Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusFrançoise Van Haeperen, Dieux et ...

Comptes rendus

Françoise Van Haeperen, Dieux et hommes à Ostie. Port de Rome

Paris, CNRS Éditions, 2020, 296 p.
Benoît Vermander
p. 319-321
Référence(s) :

Françoise Van Haeperen, Dieux et hommes à Ostie. Port de Rome, Paris, CNRS Éditions, 2020, 296 p.

Texte intégral

1Ostie, port de Rome, est un site qui a fait l’objet de fouilles particulièrement nombreuses, résultant en une abondance exceptionnelle de documents épigraphiques et de témoignages portant sur des lieux de culte de toutes tailles. La période couverte par ces vestiges s’étend du ive siècle AEC jusqu’à la fin du ve siècle, Ostie voyant ses fonctions largement substituées par celles dévolues à Portus à partir du tout début du iie siècle, quand le port primitif est en grande partie ensablé.

2Plutôt que d’appréhender la documentation recueillie en fonction d’une division entre cultes traditionnel, impérial et oriental, l’ouvrage la répartit en trois grandes catégories qui correspondent à autant de chapitres : les cultes civiques, les cultes privés (ou encore infra-civiques, essentiellement associatifs) et, enfin, les cultes militaires. Un dernier chapitre examine les transformations intervenues à partir du milieu du iiie siècle, conséquences de la crise qui frappe l’Empire et de l’apparition, à l’échelle impériale et locale, du christianisme. L’étude des édifices propres à cette dernière religion est doublée par l’analyse de la coexistence entre fidèles des cultes chrétiens, juifs et païens à la fin de la période considérée.

3Le nombre de sanctuaires dédiés au culte public s’accroît assez logiquement avec l’expansion de la cité. L’un d’eux, du moins, semble érigé dès sa fondation. Assez vite, Hercule, Vulcain, Bona Dea se voient attribuer des lieux bien reconnaissables. Plus tard, apparaît un temple central probablement dédié à la triade capitoline. De nouveaux temples sont bâtis durant toute la période impériale, le premier d’entre eux étant consacré à Rome et à Auguste. D’autres, dédiés à des divinités égyptiennes, Isis et Sérapis notamment, et à Mater Magna (Cybèle) d’origine phrygienne, reçoivent également droit de cité. La fonction de marqueur urbanistique jouée par ces temples publics est très nette. Des acteurs variés concourent à leur fondation : Sénat ou magistrats locaux, évergètes, acteurs collectifs dépassant le cadre de la cité – l’intervention de ces derniers étant à rapporter à la proximité de Rome. Les divinités honorées sont le plus souvent choisies au regard du rôle militaire du port et de son caractère central pour l’approvisionnement de l’arrière-pays. La solennité du culte rendu à Vulcain s’explique sans doute par la crainte de voir les entrepôts recueillant le blé venu d’Égypte menacés par les incendies. Des fonctions protectrices peut-être liées à l’insalubrité du lieu sont assurées par Bona Dea et Esculape.

4Ostie ne connaît pas de collèges de pontifes ni d’augures. Le seul pontife connu – celui de Vulcain – n’a pas de confrères, et ses responsabilités s’étendent au-delà du culte du dieu qu’il dessert officiellement. Des acteurs nombreux, mais parfois difficiles à caractériser exactement, interviennent dans la célébration du culte public. Par ailleurs, le calendrier que nous livrent les Fastes municipaux, remarquablement précis à Ostie, suggère une piste de lecture intéressante : le mode de sélection des événements intervenus montre que ces derniers sont censés fournir les indices de l’état des relations entre la cité et les dieux qu’elle honore.

5À l’échelon infra-civique, les cultes associatifs sont bien documentés ; les cultes domestiques le sont beaucoup moins. Le fonctionnement des collèges, corps, associations professionnelles ou de voisinage comporte toujours une dimension religieuse. Leurs lieux de culte – temple ou autre local – peuvent être visibles de la rue ou bien fermés sur l’extérieur. Le deuxième cas de figure semble davantage correspondre au cas des associations de dévots réunis autour d’un dieu particulier (Mithra), en contraste avec celui des associations professionnelles bien installées (mesureurs de blé, charpentiers, contrôleurs des poids et mesures). Mais les locaux de certaines associations, quelle qu’en soit la nature, peuvent également être situés à l’intérieur d’un sanctuaire public. Les associations les plus visibles dédient souvent leurs lieux de réunion au numen de la famille impériale régnante ou à un empereur divinisé. Les associations qui font le choix de Mithra comme divinité protectrice sont diverses et nombreuses, réunissant chaque fois un petit nombre d’adeptes et fonctionnant en cercle fermé ; on ne saurait affirmer pour autant qu’elles fonctionnaient toujours comme des communautés initiatiques.

6Les dévotions privées et individuelles se font surtout connaître au travers des dédicaces votives et des graffitis laissés dans les sanctuaires publics. Elles peuvent avoir pour objet la santé, la grossesse, parfois les affaires familiales. Certains dieux ne sont honorés qu’à titre privé : Mithra, Silvanus, mais aussi – fait surprenant – Mars… Les dieux municipaux font en général l’objet d’un culte privé additionnel, mais ce dernier est le plus souvent restreint à une association, parfois à un tout petit nombre d’entre elles. Isis semble constituer le cas – peut-être unique – d’une divinité honorée à titre privé puis intégrée par la suite au panthéon public. De façon générale, si les sphères publiques et privées sont perméables, elles restent cependant clairement distinguées.

7Le culte militaire fait l’objet du troisième chapitre. L’examen de la chapelle des vigiles en charge de l’extinction des incendies est riche d’enseignements, les dédicaces dont étaient ornées les statues révélant les modifications intervenues d’un règne impérial à l’autre. On trouve en son espace central des représentations des étapes de l’exécution d’un taureau. Pour sa part, la chapelle des soldats de la flotte semble avoir été édifiée à la suite d’un vœu, ce qui paraît aussi être le cas de locaux occupés par des soldats stationnés à Ostie en vue du rationnement de leurs légions en blé. On observe également, en divers endroits, des traces de dévotions privées, ainsi que des inscriptions laissées par des militaires pour le succès du règne de Caracalla.

8L’Octavius de Minucius Felix (début du iiie siècle) débute par la mention de l’hommage rendu par un païen à une statue de Sérapis présente à Ostie, prétexte à la discussion théologique qui s’engage. Chrétiens et païens peuvent donc débattre dans la ville, même s’il se peut que des chrétiens y aient été martyrisés vers 270. La mention d’un évêque, vers 313, confirme qu’une communauté y est présente depuis un certain temps déjà. Elle s’y développe dans un contexte religieux en mutation : les crises du milieu du iiie siècle ont pour conséquence l’abandon ou la transformation de nombre de lieux de culte privés, les lieux publics étant beaucoup moins affectés, et la période tardive voit même plusieurs restaurations et additions (ces dernières demeurant assez modestes). Plus généralement, les transformations religieuses semblent surtout liées aux modifications sociologiques que connaît Ostie, de cité d’affaires et de commerce à lieu vanté de villégiature. On a également exhumé à Ostie une synagogue, sans doute la plus ancienne d’Italie (seconde moitié du ier ou du iie siècle), transformée et agrandie au long du ive siècle.

9C’est Constantin qui a offert à Ostie sa première – et vaste – basilique, édifiée, à l’instar de la synagogue, en marge du centre de la cité et du forum. Vers la fin du ive siècle apparaissent d’autres lieux de culte chrétiens, leur emplacement restant périphérique, souvent associé au souvenir de l’ensevelissement d’un martyr. Les lieux intra muros n’apparaissent pas avant la toute fin du ive siècle – modestes chapelles, puis nouvelles basiliques. Les données afférentes à la participation civique des juifs et des chrétiens comme à la cohabitation entre cultes (entre un schéma qui privilégie des sphères religieuses bien découpées et un autre qui suggère une circulation entre des « identités plurielles ») restent difficiles à interpréter. Après l’interdiction des sacrifices sanglants que Théodose édicte en 381, la plupart des temples publics – mais pas tous – restent en état, partie intégrante de la mémoire patrimoniale de la cité. Quelques fêtes traditionnelles continuent d’être célébrées, même en l’absence de sacrifices. Les dates de célébration comme les attributs des saints chrétiens de la cité semblent indiquer qu’ils se substituent aux dieux tutélaires. Aurea, martyre – auprès de laquelle fut inhumée Monique, mère d’Augustin –, reçoit la prééminence auparavant dévolue à Vulcain. Après l’abandon de la cité, la basilique de la sainte sera, au xve siècle, le premier édifice religieux reconstruit.

10La force de cette monographie repose sur son usage rigoureux des témoignages épigraphiques et archéologiques, dont les illustrations donnent un excellent aperçu. L’écriture, très linéaire, aurait pu mettre davantage en valeur certaines observations et hypothèses, pleines d’intérêt mais égaillées au fil du texte. On peut regretter simplement que l’ouvrage suive si exactement le schéma orthodoxe formalisé par John Scheid quant à l’étude de la religion romaine antique : cultes publics qui structurent la religion civique et cultes privés essentiellement associatifs ; descriptions opérées selon les acteurs cultuels, les opérations rituelles, les lieux et les calendriers, etc. Qu’on m’entende : ce cadre est extrêmement solide, et ses fruits réels. Mais l’ensemble paraît interdire les questions fondées sur des données plus aléatoires : les dévotions des (ou liées aux) femmes et enfants sont ici évoquées (p. 168-170), mais très brièvement et sans guère soulever de questions. Même constat pour le culte proprement domestique. L’étude des cultes militaires est bienvenue mais reste aussi très dépendante du cadre préexistant. Les esclaves, sauf erreur, n’apparaissent pas ; et les données sociologiques relatives aux diverses communautés professionnelles auraient pu être heureusement étoffées. Ce sont la rigueur et le scrupule même de l’étude qui interdisent à cette dernière d’enrichir ou de diversifier les questions qu’elle soulève. Telle quelle, elle reste une synthèse précieuse sur une cité dont l’examen revêt, de fait, un intérêt de premier plan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Vermander, « Françoise Van Haeperen, Dieux et hommes à Ostie. Port de Rome », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 319-321.

Référence électronique

Benoît Vermander, « Françoise Van Haeperen, Dieux et hommes à Ostie. Port de Rome », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/69111 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.69111

Haut de page

Auteur

Benoît Vermander

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search