Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusMarie-Claude Tucker, Professeurs ...

Comptes rendus

Marie-Claude Tucker, Professeurs et régents écossais dans les académies protestantes en France. De l'Édit de Nantes à la Révocation

Paris, Honoré Champion, 2020, 416 p.
Goran Gober
p. 318-319
Référence(s) :

Marie-Claude Tucker, Professeurs et régents écossais dans les académies protestantes en France. De l'Édit de Nantes à la Révocation, Paris, Honoré Champion, 2020, 416 p.

Texte intégral

1Le livre de Marie-Claude Tucker s'inscrit dans un long parcours de recherche ayant pour objet la présence des intellectuels écossais sur le sol français, amorcé, il y a une vingtaine d'années déjà, par son premier livre, Maîtres et étudiants écossais à la Faculté de Droit de l'Université de Bourges (1480-1793), publié en 2001.

2Cette fois-ci, son champ d’étude s’est à la fois étendu, à toute la « France et [aux] petits États qui l’entourent avant qu’ils ne soient intégrés » (p. 29), et délimité, en se focalisant sur les huit académies protestantes qui s’y étaient établies au tournant du xviie siècle, à savoir Nîmes (1561), Orthez (1566), Orange (1573), Montpellier (1596), Montauban (1598), Sedan (1602), Saumur (1604) et Die (1604). Quant à la visée de ce travail de recherche, elle s’annonce prometteuse. Après avoir identifié les professeurs et les régents écossais présents dans les académies susmentionnées, il s’agit de s’appuyer sur cette enquête pour aller au-delà d’une simple énumération des faits historiques, c’est-à-dire, d’adopter une « approche sociale par le biais d’une analyse prosopographique » (p. 18), de mettre en relief les caractéristiques communes du groupe en considération, et de brosser ainsi « un tableau d’ensemble dont l’objectif est de recréer la présence de ces maîtres écossais, dans leur environnement » (p. 14).

3Pour ce faire, l’autrice a envisagé un plan en sept parties. Tout d’abord, il est question d’une brève présentation des académies, ainsi que du modèle institutionnel qui les a inspirées, celui de l’« Académie de Genève » fondée en 1559. Ensuite, sont présentées les caractéristiques du corps professoral écossais dans chaque académie depuis leurs fondations et jusqu’à leurs dissolutions respectives. La troisième partie expose la liste des professeurs et des régents écossais, tandis que la quatrième se focalise sur les questions de leurs approches académiques et pédagogiques. S’ensuit une partie dédiée à leurs publications et leurs bibliothèques, enrichie d’une courte esquisse du « débat théologique de l’époque », vu au travers du rôle qu’y a joué John Cameron (1579-1625). L’avant-dernière partie nous familiarise avec les conditions de vie de ces intellectuels écossais, en traitant par exemple de leur « intégration dans la société par la famille », c’est-à-dire par les mariages avec des femmes françaises, le logement, les salaires. Le livre se conclut en décrivant leurs départs de l’Écosse et leurs retours au pays natal.

4À vrai dire, c’est déjà à ce niveau-là qu’apparaissent les premières failles de ce texte curieusement fragmentaire. Ce compte rendu n’a bien évidemment pas pour vocation de juger le bien-fondé de l’organisation des parties susmentionnées et des chapitres qui les composent (quoiqu’il convienne de souligner ici qu’aucune justification n’en est donnée dans l’ouvrage lui-même et d’avouer que la raison d’être d’une telle structuration reste énigmatique même une fois le livre refermé). En revanche, il est difficile de ne pas mentionner l’écart qui sépare l’ambition d’une perspective socio-historique et le contenu effectif des parties et des chapitres, qui très souvent ne consistent, littérairement, en rien d’autre que l’amassement de faits bruts. Pour n’en donner qu’un exemple : le premier « chapitre » de la septième partie de ce livre, intitulé « Liste des Écossais dont les carrières complètes et fin de vie nous sont inconnues », ne contient rien de plus et rien de moins que les onze noms de ces professeurs et régents avec, entre parenthèses, les académies auxquelles ils appartenaient.

5L’autrice mentionne dès le début de l’ouvrage les difficultés rencontrées lors de ce travail de recherche, notamment, « la pauvreté voire souvent l’inexistence des sources manuscrites » et, plus généralement, la « carence de documents universitaires » (p. 15). La grande majorité, si non la quasi-totalité, des sources primaires institutionnelles ayant été soit détruites soit perdues, Tucker se trouvait donc obligée, d’une part, de s’appuyer principalement sur les sources de seconde main, comme, par exemple, l’Étude sur les académies protestantes en France au xvie et xviie siècles du pasteur Daniel Bourchenin (1882), ouvrage qui prédomine dans les références bibliographiques, et d’autre part, de se limiter au seul Registre des académies protestantes ayant survécu à ce jour, celui de l’académie de Saumur, disponible en ligne grâce à Jean-Paul Pittion. Si sa démarche est donc, en partie, tout à fait compréhensible, elle l’est beaucoup moins quant au choix de n’avoir recours ni aux sources primaires lorsqu’elles existent (notamment L’ordre du Collège de Genève publié en 1559 par Robert Estienne), ni aux études plus récentes lorsqu’elles pourraient s’avérer utiles (l’article de Guy Astoul sur l’« Enseignement et la pédagogie dans les académies protestantes au xviie siècle », Les Cahiers de Framespa, 28, 2018). Pareillement, son exploitation du Registre de l’Académie de Saumur laisse à désirer, se limitant trop souvent à une simple transcription du contenu, sans tentative aucune de synthèse, de contextualisation ou d’interprétation.

6L’apport principal de ce livre consiste donc dans le fait d’avoir sélectionné et rassemblé en un seul lieu un grand nombre d’informations concernant ces intellectuels écossais qui poursuivaient leur vocation dans les académies protestantes en France à l’aube de la modernité. Comme nous l’avons indiqué, on ne peut que regretter qu’elles n’aient pas été exploitées davantage, ce qui aurait permis d’éclaircir des sujets fort intéressants comme, par exemple, la présence énigmatique de Thomas Dempster, catholique, à l’académie de Nîmes entre 1604 et 1606. Il en ressort clairement que l’histoire sociale de ces professeurs et régents reste à écrire. En prolongeant le commentaire d’Yves Krumenacker, regrettant que « ce livre n’en [soit] pas vraiment un », nous nous permettrons de finir le nôtre en suggérant que la forme choisie n’est peut-être pas la plus appropriée pour la présentation des fruits du travail de recherche de l’autrice. Les humanités numériques offrent beaucoup de pistes intéressantes à ce propos, notamment dans le domaine de la prosopographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Goran Gober, « Marie-Claude Tucker, Professeurs et régents écossais dans les académies protestantes en France. De l'Édit de Nantes à la Révocation », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 318-319.

Référence électronique

Goran Gober, « Marie-Claude Tucker, Professeurs et régents écossais dans les académies protestantes en France. De l'Édit de Nantes à la Révocation », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/69098 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.69098

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search