Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusIsabelle Brian, Stefano Simiz (di...

Comptes rendus

Isabelle Brian, Stefano Simiz (dir.), Les habits de la foi. Vêtements, costumes et religions du Moyen Âge à nos jours

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, 322 p.
Katerina Seraïdari
p. 170-172
Référence(s) :

Isabelle Brian, Stefano Simiz (dir.), Les habits de la foi. Vêtements, costumes et religions du Moyen Âge à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, 322 p.

Texte intégral

1Comment faire une esquisse de l’histoire textile quand les vestiges sont rares à cause de la fragilité des matières employées et étudiées ? La question se pose d’autant plus quand cette histoire veut couvrir un cadre chronologique très large, défini aussi bien par le lent rythme des traditions que par l’accélération des phénomènes de mode, tout en prenant en compte la standardisation des habits que l’ère industrielle apporte. L’ouvrage collectif d’Isabelle Brian et Stefano Simiz relève le défi avec brio. À travers les dix-huit contributions, le lecteur peut suivre les processus d’imitation qui émergent entre les représentants de différentes confessions et religions au sein d’un même pays, ainsi que les principaux acteurs qui s’activent dans ce champ, comme les Églises catholiques et protestantes qui font circuler des modèles et fixent des normes, alors qu’il n’y a pas de règle biblique à mobiliser (p. 23). En fait, le risque de confusion vestimentaire entre prêtres et pasteurs réformés apparaît très vite, le clergé catholique dénonçant ce mimétisme dont il se considère victime (p. 294).

2Autre acteur et autre champ d’influence, la communauté juive et ses rabbins sont impliqués, dès le xixe siècle, dans une forme de « christianisation du judaïsme », alors que le costume rabbinique est perçu comme « une version d’un uniforme en lien avec la nation » rappelant, par exemple en France, la soutane des prêtres catholiques (p. 46-48). Comme le souligne Jean-Pierre Lethuillier dans une conclusion qui mérite pleinement ce nom (chose rare dans les ouvrages collectifs), « protestantismes et judaïsme ont été le fait de minorités » qui se sont souvent senties menacées au cours de l’histoire (p. 294), ce qui explique sans doute les tentatives de mimétisme et les efforts d’adaptation.

3Enfin, l’ouvrage s’intéresse à la fabrication et à ses acteurs – ces offices étant pris en charge par des religieuses et des religieux dans le cas des monastères catholiques. L’article de Pascal Pradié est précisément consacré à l’atelier liturgique de l’abbaye Saint-Wandrille. Il montre comment, durant la première moitié du xxe siècle, le « vestiaire sacré » que deux moines produisent est inspiré tant des anciennes fresques et mosaïques d’églises que des costumes des Ballets russes (qui donnent des représentations à Paris dès 1909) ou des catalogues de l’Exposition universelle de Paris de 1925 (p. 71-73). L’auteur nous fait ainsi prendre conscience de l’existence d’une large gamme de sources d’inspiration concernant la création des vêtements liturgiques – à l’instar des gravures qui sont évoquées dans un autre article signé par Mireille-Bénédicte Bouvet. Celle-ci examine les ateliers en Lorraine aux xixe et xxe siècles et laisse apparaître également l’influence des Expositions universelles : dès la première édition française organisée en 1855, le « modèle médiéval » devient dominant en France et les maisons de confection commencent à privilégier les références archéologiques et médiévalisantes (à l’époque de saint Louis ou de Charlemagne) pour leurs plus belles pièces liturgiques, les catalogues proposant aux paroisses des modèles « gothiques » et « romains » (p. 173).

4Même si les articles se concentrent sur la France et, à un moindre degré, l’Italie, les contributions laissent entrevoir comment les matières, les modes de fabrication et les idées circulent au niveau européen et, parfois même, mondial. Au tournant des xxe et xxie siècles, de nouveaux ornements liturgiques arrivent en France, confectionnés dans des ateliers polonais ou asiatiques (p. 173). De même, c’est le « célèbre bleu de Gênes » et son indigo importé des Indes occidentales (p. 225) qui fait l’Annonciade céleste au xviie siècle à Gênes et qui permet à la congrégation d’affirmer son identité.

5Une des questions centrales que le livre pose est celle de l’hétérogénéité que la couleur, entre autres, vient renforcer. Alors que l’on « peut parler de naissance de la mode à partir du xiiisiècle », quand les ateliers artisanaux atteignent un développement notable (p. 207), « les particularisations vestimentaires » dans le domaine de la religion ne commencent à se multiplier que des siècles plus tard, atteignant leur apogée au xvie et xviie siècle afin d’affirmer la supériorité de l’Église catholique face aux réformes protestantes (p. 290 et 293). Les gravures d’Hippolyte Hélyot et leur effort classificatoire au début du xviiie siècle répondent précisément à cette demande : comment rendre visibles les distinctions entre toutes ces familles monastiques par l’habit et la couleur ? Hélyot représente les ordres mendiants avec ou sans le signe distinctif du manteau, et les ordres militaires avec leur costume d’apparat ou leur costume ordinaire (p. 161). Les habits religieux varient selon les situations et les époques puisque « habiller, c’est justement nommer et situer les ordres religieux dans les coordonnées du temps (le vêtement a une histoire) », mais aussi de l’espace, avec la question des « particularités régionales » (p. 164).

6Trois types d’objets sont traités dans cet ouvrage (p. 288). Le premier type est le vêtement liturgique et celui qui habille le sacré – puisqu’il existe des sujets habillés comme l’Enfant Jésus, mais aussi des cloches ornées de riches dentelles (p. 181), des tissus dans lesquels les reliques sont enveloppées (p. 81) ou encore des vêtements devenus reliques comme la chasuble, le suaire, le camail et les gants de saint François de Sales (p. 84). Mise à part la catégorie des reliques textiles qui pose des questions spécifiques (pas vraiment abordées dans l’article de Nicolas Guyard), la plupart de ces habits sont définis par l’utilisation des matières précieuses. C’est parce que les matières sont sophistiquées et riches que des parties d’un tissu liturgique peuvent être remployées, ce qui permet également « de conserver un souvenir d’une pièce historique ». De même, un tissu « civil » peut se transformer en ornement liturgique, ce qui explique pourquoi une chape d’église peut avoir des motifs de chinoiserie du début du xixe siècle (p. 175). Quelques manques sont toutefois à signaler : des pratiques cultuelles comme l’habillage des statues de la Vierge, si présentes en Espagne et finement étudiées par l’anthropologue Marlène Albert-Llorca, ne sont pas mentionnées. Autre lacune, les reliques textiles qui font l’objet d’une vénération importante, comme la ceinture de la Vierge qui se trouve dans un monastère du mont Athos et sur laquelle Timothy Carroll a écrit dans son livre sur la culture matérielle du christianisme orthodoxe en 2018. Il n’y a par ailleurs aucune référence au christianisme orthodoxe tout court.

7Le deuxième type d’objet étudié est l’habit des clercs et des religieux. C’est la partie la plus riche et la plus intéressante du livre : un article examine le vêtement pastoral chez les réformés français, alors qu’un certain nombre de contributions se penchent sur les communautés monastiques et leur arsenal vestimentaire, « véritable dispositif de clôture symbolique », ainsi que sur les pénitents qui sont des laïcs, mais qui portent « un habit quasi religieux » (p. 293). Ces habits se caractérisent souvent par un « relatif inconfort » puisque les toiles « sont dures et agressives » (p. 64), « rapiécées, rugueuses, faites de matériaux vils, à l’opposé de ce que portaient parfois les religieux et religieuses avant d’entrer dans le cloître » (p. 167). Le sac des pénitents renvoie à « un habit trop large ou mal taillé », mais aussi à une « toile grossière portée par pénitence » (p.103) ; il « entoure le pénitent comme un suaire », lui permettant de devenir un nouvel homme, mais aussi lui garantissant le secret et l’anonymat (p. 108-109). Au xixe siècle, les Filles de la Sagesse portent également la cape « comme une sorte de suaire » (p. 249). Ces qualifications nous permettent de passer de la question de l’apparence vestimentaire à celle des sensations procurées par les étoffes qui enveloppent le corps. En effet, le vêtement se fait voir, mais aussi sentir – même si la référence au suaire renvoie à un processus de mortification qui présuppose que le corps est censé ne plus rien sentir. Dans ces cas, le vêtement sert précisément à neutraliser les sensations : le voile rend l’Annonciade « sourde et aveugle pour toutes les créatures afin de ne lui laisser que Dieu présent » (p. 218), alors que chez les Sœurs de l’Assomption, la coiffe et le voile « enserrent le visage et limitent le champ de vision » (p. 255). Quant aux choix chromatiques, ils révèlent parfois des préoccupations pragmatiques : : la couleur bleue est initialement choisie par les annonciades, comme le montre Marie-Élisabeth Henneau, parce qu’elle est « peu salissante » (p. 224). En effet, le vêtement religieux n’est pas seulement un objet à fabriquer, acheter ou porter, il est également un objet à entretenir. Cette dimension est peu présente dans le livre, à part quelques références au remploi des tissus.

8Troisième objet étudié, les vêtements de laïcs. Simona Negruzzo, qui nous amène dans les internats des collèges italiens entre le xvie et le xviiie siècle, montre comment les étudiants sont assimilés à de jeunes clercs : la couleur de leur robe uniforme est noire, « une teinte sophistiquée car difficile à obtenir » (p. 266). Cette couleur, si caractéristique de la soutane, mais aussi de la robe doctorale, est connue pour son prix élevé – ce qui ne changera qu’après l’invention de l’aniline industrielle en 1856 (p. 289). En effet, la couleur noire d’une robe longue porte à confusion, puisqu’elle est à la fois pastorale et celle des gradués ou des médecins, et inscrit celui qui la porte « dans un registre d’appartenance aux élites cléricales et lettrées » (p. 43). En revanche, certains vêtements créent une ambiguïté d’un tout autre ordre : les Filles de la Charité n’adoptent pas, au tout début, un habit distinctif et se contentent de se vêtir comme les femmes de « basse condition » du xviie siècle, et lorsque l’une d’entre elles « est prise pour une charbonnière dans une boutique, elle ne dément pas et sourit » (p. 250). Cette partie s’intéresse donc à la manière dont le vêtement crée des passerelles entre les laïcs et les spécialistes du sacré, prêtant même parfois à la confusion. Nicole Pellegrin, qui étudie les vestiaires détruits après la Révolution, mentionne dans une note qu’à Rouen, « rideaux de fenêtre et courtines de lit du couvent » sont utilisés « pour habiller une communauté de 42 femmes réduites à l’état laïc » (p. 152). Le fait de transformer le linge de maison en vêtements pour des femmes obligées de quitter leur monastère pose, encore une fois, la question du remploi des tissus. Cela signifie que les vêtements et les ornements n’ont pas une seule vie, mais plusieurs, et ces circuits de réutilisation restent encore largement inexplorés. La contribution de Jean-Marc Lejuste sur le noviciat soulève ce point : une fois la profession célébrée, les vêtements du profès sont soit revendus, soit distribués aux pauvres, soit réutilisés « pour fabriquer des tissus de la liturgie », surtout s’il s’agit des robes de soie (p. 57). Terminons avec la question du voile, qui nous amène à suivre la manière dont il est porté par les élites italiennes et françaises au Moyen Âge, mais aussi la mode hip-hop des jeunes des « quartiers » – seule référence à la religion et à la culture musulmanes avec l’article de Giovanni Ricci sur les habits turcs des esclaves chrétiens entre le xvie et le xviiie siècle. Notons ici que l’atelier liturgique de l’abbaye Saint-Wandrille (mentionné au tout début) n’a pas hésité à créer une chasuble avec « des motifs du costume de Shéhérazade » créée pour les Ballets russes en 1910 (p. 74).

9En parcourant le livre, le lecteur pourrait légitiment se demander si les index des lieux et des noms ne pourraient pas être accompagnés d’un index des couleurs et, surtout, des matières : laine, serge, toile, cuir, soie, velours, taffetas, damas, pour ne mentionner que quelques-unes. Le croisement de ces informations pourrait s’avérer fécond pour des études à venir. En montrant comment les vêtements servent de base à différents modèles d’identification, tout en étant trompeurs et plein d’ambiguïtés, cet ouvrage riche et documenté ouvre effectivement le chemin à de nouvelles perspectives tant pour les études sur le phénomène religieux que pour celles portant sur la culture matérielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katerina Seraïdari, « Isabelle Brian, Stefano Simiz (dir.), Les habits de la foi. Vêtements, costumes et religions du Moyen Âge à nos jours », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 170-172.

Référence électronique

Katerina Seraïdari, « Isabelle Brian, Stefano Simiz (dir.), Les habits de la foi. Vêtements, costumes et religions du Moyen Âge à nos jours », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73393 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73393

Haut de page

Auteur

Katerina Seraïdari

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search