Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusLaurey Braguier, Servantes de Die...

Comptes rendus

Laurey Braguier, Servantes de Dieu. Les beatas de la couronne de Castille (1450-1600)

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2019, 509 p.
Ghislain Baury
p. 168-170
Référence(s) :

Laurey Braguier, Servantes de Dieu. Les beatas de la couronne de Castille (1450-1600), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2019, 509 p.

Texte intégral

1Ce bel ouvrage présente la version condensée d’une thèse réalisée sous la direction de Ricardo Saez et soutenue en 2014 à l’Université Rennes 2, dans le domaine des études hispaniques. L’historienne Isabelle Poutrin, spécialiste des religieuses de l’Espagne moderne, fait en préface l’éloge de la trajectoire de Laurey Braguier, qui l’a conduite de l’étude des représentations littéraires à celles des archives. Il s’agit en effet des résultats d’une recherche approfondie dans les grands fonds publics et privés de plusieurs communautés religieuses encore en activité sur tout le territoire espagnol, ainsi qu’à Rome dans les archives vaticanes et celles des ordres mendiants. Le volume met d’ailleurs bien en valeur la grande quantité de sources maniées en proposant de multiples photographies de documents ou de copieuses transcriptions et traductions de textes, dans les notes ou en annexe.

2Les beatas constituent un phénomène majeur de l’histoire religieuse féminine du Moyen Âge tardif et du xvie siècle de la péninsule Ibérique. Ces femmes laïques, célibataires, veuves ou pour certaines mariées, décidaient de se vouer à une vie religieuse active dans le siècle, à l’instar des béguines d’autres espaces de l’Occident. Elles prononçaient des vœux simples et pouvaient vivre isolées ou dans des communautés, les beaterios, installées dans des lieux profanes ou sacrés. Ces beatas espagnoles ne sont pas des inconnues : leurs représentantes les plus célèbres, Juana de la Cruz ou María de Toledo, ont fait l’objet de biographies ; beaucoup de beaterios ont été l’objet de monographies ; on dispose également de diverses études locales, à l’échelle d’une ville ou d’une région. Mais jusqu’à présent, aucune étude n’avait cherché à embrasser le phénomène de manière globale : il faut dire qu’il se prête mal aux généralisations tant la diversité des situations est importante. Le grand mérite de cet ouvrage est d’en fournir une première vision d’ensemble qui repose sur un travail aussi exhaustif que possible de prosopographie, pour les 354 beatas identifiées, et de monographies institutionnelles, pour les 195 beaterios recensés.

3Cette recherche met tout d’abord en évidence la chronologie de l’apparition des communautés, qui s’avère être une spécificité hispanique. Les premières communautés virent le jour au xiiie siècle, mais ce ne fut que deux cents ans plus tard, et plus particulièrement dans la seconde partie du xve siècle, que le phénomène connut un véritable essor : les beatas furent alors encouragées et valorisées auprès de la société par l’autorité politique, les Rois Catholiques, et par le clergé réformateur, notamment le cardinal Cisneros. La mort de Cisneros, l’avènement de Charles Quint puis la lutte contre la réforme protestante entraînèrent un retournement brutal de conjoncture pour ces communautés, qui suscitèrent désormais la méfiance de la société puis subirent l’obligation de la clôture. Cela mit de fait un terme à leur expérience religieuse spécifique, même si des communautés subsistèrent jusqu’à la seconde moitié du xvie siècle. Les origines du phénomène aux xiiie et xive siècles s’avèrent cependant difficiles à saisir en raison de la pénurie de sources, mais aussi parce que ce nouveau modèle de vie religieuse féminine a tardé à prendre ses contours définitifs. Pendant longtemps, les contemporains ne surent d’ailleurs pas comment le nommer, le terme de beatas n’apparaissant qu’en 1374.

4L’ouvrage souligne une évolution majeure au fil de la période : les beatas vivant en groupe aspiraient initialement à la plus grande indépendance, mais elles subirent diverses pressions et finirent généralement par se doter d’une règle propre ou par intégrer le tiers ordre franciscain, dominicain ou carmélite. La volonté du clergé de cloîtrer systématiquement les religieuses conduisit ensuite, au xvie siècle, à la disparition de certaines communautés et à la transformation des autres en couvents réguliers, ce qui impliquait pour ces femmes l’obligation de prononcer des vœux solennels.

5L’auteur a également cherché à caractériser globalement les activités des beatas, ce qui s’avère être une gageure tant la diversité est importante. Les plus célèbres se livraient à des pratiques contemplatives et pénitentielles individuelles qui leur valaient une réputation de sainteté et encourageaient la société environnante à les charger de prières d’intercession. Dans leur grande majorité, elles n’étaient pas des mystiques douées d’un esprit prophétique, mais des femmes qui se vouaient au service de leurs contemporains et s’adonnaient à des tâches jugées humiliantes tout en étant socialement nécessaires : les soins funéraires, l’entretien des églises, l’aide aux prêtres, le secours des pauvres et des malades, surtout, qui les conduisait souvent à s’installer à proximité des hôpitaux. Leur activité rendait ainsi de multiples services, dans les villes comme dans des localités rurales.

6L’étude comprend aussi une enquête très intéressante sur l’origine sociale des beatas, qui permet d’apprécier encore mieux leur très grande diversité. Furent tentées par ce mode de vie aussi bien des femmes de la très haute aristocratie, parfois proches de la cour royale, que des personnes de très basse extraction. Une évolution se dessine assez nettement au fil de la période : si l’on identifie très majoritairement des femmes de la noblesse urbaine parmi les beatas du xve siècle, les catégories sociales inférieures s’approprièrent progressivement ce statut au fil du siècle suivant.

7L’approche géographique du phénomène signale la répartition inégale des beaterios sur le territoire, avec une implantation privilégiant les provinces basques, la Vieille-Castille, le royaume de Tolède et surtout l’Andalousie. Elle montre aussi que, de façon inattendue, le phénomène a autant touché les campagnes que les villes dans sa séquence initiale, mais qu’il s’est urbanisé lorsqu’il a commencé à décliner. Cette volonté de tenir compte de la dimension spatiale a conduit l’auteur à la production d’un appareil cartographique copieux, très soigné et extrêmement utile pour la compréhension du propos.

8L’analyse des mécanismes permettant la subsistance matérielle des communautés montre par ailleurs la fragilité économique de ces institutions du fait de leur pratique de l’idéal de pauvreté, qui les rendait très dépendantes de la bonne volonté de leurs protecteurs. Cette situation contribue d’ailleurs à expliquer leur disparition par l’affaiblissement de leurs revenus. Leur existence même dépendait ainsi en bonne partie de leur réputation, ce qui conduit l’auteur vers l’étude des représentations des beatas, en réalité son point d’entrée dans le sujet. La littérature du Siècle d’Or leur attribuait une mauvaise réputation, les assimilant souvent à des entremetteuses, à des hérétiques ou à des sorcières. Mais ce n’était pas le cas auparavant : au xve siècle, les plus hautes sphères de la société leur reconnaissaient même une grande autorité morale. Ce retournement est bien lié à un changement de perception de leurs pratiques religieuses au tournant du xvie siècle. L’enquête menée dans les procédures judiciaires démontre que l’hétérodoxie des croyances des beatas ou le relâchement de leurs mœurs appartient aux idées reçues et relève de généralisations hâtives effectuées à l’époque à partir de quelques rares cas d’implication dans des mouvements illuministes. Cette évolution des perceptions engendra cependant des effets bien réels et contribua de manière décisive à l’extinction des beaterios.

9La complexité de ce phénomène polymorphe et évolutif explique le plan général de l’ouvrage, qui hésite entre présentation chronologique, thématique et méthodologique, mais qui permet en fin de compte de bien appréhender toutes les facettes des beatas et de leurs communautés, ainsi que leur évolution, systématiquement mise en perspective. Le grand mérite de l’auteur a été d’employer des méthodologies très variées : analyse lexicale, réflexions spatiales, analyses littéraires, histoire sociale, histoire économique, histoire politique et ecclésiastique. Le souci d’appuyer des analyses générales par des calculs de proportions a par ailleurs conduit à l’emploi récurrent de la méthode quantitative, même si les échantillons examinés sont parfois réduits. Les analyses sont ainsi accompagnées par de nombreux tableaux et graphiques, très soignés et la plupart du temps très utiles. Le sujet paraît ainsi cerné sous tous ses aspects. Le lecteur pourra seulement regretter que la piste de l’histoire du droit, plusieurs fois suggérée, n’ait pas été un peu plus approfondie : cela aurait permis de mieux cerner le statut des beaterios aux yeux des différentes autorités civiles ou ecclésiastiques et aurait évité quelques petits contresens mineurs sur le statut de patron, que le droit canonique distingue clairement de celui des simples bienfaiteurs.

10On soulignera enfin qu’il s’agit d’un ouvrage extrêmement agréable à lire grâce au soin accordé à son écriture, dont la finesse et l’élégance servent la clarté du propos ; elle aurait été vraiment parfaite sans l’emploi incongru du futur de narration. Le lecteur appréciera enfin la qualité de la relecture réalisée, ainsi que la présence d’un index onomastique, bien commode pour suivre la trajectoire des beatas les plus célèbres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ghislain Baury, « Laurey Braguier, Servantes de Dieu. Les beatas de la couronne de Castille (1450-1600) », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 168-170.

Référence électronique

Ghislain Baury, « Laurey Braguier, Servantes de Dieu. Les beatas de la couronne de Castille (1450-1600) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73381 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73381

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search