Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusDietrich Bonhoeffer, Sanctorum co...

Comptes rendus

Dietrich Bonhoeffer, Sanctorum communio : une recherche dogmatique sur la sociologie de l’Église

Traduit de l’allemand par B. Lauret, Genève, Labor et Fides, 2022, 241 p
Alain Rauwel
p. 163-164
Référence(s) :

Dietrich Bonhoeffer, Sanctorum communio : une recherche dogmatique sur la sociologie de l’Église, traduit de l’allemand par B. Lauret, Genève, Labor et Fides, 2022, 241 p.

Texte intégral

1La thèse de doctorat de Dietrich Bonhoeffer, soutenue en 1927 à 21 ans, représente une contribution majeure au dossier « Théologie et sciences sociales ». Nous pouvons donc nous réjouir de sa publication en français par Labor et Fides dans le cadre d’une réédition en huit volumes des Œuvres de Bonhoeffer – la traduction étant celle de la version imprimée de 1930, sensiblement plus concise que l’originale présentée lors de sa soutenance. L’ambivalence de plusieurs termes essentiels, à commencer par ceux relatifs à la « communauté », Gemeinde et Gemeinschaft, a conduit Bernard Lauret à inclure d’assez nombreuses mentions des formulations originelles. Très dense, le texte requiert une lecture exigeante, mais l’effort requis est cent fois justifié par l’importance de l’ouvrage, qui rejoint les grandes traductions d’œuvres clefs de la théologie allemande moderne publiées ces dernières années, d’Adolf von Harnack à Joseph Ratzinger.

2Là où une approche protestante peut s’en tenir rigoureusement à l’exégèse du donné biblique, là où Erik Peterson interroge le témoignage de l’Église ancienne, là où les penseurs de l’émigration russe méditent sur le corpus patristique, là où les clercs des universités catholiques tentent de rajeunir les vieilles divisions scolastiques, Bonhoeffer entre en dialogue critique avec les maîtres de la jeune sociologie germanique. Il tire parti des travaux de Max Weber, Ernst Troeltsch ou Otto von Gierke, qu’il n’hésite pas à contester à l’occasion, notamment à propos du « type-secte » – bien qu’il ne cite qu’une fois Durkheim, dont la forma mentis lui est radicalement étrangère. Le point de vue régulièrement revendiqué, celui du dogmaticien, introduit ainsi un écart fécond entre la thèse et ses sources sociologiques.

3Héritée de la longue réflexion allemande sur les modes de la vie collective, la notion de communauté est au cœur du propos : « seule une communauté, jamais une société, peut et doit devenir Église » (p. 79). Les catégories d’institution ou d’association, comme celle de société, sont écartées comme inadéquates ou déficientes. Cependant, l’identification suggérée interfère d’emblée avec une autre notion, celle de personne, faisant de l’Église une « personne collective », voire une « communauté-personne ». Bonhoeffer évite ainsi les deux écueils qui menacent à ses yeux l’ecclésiologie : d’une part la réduction de l’Église du Christ à la seule communauté confessante empirique, évacuant le travail invisible de l’Esprit, d’autre part l’assimilation trop rapide entre Église et Royaume de Dieu, négatrice de son historicité fondamentale.

4Écrivant sa thèse dans le retentissement du Römerbrief de Karl Barth, Bonhoeffer fait toute sa place à la Bible comme parole de Dieu, tout en soulignant que « la Bible n’est Parole que dans la communauté ecclésiale » (p. 174). Cela lui permet de poser avec clarté et radicalité le problème de l’autorité religieuse en protestantisme : à la Parole et à elle seule l’autorité absolue, et à l’Église une « autorité relative », au sens où « nous entendons la Parole de Dieu dans la parole de l’Église, et c’est ce qui qualifie l’autorité de l’Église » (p. 187). Les décisions de la communauté confessante peuvent être contraignantes, mais seulement dans la mesure où elles se font l’écho hic et nunc de l’exigence éthique de l’Évangile. Toute parole ne saurait s’autoriser que du Verbe. Et le jeune théologien de noter, avec une étonnante puissance, que « si l’Église n’est pas en mesure de parler avec autorité, il est encore possible pour elle de garder un silence qualifié » (p. 187). Cette conviction est adossée à l’eschatologie propre, esquissée dans les pages finales, selon laquelle ne sont pas jugées les seules personnes individuelles, mais aussi les personnes collectives.

5La force de la thèse de Bonhoeffer est d’appuyer la démarche spéculative, pratiquée sans réserve, « à l’allemande », sur la considération des formes concrètes prises par l’action ecclésiale, dont en tête vient le culte. L’ecclésiologue se distingue d’une majorité de ses maîtres, marqués par le libéralisme du xixsiècle, en insistant sur la centralité de la prédication et des sacrements régulièrement célébrés. Il défend à la fois la nécessité de l’assemblée liturgique et son objectivité, loin de tout psychologisme, s’opposant d’un même élan à des « pouvoirs magiques du ministre » qui feraient glisser le modèle vers le catholicisme – non qu’il refuse la sanctorum communio à l’Église romaine, mais son propos n’est pas marqué par l’œcuménisme de principe qu’on verra se développer dans les décennies suivantes. Dans un passage saisissant, Bonhoeffer conditionne le « sérieux » de la vie chrétienne au refus des confortables communautés affinitaires que la modernité avancée encourage. Pour lui, c’est « là où rien d’autre que la communauté ecclésiale ne relie les individus […], dans la monotonie et la dureté de la vie quotidienne » (p. 207) que la communion religieuse prend sa véritable consistance.

6Ne serait-ce pas un peu en fréquentant les sociologues que le doctorant en théologie aurait acquis son sens aigu du réel, qui l’amène à écarter toute exaltation romantique de la piété collective, à garder tout leur tranchant aussi bien aux exigences des groupes humains qu’à la doctrine dans laquelle il voit le déploiement du message fondateur ? Karl Barth disait que la thèse de Bonhoeffer avait représenté « une surprise théologique ». À un siècle de distance, la lecture de l’ouvrage si vigoureusement conçu par un si jeune homme impressionne toujours. Il faut remercier les éditeurs de la solide traduction qui paraît aujourd’hui et qui remet Sanctorum communio à l’agenda des sciences sociales du religieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rauwel, « Dietrich Bonhoeffer, Sanctorum communio : une recherche dogmatique sur la sociologie de l’Église », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 163-164.

Référence électronique

Alain Rauwel, « Dietrich Bonhoeffer, Sanctorum communio : une recherche dogmatique sur la sociologie de l’Église », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73341 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73341

Haut de page

Auteur

Alain Rauwel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search