Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Notes critiquesLa fabrique des saints à l’épreuv...

Notes critiques

La fabrique des saints à l’épreuve en catholicisme

The making of saints on trial in Catholicism
La fabricación de santos puesta a prueba en el catolicismo
Claude Langlois
p. 127-138
Référence(s) :

Bouflet Joachim, Marthe Robin. Le verdict, Paris, Éditions du Cerf, 2021, 245 p.

De Meester Conrad, La fraude mystique de Marthe Robin. Dieu saura écrire droit sur des lignes courbes [N.d.A. : Référence à « Dieu écrit droit avec des lignes courbes », proverbe portugais inaugural du Soulier de satin, de Paul Claudel], préface du frère Paul De Bois, Paris, Éditions du Cerf, 2020, 415 p.

Peyrous Bernard, Le vrai visage de Marthe Robin. Histoire d’un procès de canonisation, Paris, CLD éditions, 2021, 262 p.

Vignon Pierre, Marthe Robin en vérité, Perpignan, Paris, Artège, 2021, 269 p.

Texte intégral

1En 2020 et 2021 parurent plusieurs ouvrages sur Marthe Robin, dont les quatre plus importants sont ici analysés ou au moins évoqués. Le premier prenait celle-ci vivement à partie ; s’en suivirent trois autres, deux de vive réplique, le troisième plutôt de soutien à l’accusateur. L’ouvrage par lequel le scandale est arrivé est le fruit d’une longue enquête menée sur les écrits d’une mystique dont la Congrégation pour la cause des saints venait de reconnaître l’héroïcité des vertus. Son auteur en est le père Conrad De Meester, décédé en décembre 2019. Ce carme flamand, bon spécialiste de la mystique de son ordre, se fit connaître par une thèse qui fit référence, Dynamique de la confiance. Genèse et structure de la « voie d’enfance spirituelle » chez sainte Thérèse de Lisieux (1969), et devint ensuite en 1979-1980 l’éditeur des œuvres complètes de la carmélite Élisabeth de la Trinité (1880-1906) et son abondant biographe (De Meester, 2006).

2On pourra s’étonner qu’une revue de sciences sociales comme les Archives ouvre ses pages à la présentation d’ouvrages qui relèvent d’une controverse interne au catholicisme, laquelle n’intéresse sans doute qu’une partie de celles et ceux qui se réclament de lui. Précisons donc qu’il ne s’agit ni de se prononcer sur les vertus de Marthe Robin, ni de prendre position dans les débats qui se sont noués autour de son éventuelle canonisation. Pour le spécialiste du catholicisme contemporain, les livres dont il est ici question méritent d’être lus dans une perspective plus longue, où le débat très ancien sur le rapport entre « vraie » et « fausse » mystique croise une autre histoire, celle de la fabrique des saints à l’époque contemporaine. De cette double histoire, de la mystique et de la sainteté au cours des deux derniers siècles, il nous a semblé que les polémiques autour de Marthe Robin méritaient être analysées à la fois comme l’avatar le plus récent, et comme un observatoire.

Marthe Robin, de la reconnaissance de ses vertus à l’accusation de « fraude mystique » ?

3Marthe Robin (1902-1981) occupe une bonne place parmi les « figures et figurines » mystiques du xxe siècle, répertoriées par Jacques Maître qui voyait en elle « une virtuose des “phénomènes extraordinaires” : stigmatisation, inédie, voyances, visions… » (Maître, 1997 : 422). Celle-ci a vécu, très tôt paralysée et rapidement aveugle, dans une ferme familiale du village de Châteauneuf-de-Galaure dans la Drôme. En 1936, elle rencontre Georges Finet, prêtre du diocèse de Lyon, qui devient son accompagnateur spirituel, en place du curé de sa paroisse, et met en œuvre leur intuition commune, les Foyers de charité, associations de laïcs regroupant couples et célibataires sous la direction d’un prêtre. Progressivement, et surtout après la Seconde Guerre mondiale, Marthe Robin fait l’objet d’un véritable pèlerinage, elle qui chaque vendredi subit en son corps une passion sanglante et qui, en tête à tête avec ses visiteurs, paraît de bon conseil. Mélange en somme de Jean-Marie Vianney et de Padre Pio. Mais d’abord une femme sans titre qui la légitime, quoique non sans moyens, y compris financiers.

4Au lendemain de sa mort apparaissent ses premières biographies. Cinq ans plus tard, en 1986, les responsables des Foyers de Charité demandent à l’évêque de Valence, Mgr Marchand, l’ouverture de son procès, effective deux ans plus tard. C’est dans ce contexte que, en 1988, De Meester est sollicité comme théologien, dans le cadre d’une commission d’enquête préalable qui auditionne aussi les premiers témoins. Le carme, pour expertiser les 4 000 pages d’écrits de Marthe Robin, en obtint une copie qu’il gardera sa vie durant. Son jugement initial défavorable, qui reste pour l’heure inconnu parce que non publié, fut remis en 1989/1990 à ladite commission qui, au vu des autres témoignages, tous favorables, donna un avis positif, permettant à l’évêque d’ouvrir officiellement en 1991 la cause de la béatification de Marthe Robin, par l’audition d’autres experts et surtout d’autres témoins. L’évêque clôtura en 1996 le procès diocésain. La même année, la nomination d’un nouveau postulateur, le prêtre Bernard Peyrous, accompagna la phase romaine du procès : celle-ci s’ouvrit par la longue élaboration de la positio de 1998 à 2010 dont l’examen positif des théologiens en 2012 puis des cardinaux et évêques de la Congrégation de la cause des saints en 2014 aboutit à la reconnaissance de l’« héroïcité des vertus » de Marthe Robin par le pape François, le 7 novembre 2014.

5C’est alors que les choses se gâtent. Signe funeste, Peyrous, membre de la Communauté de l’Emmanuel, bon historien de la spiritualité et rédacteur de la Positio, est écarté du dossier en 2017, pour relation « indue » avec une femme majeure, et est remplacé par Sophie Guex. En septembre 2019, Finet est gravement mis en cause pour abus physiques et psychologiques sur de jeunes mineures, accusation qui divise les membres des Foyers de charité dont une partie s’oppose à la nouvelle direction qui a pris acte de l’accusation. Celle-ci s’ajoutait à d’autres, visant plusieurs initiateurs de communautés nouvelles, convaincus d’abus sexuels, comme le Frère Ephraïm, fondateur des Béatitudes, le dominicain Marie-Dominique Philippe, fondateur des Frères de Saint-Jean, et aussi Jean Vanier, fondateur de l’Arche. Or Marthe Robin a joué un rôle dans l’accompagnement des responsables de plusieurs de ces communautés, avant tout la communauté Saint-Jean. En octobre 2020, les éditions du Cerf, fort d’un contrat signé en 2012 avec De Meester, publient le manuscrit attendu en vain du alors vivant de l’auteur.

6L’ouvrage bénéficie de l’Imprimi potest du provincial des carmes des Flandres, Paul De Bois, qui, dans sa préface, explique qu’il a remis lui-même le manuscrit à l’éditeur, justifiant par un trop grand perfectionnisme de l’auteur le fait que celui-ci n’avait pu boucler une enquête de trente ans. L’éditeur, dans un Avertissement liminaire, entend se justifier en évoquant les grands principes – « vérité et liberté », « foi et raison » (p. 10) – qui ont guidé De Meester. Celui-ci en effet avait sorti l’artillerie lourde. Pour s’en tenir aux écrits, Marthe Robin est autant plagiaire que faussaire. Et, si on regarde sa vie, c’est une manipulatrice, faussement nourrie de la seule eucharistie, fausse aveugle aussi. Les zélateurs de Marthe Robin voyaient avec peine s’éloigner la perspective d’une béatification.

Pertinence des questionnements et des temporalités

7En quoi ce minutieux carnet d’enquête, aux chapitres aussi démonstratifs que répétitifs, mérite-t-il attention ? La charge contre Marthe Robin s’inscrit d’abord, on l’a vu, dans la crise causée par les abus sexuels sur mineurs et personnes dépendantes qui ont conduit à regarder de plus près les pratiques de clercs fondateurs dont les accusations avérées, le plus souvent reconnues des responsables de leurs communautés, pouvaient mettre en cause des groupes religieux appréciés pour leur dynamisme. Effet collatéral redoutable, la suspicion, portée tout récemment contre Finet, s’étend dans ce livre, sous un autre chef d’accusation, à sa collaboratrice. Question sous-jacente : comment Marthe Robin, si proche de Finet, avait-elle pu ignorer les fautes sexuelles de son directeur de conscience ou n’en point tenir compte ?

8La mise en cause des écrits de Marthe Robin nourrit aussi un autre procès, d’une temporalité toute différente, puisqu’il est résurgent d’un siècle à l’autre, celui de la vraie et de la fausse mystique. Cette interrogation, pour le xixe siècle, s’était d’abord focalisée sur les bénéficiaires des premières apparitions mariales, tant pour surveiller les révélations, par sa bénéficiaire, Mélanie Calvat, du « Secret de La Salette » cher à Bloy et à Maritain, que pour reconnaître la qualité des voyantes de la rue du Bac (Catherine Labouré) et de Lourdes (Bernadette Soubirous). Aux paroles des voyantes s’ajoutent, plus classiquement, les écrits mystiques, largement remis à l’honneur par la vague romantique allemande du début du xixe siècle. Mais c’est surtout au lendemain de la publication, massive à partir de 1908, de l’Histoire d’une âme de Thérèse de Lisieux, que ces écrits vont de nouveau proliférer en France. L’Index certes avait discrètement censuré en 1922 les écrits de sœur Gertrude-Marie, une mystique française appartenant à une modeste congrégation enseignante, en interdisant de rééditer sa biographie publiée par Stanislas Legueu en 1910, pourtant approuvée par d’éminents spécialistes, afin d’éviter que les directeurs de conscience laissent propager des propos trop familiers prêtés à Jésus (Langlois, 2017). Mais cette discrète mise en garde n’écarta pas la reconnaissance rapide d’une mystique à l’ancienne, l’italienne Gemma Galgani (morte en 1903, béatifiée en 1933, canonisée en 1940), par ailleurs très appréciée de Marthe Robin.

9Cette dernière, pour en revenir aux accusations de son censeur, usa de pratiques textuelles que De Meester, spécialiste de la grande mystique carmélitaine, prend de haut. Il l’accuse de présenter comme ses propres écrits d’abondants passages d’ouvrages qu’elle vient de lire ou de se faire lire, sans faire explicitement référence à leur origine. Démonstration imparable. Il ne s’agit toutefois pas d’une romancière trop emprunteuse, mais d’une femme douée d’une vive mémoire, qui use de textes d’autrui comme le faisait le curé d’Ars pour nourrir ses premiers sermons. L’interrogation légitime ne devrait-elle pas se déplacer : à quelles autrices Marthe Robin se réfère-t-elle principalement et donc dans quelle lignée spirituelle entend-elle s’inscrire ? Quelle fonction encore donne-t-elle à une telle appropriation, apprentissage pour elle-même ou pédagogie pour autrui ?

10Mais De Meester met aussi en cause le comportement de Marthe Robin, comme son immobilité et plus encore son inédie, soit sa capacité à se nourrir de la seule eucharistie hebdomadaire. À ces accusations, inégalement étayées, ne faudrait-il pas encore substituer une interrogation plus pertinente sur la fin d’un régime hagiographique comme le fit, dès 1990, Fabrice Bouthillon, quand il se demandait, à partir des pratiques divinatoires de Marthe Robin, « Comment on écrit l’histoire sainte » (Bouthillon, 1990) ? Ne faudrait-il pas encore prendre exemple sur la monographie qu’Emma Aubin-Boltanski a consacrée à Catherine Fahmi, la mystique de Beyrouth, qui, dans les années 1980, incarna la Vierge et le Christ (Aubin-Boltanski, 2018) ? L’anthropologue en fait le symptôme d’un féminin contrôlé dans une chrétienté d’Orient précarisé. L’ouvrage, publié en 2021, de Pierre Vignon, prêtre du diocèse de Valence, Marthe Robin en vérité, trop uniment défensif, fournit malgré tout des éléments contextuels éclairants sur la famille de petits paysans dont Marthe Robin est issue et restera proche, sur sa longue vie dans une ferme réaménagée au bénéfice d’une malade de plus en plus visitée, autant d’éléments susceptibles de mieux expliquer les écarts familiaux, sociétaux et culturels entre Marthe Robin et son directeur de conscience, voire entre elle et certains de ses visiteurs comme Jean Guitton.

De la déficience d’une personne aux dysfonctionnements d’une procédure judiciaire

  • 2 Op. cit., p. 211-235.

11Joachim Bouflet, dans Marthe Robin, le verdict, paraît avant tout voler au secours de Conrad de Meester en dénonçant, au regard de ses propres compétences, de semblables emprunts de Marthe à Anne-Catherine Emmerich (1774-1824), que Clemens Brentano a fait connaître en 1833 en publiant La douloureuse passion de N.-S. Jésus-Christ, d’après les méditations d’Anne-Catherine Emmerich. Trop d’emprunts littéraux ! Un paradoxe quand on sait que Brentano avait largement réécrit les originaux à sa disposition jusqu’à les rendre présentement non identifiables2. Bouflet entend aussi guerroyer contre le postulateur Bernard Peyrous, qui justement avait répliqué à De Meester en faisant connaître les étapes du procès. Bouflet attaquait sur un autre front en déplaçant les accusations de la déficience d’une personne à celle de la procédure judiciaire. À Peyrous qui affirmait d’entrée de jeu : « Le procès de Marthe n’est pas à faire ; il a été fait » (Peyrous, 2021 : 23), Bouflet répond, en conclusion de son expertise : « Si le procès a été fait il est toujours susceptible de révision à partir d’éléments nouveaux, dès lors que ceux-ci sont avancés » (Bouflet, 2021 : 240). Avancés ou pertinents ?

12Pour se faire comprendre, le mieux est de prendre des exemples (Bouflet, 2021 : 35-36). D’abord le prêtre Léon Dehon, bon représentant du catholicisme social français du début du xxe siècle : la date de sa béatification avait été fixée par Jean-Paul II ; mais le décès du pape lui fut fatal. Benoît XVI, aussitôt élu, fit vérifier par une commission des accusations d’antisémitisme portées contre lui et il suivit l’avis des experts en suspendant toute béatification. Autre est le cas de Joseph Kentenich, prêtre pallotin allemand, dont la cause a été ouverte en 1975 et précipitamment refermée en 2020 quand les archives de Pie XII révélèrent non seulement des preuves d’abus sexuels commis contre des femmes de son mouvement, mais plus encore leur condamnation rapide et ferme en 1951 par le Saint-Office qui contraignit le fondateur à un long exil américain, hors de tout contact féminin. On croit rêver au vu de l’existence de deux mondes parallèles, en l’occurrence deux congrégations romaines, qui ne communiquent pas entre elles. Jusqu’où aurait pu aller ledit procès sans cette révélation fortuite ?

13En réalité, Bouflet entend aller plus avant sur le dossier des canonisations en demandant à l’avenir de rendre mieux connues les procédures par un résumé public des conclusions effectuées à chaque étape importante du procès. À tout le moins, faudrait-il fournir des éclaircissements dans des cas les plus singuliers comme celui de Mariam Baouardy (1846-1878). Cette mystique, originaire du Proche-Orient – son lieu présumé de naissance est actuellement en territoire palestinien – entra comme converse au carmel de Pau et participa à deux fondations en Inde et en Palestine. Sa vie, pleine de merveilleux, semble tirée de la Légende dorée (Schwob, 1930). Elle est béatifiée en 1983 par Jean-Paul II, très attentif au contexte géopolitique de ses origines, et canonisée par le pape François en 2014. En 2018, la publication d’extraits de débats des rapporteurs de la Congrégation de la cause des saints montre que c’est l’héroïcité de ses vertus et non l’extraordinaire de sa vie qui a conduit à sa béatification (Bouflet, 2021 : 243). Pouvait-il en être autrement ?

Une nouveauté : la canonisation des papes du xxe siècle

14Joachim Bouflet écrit encore que « si la cause de Jean-Paul II n’avait pas été introduite si rapidement il ne fait nul doute qu’elle serait encore à l’étude » (Ibid. : 243) : derrière le truisme apparent, l’allusion aux fâcheuses révélations sur le mexicain Marcial Macel dont Jean-Paul II s’est obstiné à ignorer les méfaits malgré les premières preuves apportées. C’était ouvrir un dossier d’une tout autre ampleur. Depuis Célestin V (pape démissionnaire en 1292) – et à l’exception de Pie V (1566-1572), canonisé pour sa mise en œuvre du Concile de Trente –, les papes, faiseurs de saints, ne pouvaient prétendre à un honneur qui restait le privilège de ceux des premiers siècles. La situation a changé avec Pie IX (m. 1878), pape intransigeant (syllabus, infaillibilité pontificale), populaire aussi, en partie par ses malheurs (la perte des États pontificaux). Pie X en 1907 ouvrit son procès qui toutefois mit un siècle à aboutir. Le premier pape canonisé de l’histoire contemporaine est Pie X, connu pour la lutte contre le modernisme, mais aussi pour avoir favorisé l’accès des enfants à la communion précoce et celle des laïcs à la communion fréquente. Mort en 1914, il est canonisé en 1954 par Pie XII. Quarante ans au moins, c’est le délai qu’il faudra pour les deux papes du Concile, Jean XXIII en 2014 et Paul VI en 2018. La canonisation de Jean-Paul II, huit ans après sa mort, a effectivement transgressé toutes les normes, mêmes nouvelles.

15Sont toutefois demeurés au stade de bienheureux Pie IX et Jean-Paul Ier, pape qui ne régna que quelques mois. L’introduction du procès de Pie XII en 1966 ne put aboutir. Si, le 19 décembre 2009, Benoît XVI signa le décret reconnaissant l’héroïcité de ses vertus, il laissa entendre aussi que sa béatification ne pourrait se faire qu’après l’examen de ses archives : son silence vis-à-vis de la Shoah demeurait un véritable obstacle. Devant cette énumération, on en vient à se demander ce que Léon XIII, Benoît XV et Pie XI, papes tous plutôt honorables et pourtant laissés sur le bord du chemin, ont fait de si grave pour que leur procès ne fût point ouvert. La réponse suggérée, peu probante, est que l’on canonise un pape pour ses vertus privées. Mais comment, pour le chef de la catholicité, faire le départ du privé et du public sinon en « privatisant » les vertus dites cardinales de prudence, de tempérance, de force d’âme et de justice qui justement s’appliquent aussi au comportement public ? On peut voir dans la canonisation des trois derniers papes la volonté de célébrer un Concile (Vatican II) dont les effets furent immédiatement contestés en reconnaissant les trois interprétations successives que ces papes ont voulu lui donner.

16Cette volonté de porter sur les autels des papes récents – tous italiens sauf Jean-Paul II –, conduit aussi à renforcer un phénomène géographique peu connu, qui mérite pourtant attention, la part prépondérante de l’Italie dans les canonisations de la fin du xxe siècle. Si l’on écarte les martyrs collectifs élevés à la sainteté en larges regroupements géographiques au bénéfice de chrétientés lointaines, les nouveaux saints de Jean-Paul II (1978-2005) sont largement italiens. Certes on n’est guère surpris de voir la Pologne se hisser soudain au troisième rang (plus de 10 %), après l’Espagne, mais avant la France. Toutefois l’Italie – entre 35 et 40 % – caracole nettement en tête, grâce à la canonisation de fondateurs et fondatrices de multiples congrégations et aussi de par la volonté nouvelle de donner des laïcs en exemple, hommes et femmes.

Retour à l’histoire : Pie XI et la sainteté française

  • 3 Les béatifications collectives (martyrs) sont ramenées à l’unité (par exemple les 191 martyrs de s (...)

17Données structurelles ou conjoncturelles ? Les béatifications et canonisations opérées par Pie XI (1922-1939) feraient plutôt pencher pour la seconde interprétation. En effet c’est la France anticléricale qui se hisse alors au premier rang, aboutissement de l’afflux d’une nouvelle sainteté française, repérée dès 1921 par Benoît XV : celui-ci, à l’occasion de la proclamation des vertus héroïques de Thérèse de Lisieux, en 1921, reprenait le qualificatif élogieux de « mère des saints » déjà utilisé par lui un mois plus tôt pour une autre cause française (Langlois, 2015 : 362). Sous Pie XI la prééminence de la sainteté française est patente. Elle oscille entre 38 % pour les canonisations et 45 % pour les béatifications3. Et que dire du bilan de l’année sainte 1925, celle aussi des premières béatifications et canonisations du nouveau pape ? Huit bénéficiaires français sur dix.

10 mai B[éatification] 32 martyres d’Orange/Bollène.
17 mai C[anonisation] Thérèse de Lisieux.
24 mai C Madeleine Sophie Barat.
Idem C Marie-Madeleine Postel.
31 mai C Jean-Marie Vianney.
Idem C Jean Eudes.
14 juin B Bernadette Soubirous.
21 juin B Huit martyrs [jésuites] canadiens dont Jean de Brébeuf.

18On ne peut certes écarter la conjoncture politique : le 18 janvier 1924, Pie XI avait publié l’encyclique Maximam gravissimamque qui, après le récent rétablissement des relations diplomatiques avec l’État français, réglait la crise ouverte par la Séparation, en reconnaissant les associations diocésaines en place des associations cultuelles, condamnées par Pie X. Mais l’attention portée à chaque cas montre surtout le singulier aboutissement de temporalités très inégales.

19Pour la première, des martyrs de la Révolution française, il faut prendre quelque recul. Durant la seconde moitié du xixe siècle, Pie IX et Léon XIII ont rappelé, par des béatifications le plus souvent collectives, que le catholicisme s’implante ou se renouvelle par le sang des martyrs. Et ce qui a valu pour l’Église de la Contre-Réforme vaut aussi pour celle du xixe siècle où la France a remplacé le Portugal et l’Espagne dans la formation et l’envoi des prêtres en mission. C’est ainsi que sont béatifiés en 1889 Jean-Gabriel Perboyre, missionnaire en Chine tué en 1840, et Pierre Louis Marie Chanel, assassiné en Océanie en 1841 ; en 1900, encore Auguste Chapdelaine, tué en Chine en 1856 ; en 1909 enfin, Théophane Vénard, jeune prêtre, exécuté en 1861 à Hanoï.

Centenaire de la Révolution française et reconnaissance romaine de ses martyrs

20Toutefois la célébration du Centenaire de la Révolution par les républicains enfin au pouvoir va changer la donne. Si des listes de martyrs de la Révolution ont été établies au lendemain de la Terreur, la papauté avait fait savoir dès 1820 à la duchesse d’Angoulême, la fille de Louis XVI, qu’il n’était pas question de considérer son père comme un martyr (Boutry, 1990), et les demandes réitérées au cours du xixe siècle resteront vaines (Chopelin, 2019). Au lendemain de la Commune, si les jésuites envisagèrent un moment d’ouvrir la cause des leurs, exécutés, rien n’aboutit tant pour les victimes séculières (dont Mgr Darboy, archevêque de Paris) que régulières avant… 2021.

  • 4 Décret de béatification du 1er octobre 1926 : « L’âme est émue d’horreur au souvenir des inexprima (...)

21En fait c’est par les carmélites de Compiègne (Langlois, 2023) que la cause des martyrs de la Révolution fut ouverte. Il était en effet aisé d’identifier les personnes et les raisons de leur mise à mort ; le choix d’un efficace vice-postulateur fit le reste. Dès 1896, Mgr de Teil est saisi du dossier, le procès diocésain est immédiatement ouvert (1897-1899) ; en 1902, Mgr Verde, l’avocat du diable de la Congrégation des Rites, avertit ses membres : « C’est une noble et splendide cause qui est proposée à votre jugement éclairé, mais elle est aussi très grave. Pour la première fois, vous êtes appelés à décider si la Révolution française, parmi tant de victimes, en a frappé qui puissent être véritablement appelées martyrs de l’Église du Christ. ». C’était au lendemain de la loi de 1901, vivement hostile aux congrégations religieuses. La béatification des carmélites aura lieu en 1906, quelques mois à peine après le vote de la loi de Séparation des Églises et de l’État, qui est aussitôt condamnée par Pie X. Et la béatification de Jeanne d’Arc en 1909 sera encore l’occasion, toujours pour Pie X, d’évoquer les méfaits de la Révolution… et les bienfaits du concordat signé par Bonaparte. La guerre terminée, sont béatifiées en 1920, comme martyres de la Révolution, quatre filles de la charité d’Arras et onze ursulines de Valenciennes. Les 32 martyres d’Orange, on l’a vu, ouvraient la voie aux célébrations françaises de 1925. Et en 1926 sont enfin béatifiés, en compagnie de Noël Pinot, les 191 martyrs de septembre 1792, dont le procès s’était ouvert en 1901. La béatification desdits martyrs s’accompagnait d’une vive condamnation de l’idéologie révolutionnaire, ce qui entraina une discrète réaction de l’ambassadeur de France auprès du Saint-Siège4.

  • 5 Les deux autres étaient Monge et Condorcet.

22Si le deuxième centenaire de la Révolution conduisit Jean-Paul II à marquer un changement d’attitude vis-à-vis de la Révolution en reconnaissant comme chrétienne la devise « Liberté, égalité, fraternité », il avait antérieurement, en 1984, fait aboutir la béatification des 100 martyrs d’Angers qui faisaient le pendant des martyrs de septembre. Il fit encore béatifier en 1995 84 martyrs des Pontons de Rochefort. De son côté, le Président Mitterrand avait inclus l’abbé Grégoire dans la panthéonisation en 1989 de trois figures de la Révolution5. Celui-ci avait certes des titres séculiers à faire valoir – émancipation des juifs, abolition de l’esclavage, protection du patrimoine artistique – mais il avait prêté le serment de 1790, s’était fait élire évêque constitutionnel de Blois, avait certes été fidèle à son sacerdoce pendant la Terreur, mais avait été le restaurateur de ladite Église que Rome considérait toujours comme schismatique. Le cardinal Lustiger, dont on savait la proximité avec Jean-Paul II, invité à la cérémonie, déclina fermement. Et le cercle desdits martyrs sera refermé quand les carmélites de Compiègne, à la demande de l’épiscopat français, seront incessamment canonisées…

La France « mères des saints »

23La première canonisation française de 1925 fut celle de Thérèse de l’Enfant-Jésus : elle témoigne de l’irruption d’un modèle de sainteté adapté aux besoins d’un nouveau siècle. Morte en 1897, son procès avait été ouvert en 1910. Dès 1908, le carmel de Lisieux, en relançant les publications de l’Histoire d’une âme qui, depuis 1898, avait révélé la vie de Thérèse de l’Enfant Jésus, inclut des récits de miracles renouvelés chaque année et désigne explicitement sa petite voie pour tous comme celle de l’Enfance spirituelle. Le carmel multiplie aussi les publications d’ouvrages et brochures à sa louange. Tous les papes, de Pie X à Pie XI en passant par Benoît XV, seront favorables à sa cause, balayant les délais de règle. Thérèse a été béatifiée en 1923, canonisée en 1925, avec le curé d’Ars. Pie XI peut alors donner en exemple les deux plus éminents représentants de la nouvelle sainteté française, en déclarant en 1927 Thérèse co-patronne des missions et en proposant deux ans plus tard le curé d’Ars comme patron de tous les curés de la catholicité.

24Toutefois Jean-Marie Vianney (1786-1859) ne bénéficia pas de pareils passe-droits que Thérèse. Son procès avait été tôt instruit (1863), mais il ne fut béatifié qu’en 1905, et canonisé, on l’a vu, vingt ans plus tard. Il est, à ce titre, le représentant le plus éminent d’une sainteté nouvelle qui éclot en France dans les décennies qui suivent la Révolution. Celle-ci est en outre largement féminine, comme le montre la béatification en 1925 de Bernadette Soubirous, la voyante de Lourdes, canonisée en 1933, et surtout les canonisations de deux fondatrices de congrégations enseignantes : Madeleine-Sophie Barat, pour les prestigieuses Dames du Sacré-Cœur, et Marie-Madeleine Postel, pour une plus modeste congrégation d’institutrices du nord de la Manche. Ces deux canonisations rappelaient aussi que la législation anti-congréganiste sévissait toujours en France. Quant à la béatification des martyrs jésuites du Canada, elle s’inscrit dans le souvenir toujours vivace des premières missions du Nouveau Monde, tandis que la canonisation de Jean Eudes reconnaissait la qualité du fondateur d’une communauté de prêtres du xviie siècle ; celle-ci avait été retardée par sa proximité, longtemps jugée sulfureuse, avec la mystique Marie des Vallées.

25Parmi les autres canonisations de Pie XI, on trouve encore le jésuite hollandais, Pierre Canisius (1521-1597), l’homme du Grand catéchisme rédigé au lendemain de la Réforme catholique, canonisé en 1925 pour permettre son immédiate reconnaissance comme docteur de l’Église. Deux autres canonisations, en 1931 eurent le même but, la reconnaissance de deux nouveaux docteurs : Albert le Grand, qui avait été béatifié dès 1622 et le jésuite italien Robert Bellarmin (1542-1621), l’un et l’autre des hommes savants et conseillers des papes. À ces trois canonisations à des fins de doctorat, il faut ajouter un quatrième bénéficiaire, Jean de la Croix, proclamé aussi docteur de l’Église en 1926, deux cents ans après sa canonisation. Ces choix montrent bien les références théologiques de Pie XI, son attention aussi aux grands ordres enseignants. Ils font mieux comprendre que ce pape ne souhaitait pas, comme le jésuite français, Paul Desbuquois en fit la demande publique en 1933, entendre parler d’un doctorat féminin pour Thérèse de l’Enfant-Jésus. Obstat sexus, son statut de femme, fit-il savoir, s’y opposait.

Ultimes interrogations

26Que retenir de ce qui, au départ, n’était qu’une révolte, longuement mûrie, d’un consulteur, Conrad De Meester, dont on n’avait pas suivi les critiques portées contre une candidate à la sainteté, Marthe Robin ? Les interventions différentes de Bernard Peyrous, ancien promoteur de la cause, et du spécialiste Joachim Bouflet, ont permis de recentrer la réflexion sur la crise de la fabrication des saints qui n’a pas fait l’objet, pour la période contemporaine, de réflexions d’ensemble et sur une pratique du secret devenue de plus en plus insupportable.

27On a parlé, pour Thérèse de Lisieux et autrement pour Jean-Paul II, d’une vox populi vite reconnue comme vox Dei. Comme historien, j’ai montré, pour Thérèse, l’efficacité des groupes de pression, le carmel de Lisieux avant tout (Langlois, 2018). Mais celle-ci répondait aussi au besoin nouveau d’un modèle de sainteté accessible à tous, à toutes plus encore. Les modifications intervenues dans les procès de canonisation, voilà quelques décennies, ont conservé trois points fondamentaux, la pratique d’un secret multiforme, la quête de l’héroïcité des vertus, et l’intervention d’un miracle pour toute béatification et canonisation, en dehors des martyrs. Qu’ont en commun les vénérables Marthe Robin, Madeleine Delbrêl et Louise de France ? De porter un titre dont personne ne sait le sens, mais qui est attribué depuis quelques décennies à celles et ceux dont l’héroïcité des vertus a été reconnue et qui attendent l’ultime reconnaissance d’un miracle dont les critères d’appréciation, toujours par la Congrégation de la cause des saints, demeurent problématiques. Si les papes font les saints, l’Église catholique n’entend pas rompre avec une perspective qui veut que, les saints étant un don de Dieu, le miracle en soit le signe indispensable.

28Mais qu’est-ce qu’un miracle ? Les exégètes, au temps de Loisy, s’interrogeaient déjà sur ceux de Jésus. On peut le faire présentement sur ceux qui font les saints. Et qu’est-ce aussi qu’une vertu héroïque ? On sera surpris peut-être de savoir que la cause de Thérèse de l’Enfant-Jésus a failli se fracasser sur cette ultime question que Benoît XV a résolue en mettant en avant le contre-modèle de l’Enfance spirituelle. C’était en 1921, voilà plus d’un siècle. Et l’on quête toujours l’héroïcité des vertus des prétendants et prétendantes à la sainteté canonisée. Mais les héros, depuis longtemps, sont fatigués.

Haut de page

Bibliographie

Aubin-Boltanski Emma, 2018, Le corps de la Passion, Expériences religieuses et politiques d’une mystique au Liban, Paris, Éditions de l’EHESS.

Bouflet Joachim, 2021, Marthe Robin, le verdict, Paris, Éditions du Cerf.

Bouthillon Fabrice, 1990, « Comment on écrit l’histoire sainte », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 74, p. 537-565.

Boutry Philippe, 1990, « “Le Roi martyr”. La cause de Louis XVI devant la Cour de Rome (1820) », Revue d’histoire de L’Église de France, 76, p. 57-71.

Chopelin Paul, 2019, « Un régicide contre Dieu ? Les tentatives de béatification de Louis XVI après le refus romain de 1820 », in P. Chopelin, S. Édouard (dir.), Le saint des princes. Cultes et mémoires des souverains suppliciés (xvie-xxie siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 281-295.

De Meester Conrad, 1969, Dynamique de la confiance. Genèse et structure de la voie d’enfance spirituelle chez sainte Thérèse de Lisieux, Paris, Éditions du Cerf.

De Meester Conrad, 2006, Élisabeth de la Trinité, biographie, Paris, Presses de la Renaissance.

De Meester Conrad, 2020, La fraude mystique de Marthe Robin. Dieu saura écrire droit sur des lignes courbes, préface du frère P. De Bois, Éditions du Cerf.

Élisabeth de la Trinité, 1979-1980, J’ai trouvé Dieu. Œuvres complètes, édition en trois volumes réalisée, présentée, annotée par C. De Meester, Paris, Éditions du Cerf.

Langlois Claude, 2015, Les premiers Thérésiens. De l’Histoire d’une âme (1898) à la canonisation de Thérèse de l’Enfant-Jésus (1925), Paris, Honoré Champion.

Langlois Claude, 2017, « “L’émergence d’une nouvelle mystique féminine au début du xxe siècle”, in G. Losito, C. J. T. Talar (dir.), Modernisme, mystique, mysticisme, Paris, Honoré Champion, p. 121-140.

Langlois Claude, 2018, Thérèse à plusieurs mains. L’entreprise éditoriale de “l’Histoire d’une âme” (1898-1955), Paris, Honoré Champion.

Langlois Claude, 2023, “Les carmélites de Compiègne et Thérèse de Lisieux, histoires mêlées”, in Julien Serey (dir.), Témoins de la paix. Les bienheureuses carmélites de Compiègne et Sainte-Thérèse de Lisieux, Beauvais, Édition des Célestins, p. 31-46.

Maître Jacques, 1997, Mystique et féminité. Essai de psychanalyse sociohistorique, Paris, Éditions du Cerf.

Peyrous Bernard, 2021, Le vrai visage de Marthe Robin. Histoire d’un procès de canonisation, Paris, CLD éditions.

Rémond René, 1992, “Introduction”, in M. Poisson, V. Mesny, J. de Wismes (dir.), 1792. Les Massacres de septembre. Les carmes, l’Abbaye, Saint-Firmin, catalogue de l’exposition tenue à la Mairie du vie arrondissement, Paris, Association du souvenir des martyrs.

Schwob René, 1930, La légende dorée au-delà des mers, Paris, Grasset.

Vignon Pierre, 2021, Marthe Robin en vérité, Paris, Artège.

Haut de page

Notes

2 Op. cit., p. 211-235.

3 Les béatifications collectives (martyrs) sont ramenées à l’unité (par exemple les 191 martyrs de septembre).

4 Décret de béatification du 1er octobre 1926 : « L’âme est émue d’horreur au souvenir des inexprimables spectacles de cruauté et de barbarie qu’exhibèrent pendant la Révolution française des hommes impies et scélérats, à peine dignes du nom d’hommes ». Ces amabilités entrainent la réaction du ministre des Affaires étrangères, transmise par l’ambassadeur près du Saint-Siège à la Secrétairerie d’État : « La Révolution française n’est pas une terrible et misérable sédition ; le fut-elle, il y avait encore lieu d’en parler avec précaution et ménagement parce qu’elle est un événement considérable de l’histoire de la France et de l’histoire du monde » (dépêche du 27 novembre 1926, Rémond, 1992).

5 Les deux autres étaient Monge et Condorcet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Langlois, « La fabrique des saints à l’épreuve en catholicisme », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 127-138.

Référence électronique

Claude Langlois, « La fabrique des saints à l’épreuve en catholicisme », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73179 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73179

Haut de page

Auteur

Claude Langlois

EPHE, PSL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search