Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusCindy Biesse, Sauveteuses. Les fe...

Comptes rendus

Cindy Biesse, Sauveteuses. Les femmes et le sauvetage des Juifs dans la région Rhône-Alpes

Maisons-Laffite, Éditions Ampelos, 2023, 284 p.
Bernard Delpal
p. 158-160
Référence(s) :

Cindy Biesse, Sauveteuses. Les femmes et le sauvetage des Juifs dans la région Rhône-Alpes, Maisons-Laffite, Éditions Ampelos, 2023, 284 p.

Texte intégral

1Parce que la guerre est réputée être une affaire d’hommes, l’historiographie a longtemps négligé le rôle et la place des femmes au cours de la Seconde Guerre mondiale en France, notamment dans la Résistance comme le souligne Cindy Biesse dans l’introduction de cette étude. Certes, les femmes qui ont pris part à la résistance armée constituent une minorité à l’intérieur des mouvements organisés (entre 12 et 15 % y ont été reconnues comme combattantes volontaires de la Résistance), la majorité ayant en effet été assignée à des tâches d’assistance, excluant le maniement des armes. La volonté de Biesse de combler cette méconnaissance dans l’historiographie de la période a donné lieu à la rédaction d’une thèse soutenue en 2015 (Les Justes parmi les Nations de la région Rhône-Alpes : étude prosopographique, université Lyon 3 – Jean-Moulin), en partie à l’origine de cet ouvrage.

2Le présent travail bénéficie de deux dynamiques de recherche récentes. Le travail pionnier de Jacques Semelin, d’une part, qui considère la résistance dans sa double composante, armée et « à mains nues », face à un régime totalitaire en rupture avec la démocratie. La résistance civile est d’autant plus mieux appréhendée dès lors que la place des femmes y est reconnue. D’autre part, tandis que se poursuivent les travaux sur la Shoah, plusieurs historiens s’interrogent sur « l’énigme française » : comment expliquer que, dans un pays qui a collaboré avec le nazisme, et dont la responsabilité dans la déportation de 76 000 juifs et juives est reconnue, près des trois quarts des « déportables », français et étrangers, ne l’aient pas été et aient survécu ? Le présent livre représente une contribution majeure à ce questionnement.

3En délimitant le cadre méthodologique de son enquête, l’auteure a souhaité sortir du dilemme « masculin-féminin » en lui substituant une approche genrée. Son hypothèse, clairement énoncée dans le développement, consiste à confronter deux réalités. Tout d’abord, la politique du gouvernement de Vichy à l’égard des femmes, articulée sur l’éternel féminin, la primauté de la famille, la maternité, la soumission au patriarcat. Ensuite, cette « résistance, agissant jour après jour, celle des femmes sur le pas de leur porte, habiles à beaucoup dire sans rien révéler du cheminement de leurs pensées et de l’éclosion de l’activité résistante ».

4Cependant, Biesse fait face à un défi majeur : celui de la rareté des sources. Sa recherche pour établir la réalité de ce sauvetage l’a ainsi conduite dans un premier temps à Jérusalem. Elle a pu y consulter les témoignages retranscrits de deux juifs et les dossiers des femmes auxquelles l’État d’Israël a décerné le titre de « Justes parmi les Nations » – rappelons que les Justes ne doivent pas être des juifs, selon la loi israélienne de 1953. Ces sources écrites sont complétées par des sources orales, souvent des enregistrements de survivants, de témoins, de proches, conservés à l’institut Yad Vashem (p. 85, note 166) ou au Mémorial de la Shoah à Paris, ou encore recueillis lors d’entretiens avec des femmes dont certaines ont disparu depuis (comme Jeanne Brousse, Lili Tager). L’ensemble de ces données amènent à la constitution d’un corpus des femmes Justes, localisé à la région Rhône-Alpes. Pour des raisons de cohérence et de continuité, l’auteure y a ajouté la Haute-Loire (ce qui permet de présenter le Chambon-sur-Lignon et le plateau Vivarais-Chambon). L’étude de Biesse se distingue donc par son caractère novateur : jusqu’ici, aucune recherche portant sur une région aussi spécifique et traitant du sauvetage n’a été publiée.

5Les uns peu plus de 350 fiches, ou notices, de ces femmes honorées du titre de « Justes », forment à elle seule la seconde partie de l’ouvrage (elles sont d’une longueur variable, de 3/4 lignes à une page, p. 149-266). Il faut cependant noter que si elles peuvent être honorées seules, les titres attribués à un couple sont relativement nombreux. Cela s’explique par le fait que les délégués de Yad Vashem France n’ont pas dissocié les hommes et les femmes lors de l’instruction des dossiers pour Jérusalem. Ils reçoivent donc ensemble (eux ou leurs descendants) la médaille des Justes même si, comme l’observe Biesse, c’est bien la femme qui a accompli l’essentiel des tâches inhérentes à l’hébergement et au sauvetage.

6Pour introduire ses fiches, le développement proprement dit (p. 3-148) présente la période et le contexte en optant pour une chronologie classique et éprouvée, qui suit l’intensification de la persécution des juifs, et qui est donc divisée en trois temps forts. De 1940 au début 1942, alors en phase de répression et d’exclusion, la région connaît un afflux important de fugitifs : l’aide et le sauvetage se développent, y compris dans les centres d’internement. Du printemps à l’automne 1942 se déroulent rafles et déportations massives : les réseaux de sauvetage se structurent pour mettre le plus possible en échec la « répression criminelle », juifs et non-juifs joignant leurs efforts. Pour finir, de l’automne 1943 à l’été 1944, tous les juifs sont pourchassés (y compris les Français, comme à Nice ou Marseille), les nazis ne voulant pas de survivant juif et étant aidés par les antisémites français dans cet ultime anéantissement à partir du sol français.

7La région Rhône-Alpes, située en zone non occupée jusqu’en novembre 1942, a offert bien des atouts aux sauveteuses. La présence d’un réseau de transport développé a ainsi facilité les déplacements. Sa ruralité et son relief montagneux ont ensuite favorisé l’accueil de personnes menacées par la législation antisémite de l’État français, sous l’autorité de Pétain. Certaines parties du territoire régional ont attiré les fugitifs, venus à la fois de l’extérieur et de la zone occupée, en raison des capacités d’hébergement d’un grand nombre d’habitants (comme dans l’espace cévenol), ou encore de l’implantation de nombreux centres de santé (préventorium ou sanatorium comme dans le Vercors).

8Pour couvrir les principales formes de l’accueil et du sauvetage, l’auteure dessine les profils de ces femmes, issues de la ruralité pour la très grande majorité. Actives ou très occupées dans les exploitations agricoles, les professions les plus représentées sont celles du soin à la personne et de l’enseignement. Quatre grands profils de sauveteuse se distinguent : les femmes de tête, les femmes qui hébergent, les convoyeuses et les faussaires.

9Les « femmes de tête » n’opèrent pas seules, mais en lien avec un réseau ou une institution. Celle-ci peut être chrétienne, comme la congrégation de Notre-Dame de Sion, l’Amitié chrétienne, ou juive, comme l’Œuvre de secours aux enfants, les Éclaireurs Israélites de France, le Comité Juifs d’Action Sociale et de Reconstruction, qui, très actif dans le Languedoc avant la Libération, a déployé une activité croissante après 1944, notamment auprès des orphelins et des personnes âgées. Ces coopérations et ces croisements d’initiatives ont reçu souvent l’appui des autorités protestantes (Église réformée de France) et de plusieurs dignitaires de l’Église catholique, à commencer par Mgr Pierre Gerlier, cardinal et archevêque de Lyon, secondé par l’abbé Glasberg.

10L’hébergement, notamment en milieu rural, concerne surtout des enfants isolés, plus que des adultes ou des familles entières. Les femmes qui hébergent peuvent être des épouses de prisonniers de guerre, des femmes seules, des veuves. Elles ont en commun de déployer une énergie incroyable, au quotidien, pour nourrir les « petits juifs » qui entrent dans la famille. Dans plusieurs cas, des relations affectives très fortes se sont développées entre les sauveteuses et les enfants sauvés, pouvant déboucher sur des procédures ou des tentatives d’adoption. Selon plusieurs témoignages, la séparation qui suit la Libération a pu être vécue douloureusement.

11Les « convoyeuses » cherchent quant à elles à « s’affranchir des frontières ». Ici, la frontière la plus étudiée est celle franco-suisse, en direction des cantons de Vaud ou de Genève. Pour permettre au lecteur de mieux comprendre les aléas des convois vers le refuge suisse, un développement précis, fondé sur les travaux de Ruth Fivaz-Silbermann et sur les archives de la Cimade (à la Contemporaine) propose une utile mise au point sur accueils et refoulements entre 1940 et 1944.

12La « faussaire » est cette femme, souvent employée de mairie, qui fournit non seulement de faux papiers aux réfugiés, déclarés ou clandestins, mais également des carnets d’alimentation et des intercalaires mensuels (les « tickets d’alimentation ») sans lesquels la vie quotidienne et les achats de première nécessité deviennent impossibles. La secrétaire de mairie de Dieulefit Jeanne Barnier a acquis dans les milieux résistants la réputation d’être une « virtuose » (p. 131). Elle a fourni des tampons de mairie officiels (falsifiés) à plusieurs de ses collègues, jusqu’à Moissac, protégée, il est vrai, par le maire de sa commune. Quarante-cinq ans plus tard, lors d’une émission sur Dieulefit à France Culture, elle explique que, pour elle, jeune fille élevée dans un rigoureux protestantisme, devenir une faussaire, mentir, désobéir, entrer dans l’illégalisme avait été très difficile.

13Le livre de Cindy Biesse renforce l’idée que la résistance civile doit être prise en compte, et que les femmes y ont joué un rôle essentiel, en défendant des valeurs fortes, comme la tolérance, le respect absolu de la personne et de la dignité humaine, au-delà de toute considération de race, de confession, d’origine. Ces sauveteuses, ces « résistantes du foyer », se sont-elles mises en danger ? Ont-elles été recherchées, persécutées, arrêtées ? La réponse est négative. Les femmes « sauveteuses » qui ont été arrêtées, déportées, mises à mort ne l’ont pas été pour avoir accueilli ou caché des enfants ou même des adultes juifs, mais en raison de leur appartenance à un réseau de résistance ou à une institution que les autorités françaises ou allemandes avaient résolu d’anéantir. Tel est le cas de Dora Rivière (déportée à Ravensbrück) ou celui d’Élise Rivet, membre du réseau Combat, gazée en mars 1945.

14Il faut souligner que le corpus des Justes, au centre de ce travail, contribue à expliquer le sauvetage de la majorité des juifs sur le sol français, mais ne suffit pas à en rendre compte dans son ampleur. D’abord, parce que les « sauveteuses » non reconnues comme Justes sont bien plus nombreuses que celles qui ont été distinguées par l’État d’Israël. Ensuite parce qu’il faut prendre en compte l’importance centrale du sauvetage des juifs par les juifs eux-mêmes. Biesse a le mérite, ne serait-ce qu’indirectement, de le rappeler, au travers des nombreux cas de coopération entre sauveteurs et sauveteuses juifs et non-juifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Delpal, « Cindy Biesse, Sauveteuses. Les femmes et le sauvetage des Juifs dans la région Rhône-Alpes », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 158-160.

Référence électronique

Bernard Delpal, « Cindy Biesse, Sauveteuses. Les femmes et le sauvetage des Juifs dans la région Rhône-Alpes », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73321 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73321

Haut de page

Auteur

Bernard Delpal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search