Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusPierre Birnbaum, Les larmes de l’...

Comptes rendus

Pierre Birnbaum, Les larmes de l’histoire : de Kichinev à Pittsburgh

Paris, Gallimard, 2021, 198 p.
Valérie Assan
p. 160-162
Référence(s) :

Pierre Birnbaum, Les larmes de l’histoire : de Kichinev à Pittsburgh, Paris, Gallimard, 2021, 198 p.

Texte intégral

1Dans Les Larmes de l’histoire : de Kichinev à Pittsburgh, Pierre Birnbaum approfondit sa réflexion sur les modèles d’intégration des minorités religieuses à la nation en se penchant une nouvelle fois sur les juifs aux États-Unis. L’historien et politiste entraîne son lecteur dans une passionnante exploration des relations entre le religieux et le politique en démocratie à travers l’exemple des juifs américains.

2Cet essai fait écho à un ouvrage publié dix ans auparavant, Les Deux maisons (2012), dans lequel Pierre Birnbaum mettait en regard deux paradigmes d’intégration des juifs : le modèle français, caractérisé par un État fort et laïque, impliquant l’abandon des particularismes, et le modèle étatsunien où l’État, plus faible, intègre les minorités sur des bases communautaristes. Si l’intégration des juifs aux plus hautes fonctions publiques en France s’accompagna d’un essor de l’antisémitisme politique, aux États-Unis la haine antijuive prit avant tout la forme de l’antijudaïsme chrétien amenant à une ségrégation sociale limitée : il n’y aurait pas eu, outre-Atlantique, de « moment antisémite » comparable à ce que fut en France l’affaire Dreyfus, même si la présidence Roosevelt donna lieu à une forte poussée de haine antijuive. Pierre Birnbaum remet en question donc ce qui est longtemps apparu comme un exceptionnalisme américain, alors même qu’une synagogue a été attaquée à Pittsburgh en octobre 2018, et que la présidence Trump a offert un écho inédit aux discours racistes, antisémites et conspirationnistes de l’alt-right.

3La vision historiographique de Salo Baron (1895-1989) sert de fil rouge à cette nouvelle exploration de la société américaine. Cet historien du judaïsme, né en Galicie orientale, fit ses études supérieures à Cracovie puis Vienne avant de mener sa carrière d’enseignant aux États-Unis. Il est bien connu des spécialistes des études juives pour sa critique de la conception « lacrymale » de l’histoire juive : selon une tradition défendue notamment par Heinrich Graetz (1817-1891), le premier historien des temps modernes à avoir tenté d’embrasser dans son ensemble l’histoire du peuple juif (Geschichte der Juden, 1853), le passé des juifs n’aurait été qu’une suite de persécutions et de massacres. Ce long enchaînement de souffrances aurait duré jusqu’à un tournant décisif, celui de leur émancipation politique, autrement dit l’accession à la citoyenneté et à l’égalité des droits (en premier lieu en France, en 1791). Pour Baron à l’inverse, les juifs, en Europe, bénéficièrent au Moyen Âge de meilleures conditions de vie que celles que connurent leurs descendants après l’émancipation : le ghetto les aurait en effet protégés des violences antijuives et leur aurait permis de préserver leur cohésion sociale et religieuse. Baron entend donc réfuter une vision évolutionniste et irénique de l’histoire juive, fortement inspirée des idées de la Haskala, le mouvement juif des Lumières, et associée à une confiance en l’intégration sociale et politique à la société environnante. La Shoah conduisit toutefois Baron à donner une inflexion à sa théorie : celui-ci admit, après le génocide, que l’histoire des juifs était une « histoire des larmes », mais exclusivement en Europe, les États-Unis restant, selon lui, à l’abri de ce schéma. C’est cette vision que Pierre Birnbaum s’attache à contester.

4L’affaire Léo Frank (chap. 2) constitue un premier démenti à la conception historiographique de Baron. Comme le démontre Pierre Birnbaum, l’idéalisation du modèle américain ne concerne pas seulement cet historien : le pogrom de Kichinev, en Russie (1903), est longtemps apparu aux juifs américains, voire au monde entier, comme une preuve implicite de l’exceptionnalisme des États-Unis. Or, dès la guerre de Sécession, les préjugés anti-juifs s’étaient exprimés aux côtés du racisme anti-noirs – une réalité beaucoup plus massive –, surtout dans le Sud ; ce phénomène se confirme par la suite et culmine avec l’affaire Léo Frank. En 1913, à Atlanta, Léo Frank, un directeur d’usine venu du Nord, est accusé du viol et du meurtre d’une adolescente. Frank, malgré son innocence, est condamné à mort ; la sentence est confirmée par la Cour suprême. Alors que le gouverneur de Géorgie décide de gracier Frank, celui-ci est extrait de sa prison par un groupe d’hommes armés et aussitôt lynché. Les motivations de ses assassins sont le fruit de représentations imaginaires antisémites : le « Juif » serait un pervers sexuel menaçant l’ordre social des Blancs. Si l’affaire émeut toute l’Amérique, Frank, alors qualifié de « Dreyfus américain », n’a jamais été innocenté et le soupçon pèse encore sur lui dans une partie de l’opinion américaine (p. 97-98).

5Le chapitre 3 (« Du Jew Deal à la prise du Capitole ») explore la « nouvelle actualité » (p. 104) du suprémacisme blanc qui, suivant une rhétorique conspirationniste, s’attaque à des noirs, des latinos et des juifs au nom de la défense de la « race blanche ». L’auteur en situe les prémices dans les années 1930, où le renforcement de l’État à travers le New Deal de Roosevelt, ajouté à la présence de plusieurs juifs à des postes importants de l’État fédéral, s’accompagna de l’importation de l’antisémitisme politique « à la française » qui prétendait dénoncer la « République juive » (thème du « Jew Deal »). Cet antisémitisme se nourrit aussi du nazisme, comme l’a montré le romancier Philip Roth dans Le Complot contre l’Amérique (2004), ainsi que le rappelle Pierre Birnbaum. L’auteur retrace ensuite la chronologie des massacres perpétrés par les groupes suprémacistes blancs depuis les années 1950 jusqu’aux manifestations meurtrières de Charlottesville (2017), suivies de l’attentat contre la synagogue de Pittsburgh. La vigueur des thèses complotistes, racistes et antisémites banalisées par le Tea Party et la présidence Trump, ainsi que les métamorphoses du complotisme (le virus SARS-CoV-2, responsable de la pandémie de Covid-19, aurait été, d’après leurs élucubrations, introduit par des juifs dans les laboratoires chinois pour détruire le monde…) conduisent l’auteur à une conclusion pessimiste : « L’avenir s’annonce périlleux pour chacune des “deux maisons” qui concentrent de nos jours la plus grande partie du judaïsme diasporique » (p. 162).

6Les larmes de l’histoire donne le point de vue d’un intellectuel qui s’inscrit dans une longue lignée de politistes français ayant réfléchi à la société américaine, à commencer par Tocqueville, auquel il est fait référence en introduction et en conclusion de cet ouvrage. L’auteur, qui sollicite une abondante historiographie anglo-saxonne et francophone, propose une démonstration particulièrement stimulante et utile pour éclairer notre présent. Le dialogue entretenu avec son illustre devancier s’inscrit en outre, au-delà du seul exemple des États-Unis, dans un renouvellement du questionnement historiographique sur le passé juif qui retient l’attention. Est-il possible d’identifier une cohérence, voire un principe d’organisation qui présiderait à l’histoire des juifs dans son ensemble dans le cadre d’une histoire sécularisée ? De plus en plus d’historiens, notamment des médiévistes, critiquant une vision téléologique de l’histoire des juifs qui verrait dans tout épisode plus ou moins ancien de haine antijuive un signe précurseur de la Shoah, s’attachent à analyser les manifestations de cette hostilité dans toute leur singularité et dans leur contexte propre. Par cette approche, ces chercheurs interrogent à nouveaux frais le clivage traditionnel entre l’antijudaïsme chrétien et l’antisémitisme moderne et soulignent les éléments de continuité entre ces deux formes de rejet de la minorité juive. Nul doute que l’ouvrage de Pierre Birnbaum apporte de nouveaux éléments à la compréhension des dynamiques, sur le temps long, de la haine antijuive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Assan, « Pierre Birnbaum, Les larmes de l’histoire : de Kichinev à Pittsburgh », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 160-162.

Référence électronique

Valérie Assan, « Pierre Birnbaum, Les larmes de l’histoire : de Kichinev à Pittsburgh », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73328 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73328

Haut de page

Auteur

Valérie Assan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search