Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusTodd H. Weir, Hugh McLeod (eds), ...

Comptes rendus

Todd H. Weir, Hugh McLeod (eds), Defending the Faith: Global Histories of Apologetics and Politics in the Twentieth Century

Oxford, The British Academy/Oxford University Press, 2020, 336 p.
Cornelius Crowley
p. 326-328
Référence(s) :

Todd H. Weir, Hugh McLeod (eds), Defending the Faith: Global Histories of Apologetics and Politics in the Twentieth Century, Oxford, The British Academy/Oxford University Press, 2020, 336 p.

Texte intégral

1Dans l’introduction, Hugh McLeod et Todd H. Weir justifient ainsi la première partie du titre : « nous avons choisi le titre Défendre la foi afin de mettre en évidence le rôle central que joue dans l’histoire la compétition de la religion et de la politique au xxe siècle » (p. 4). Suit l’énoncé de cinq postulats (p. 4-6), dont le premier est le suivant : « défendre la foi ne voulait pas seulement dire défendre une foi spécifique mais, souvent, la foi religieuse comme telle » (p. 4). En découle le second de la série, concernant le « sécularisme » au xxe siècle et ses effets dans la compétition entre religions et dénominations confessionnelles. Le troisième porte sur le caractère « discontinu » de la compétition en question sur la période, à rebours de tout schéma linéaire d’une sécularisation générale. Le quatrième concerne le rôle des États et des partis politiques dans le dessein consistant à « défendre la foi ». Enfin, cinquième postulat, les actions de défense de la foi ont à leur tour généré de nombreuses retombées, qu’il convient d’étudier. La thèse heuristiquement « forte » s’énonce en début de la série, l’apologétique s’entendant comme défense de la foi ou d’une foi, contre le « sécularisme », certes présent au siècle précédent ‒ « Depuis la Révolution française au plus tard, les disputes concernant le rôle public de la religion ont eu un rôle crucial dans la politique moderne, en Europe et au-delà » (Weir, p. 19) ‒ mais à l’œuvre avec une intensité accrue dans le champ agonistique européen après 1918.

2Quant à la notion d’apologétique (p. 7-10), l’introduction propose son élargissement : « à l’origine un terme chrétien et juif signifiant la défense de la foi, [son emploi] comme concept pouvant s’appliquer à d’autres religions et au sécularisme » (p. 6). Le but est donc son déploiement comme « outil heuristique susceptible de s’appliquer, une fois élagué de ses connotations chrétiennes, à d’autres acteurs et dans d’autres régions du globe » (p. 9), les auteurs voyant là une « tournure ironique dans l’histoire du terme » (p. 9), à savoir son emploi comme « modèle abstrait en vue de l’analyse des acteurs, tant séculiers que religieux, en compétition ».

3Le livre se conforme aux bornes chronologiques 1917-1989 du « court xxe siècle ». Son organisation tripartite part du foyer européen, abordé dans les cinq articles de la première partie, « L’apologétique dans l’Europe de l’entre-deux-guerres » (p. 17-116). Quatre articles de la seconde partie traitent de « L’apologétique transnationale durant la guerre froide » (p. 117-208) ; les quatre articles de la troisième partie, « L’apologétique depuis les années 1960 » (p. 209-291), offrent une ouverture vers le sud (Maroc, Inde, Indonésie), suivie d’un retour vers l’Angleterre : une controverse au sein des institutions juives dans les années 1960, sur les normes d’interprétation des écritures saintes (Miri Freud-Kandel), puis le foyer anglican (Peter Itzen).

4Les auteurs de l’introduction font usage du terme « path dependency » : en conclusion de leur inventaire des treize cas observés, ils constatent que « ces exemples attestent la dépendance de l’apologétique déployée vis-à-vis d’une trajectoire en amont, par conservation des configurations antérieures à travers des ruptures politiques fortes » (p. 12). Dans sa postface, Monika Wohlrab-Sahr se demande si l’apologétique révélerait certaines dépendances vis-à-vis de la trajectoire en amont, « en ce sens qu’elle reproduirait certaines configurations qui se laissent reconduire à des phases historiques antérieures » (p. 298). En ouverture et en conclusion, on s’interroge donc sur le degré d’inventivité possible ou nécessaire, sur la constance d’une grammaire apologétique. La « path dependency » doit-elle nous faire considérer que les treize cas relèvent tous d’un même type de justification ? L’emploi d’un terme général, apologétique, le laisse entendre, de manière rassurante d’un point de vue disciplinaire. Notre lecture du volume serait à son tour tributaire d’une « path dependency » qui fait des terrains des deuxième et troisième moments (guerre froide, décolonisation, amorce d’une « provincialisation » de l’Europe) une séquence lisible à la lumière de ce qui s’est joué sur le terrain européen entre 1914 et 1945.

5Comparés au champ allemand, les autres terrains de l’entre-deux-guerres paraissent simples et la visée apologétique clairement balisée : apologétique de la science chez H. G. Wells, J. B. S. Haldane et J. D. Bernal (Peter J. Bowler, p. 38-56), conforme aux codes policés de la controverse « à l’anglaise », les adversaires étant les défenseurs de la foi religieuse comme détentrice d’un monopole s’agissant du sens et de la morale de vie. Il en va de même de l’apologétique de l’islam par des convertis britanniques durant la même période (Umar Ryad, p. 95-116). Même le cas du culte catholique de Christus Rex, promu en défense de la doctrine catholique, de ses fondements dogmatiques et de ses prolongements sociaux (John Pollard, p. 57-73) est clair quant à l’opposition résolue à la revendication, par un libéralisme politique, de son affranchissement vis-à-vis d’une tutelle ou d’un fondement religieux, catholique.

6Si l’argument du volume est ainsi balisé par sa première partie, européenne, les deux chapitres consacrés à l’Allemagne – “The Apologetics of Modern Cultural Wars: The Case of Weimar Germany” de Todd H. Weir (p. 19-37) et “Between Rome and the Godless: Martin Niemöller’s Apologetic Moves, 1930-1950” de Benjamin Ziemann (p. 74-94) – revêtent une importance déterminante pour la compréhension du champ apologétique en sa dynamique concurrentielle. C’est dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres que se captent, avec une intensité incomparable, les résonances et les dissonances audibles, comme l’annonce de ce qui se laissera saisir dans la deuxième et troisième partie du livre : l’éclipse d’une articulation européenne entre modernité-sécularité et religion. Dans les deux articles de Weir et Ziemann, le champ de forces apologétique est bien plus trouble qu’en terrain insulaire, britannique : à la rivalité de longue durée entre protestantisme et catholicisme s’ajoute celle entre religion et socialisme, ce dernier étant porteur d’une promesse rivale ; puis la concurrence avec la weltanschauung de la communauté nationale, en sa version völkisch pré-nazi et durant la période nazie. Sans oublier la compétition au sein de la famille des protestantismes allemands. Or si on revient à la proposition introductive, « défendre la foi ne voulait pas seulement dire défendre une foi spécifique mais, souvent, la foi religieuse comme telle » (p. 4), le constat est celui d’une symbiose ambiguë : durant la période weimarienne, sur la scène du « théâtre apologétique » (p. 10), « des théologiens protestants s’instruisaient de l’apport des matérialistes marxistes et des nationalistes völkisch, alors même qu’ils cherchaient à les contrer » (p. 10). Cette proximité relève d’une ironie moins bénigne que la « tournure ironique » pointée par Weir et McLeod en introduction, à savoir l’aubaine académique qui fait de l’apologétique une catégorie pouvant s’appliquer à la religion et aux religions autres que le christianisme, ou au marxisme scientifique comme religion séculière (Smolkin, p. 182-207). L’ironie de l’Allemagne de l’entre-deux-guerres, de son « théâtre apologétique », a été de reconduire comme enjeu crucial la lutte contre la « sécularité », facteur de morcellement et d’autonomisation, et contre l’impiété d’une société sans Dieu. Lors de sa prédication en 1931, préalable à son habilitation comme pasteur dans la paroisse de Dahlem à Berlin, Martin Niemöller (1892-1984) a énoncé que « la tâche des Chrétiens était de se consacrer à la promulgation du règne de Dieu sur le monde en s’opposant aux deux périls conjoints […] ; le premier, l’entéléchie (Eigengesetzlichkeit) […] le deuxième, celui d’un peuple sans Dieu (godless), faisant ainsi référence à l’entreprise menée par des libres-penseurs socialistes et communistes » (p. 78). La biographie de Niemöller – figure importante de l’Église confessante, qui s’opposa au « paragraphe aryen » restreignant sur des critères de race l’accès au ministère confessionnel à l’époque nazie, se rangea sur ce point du côté de Dietrich Bonhoeffer, fut détenu au camp de Sachsenhausen-Dachau de 1938 à 1945, se trouva tenté un moment par la conversion au catholicisme, puis devint un adversaire du catholicisme dans l’Allemagne de l’après 1945 – concentre toutes les lignes de force d’une apologétique de la foi et de la religion, l’horizon restant le combat contre la « sécularité » comme dynamique de différenciation.

7Un enjeu tout autre pouvait-il primer sur l’apologétique de la religion contre l’autonomisation des sphères de l’existence sociale et l’avancée d’une société « sans dieu » ? L’article de Weir n’établit pas de césure entre les années Weimar et la période nazie. Perdurent l’impératif et la visée apologétiques, en contexte toujours antagoniste. En conclusion à son analyse de la période, Weir écrit, s’agissant de la marginalité du grand théologien suisse qu’est Karl Barth dans les institutions du protestantisme allemand de l’époque : « Le constat d’une inefficacité de la théologie dialectique sur la ligne de front des conflits offrait aux théologiens conservateurs des munitions contre Karl Barth, leur opposant intra-Église. La recherche d’un nouveau fondement en mesure d’affronter le matérialisme spirituel conduira les partisans d’une “vision du monde chrétienne” à entrer en dialogue, sciemment ou à leur insu, avec leurs opposants völkisch, dans le but de vaincre leurs ennemis plus éloignés, situés du côté de la gauche marxiste » (p. 35).

8Les réserves émises contre la radicalité « dialectique » de la théologie de Barth, pointée pour son inefficacité en un moment d’intense compétition entre visions du monde, sont-elles le dernier mot, dans le bilan d’une action à visée apologétique ? Le quatrième postulat énoncé en introduction rappelle qu’états et partis politiques ont été des acteurs décisifs dans le dessein consistant à défendre la foi. Or, si on peut pointer la fusion momentanée, chez l’évangéliste américain Billy Graham, entre la célébration politique d’un individualisme américain et un évangélisme protestant, sur fond de guerre froide (Balbier, p. 141-159), rappelons que la fusion qu’incarne Graham se fracture dans les années 1960. Quant à une prétendue inefficacité de Barth, chez qui la disqualification de l’ordre séculier effectif exclut toute compromission avec l’idée völkisch d’une communauté de race, constatons que l’apologie post-1945 en RDA ou RFA d’un protestantisme de résistance passera par l’exemplarité d’une marginalité héroïque, celle de Barth ou de Bonhoeffer, lors de la période en amont. Efficace apologétique d’après-coup ? C’est là une hypothèse « dialectique » que les auteurs auraient pu interroger. En l’absence d’une telle ouverture, on lira dans ce volume la trace d’une ironie plus amère. À savoir l’obturation durant la période 1918-1945, par focalisation sur les périls de la sécularité ‒eigensatzlichkeit et « peuple sans dieu » comme horizon apologétique ‒ d’un péril tout autre, pour l’Allemagne et pour l’Europe. Et sans doute pour le christianisme en ses formes européennes. Les parties 2 et 3 du livre dessinent les contours d’une fragilisation du dessein apologétique présenté dans l’introduction puis observé en son déploiement sur le terrain allemand de l’entre-deux-guerres.

9Le livre s’accroche, malgré l’intention de neutralité heuristique proclamée, aux contours d’une apologétique qui est à l’œuvre dans la première section ‒ contre la sécularité ‒ et serait encore là en aval de ce « court xxe siècle ». Cela autorise la note d’optimisme audible chez Peter Itzen, en conclusion de son article intitulé “Secularisation: the Church of England”. Des dissensions anglaises de la controverse Brexit, il tire le constat « qu’à ce jour il n’existe aucun remplaçant en mesure d’assumer le rôle joué par l’Église d’Angleterre lors de conflits similaires au cours du xxe siècle » (p. 291). On souscrira sans difficulté à cette justification anglicane. En rappelant cependant que le « théâtre apologétique » allemand de l’entre-deux-guerres, se déployant en opposition à la sécularité comme eisensatzlichkeit, valait occultation de ce qui est là, en ce « théâtre » que peut être le cauchemar de l’histoire (Joyce).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cornelius Crowley, « Todd H. Weir, Hugh McLeod (eds), Defending the Faith: Global Histories of Apologetics and Politics in the Twentieth Century », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 326-328.

Référence électronique

Cornelius Crowley, « Todd H. Weir, Hugh McLeod (eds), Defending the Faith: Global Histories of Apologetics and Politics in the Twentieth Century », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/69129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.69129

Haut de page

Auteur

Cornelius Crowley

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search