regard des modèles culturels dominants dans la société, cette inversion de la hiérarchie des masculinités. Ces effets sont d’autant plus repérables aujourd’hui que la légitimité surplombante des positions sociales, culturelles et même religieuses du clergé se trouve davantage remise en question dans la société et dans l’Église, en même temps qu’est contestée, de plus en plus massivement, l’obstination de l’institution à exclure les femmes de la production et de la gestion des biens de salut. Enfin, la découverte en place publique des violences et crimes sexuels commis par des prêtres sur des mineurs et des personnes vulnérables a achevé de mettre à mal la capacité de l’institution à préserver le secret jalousement défendu touchant à la sexualité des clercs. Cependant, dans ce contexte critique, la réaffirmation de la masculinité sacerdotale ne tend pas moins à s’imposer comme le front principal de défense d’un système de pouvoir religieux dont l’Église romaine a fait, depuis le concile de Trente, le principe même de sa constitution ecclésiologique.

4Ces deux lignes d’analyse organisent la construction du livre. La première partie s’ouvre par un large balayage du processus historique de la construction du prêtre en virtuose religieux, aligné sur la figure du moine, assigné au célibat, entré par élection divine dans un état séparé qui le distingue absolument de tous les baptisés et le fait seul médiateur de l’accès des fidèles au sacré. Elle se prolonge dans une très suggestive mise en perspective du trouble que suscite cette mise à part, au regard de la masculinité hégémonique cristallisant, selon Connell, « la façon la plus reconnue d’être un homme dans une situation historique donnée » : du côté de ceux qu’elle concerne (à travers par exemple la question toujours débattue du port ostentatoire de la soutane), mais aussi du côté des représentations sociales incertaines du genre et de la sexualité des prêtres qu’elle suscite et dont l’ambiguïté est bien illustrée ici par une évocation transversale de la figure du « curé » dans la production cinématographique de 1945 à nos jours. Cette approche de la place du prêtre dans le champ mouvant des masculinités s’approfondit enfin dans l’analyse de la fonction de dissimulation/protection que la condition cléricale a offerte et continue d’offrir à des hommes homosexuels, auxquels la société a longtemps interdit toute expression publique de leur identité sexuelle. La surreprésentation d’hommes exprimant des préférences homosexuelles au sein du clergé catholique trouve ici son explication principale. Elle permet de comprendre l’importance, pour l’institution, de préserver le secret de ce « placard » ecclésial que l’emphase spirituelle portée sur la vocation et l’entre-soi de la sociabilité cléricale a rendu invisible (et/ou devant le rester) aux plus directement concernés par la fonction de protection et de réalisation de soi qu’il remplit à leur égard.

5Or c’est précisément cette stratégie d’invisibilisation – combinée ad extra avec la condamnation solennelle de toutes les sexualités « déviantes » – que mettent aujourd’hui en péril l’avancée d’une démocratie sexuelle légitimant la pluralité des orientations et des pratiques d’une part, et la politisation contemporaine des questions de genre et de sexualité d’autre part. L’Église s’emploie à faire barrage, avec bec et ongles, à cette révolution culturelle et politique, à la fois en survalorisant l’hétérosexualité dans son discours psycho-moral et en développant, face aux menées d’un supposé « lobby gay », une homophobie explicite, mal dissimulée par l’appel à « l’accueil des personnes » que l’on n’imagine pas autrement qu’« en souffrance ». Ce double discours, qui entend mettre l’atypie de genre du clergé au service de la défense d’une masculinité hégémonique elle-même menacée, a pour premier effet de détourner les hétérosexuels du sacerdoce tout en retenant ou en attirant vers l’institution des homosexuels, invités à la fois à être les gardiens de l’hétérosexualité de leurs frères et à tenir soigneusement fermée la porte d’un placard où ils sont de plus en plus nombreux. D’où un effet de chiasme que Josselin Tricou, avec un clin d’œil explicite à la formule fameuse de Gabriel Le Bras à propos du rapport des classes sociales à l’Église au xixe siècle, désigne drôlement comme « le grand chassé-croisé des sexualités sur le chemin des sacristies » au xxie siècle (p. 156). L’auteur s’applique avec le même bonheur – de formule autant que d’analyse – à identifier typologiquement, à partir de désignations indigènes souvent entendues sur les terrains où il a mené son enquête, les profils cléricaux correspondant à des pratiques variées de la vie dans le placard : celui de la « taupe » qui rappelle ses pairs à l’ordre du placard ; celui du « pseudo », qui ne dénie pas son homosexualité et œuvre prudemment en interne pour aménager son droit à l’existence ; ou encore celui de la « grande folle de sacristie » qui joue de son hexis corporelle pour faire savoir sans jamais dire. Ces différentes pratiques du secret se heurtent de plus en plus durement à la pression qu’exerce sur l’Église le contexte de la démocratie sexuelle : une pression qui la place devant l’urgence, pour préserver sa doctrine et sa discipline, de « refaire des taupes » avec le concours des laïcs, en « politisant la question de l’homosexualité et en suscitant la panique morale chez ses fidèles » (p. 189).

6Josselin Tricou l’annonçait dès l’introduction de l’ouvrage, « je vais – écrit-il p. 49 – montrer que dans le contexte actuel de politisation des questions sexuelles et de réflexivité accentuée quant aux identités de genre, une partie du clergé catholique adopte des comportements réactifs et des pratiques pastorales réactionnaires qui convergent vers une politique de la masculinité cléricale ». Adossée au cadre théorique présenté dans la première partie, la seconde partie du livre déploie cette ambition à partir d’enquêtes empiriques conduites en terrain catholique français. L’une d’elles, menée au sein d’une communauté de formation cléricale qui rassemble à elle seule un tiers des jeunes en première année de formation en France, met en scène les stratégies mises en œuvre pour réaffirmer et rendre visible la virilité des prêtres, conforme à un idéal clérical dominant du côté du pôle « observant » (Yann Raison du Cleuziou) ou « identitaire » (Philippe Portier) du catholicisme français. Une seconde enquête suit le développement de propositions pastorales en non-mixité, centrées sur le « devenir homme » des hommes catholiques, au travers desquelles les clercs accompagnateurs construisent leur propre figure d’« experts en masculinité » en agissant en commando de défense d’une masculinité hégémonique menacée par la démocratie sexuelle. Une troisième enquête, menée sous la forme d’une ethnographie minutieuse de la production numérique de prêtres blogueurs, réarticule l’identité masculine du prêtre à l’autorité politique dont il se prévaut, sur un mode managérial, dans les débats sur les questions de genre et de sexualité induits par la démocratisation sexuelle elle-même : l’analyse scrute en particulier, dans cette perspective, le Padreblog, tenu par trois prêtres des diocèses de Versailles et Paris et exemple le plus typique de ce néocléricalisme virilement codé.

7Conduite avec autant de fermeté conceptuelle que d’engagement personnel de la part de l’auteur – qui rend compte avec beaucoup de clarté, dès l’ouverture du livre, des conditions épistémologiques et méthodologiques de son travail de terrain – la démonstration convainc et elle marque, à coup sûr, un cap important dans le renouvellement de la sociologie francophone du clergé catholique. Menée parfois au pas de charge, elle donne, en quelques occasions, l’envie d’entrer de façon plus paisiblement argumentée dans la complexité de certaines questions : ce fut le cas pour la présente lectrice, à propos, par exemple des différenciations que l’on pourrait continuer d’introduire (ou pas) entre la situation des prêtres séculiers, soumis à la norme disciplinaire du célibat, et celle des religieux-prêtres qui font vœu de chasteté, ou bien à propos de l’intérêt qu’il y aurait à situer, dans cette discussion, la tendance montante chez les jeunes religieux (moines en particulier) à exclure l’ordination sacerdotale de leur horizon personnel, ou à la rapporter strictement au « service de la communauté », dans les cas où il leur est fait devoir de l’accepter. Ce petit regret est secondaire, au regard d’un bonheur de lecture que l’on doit d’abord à la vitalité intellectuelle de l’auteur, mais aussi à l’alacrité de sa plume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Hervieu-Léger, « Josselin Tricou, Des soutanes et des hommes. Enquête sur la masculinité des prêtres catholiques », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 314-316.

Référence électronique

Danièle Hervieu-Léger, « Josselin Tricou, Des soutanes et des hommes. Enquête sur la masculinité des prêtres catholiques », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/69078 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.69078

Haut de page

Auteur

Danièle Hervieu-Léger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search