Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200Comptes rendusYing-shih Yü, The Religious Ethic...

Comptes rendus

Ying-shih , The Religious Ethic and Mercantile Spirit in Early Modern China

New York, Columbia University Press, 2021
Vincent Goossaert
p. 331-333
Référence(s) :

Ying-shih , The Religious Ethic and Mercantile Spirit in Early Modern China, New York, Columbia University Press, 2021, traduit du chinois par Y. Kwong, édité par H. C. Tillman.

Texte intégral

1 Ying-shih 余英時 (1930-2021) est un géant des études chinoises ; historien ayant publié dans de très nombreux domaines, notamment en histoire intellectuelle, il enseigna successivement dans les universités de Yale, Harvard et Princeton. Il fut honoré par le premier prix Tang en sinologie en 2014. Son œuvre abondante comprend des articles en anglais, mais ses principaux ouvrages furent publiés en chinois, à Taïwan d’abord puis pour certains republiés en Chine populaire. Le volume recensé ici est la version anglaise de l’un de ces ouvrages, qui a eu un retentissement considérable, Zhongguo jinshi zongjiao lunli yu shangren jingshen, paru en 1987. Le texte a été traduit peu après sa publication par un étudiant de Hong Kong (devenu professeur depuis) ; le texte est resté plusieurs décennies à l’état de manuscrit, avant d’être révisé par Yü et édité par Hoyt Cleveland Tillman qui fournit une longue introduction replaçant le texte dans son contexte historiographique. Tillman étant spécialiste de philosophie confucéenne mais non de religions chinoises, son introduction met en valeur certains aspects de l’ouvrage plutôt que d’autres. Le fait que Yü ait lui-même révisé la traduction est crucial, non tant pour la pensée de l’historien que pour l’interprétation des très nombreuses sources chinoises citées dans le texte ; les traductions de ces textes sont très lisibles et agréables, mais il est en outre rassurant de savoir qu’elles ont été validées par Yü lui-même.

2L’ouvrage propose de revisiter la célébrissime question de Weber : pour quelles raisons religieuses et éthiques le capitalisme s’est-il développé uniquement en Europe et non ailleurs, notamment en Chine ? Yü, tout en admettant très franchement l’évidence, à savoir que ce qu’écrivait Weber sur la Chine est inutilisable du fait d’une documentation totalement inadéquate, affirme son admiration pour la pensée wébérienne et propose de mener une enquête en utilisant les questions de départ et les méthodes wébériennes, appliquées aux sources chinoises. En réalité, l’ouvrage reste très proche du texte de Weber par des comparaisons incessantes entre les lettrés et marchands chinois et les entrepreneurs puritains que décrit le sociologue allemand.

3La thèse principale est que la Chine a connu, à partir de la fin du premier millénaire, un tournant intra-mondain : au sein du bouddhisme Chan d’abord (chapitre 1), puis des nouveaux mouvements taoïstes des xiie et xiiie siècles ensuite (chapitre 2), et au sein du néoconfucianisme à partir du xiie siècle (chapitres 3-7) enfin. Ce tournant s’exprime par l’apparition, totalement nouvelle selon Yü, de l’idée d’un salut passant par le travail en ce monde et non par un rejet du monde et de toute activité socio-économique. Tout en soulignant clairement les différences majeures avec l’éthique calviniste telle que Weber l’a analysée, Yü insiste sur leur comparabilité tant dans leurs fondements doctrinaux que leurs effets sociaux. Je suis pour ma part très sceptique quant à cette notion de tournant intra-mondain généralisé – je crois plutôt à une tension ou à un jeu permanent entre des tendances à la renonciation et à l’affirmation du monde dans toutes les traditions religieuses. Les grands monastères bouddhiques réorganisés par l’école Chan à partir du début du second millénaire sont en réalité beaucoup moins (et non plus) impliqués dans la vie socio-économique que leurs prédécesseurs. Je retiens davantage de l’exposé de Yü la comparaison très inspirante entre l’ethos de vie puritain et celui des lettrés néoconfucéens (chapitre 6). Dans la troisième partie, Yü explore le monde des marchands et des entrepreneurs du xvie au xviiie siècle, l’essor de leur statut social et l’émergence d’un discours – notamment favorisé par l’école confucéenne de Wang Yangming (1472-1529) – sur l’égale valeur morale des vocations entrepreneuriale et lettrée. En conclusion, affirme Yü, ce sont les contraintes structurelles de la bureaucratie impériale qui ont empêché le développement d’un capitalisme chinois indigène (avant le capitalisme globalisé du xxe siècle), et non un quelconque « manque » de fondement éthique et religieux favorisant une classe sociale d’entrepreneurs vivant les affaires comme une vocation tournée vers la transcendance.

4À quel public s’adresse ce livre et que leur apportera-t-il ? Les sinologues s’en tiendront sans doute à la version originelle chinoise, plus complète (la traduction a simplifié certains développements), d’autant plus que les caractères chinois sont trop parcimonieusement inclus, et les références des textes traduits souvent trop imprécises. Le livre s’adresse surtout aux chercheurs d’autres aires mais curieux de Chine, et il convient donc ici, tout en les encourageant vivement à le lire, de leur fournir quelques éléments critiques.

5La première mise en garde est que le livre est, inévitablement, très daté. Il a été écrit dans les années 1980, en s’appuyant sur une historiographie aujourd’hui très désuète, en particulier en ce qui concerne l’histoire religieuse. Bien entendu, la production scientifique ne s’arrête jamais et tout ouvrage est presque immédiatement dépassé ; cependant, il s’agit ici d’un champ d’étude qui était encore en formation dans les années 1980 et qui a été totalement transformé depuis, qualitativement et quantitativement. Le chapitre 2, sur le taoïsme (appelé « taoïsme religieux », une expression qui fleure bon le xixe siècle), est sans doute un cas extrême ; le propos y est en réalité factuellement erroné sur de nombreux points, ce dont on ne tiendra pas rigueur à l’auteur, dont ce n’était pas la spécialité, et qui a écrit ces lignes avant la publication des principaux travaux sur ces questions. On peut néanmoins se demander s’il n’aurait pas été judicieux d’ajouter au livre ne serait-ce que quelques notes éditoriales ou une annexe attirant l’attention du lecteur sur les plus importants des travaux parus sur ces questions au cours des quarante dernières années.

6La seconde mise en garde relève moins du travail éditorial que de la conception de l’ouvrage original ; il me semble qu’il y manque un ensemble essentiel de sources. Yü mentionne que les systèmes de valeurs des marchands et des entrepreneurs chinois sont exprimés dans des manuels compilés par eux et pour eux, mais il ne parle pas de leur contenu – ces sources font l’objet d’un livre de Richard John Lufrano paru en 1997, Honorable Merchants: Commerce and Self-cultivation in Late Imperial China (University of Hawai’i Press), non cité ici. Mais plus encore que ces manuels, l’éthique des affaires est explorée en très grand détail dans les livres de morale (shanshu 善書) qui constituent l’expression principale des systèmes de valeur en Chine prémoderne et moderne. Les questions qui intéressent Yü – honnêteté, fiabilité, frugalité, usages de la richesse, charité, rapport à la satisfaction personnelle, choix d’une vocation professionnelle – y font l’objet de dizaines de milliers de pages aujourd’hui aisément accessibles, mais, trop gêné il me semble par une vision figée des écarts entre les élites (supposément confucéennes) et la culture et la religion « populaires », Yü mentionne les livres de morale en une phrase mais ne les utilise pas.

7En bref, il me semble que le lecteur aura profit à lire cet ouvrage, assez court et très agréable et accessible, non comme un essai à la pointe de la recherche mais comme un exemple remarquable de la façon dont un grand savant chinois, s’appuyant sur une immense culture traditionnelle, réfléchit à des questions comparatives et s’engage sans réserve dans un dialogue avec les sciences humaines européennes et américaines. Un peu à la façon dont Yü Ying-shih lit Weber avec admiration, je propose de lire Yü Ying-shih avec une égale admiration et d’en retenir de même les questions plutôt que les conclusions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Goossaert, « Ying-shih , The Religious Ethic and Mercantile Spirit in Early Modern China », Archives de sciences sociales des religions, 200 | 2022, 331-333.

Référence électronique

Vincent Goossaert, « Ying-shih , The Religious Ethic and Mercantile Spirit in Early Modern China », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 200 | octobre-décembre 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/69138 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.69138

Haut de page

Auteur

Vincent Goossaert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search