Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusÉlise Boillet, Gaël Rideau (dir.)...

Comptes rendus

Élise Boillet, Gaël Rideau (dir.), La visibilité du religieux dans l’espace urbain de l’Europe moderne

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 383 p.
Enzo Pace
p. 162-163
Référence(s) :

Élise Boillet, Gaël Rideau (dir.), La visibilité du religieux dans l’espace urbain de l’Europe moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 383 p.

Texte intégral

1L’ouvrage, résultat du projet de recherche « Espaces urbains, dynamiques et identités religieuses dans l’Europe moderne » (EUDIREM), a comme objet la visibilité de la religion urbaine dans l’Europe chrétienne moderne. Il interroge les signes par lesquels le religieux s’exprime dans l’espace urbain et, ce faisant, redéfinit les frontières et les relations de pouvoir qui s’y expriment. Cette problématique, abordée à l’aide d’une perspective historique, se concentre sur la transition de la ville, devenue un théâtre des conflits théologiques, sociaux et politiques. Déchiré par les guerres religieuses puis par la Révolution française, l’espace urbain est recomposé, à l’image de la grande division entre les catholiques et les protestants, puis entre le Tiers État et les privilégiés de l’Ancien Régime. Il s’agit donc de comprendre comment la relation entre les formes visibles et invisibles du religieux à l’ère moderne se reconfigure dans ce nouveau scénario, au rebours d’une tradition qui voit les villes d’Europe comme un théâtre stable.

2Le livre s’organise en quatre parties. La première comprend plus spécifiquement des études de cas. Notons entre autres l’enquête de Sara Pflug sur la ville de Fribourg et le processus qui conduira cette ville suisse à devenir un modèle de bastion catholique – et à se représenter comme telle – ainsi que celle consacrée par Nicolas Guyard à l’histoire de la confessionnalisation de Créteil au xviie siècle. Paula Almeida Mendes se saisit du cas de Lisbonne pour analyser la revitalisation du culte des saints patrons pendant la Contre-Réforme dans la définition de l’espace urbain des grandes villes. Pierre-Antoine Fabre retrace la stratégie adoptée par la Compagnie de Jésus qui édifie ses collèges au cœur des villes, signe visible d’une Église qui reprend et défend sa suprématie magistérielle après la contestation de la Réforme. La grandeur architecturale des bâtiments, que Fabre documente avec un choix attentif d’images, en est une preuve évidente.

3La deuxième partie de l’ouvrage documente les moments du conflit sur la visibilité des signes religieux pendant la période de la Réforme et à l’occasion de la Révolution française. Pendant la Contre-Réforme, l’Église catholique tente de restaurer sa domination ébranlée en repensant l’espace urbain avec des signes religieux destinés à réaffirmer sa centralité. L’art baroque émerge comme l’un des outils principaux de cette stratégie, tandis que les églises de la Réforme, au contraire, dépouillent l’espace liturgique, cherchant à rendre le pouvoir pastoral plus discret, voire invisible – une dissension portée à l’extrême par la Réforme radicale. L’étude de Zurich (Fabrice Flückiger), et plus généralement de la Confédération suisse, montre la difficulté de déconstruire les espaces de visibilité du sacré et de rendre un nouveau visage aux villes, au nom d’un Évangile de l’intériorité qui n’a plus besoin de signes externes (Geneviève Gross, Elena Guillemard). Cette deuxième partie se conclut sur des contributions consacrées aux retombées de la Révolution française sur la visibilité du religieux en France. Maxime Hermant analyse la Fête-Dieu, célébrée en grande pompe pendant l’Ancien Régime. Il nous offre idées et réflexions sur la stratégie utilisée par les Pères de la Révolution pour ajouter de nouvelles significations laïques aux manifestations visibles du religieux catholique, en exaltant la nouvelle identité du citoyen chrétien émancipé de l’autorité ecclésiastique.

4La troisième partie alterne des questionnements en périphérie de la thématique du livre, notamment concernant l’évolution du droit canonique entre les xive et xvie siècles et des enquêtes sur l’importance des politiques de réactivation de la mémoire et du culte des saints protecteurs au xvisiècle à Florence (Cécile Beuzéline), ou sur l’utilisation de signes religieux dans le contexte de grandes catastrophes urbaines. Enfin, la quatrième partie, la plus dense, analyse l'imagination utopique et dystopique des cités de Dieu (Marie-Claire Phélippeau), l'invention de la topographie des martyrs protestants à Paris (Nicolas Lombart), la dystopie dans la Mappe-monde nouvelle papistique de Jean-Baptiste Trento (Mathieu de La Gorge), le Traité de l'Amour de Dieu et la vision du temple de Salomon de François de Sales (Thomas Gueydier) et les espaces de prière dans les traités dévotionnels en Angleterre aux xvie-xviiie siècles (Jeffrey Hopes).

5Le livre rassemble ainsi un ensemble de contributions qui explorent une problématique commune, plus ou moins centrée sur les axes fondamentaux de la recherche conduite dans le cadre du programme EUDIREM. L’auteur de cette recension n’est pas historien et, par conséquent, n’a pas les compétences nécessaires pour discuter en profondeur de l’apport historiographique des contributions individuelles. Mais le livre intéressera sûrement les non-historiens : la perspective théorique et méthodologique des études visuelles, choisie et partagée par les auteurs, est un fertile terrain de rencontres entre différentes disciplines. De fait, en parcourant cet ouvrage, le lecteur se convainc de la pertinence de cette approche pour les sociologues des religions qui observent, dans des articles souvent inédits ou inattendus, comment l’espace urbain est reconfiguré en Europe sous les voûtes sacrées du pluralisme religieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enzo Pace, « Élise Boillet, Gaël Rideau (dir.), La visibilité du religieux dans l’espace urbain de l’Europe moderne », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 162-163.

Référence électronique

Enzo Pace, « Élise Boillet, Gaël Rideau (dir.), La visibilité du religieux dans l’espace urbain de l’Europe moderne », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73331 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73331

Haut de page

Auteur

Enzo Pace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search