Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusVéronique Altglas, Religion and C...

Comptes rendus

Véronique Altglas, Religion and Conflict in Northern Ireland. What Does Religion Do?

Cham, Palgrave Macmillan, 2022, 138 p.
Benjamin Dubrulle
p. 146-148
Référence(s) :

Véronique Altglas, Religion and Conflict in Northern Ireland. What Does Religion Do?, Cham, Palgrave Macmillan, 2022, 138 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Véronique Altglas propose un état de la littérature existante sur le rôle de la religion dans le conflit entre populations catholiques et protestantes en Irlande du Nord. Elle pose une question en apparence simple : « what does religion do ? » (p. 3). Pour y répondre, l’autrice se fixe deux objectifs : d’une part, proposer une critique de cette littérature et notamment de la manière dont le religieux a été théorisé. D’autre part, dépasser le contexte nord-irlandais pour définir les grandes lignes de ce qu’elle nomme une sociologie « critique » des religions. L’ouvrage a donc une ambition programmatique, et poursuit les analyses critiques antérieures que l’autrice avait développées avec le sociologue Matthew Wood. Il s’agit de s’éloigner d’approches sociologiques qualifiées de radicalement subjectivistes (p. 6), dans lesquelles le religieux serait analysé uniquement à travers le discours et les croyances des enquêtés. Altglas appelle à s’intéresser davantage aux pratiques, aux interactions et aux structures sociales. Il est à noter que son argumentaire se fonde exclusivement sur la littérature existante concernant la société nord-irlandaise et ne propose donc aucun matériau ethnographique nouveau. L’ouvrage n’en représente pas moins un exercice pertinent de prise de recul, à un moment où le pays traverse une période de profonde instabilité politique. En effet, l’établissement d’un contrôle douanier avec la Grande-Bretagne à la suite du Brexit a provoqué de violentes émeutes, alors même que la population protestante ne représente plus une majorité démographique – selon le recensement national de 2021 – et que le parti républicain Sinn Féin, militant pour la réunification de l’Irlande, a connu un récent succès électoral.

2C’est tout d’abord l’idée récurrente que l’Irlande du Nord serait un contexte social et politique unique et figé dans le temps qui est remise en cause par l’autrice. Pour éviter ce qu’elle nomme un « réductionnisme historique », Altglas qualifie les éléments de cadrage historique qu’elle propose de purement descriptifs (chapitre 2), refusant d’en faire une étiologie du conflit nord-irlandais contemporain. Elle souligne la diversité interne des communautés catholiques et protestantes contemporaines – en ce qui concerne les classes sociales, les dénominations religieuses, les positionnements politiques –, un récent phénomène de sécularisation et l’émergence de nouveaux courants religieux, due en partie à l’immigration et à l’ouverture des frontières européennes. Autant de données récentes qui invitent à ne pas penser un conflit figé entre deux blocs homogènes, dont les intérêts convergeraient en interne.

3De nombreux travaux sociologiques expliquent les asymétries socio-économiques entre catholiques et protestants par des différences d’ordre théologique, analyses que critique Altglas tout au long de l’ouvrage – notamment celles des sociologues John Hickey et John Fulton, qui connaissent une postérité importante. Hickey voit dans l’Église catholique une institution autoritaire, qui influencerait les croyants en les engageant dans un projet politique d’absorption du protestantisme. C’est ce contexte qui expliquerait la réaction violente des populations protestantes considérées par Hickey comme plus libérales. Altglas souligne les faiblesses d’une telle théorisation, qui tend à essentialiser ces deux populations, en rappelant qu’il n’existe aucune corrélation directe et systématique entre religion et régime politique. Elle évoque les nombreux contextes nationaux où la coexistence de populations protestantes et catholiques ne génère pas de conflits, soulignant au passage la pertinence d’études comparatistes entre différents pays – sans pour autant discuter plus précisément de cette littérature (chapitre 3).

4C’est également à la question de la position sociale des chercheurs et, dans une certaine mesure, leur posture partisane, que l’autrice s’intéresse (chapitre 5). Selon elle, ce type d’analyse tend à confondre discours émique et étique, en s’alignant notamment sur le discours des militants loyalistes qui présupposent une menace catholique. Altglas propose ainsi une réflexion sur la politisation des sciences sociales en Irlande du Nord, reconnaissant la difficulté de produire des connaissances dans un tel contexte. L’autrice s’appuie notamment sur les travaux de Jyrki Ruohomäki et de John McGarry et Brendan O’Leary concernant les analyses marxistes du conflit. Ces analyses se déploient selon des lignes partisanes : d’un côté, une ligne unioniste pour la défense des populations protestantes, dans ce que ces auteurs nomment un « marxisme orange », et de l’autre, une ligne républicaine visant la réunification de l’Irlande à travers un « marxisme vert » (chapitre 5). Des sociologues des religions tels que Steve Bruce et Claire Mitchell se sont également montrés critiques face à ces analyses engagées, qui tendent à traiter la religion de manière superficielle, en en faisant le vernis d’une lutte des classes.

5Tout en s’éloignant de ces analyses marxistes qu’elle juge réductrices, Altglas souligne l’importance de prendre en compte le rôle du religieux dans la reproduction des inégalités sociales. L’existence des discriminations – concernant l’accès à l’emploi, à l’habitat, à la représentation politique – subies par les populations catholiques est elle-même sujette à controverse, certains chercheurs n’hésitant pas à attribuer à l’éthique protestante les avantages socio-économiques dont bénéficient historiquement les populations protestantes (chapitre 5). C’est pourquoi Altglas se concentre sur la notion de sectarisme, principalement analysée sous la forme d’attitudes anticatholiques. L’autrice s’appuie sur une vignette ethnographique (p. 68) de la sociologue Claire Mitchell, où un enquêté explique ne pas être intéressé par la politique et ne pas supporter les personnes très religieuses, tout en continuant à s’identifier lui-même comme catholique. Pour Véronique Altglas, un tel discours invite à penser l’identité religieuse en tant qu’assignation, source de stigmatisation et de discrimination.

6Il s’agit donc, pour l’autrice, d’analyser le rôle des identités religieuses comme sources de distinction sociale, dans la reproduction des inégalités, la distribution du pouvoir et des ressources socio-économiques en Irlande du Nord. Altglas rejoint l’analyse du sociologue Desmond Bell qui propose de s’intéresser à l’imbrication de rapports de classe, d’ethnicité et d’appartenance religieuse pour analyser le sectarisme. On peut d’ailleurs regretter l’absence de dialogue avec les recherches contemporaines portant sur l’articulation entre processus d’ethnicisation et processus de confessionnalisation dans d’autres contextes – par exemple, les ouvrages Appartenances in-désirables. Le religieux au prisme de l’ethnicisation et de la racialisation (Tersigni, Vincent-Mory et Willems, 2019) ou Black and Ethnic Leaderships. The Cultural Dimension of Political Action (Werbner et Anwar, 1991). Concernant l’Irlande du Nord, on dispose d’études montrant comment la hiérarchisation de deux identités ethnoreligieuses a longtemps permis aux élites protestantes de préserver l’ordre social existant, en réservant aux populations ouvrières protestantes un accès privilégié aux ressources socio-économiques. Cependant, à partir des années 1960, le déclin économique et politique des populations ouvrières protestantes a joué un rôle dans la crise de l’unionisme et la montée des violences (chapitre 4). Les populations ouvrières protestantes ont alors massivement soutenu les discours sectaires du pasteur Ian Paisley, opposé à un unionisme libéral et ouvert incarné à l’époque par le Premier ministre Terence O’Neill.

7L’ouvrage, dans son ensemble, restitue de façon particulièrement claire les enjeux du conflit et les débats épistémologiques qu’il suscite. On peut regretter que la méthode utilisée pour circonscrire le corpus de textes soumis à la critique ne soit pas précisée. Ce dernier contient des œuvres exclusivement anglophones, centrées sur l’étude des faits religieux et de leur rôle dans le conflit en Irlande du Nord. La critique que propose Véronique Altglas d’une sociologie des religions parfois aveugle aux rapports sociaux repose cependant sur une compréhension des frontières disciplinaires très rigide, qui informe la sélection des ouvrages et des chapitres discutés. On peut prendre l’exemple du traitement des ethnographies des défilés orangistes. Il s’agit d’une série de défilés annuels organisés par l’Ordre d’Orange – confrérie protestante et unioniste – entre avril et septembre à travers le pays. Ces défilés, commémorant la victoire du roi protestant Guillaume d’Orange en 1690, sont l’objet d’importantes controverses publiques tant ils réactivent les tensions intercommunautaires. Véronique Altglas considère les ethnographies existantes de ces défilés comme des études extérieures à la sociologie des religions – parce que la religion n’est pas leur principal objet d’étude – mais parvenant à saisir plus finement la place du religieux dans les rapports sociaux que les sociologues des religions eux-mêmes (p. 77). Il y a ici un enjeu méthodologique important qui appelle à penser de façon plus interdisciplinaire. Prenons l’exemple de l’enquête de Marion Sarrouy parue en 2018 dans la revue Terrains/Théories sous le titre « Processus de neutralisation, pratique de distinction : en musique et en marche, les fanfares protestantes d’Irlande du Nord ». Voulant étudier les conséquences genrées du conflit en Irlande du Nord, la sociologue se retrouve face à des enquêtés silencieux, peu habitués à parler d’eux-mêmes. Pour contourner cette difficulté méthodologique, elle décide d’ethnographier les fanfares protestantes qui défilent pour l’Ordre d’Orange. Tout en l’éloignant de son objet d’étude originel, ce choix lui permet d’analyser finement les rapports sociaux qui se jouent au sein des fanfares, car ce contexte libère le discours : les enquêtés de Sarrouy ne parlent pas d’eux-mêmes, mais ils parlent de musique. En produisant un discours sur la musique, ils évoquent leurs pratiques, leurs socialisations, leurs émotions. Le caractère particulièrement heuristique que Altglas prête à ce type d’ethnographie appelle ainsi une réflexion sur les dispositifs d’enquête, ici obstruée par une classification trop rigide de la littérature existante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Dubrulle, « Véronique Altglas, Religion and Conflict in Northern Ireland. What Does Religion Do? », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 146-148.

Référence électronique

Benjamin Dubrulle, « Véronique Altglas, Religion and Conflict in Northern Ireland. What Does Religion Do? », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73276 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73276

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search