Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusManuel Bastias Saavedra (dir.), N...

Comptes rendus

Manuel Bastias Saavedra (dir.), Norms beyond Empire. Law-making and Local Normativities in Iberian Asia, 1500-1800

Leyde/Boston, Brill, 2022, 355 p.
Hélène Vu Thanh
p. 155-157
Référence(s) :

Manuel Bastias Saavedra (dir.), Norms beyond Empire. Law-making and Local Normativities in Iberian Asia, 1500-1800, Leyde/Boston, Brill, 2022, 355 p.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Manuel Bastias Saavedra s’intéresse aux relations entre le droit et les empires. Bastias Saavedra considère que la plupart des travaux portant sur le droit dans les terrains coloniaux adoptent une perspective encore trop européocentrique en mettant l’accent sur la façon dont les empires européens ont gouverné leurs colonies ou sur la manière dont les lois européennes ont été modifiées à la suite de l’expérience coloniale. Il propose donc un double décentrement du regard sur les liens entre droit et empire. D’une part, il adopte la perspective de territoires asiatiques se situant dans l’orbite des empires ibériques sans pour autant être colonisés, à l’instar de la Chine ou du Japon. D’autre part, il met en avant le concept de normativités plutôt que celui de lois, analysant la façon dont les normes s’adaptent à de nouvelles conditions et comment les communautés locales naviguent entre différents cadres normatifs. L’accent est davantage mis sur l’échelle locale, même si l’horizon global n’est pas absent : il s’agit plutôt de souligner la coexistence et l’interaction de différents cadres normatifs à diverses échelles. L’ambition est de montrer comment les normes locales ont été centrales dans le processus de création du droit dans les empires ibériques en Asie. Ceci implique d’intégrer dans l’analyse différentes traditions de documents normatifs, et pas seulement les lois impériales, et d’interroger la façon dont ces textes interagissent.

2Dans le chapitre 1, qui fait en réalité office d’introduction à l’ouvrage et de bilan historiographique, Manuel Bastias Saavedra revient sur la distinction entre lois et normes, mais aussi entre normes et pratiques, soulignant son souhait d’étudier la façon dont les normes sont construites dans les empires ibériques en Asie à l’époque moderne. Ce choix de concentrer l’analyse sur des territoires allant de l’Inde jusqu’à la Chine, en passant par les Philippines et le Japon, est justifié par la complexité géopolitique de la région, l’articulation des intérêts séculiers et religieux et la combinaison d’entreprises formelles et informelles d’expansion qui fournissent un arrière-plan jugé idéal à l’étude de la production des normes et de leurs changements. Ces conditions singulières créent en effet un besoin intense de régulation. Les études de cas qui suivent visent ainsi à comprendre comment le droit a été construit à travers les interactions de différents systèmes normatifs au cours des siècles.

3Dans le chapitre 2, Ângela Barreto Xavier analyse l’influence des traités brahmaniques sur les coutumes des villages de la région de Goa avant l’arrivée des Portugais et leur intégration par les Portugais dans le droit impérial en construction, particulièrement en ce qui concerne les questions liées aux héritages et à la vente des terres.

4Dans le chapitre 3, Abisai Perez Zamarripa montre la transformation par la Couronne espagnole des populations natives des Philippines en vassales à travers le concept théologique et juridique de l’amitié, et comment la Couronne a administré la justice tout en reconnaissant la juridiction des élites natives. Le chapitre souligne ainsi que l’administration coloniale aux Philippines s’est construite sur les normes locales en intégrant des coutumes et des institutions préhispaniques.

5Dans le chapitre 4, Patricia Souza de Faria s’intéresse à la production de normes par les conciles provinciaux de Goa qui tentent de réguler les relations entre chrétiens et non-chrétiens, tout en promouvant la conversion de populations locales très diverses. Ces normes sont cependant impossibles à mettre en application sans l’appui d’autres agents comme le vice-roi, ou d’autres institutions comme l’Inquisition.

6Le chapitre 5, rédigé par Marya Svetlana T. Camacho, opère un retour sur le terrain des Philippines en examinant les pratiques du bugay et du bigay-kaya (dot payée à la famille de la mariée) qui sont demeurées des institutions fondamentales dans les mariages entre natifs, même après la conversion. L’auteure défend l’idée selon laquelle les natifs ont réussi à préserver à travers les siècles ces normes locales, qui ont fini par être intégrées au sein de l’ordre matrimonial colonial.

7Le chapitre 6, écrit par Luisa Stella de Oliveira Coutinho Silva, poursuit la réflexion autour du mariage en comparant les documentations européenne (produite essentiellement par les jésuites) et japonaise sur cette question pour le xvie siècle. Par cette méthode, l’auteure entend restituer une image plus complexe de l’entrelacement des normes pendant le « siècle chrétien du Japon ».

8Dans le chapitre 7, Miguel Rodrigues Lourenço analyse la construction par l’Inquisition de Goa d’un vocabulaire spécifique pour désigner les transgressions religieuses. Il existait déjà une longue tradition de catégories pour désigner et punir les offenses religieuses comme l’idolâtrie, l’hérésie, la superstition. Elle en vint à créer le terme de gentilidade pour le cas des convertis de la région de Goa (désignés sous le terme de cristãos da terra) qui revenaient à leurs anciennes pratiques, comme celle de se déchausser à l’entrée d’un temple ou de se laver le corps « à la manière des Infidèles ».

9Rômulo da Silva Ehalt étudie dans le chapitre 8 le rôle de la casuistique missionnaire au temps des persécutions au Japon dans la première moitié du xviie siècle. Les chrétiens japonais pouvaient-ils mentir au sujet de leur foi pour sauver leur vie et protéger leurs coreligionnaires ? Les réponses à cette interrogation montrent que la casuistique est une science dynamique, construite à partir des problèmes soulevés sur les terrains missionnaires, dans des espaces éloignés de la domination impériale. Elle est également un moyen pour les théologiens de négocier avec les autorités ecclésiastiques la validité des décisions prises par les missionnaires sur le terrain.

10Les chapitres 9 et 10 prennent quant à eux la Chine pour terrain d’étude. Marina Torres Trimállez montre comment, malgré une décision du pape – contraire aux préceptes tridentins – autorisant le port d’un couvre-chef pendant la messe et la confession, les missionnaires n’ont jamais cessé de s’interroger sur la validité de cette pratique. Ces discussions prennent appui sur différentes sources normatives, allant de l’expérience à la théologie morale, en passant par la loi divine et la loi naturelle.

11Enfin, Fupeng Li clôture le volume en analysant les calendriers impériaux produits à la fin de la dynastie des Ming et au début de la dynastie des Qing. Fupeng Li les redéfinit comme des « manuels de rituels », combinant les connaissances astronomiques des jésuites avec la numérologie traditionnelle chinoise ainsi que la philosophie taoïste et confucéenne, dans le but était de construire un ordre rituel opérant la synthèse entre l’ordre naturel, l’ordre de l’empire et l’organisation de la vie quotidienne.

12Cet ouvrage vient apporter un éclairage original sur l’histoire des empires ibériques en Asie en adoptant le prisme de l’histoire du droit et surtout des normes, qu’elles soient sociales, morales, culturelles ou encore religieuses. Loin de proposer une histoire politique et institutionnelle des empires, les auteurs mettent en lumière les pratiques et les comportements comme expressions explicites ou implicites d’une normativité. L’accent mis sur l’échelle locale permet de contextualiser précisément chaque étude de cas, de souligner la diversité des situations au sein des empires ibériques et d’analyser les différentes normativités qui s’entrecroisent. Bon nombre de contributions portent sur les normes religieuses, notamment au sein des terres de mission, où l’évangélisation a accompagné le développement des empires ibériques. Ces aspects légaux et normatifs sont cependant peu étudiés dans l’historiographie consacrée aux missions religieuses et cet ouvrage fournit un éclairage complémentaire sur la casuistique ou la théologie morale appliquée aux terrains missionnaires, en revisitant des problématiques traditionnelles comme le dialogue entre les missionnaires et les autorités politiques et ecclésiastiques, ou encore la querelle des rites en Chine. Tout en regrettant que les responsables de la publication n’aient pas cherché à regrouper de manière thématique les différentes contributions qui se succèdent dans le livre, on espère que cette réflexion collective se poursuivra dans les années à venir par une comparaison entre terrains américains et asiatiques au sein des empires ibériques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Vu Thanh, « Manuel Bastias Saavedra (dir.), Norms beyond Empire. Law-making and Local Normativities in Iberian Asia, 1500-1800 », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 155-157.

Référence électronique

Hélène Vu Thanh, « Manuel Bastias Saavedra (dir.), Norms beyond Empire. Law-making and Local Normativities in Iberian Asia, 1500-1800 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73306 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73306

Haut de page

Auteur

Hélène Vu Thanh

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search